Entrée interdite
précédent suivant

Entrée interdite

C’était presque la fin du mois et j’avais rendu visite à toutes les sœurs de ma nouvelle liste de visites d’enseignement, sauf une. Je n’avais jamais rencontré Joan (nom fictif). Elle n’assistait pas aux réunions de l’Église et, récemment, elle ne voulait pas avoir de contact avec l’Église.

J’avais appelé de nombreuses fois chez elle pendant tout le mois, mais j’avais toujours eu son répondeur, quelle que soit l’heure de mon appel. J’avais laissé plusieurs messages, me présentant comme sa nouvelle instructrice visiteuse, lui disant que je voulais vivement faire sa connaissance et lui demandant de me rappeler. Mais Joan n’avait pas rappelé.

Il ne me restait plus que quelques jours, ce mois-là ; j’ai donc décidé de passer chez Joan sans m’annoncer, avec une assiette de biscuits. Mais, en longeant dans les deux sens en voiture l’avenue passante qui était à proximité de sa rue, je me suis aperçue qu’aucun des numéros de maisons ne correspondait à l’adresse qu’on m’avait donnée. De plus en plus fâchée, je me disais : « À quoi bon ? Elle ne sera probablement même pas chez elle et si je laisse les biscuits à sa porte, c’est très sûrement un chien qui va les manger. » J’ai finalement vérifié sur la liste des membres de la paroisse et je me suis rendu compte que l’adresse de Joan qui figurait sur ma liste de visites d’enseignement était fausse. Avec la bonne adresse, j’ai trouvé la maison en quelques minutes à peine.

Armée de mes biscuits, je me suis avancée vers la maison de Joan. J’ai hésité en voyant un gros panneau disant « Entrée interdite » mais j’ai prudemment continué à m’avancer vers la porte. J’ai sonné deux fois. Pas de réponse. En pensant : « Bon, au moins, j’ai essayé », j’ai laissé les biscuits et un petit mot près de la porte de Joan.

Le soir, au dîner, j’ai dit à ma famille que j’avais visiblement perdu une heure à essayer de prendre contact avec une sœur inconnue qui était impossible à joindre. Au cours du repas, le téléphone a sonné. Contrairement à nos habitudes pendant le repas, j’ai décroché. La femme au bout du fil a dit qu’elle était Joan. Ayant tout à coup le sentiment que je retrouvais une amie et non l’inconnue qu’elle était pour moi, de joie, je me suis exclamée : « Joan ! Cela fait si longtemps que je voulais entendre votre voix ! Je suis très heureuse que vous ayez appelée ! »

Joan a expliqué qu’elle n’avait pas répondu à mes appels en raison de bouleversements récents dans sa vie. Elle a ajouté : « Aujourd’hui, j’étais au tribunal, avec un sentiment d’échec et d’humiliation, debout devant le juge et mon mari avec qui je suis séparée. Dans ma voiture en rentrant à la maison, j’ai dit en prière : ‘Mon Dieu, j’ai l’impression que je ne vaux rien et que personne ne m’aime.’ En pleurant, j’ai demandé : ‘Si tu m’aimes, s’il te plaît, montre-le moi.’

« En rentrant chez moi, là, devant mes yeux, comme par un miracle du Seigneur, il y avait une assiette de biscuits et un petit mot qui me disait : ‘Je pense à vous. Affectueusement, votre instructrice visiteuse.’ C’est comme si Dieu m’avait dit qu’il m’aimait. Je voulais seulement que vous sachiez que je sais que Dieu s’est servi de vous pour répondre aujourd’hui à ma prière. »

Depuis ce jour, Joan est devenue mon amie. Nous lisons les Écritures et prions ensemble et elle m’accompagne à l’église. Je la considère comme un cadeau ; elle m’apprend à ne jamais abandonner lorsque nous servons le Seigneur.

Linda Marx Terry est membre de la paroisse de Sinclair View, du pieu de Bremerton (État de Washington, États-Unis).