Conférence générale
Nous les mettrons ainsi à l’épreuve

Nous les mettrons ainsi à l’épreuve

(Abraham 3:25)

C’est maintenant que nous devons nous préparer et prouver que nous sommes disposés à faire tout ce que le Seigneur notre Dieu nous commandera, et que nous sommes capables de le faire.

Je prie pour que chacun de nous reçoive l’inspiration du Saint-Esprit tandis que j’exprimerai les pensées et les sentiments qui sont venus dans mon esprit et dans mon cœur au cours de ma préparation pour cette conférence générale.

Importance des mises à l’épreuve

Avant mon appel à plein temps au service de l’Église, j’ai travaillé pendant plus de vingt ans comme professeur et administrateur d’université. Ma responsabilité première d’enseignant était d’aider les étudiants à découvrir comment apprendre par eux-mêmes. Un élément essentiel de mon travail était de concevoir des examens, de noter les étudiants et de commenter leurs résultats. Comme vous le savez probablement, les examens ne sont pas ce que les étudiants préfèrent dans l’apprentissage !

Mais des examens réguliers sont absolument indispensables pour l’apprentissage. Un bon examen nous aide à comparer ce que nous devons savoir à ce que nous savons réellement sur un sujet précis ; il définit aussi des critères permettant d’évaluer notre apprentissage et notre progression.

De même, les examens ou les tests que nous passons ici-bas sont un élément indispensable de notre progression éternelle. Il est intéressant de noter que le terme test ne figure pas une seule fois dans les ouvrages canoniques. Par contre, les termes éprouver, mettre à l’épreuve, sonder et faire passer au creuset y sont employés pour décrire diverses méthodes permettant de montrer notre connaissance et notre compréhension spirituelles du plan éternel de bonheur de notre Père céleste, notre dévotion à Dieu et notre capacité de rechercher les bénédictions de l’expiation du Sauveur.

L’auteur même du plan du salut a décrit l’objectif de notre épreuve terrestre en utilisant les termes mettre à l’épreuve, sonder et éprouver dans les Écritures anciennes et modernes. « Nous les mettrons ainsi à l’épreuve, pour voir s’ils feront tout ce que le Seigneur, leur Dieu, leur commandera1. »

Réfléchissez à cette supplication de David dans les Psaumes :

« Sonde-moi, Éternel ! éprouve-moi ; Fais passer au creuset mes reins et mon cœur.

« Car ta grâce est devant mes yeux, Et je marche dans ta vérité2. »

En outre, le Seigneur a déclaré en 1833 : « C’est pourquoi, ne craignez pas vos ennemis, car j’ai décrété en mon cœur, dit le Seigneur, de vous éprouver en tout, pour voir si vous demeurerez dans mon alliance, même jusqu’à la mort, afin d’être trouvés dignes3. »

Mises à l’épreuve actuelles

L’année 2020 a été marquée, entre autres, par une pandémie mondiale qui nous a mis à l’épreuve, nous a sondés et nous a éprouvés à bien des égards. Je prie pour que chacun de nous, individuellement et en famille, apprenne les leçons précieuses que seules des expériences difficiles peuvent nous enseigner. J’espère également que nous reconnaîtrons tous plus pleinement la « grandeur de Dieu » et nous fierons à la promesse certaine « [qu’]il consacrera [nos] afflictions à [notre] avantage4 ».

Voici deux principes de base qui peuvent nous guider et nous fortifier quand nous traversons une épreuve ou une situation difficile quelle qu’elle soit : (1) le principe de la préparation, et (2) le principe selon lequel nous devons aller de l’avant avec constance dans le Christ.

Mise à l’épreuve et préparation

En tant que disciples du Sauveur, nous avons reçu le commandement de « prépar[er] tout ce qui est nécessaire et [d’établir] une maison qui sera une maison de prière, une maison de jeûne, une maison de foi, une maison de connaissance, une maison de gloire, une maison d’ordre, une maison de Dieu5 ».

Le Sauveur a aussi promis : « Si vous êtes préparés, vous ne craindrez pas.

« Et [vous échapperez] au pouvoir de l’ennemi, et [serez] rassemblés en moi, comme un peuple juste, sans tache et innocent6. »

Ces passages scripturaires nous donnent un cadre parfait pour organiser et préparer notre vie et notre foyer à la fois temporellement et spirituellement. Nos efforts pour nous préparer aux expériences éprouvantes de la condition mortelle devraient s’appuyer sur le modèle du Sauveur qui a grandi pas à pas « en sagesse, en stature, et en grâce devant Dieu et devant les hommes7 », ce qui correspond à une préparation équilibrée dans les domaines intellectuel, physique, spirituel et social.

Un après-midi, il y a quelques mois, Susan et moi avons fait l’inventaire de nos réserves de nourriture et de nos fournitures d’urgence. La pandémie de COVID-19 se propageait rapidement et une série de tremblements de terre avait secoué notre maison en Utah. Depuis le début de notre mariage, Susan et moi nous sommes efforcés de suivre les conseils des prophètes nous demandant de nous préparer pour des difficultés imprévues. Il semblait donc utile et opportun de « sonder » notre état de préparation au moment où nous étions menacés par un virus et des tremblements de terre. Nous voulions connaître notre note à ces examens inattendus.

Nous avons beaucoup appris. Dans de nombreux domaines, nos efforts de préparation se sont avérés adéquats. Mais dans d’autres, des améliorations étaient nécessaires parce que nous n’avions pas su reconnaître et prendre en considération certains besoins en temps opportun.

Nous avons aussi beaucoup ri. Par exemple, nous avons retrouvé dans un placard peu utilisé, des produits stockés dans nos réserves de nourriture depuis des décennies. Pour être francs, nous avons craint d’ouvrir et d’inspecter certaines de ces boîtes par peur de déclencher une autre pandémie mondiale ! Mais soyez rassurés, nous nous sommes convenablement débarrassés de ces produits dangereux et il n’y a plus de risque pour la santé mondiale.

Certains membres de l’Église pensent que les plans et les fournitures d’urgence, les réserves de nourriture et les kits de soixante-douze heures ne sont plus importants parce que les Autorités générales n’en ont pas parlé récemment ni avec insistance, et n’ont pas abordé de sujets apparentés lors des conférences générales. Mais depuis des décennies, les dirigeants de l’Église nous exhortent à nous préparer. La cohérence des recommandations des prophètes données au fil du temps produit un concert de voix d’une clarté et d’un volume bien plus puissants que la performance d’un soliste.

Les périodes difficiles révèlent les insuffisances de préparation temporelle, mais c’est aussi dans ces moments-là que les maladies de la désinvolture spirituelle et de la complaisance infligent leurs effets les plus néfastes. Nous apprenons, par exemple, dans la parabole des dix vierges, que reporter la préparation conduit à l’échec quand vient le moment de faire ses preuves. Rappelez-vous comment les cinq vierges folles ont négligé de se préparer convenablement pour l’examen qui leur a été donné le jour de la venue de l’Époux.

« Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d’huile avec elles ;

« mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l’huile dans des vases. […]

« Au milieu de la nuit, on cria : Voici l’époux, allez à sa rencontre.

« Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leur lampe.

« Les folles dirent aux sages : Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent.

« Les sages répondirent : Non ; il n’y en aurait pas assez pour nous et pour vous ; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous.

« Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva ; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée.

« Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent : Seigneur, Seigneur, ouvre-nous8. »

« Mais il répondit : Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas9. »

Pour ce qui est de cet examen, les cinq vierges folles ont montré qu’elles s’étaient bornées à écouter la parole, mais ne l’avaient pas mise en pratique10.

J’avais un ami étudiant à la faculté de droit. Il était très consciencieux. Pendant le semestre, Sam passait du temps chaque jour pour réviser, résumer et mémoriser les notes de chacun de ses cours. À la fin de chaque semaine et de chaque mois, il faisait la même chose. Sa méthode lui a permis d’apprendre le droit et pas seulement de mémoriser des détails. À l’approche de ses examens de fin d’étude, Sam était prêt. En fait, la période des examens finaux lui a paru l’une des moins stressantes de sa formation juridique. La préparation efficace et faite à temps précède la réussite de l’épreuve.

La méthode de Sam pendant sa formation juridique met en évidence l’un des principaux modèles de progression et de développement du Seigneur. « Ainsi dit le Seigneur Dieu : Je donnerai aux enfants des hommes ligne sur ligne, précepte sur précepte, un peu ici et un peu là ; et bénis sont ceux qui écoutent mes préceptes et prêtent l’oreille à mes recommandations, car ils apprendront la sagesse ; car à celui qui reçoit, je donnerai davantage11. »

J’invite chacun de nous à « considérer [ses] voies12 », à s’examiner lui-même, pour savoir s’il est dans la foi et à s’éprouver lui-même13. Qu’avons-nous appris au cours de ces derniers mois marqués par des ajustements et des restrictions de notre mode de vie ? Que devons-nous améliorer dans les domaines spirituel, physique, social, émotionnel et intellectuel ? C’est maintenant que nous devons nous préparer et prouver que nous sommes disposés à faire tout ce que le Seigneur notre Dieu nous commandera et que nous sommes capables de le faire.

Aller de l’avant

Un jour, j’ai assisté aux obsèques d’un jeune missionnaire qui avait trouvé la mort dans un accident. Pendant la cérémonie, son père a pris la parole et a décrit le chagrin d’avoir été séparé de manière inattendue de son enfant bien-aimé. Il a déclaré avec franchise qu’il ne comprenait pas les raisons d’un tel malheur ni pourquoi il s’était produit à ce moment-là. Mais je me souviendrai toujours que cet homme bon a aussi affirmé qu’il savait que Dieu savait pourquoi son enfant était mort à ce moment-là, et que cela lui suffisait. Il a témoigné à l’assemblée que, malgré leur tristesse, sa famille et lui iraient bien ; leurs témoignages restaient fermes et constants. Il a terminé en disant : « Je veux que vous sachiez qu’en ce qui concerne l’Évangile de Jésus-Christ, notre famille est pleinement engagée. Nous sommes pleinement engagés. »

Malgré le déchirement causé par la perte d’un être cher, les membres de cette famille vaillante étaient spirituellement prêts à prouver qu’ils étaient capables de tirer des leçons d’une importance éternelle des épreuves qu’ils vivaient14.

La fidélité n’est pas de la stupidité ni du fanatisme. Au contraire, être fidèle signifie s’appuyer sur Jésus-Christ, notre Sauveur, et placer notre confiance en lui, en son nom et en ses promesses. Si nous « march[ons] résolument, avec constance dans le Christ, ayant une espérance d’une pureté parfaite et l’amour de Dieu et de tous les hommes15 », il nous sera accordé une perspective et une vision éternelles allant bien au-delà de nos capacités mortelles limitées. Nous aurons la capacité de nous rassembler et de nous tenir dans des lieux saints16 et de ne pas nous laisser ébranler jusqu’à ce que le jour du Seigneur vienne17.

Quand j’étais président de l’Université Brigham Young – Idaho, Jeffrey R. Holland est venu en décembre 1998 s’adresser aux étudiants lors de l’une de nos réunions spirituelles hebdomadaires. Susan et moi avons invité un groupe d’étudiants à rencontrer frère Holland pour discuter avec lui avant son message. Alors que notre rencontre touchait à sa fin, j’ai demandé à frère Holland : « Si vous ne pouviez enseigner qu’une seule chose à ces étudiants, qu’enseigneriez-vous ?

Il a répondu :

« Nous assistons à un glissement de plus en plus marqué vers la polarisation. Il ne sera plus possible pour les saints des derniers jours de choisir la neutralité. La voie médiane n’existera plus.

« Si vous vous laissez flotter dans le courant d’une rivière, vous serez entraînés quelque part, là où le courant vous mène. Il n’est pas bon d’aller dans le sens du courant, de suivre la marée ou de se laisser porter par les flots.

« Vous devez faire des choix. Ne pas en faire est un choix. Apprenez à choisir maintenant. »

La déclaration de frère Holland sur la polarisation croissante s’est avérée prophétique au vue des tendances et des événements de la société observés au cours des vingt-deux années qui se sont écoulées depuis qu’il a répondu à ma question. Prédisant la divergence croissante entre les voies du Seigneur et celles du monde, frère Holland annonçait que l’époque où l’on pouvait avoir confortablement un pied dans l’Église rétablie et l’autre dans le monde arrivait rapidement à son terme. Ce serviteur du Seigneur encourageait les jeunes à faire des choix, à se préparer et à devenir des disciples dévoués du Sauveur. Il les aidait à se préparer et à marcher résolument vers les expériences éprouvantes, les évaluations et les mises à l’épreuve de leur vie, et à les traverser courageusement.

Promesse et témoignage

Le processus consistant à faire nos preuves est un élément fondamental du grand plan du bonheur de notre Père céleste. Je vous promets que si nous nous préparons et marchons résolument avec foi au Sauveur, nous pouvons tous réussir l’examen ultime de la condition mortelle avec cette même note : « C’est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître18. »

Je témoigne que Dieu, le Père éternel, est notre Père. Jésus-Christ est son Fils unique, il est vivant et il est notre Sauveur et Rédempteur. Je rends joyeusement témoignage de ces vérités. Au nom sacré de Jésus-Christ. Amen.