« L’étendard de la vérité a été élevé »
    Notes de bas de page

    « L’étendard de la vérité a été élevé »

    Bien que nous semblions passés de mode, bien que les principes soient dévalorisés, bien que des gens succombent, nous ne succomberont pas, nous ne pouvons pas succomber.

    J’ai l’objectif d’expliquer aux jeunes et aux jeunes adultes, ainsi qu’à leurs parents, pourquoi nous restons si attachés à des principes élevés de conduite morale ; pourquoi nous nous abstenons de drogue, de thé, de café, d’alcool et de tabac ; pourquoi nous enseignons des principes de pudeur dans le vêtement, la présentation et le langage1. Vous devez savoir d’où viennent nos principes et pourquoi nous ne pouvons pas nous relâcher et suivre ce que fait le monde.

    Vous avez votre libre arbitre, « le libre arbitre moral2 ». Vous êtes libres de choisir vos principes.

    Vous comprendrez mieux si je parle d’Écritures et de doctrine plutôt que de conduite.

    L’Église à laquelle vous appartenez, l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, est l’Église rétablie3. Quand vous saurez ce que signifie rétablie, vous comprendrez pourquoi les règles de conduite sont ce qu’elles sont.

    Après la crucifixion du Christ, il y a eu une apostasie. Les dirigeants ont commencé à enseigner « pour doctrine des commandements d’hommes4 ». Ils ont perdu les clés de l’autorité et ils se sont coupés des canaux de la révélation. Cette autorité perdue ne pouvait pas être simplement retrouvée. Elle devait être rétablie par les personnes qui en détenaient anciennement les clés5.

    L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours n’est pas la version revue d’une autre Église. Elle n’est pas une adaptation, une correction ni une protestation contre d’autres Églises. Celles-ci ont leur « forme de piété6 », leur bonté et leur valeur.

    Jean-Baptiste a franchi le voile pour conférer la Prêtrise d’Aaron qui « détient les clefs du ministère d’anges, de l’Évangile de repentir et du baptême par immersion pour la rémission des péchés7 ». Pour ordonner quelqu’un, confirmer et conférer le don du Saint-Esprit, il fallait une autorité plus grande8.

    Peu après, Pierre, Jacques et Jean, apôtres du Seigneur, ont rétabli la prêtrise supérieure ou Prêtrise de Melchisédek9, « la Sainte Prêtrise selon l’ordre du Fils de Dieu10 ».

    Le Rétablissement ne s’est pas fait d’un seul coup. Lors d’une série d’apparitions, d’autres prophètes sont venus rétablir les clés de la prêtrise11.

    L’autorité étant rétablie, l’organisation a été révélée. Des apôtres ont été ordonnés, le Collège des douze apôtres et la Première Présidence ont été organisés tels qu’ils étaient anciennement12. Les ordonnances ont été révélées et l’autorité de les accomplir a été donnée.

    Le Livre de Mormon, un autre témoignage de Jésus-Christ, a été traduit et publié. On y trouve « la plénitude de l’Évangile éternel13 ».

    D’autres révélations ont été publiées : les Doctrine et Alliances et la Perle de Grand Prix. Dans ces livres d’Écritures, nous apprenons pourquoi la terre a été créée et qui l’a créée14. Les premiers dirigeants de l’Église y ont trouvé la plénitude de l’Évangile de Jésus-Christ et les principes qu’il requiert de ses disciples.

    Nous avons appris le plan de rédemption, « le grand plan de bonheur15 ». Nous sommes venus sur terre pour être éprouvés et pour acquérir de l’expérience, avec la promesse que, « grâce au sacrifice expiatoire du Christ, tout le genre humain peut être sauvé en obéissant aux lois et aux ordonnances de l’Évangile16 ».

    Avant de venir dans la condition mortelle, nous vivions en tant qu’enfants d’esprit de notre Père céleste17. « Tous les êtres humains, hommes et femmes, sont créés à l’image de Dieu. Chacun [de vous] est un fils ou une fille d’esprit aimé de parents célestes, et, à ce titre, [vous avez] une nature et une destinée divines. Le genre masculin ou féminin est une caractéristique essentielle de l’identité et de la raison d’être individuelle prémortelle, mortelle et éternelle18. »

    Le grand plan du bonheur permet aux relations familiales de perdurer au-delà de la mort. Des ordonnances et des alliances sacrées, que l’on ne peut accomplir qu’au temple, permettent aux personnes de retourner dans la présence de Dieu, et aux familles d’être unies éternellement. Le mariage, la famille et le foyer sont le fondement de l’Église19. Rien n’est plus important, pour l’Église et pour la civilisation elle-même, que la famille !

    Certaines personnes n’ont pas tout dans la condition mortelle parce qu’elles n’ont pas eu l’occasion de se marier et d’avoir des enfants. Mais le grand plan de bonheur et les lois qui le gouvernent continuent après la mort. Notre Père céleste, bon et aimant, veille sur ces personnes et, dans le plan éternel, les bénédictions nécessaires à leur exaltation, dont le mariage et les enfants, ne leur seront pas refusées. Et elles les apprécieront d’autant plus qu’elles les auront attendues et désirées.

    Les révélations nous apprennent que nous n’avons pas à vous dire, jeunes gens, ce qui est bien et ce qui est mal en matière de moralité et de mariage. Le prophète Léhi a enseigné à ses jeunes enfants que « les hommes sont suffisamment instruits pour discerner le bien du mal20 ».

    Le pouvoir de créer un corps mortel étant essentiel à notre bonheur et à notre exaltation, le Seigneur a décrété de graves punitions pour l’utilisation immorale du pouvoir d’engendrer la vie21.

    Satan sait que, s’il peut corrompre le processus de reproduction et pousser les hommes et les femmes à le dégrader en des actes immoraux, il les aura, à ce niveau, privé du plan de bonheur.

    Paul a enseigné : « Dieu… ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter22. »

    Je ne souhaite pas offenser votre sensibilité, jeunes gens merveilleux, mais dans votre monde remplit d’iniquités, vous devez être sur vos gardes.

    Il y a des mots qu’on préfèrerait ne pas prononcer. Ils décrivent des choses auxquelles ont préférerait ne pas penser. Mais vous ne pourrez pas éviter d’être exposés aux tentations liées à la fornication, à l’adultère, à la pornographie, à la prostitution, à la perversion, à la luxure, aux sévices, à ce qui est contre nature, et à tout ce qui en découle.

    On ne peut que difficilement échapper aux paroles vulgaires et dégradantes et aux blagues perverses qui les accompagnent. Tout cela défile devant vous dans les divertissements malsains, dans la musique, les livres, au théâtre, au cinéma, à la télévision et, bien sûr, sur l’Internet.

    Souvenez-vous de la Première Vision quand le jeune Joseph s’est agenouillé dans le bosquet. Immédiatement des ténèbres épaisses l’ont entouré. Il a été saisi par le pouvoir de l’ennemi, un être réel du monde invisible. Il a fait ce que vous pouvez tous faire. Il a fait appel à Dieu, et il a été délivré de la puissance du mal23.

    La prière a un grand pouvoir. En tant que fils ou fille de Dieu, vous pouvez, comme l’a fait Joseph Smith, prier Dieu au nom de Jésus-Christ pour demander de la force24.

    Satan, avec ses anges, tentera de dominer vos pensées et de diriger vos actions. S’il y parvient, il corrompra tout ce qui est bon25. Pour lui, l’Internet est précisément une toile, qu’il utilise pour vous prendre au piège de la pornographie qui devient vite une drogue. Cela conduit au malheur26.

    Des gens agissent dans les domaines politique, social et judiciaire pour redéfinir la moralité et le mariage et les transformer en quelque chose d’incontrôlé, de contre nature et d’interdit. Mais ils ne pourront jamais changer le dessein qui gouverne la vie humaine et le bonheur depuis le commencement. Le malin s’attaque aux passions, aux tendances et aux faiblesses. Il convainc les gens qu’on ne peut pas changer la situation, et il les enrôle dans des activités pour lesquelles ils ne se seraient jamais portés volontaires.

    Mais tôt ou tard, l’étincelle de divinité qui est en chacun d’eux se réveillera. Ils peuvent affirmer leur libre arbitre de fils et filles créés à l’image de Dieu27, et repousser le destructeur. Les situations qu’on leur avait fait croire inévitables changeront, et ils ressentiront le pouvoir rédempteur du Christ28. Leur fardeau sera allégé et leurs souffrances seront guéries29. C’est à tout cela que sert l’expiation du Christ.

    Ils peuvent recevoir leur héritage d’enfants de parents célestes et, malgré la torture et l’agonie de l’épreuve mortelle, savoir qu’ils ne sont pas perdus.

    Dans l’Église, on n’est pas condamné pour des tendances ou des tentations. On est tenu responsable pour les transgressions30. Si, malgré des tentations indignes, vous ne passez pas à l’acte, vous ne serez ni condamnés ni soumis à la discipline de l’Église.

    Nous ne définissons pas les règles, mais il nous est commandé de les enseigner et de les conserver. La règle reste l’abstinence avant le mariage et la fidélité totale dans le mariage. Bien que nous semblions passés de mode, bien que les principes soient dévalorisés, bien que des gens succombent, nous ne succomberons pas, nous ne pouvons pas succomber. L’observance de la règle de la moralité et le respect de la Parole de Sagesse resteront des conditions requises pour l’ordination à la prêtrise, pour une mission et pour une recommandation à l’usage du temple.

    Vous avez reçu le don du Saint-Esprit. Vous entendrez des murmures d’approbation ou de mise en garde quand vous aurez des décisions à prendre31. Le Saint-Esprit peut vous guider pour vous éloigner du mal, et vous ramener sur le bon chemin si vous vous êtes égarés. N’oubliez jamais que vous êtes des fils et des filles de Dieu. Satan ne peut pas vous emprisonner éternellement. Vous avez toujours la clé du repentir pour ouvrir la porte de la prison.

    Si vous, nos jeunes, vous sentez seuls, rappelez-vous que vous êtes des millions dans l’Église maintenant. Des dizaines de milliers d’entre vous sont en mission en ce moment. Vous êtes un exemple visible, un témoignage du Rétablissement, même pour ceux qui ne veulent pas écouter votre message. Où que vous soyez, à l’école, au travail, en train de vous divertir, à l’armée, vous n’êtes jamais seuls.

    Les mots peuvent être utilisés comme des armes contre vous. Si on vous lance le mot différence, saisissez-le et dites : « Je suis déjà différent, et j’ai l’intention de le rester. » Si le mot est tolérance, saisissez-le aussi, et dites : « Je vous demande d’être tolérants envers mon mode de vie qui comporte l’obéissance, l’intégrité, l’abstinence, le repentir. » Si le mot est choix, dites-leur que vous avez choisi la bonne vieille moralité. Vous avez choisi d’être un mari ou une femme digne, un parent digne.

    L’ensemble de l’Église peut se retrouver seule à défendre ces principes. Mais nous ne sommes pas les premiers. Moroni, dernier de son peuple, a dit : « Je reste seul… j’accomplis le commandement de mon père32. » N’ayez pas peur33.

    Lorsque j’étais jeune et tout nouveau dans mon appel, j’ai été envoyé dans l’est des États-Unis pour rencontrer des personnes puissantes et importantes qui bloquaient notre œuvre. En partant pour l’aéroport, je me suis arrêté pour voir Harold B. Lee, notre président, et je lui ai demandé : « Avez-vous des recommandations à me faire ? »

    « Oui, a-t-il dit, souvenez-vous simplement que nous ne sommes pas en 1830, et que nous sommes plus de six. »

    Cela a effacé ma peur. J’ai plaidé notre cause. Le problème a été résolu.

    La société est sur une voie qui a causé la destruction de civilisations entières, et elle mûrit maintenant dans l’iniquité. Notre civilisation est en danger. Vous, jeunes merveilleux, êtes des exemples pour des millions de gens bien de par le monde.

    Je pense à la joie et au bonheur qui vous attendent dans cette vie, et à l’œuvre que vous allez accomplir, et je ne peux pas être découragé.

    Pierre, l’apôtre qui se tenait près du Seigneur, a dit de vous : « Vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière34. »

    Rappelez-vous la grande prophétie suivante :

    « L’étendard de la vérité a été élevé ; aucune main impie ne peut empêcher l’œuvre de progresser… la vérité de Dieu ira de l’avant avec hardiesse, avec noblesse et en toute indépendance, jusqu’à ce qu’elle ait pénétré sur chaque continent, visité chaque contrée, pénétré dans chaque pays et résonné dans chaque oreille, jusqu’à ce que les desseins de Dieu se soient accomplis et que le grand Jéhovah dise que l’œuvre est accomplie35. »

    Lorsque nous étions jeunes, nous chantions souvent le cantique suivant :

    Vas-tu faiblir, ô jeunesse,

    Ne plus défendre ta foi,

    Lorsque l’ennemi t’oppresse,

    Craindre et plier sous sa loi ? Non !

    Tous bien ancrés dans la foi de nos pères,

    Suivons la voie de ces martyrs, nos frères.

    Bras, force et cœur de même ardeur,

    Dieu nous aidant, nous serons vainqueurs.

    Lorsque tu vois la puissance

    Qui mène à l’assaut le mal,

    Vas-tu craignant sa violence,

    Suivre le guide infernal ? Non !

    Pour toi, nous voulons, ô Père,

    Lutter, veiller et servir,

    Aborder d’un cœur sincère

    Les chemins de l’avenir. Oui !

    Nous voulons que ta balance

    Ne nous trouve pas légers,

    Et ton règne qui s’avance

    Nous verra tous préparés. Oui !

    Tous bien ancrés dans la foi de nos pères,

    Suivons la voie de ces martyrs, nos frères.

    Bras, forces et cœur de même ardeur,

    Dieu nous aidant, nous serons vainqueurs36.

    Que Dieu vous bénisse, vous les millions de jeunes de notre Église qui suivez dignement le plan de l’Évangile et qui avez en vous un témoignage profond, le témoignage que nous avons tous et que nous rendons tous. Au nom de Jésus-Christ. Amen.