Responsabilité personnelle de la prêtrise
    Notes de bas de page

    Responsabilité personnelle de la prêtrise

    Lorsque vous êtes ordonnés à un office de la prêtrise, vous recevez une autorité. Mais c’est en utilisant cette autorité en droiture que vous acquérez du pouvoir.

    Mes chers frères de la prêtrise, nous venons de nombreux pays différents mais, comme l’a dit Paul, nous avons le même Seigneur, la même foi et le même baptême1. Mais c’est individuellement et non en groupe que la force de la foi de chacun d’entre nous se développe.

    Par exemple, pensez à la foi d’un garçon qui avait environ huit ans et qui devait subir une opération en urgence pour une appendicite aiguë. Allongé sur la table d’opération, il a regardé le chirurgien et a dit : « Docteur, avant de m’opérer, est-ce que vous voulez bien prier pour moi ? »

    Le chirurgien l’a regardé, stupéfait, et a répondu : « Eh bien non, je ne peux pas prier pour toi. »

    Le garçon a dit alors : « Si vous ne voulez pas prier pour moi, attendez un moment, s’il vous plait. Je vais prier pour moi-même. » Le garçon s’est alors agenouillé sur la table d’opération. Il a croisé les bras et a commencé à prier : « Père céleste, je ne suis qu’un petit orphelin. Je suis très malade et ces médecins vont m’opérer. Est-ce que tu veux bien les aider pour qu’ils le fassent bien ? Père céleste, si tu veux bien me guérir, je serai sage. Merci de me guérir. » Il s’est alors allongé sur le dos, a regardé les médecins et les infirmiers qui avaient les larmes aux yeux et a dit : « Maintenant je suis prêt2. »

    Il s’est complètement rétabli et sa force spirituelle a augmenté. Frères, vous êtes plus âgés, et vous avez reçu la prêtrise. Votre collège de la prêtrise vous donne des occasions de vous faire des amis, de servir et d’apprendre. Cependant votre responsabilité d’augmenter votre pouvoir dans la prêtrise est personnelle. Ce n’est qu’individuellement que vous pouvez acquérir une foi ferme en Dieu et la passion de la prière personnelle. Ce n’est qu’individuellement que vous pouvez respecter les commandements de Dieu. Ce n’est qu’individuellement que vous pouvez vous repentir. Ce n’est qu’individuellement que vous pouvez vous rendre dignes de recevoir les ordonnances du salut et de l’exaltation. Et lorsque vous êtes scellés à votre femme, son pouvoir et son potentiel augmentent les vôtres.

    J’appartiens à un collège de la prêtrise merveilleux. La fraternité qui nous lie est précieuse. Nous prions ensemble ; nous servons ensemble. Nous nous instruisons, nous nous aimons et nous nous soutenons les uns les autres. Les Douze viennent d’horizons différents : du monde des affaires, de l’éducation, de la justice et de la science. Mais aucun n’a été appelé à servir en raison de son expérience professionnelle. En réalité, tous les hommes appelés à des postes de responsabilité dans la prêtrise sont choisis pour ce qu’ils sont et pour ce qu’ils peuvent devenir3.

    Tout au long de votre vie, vous aurez un large éventail de devoirs et de responsabilités. Une grande partie de ces devoirs sont temporaires et vous n’aurez plus à les accomplir lorsque nous serez relevés. (Vous ne verrez probablement pas d’objection à être relevé d’un appel consistant à arracher les mauvaises herbes des champs des fermes d’entraide.) Mais vous ne serez jamais relevés de vos responsabilités liées à votre développement personnel et à celui de votre famille.

    Lorsque vous êtes ordonnés à un office de la prêtrise, vous recevez une autorité. Mais c’est en utilisant cette autorité en droiture que vous acquérez du pouvoir.

    Responsabilité envers le Seigneur.

    Du président de l’Église au diacre le plus récemment ordonné, tous ont une responsabilité envers le Seigneur. Nous devons être fidèles et vivre conformément à tous les principes et à toute la doctrine qu’il nous a donnés. Nous ne pouvons pas nous permettre de transiger sur une révélation ou un commandement qui nous a été confié. Il nous a confié la responsabilité d’édifier le royaume de Dieu et de faire régner sa justice4.

    Un jour, chacun d’entre nous devra rendre compte de sa vie au Seigneur5. Cette réalité transparaissait clairement dans une conversation sérieuse que j’ai eue, il y a quelques années, avec un ami intime qui arrivait à la fin de sa vie dans la condition mortelle. Je lui ai demandé s’il était prêt à mourir. Je me souviendrai toujours de sa réponse. Avec courage et conviction, il a répondu : « Ma vie est prête pour l’inspection. »

    Face à la mort, Joseph Smith, le prophète, a dit : « Je vais comme un agneau à l’abattoir, mais je suis calme comme un matin d’été. J’ai la conscience libre de toute faute envers Dieu et envers tous les hommes6. »

    C’est maintenant qu’il faut vous préparer pour votre entretien final. Vous pourriez vous poser les questions suivantes : « Est-ce que je paye la dîme d’un cœur bien disposé ? Est-ce que j’obéis à la Parole de Sagesse ? Est-ce que mes paroles sont exemptes d’obscénités et de jurons ? Est-ce que je suis juste, du point de vue de la morale ? Est-ce que je suis véritablement reconnaissant de l’Expiation qui réalise ma résurrection et me donne la possibilité d’obtenir la vie éternelle ? Est-ce que je respecte les alliances du temple qui scellent pour toujours les personnes que j’aime à moi ? » Si vous pouvez honnêtement répondre oui, alors vous êtes en train d’acquérir du pouvoir dans la prêtrise.

    Le don du Saint-Esprit peut augmenter ce pouvoir. Les Écritures font mention de personnes qui avaient reçu le Saint-Esprit mais qui ne le savaient pas7. Veillez à ce que cela ne vous arrive pas. Cultivez ce don et soyez dignes de cette promesse de Dieu : « Exprimez les pensées que je mettrai dans votre cœur, et vous ne serez pas confondus devant les hommes. Car ce que vous devrez dire vous sera donné sur l’heure, oui, au moment même8. »

    Responsabilité personnelle et pouvoir de la prêtrise

    L’autorité de la prêtrise a existé au cours de nombreuses dispensations, telles que celle d’Adam, de Noé, d’Hénoch, d’Abraham, de Moïse, du midi des temps, des Jarédites, des Néphites, etc. Toutes les dispensations précédentes étaient limitées dans le temps, puisque chacune d’elles s’est terminée par une apostasie. Elles étaient aussi limitées dans l’espace puisqu’elles concernaient de petites régions de la planète. Par contre, notre dispensation, la dispensation de la plénitude des temps, ne sera pas limitée dans le temps et dans l’espace. Dans le monde entier, elle verra une union totale, complète et parfaite et assemblera les dispensations, les clés, les pouvoirs et les gloires de l’époque d’Adam jusqu’au temps présent9.

    La Prêtrise d’Aaron a été rétablie le 15 mai 1829 par Jean-Baptiste ; la Prêtrise de Melchisédek a été rétablie peu après par Pierre, Jacques et Jean10. D’autres messagers célestes ont conféré des clés de la prêtrise particulières. Moroni détenait les clés du Livre de Mormon11. Moïse a apporté les clés nécessaires pour rassembler Israël et conduire les dix tribus12. Élias a conféré les clés du rétablissement de toutes choses13, notamment de l’alliance abrahamique14. Et Élie a conféré les clés de l’autorité de scellement15.

    Vous savez ce qu’est une clé. Vous avez peut-être la clé de votre maison ou de votre voiture dans votre poche. Les clés de la prêtrise, elles, sont intangibles et invisibles. Elles « mettent en marche » l’autorité de la prêtrise. Certaines clés transmettent même le pouvoir de lier dans les cieux comme sur la terre16.

    Joseph Smith a conféré les clés de la prêtrise aux douze apôtres17. Ces clés ont été transmises aux dirigeants qui lui ont succédé. Aujourd’hui Gordon B. Hinckley détient l’autorité de toutes les clés rétablies détenues par « tous ceux qui ont reçu une dispensation, à quelque époque que ce soit, depuis le début de la création18.

    Lorsqu’on garde cette histoire de la doctrine à l’esprit, il est clair que la prêtrise ne s’achète pas. Un verset d’Écritures affirme : « Personne ne s’attribue cet honneur, si ce n’est celui qui est appelé comme le fut Aaron19. »

    Le fait que vous détenez la prêtrise signifie que vous avez la responsabilité personnelle de magnifier votre appel. Faites que chaque occasion de servir augmente votre pouvoir dans la prêtrise. Suivez l’exemple des prophètes vivants en ce qui concerne votre présentation. Ce faisant, vous montrez, sans même le dire, que vous comprenez l’importance de « la Sainte Prêtrise selon l’ordre du Fils de Dieu20. »

    Frères, lorsque vous avez l’occasion d’utiliser la Prêtrise de Melchisédek, méditez sur ce que vous devez faire. Lorsque vous posez les mains sur la tête d’une autre personne, vous ne faites pas une prière, car, bien entendu, aucune autorité n’est nécessaire pour faire une prière. Vous êtes autorisés à mettre à part, à ordonner, à bénir et à parler au nom du Seigneur21. Souvenez-vous de ses promesses : « Je bénirai celui que tu bénis22 » et « je te donnerai de mon Esprit… et alors, tu connaîtras… toutes les choses qui ont trait aux choses de la justice, croyant, avec foi en moi, que tu recevras23. »

    Jeunes gens, pour magnifier votre appel dans la Prêtrise d’Aaron, vous devez faire des efforts personnels pour atteindre les cinq objectifs personnels suivants :

    • Acquérir une connaissance de l’Évangile de Jésus-Christ,

    • Être dignes d’accomplir un service missionnaire,

    • Rester moralement purs et dignes d’entrer dans le saint temple,

    • Acquérir de l’instruction,

    • Respecter les principes de l’Église et être dignes de votre future femme.

    Comment pouvez-vous vous souvenir de ces cinq objectifs ? C’est facile. Regardez votre main. Pointez l’index vers les Écritures. Puisez en elles une meilleure connaissance de l’Évangile de Jésus-Christ puis vivez en accord avec les enseignements du Christ. Votre majeur vous rappellera d’être dignes du service missionnaire. Votre annulaire vous fera penser au mariage, à la dotation, au scellement et aux bénédictions du temple. Votre auriculaire vous rappellera que la quête de l’instruction est une responsabilité religieuse24. Vous lèverez le pouce et cela vous rappellera de respecter les principes élevés de l’Église et d’être dignes de votre épouse éternelle. La réalisation de ces cinq objectifs vous apportera des bénédictions.

    Détenteurs de la Prêtrise de Melchisédek, vous devez vous qualifier pour entrer dans le degré le plus élevé de la gloire céleste. Pour l’obtenir, « l’homme doit entrer dans cet ordre de la prêtrise (à savoir : la nouvelle alliance éternelle du mariage), sinon, il ne peut l’obtenir25. »

    Vous honorez cette alliance lorsque vous honorez votre femme. La priorité du mari doit être de prendre soin de sa femme. Soyez fidèles à votre femme. Ne regardez jamais de la pornographie et ne prononcez jamais de paroles obscènes. Les choix que nous faisons en vertu du libre arbitre limitent notre libre arbitre à l’avenir. Vous ne pouvez pas utiliser votre libre arbitre puis échapper à la responsabilité de chaque choix.

    N’oubliez jamais « que les droits de la prêtrise sont inséparablement liés aux pouvoirs du ciel » et que ce pouvoir ne peut être maîtrisé ou utilisé que conformément aux principes de la justice26. Si nous utilisons ce pouvoir d’une mauvaise façon, pour couvrir nos péchés, pour assouvir notre orgueil, pour poursuivre une vaine ambition ou pour exercer une emprise sur les autres, avec quelque degré d’injustice que ce soit, nous perdons aussi bien l’autorité que le pouvoir de la prêtrise27.

    Mes frères, servez avec bienveillance, longanimité, gentillesse, douceur, amour sincère, connaissance pure et charité envers tous28. Alors la doctrine de la prêtrise se distillera sur votre âme comme la rosée des cieux29.

    Sachez que nous aimons chacun d’entre vous et que nous vous sommes reconnaissants. Nous vous remercions de votre foi, de votre service et de votre force qui nous soutient. Puissiez-vous être bénis, vous, vos êtres chers et votre postérité, par votre juste quête de pouvoir dans la prêtrise.

    Dieu vit. Jésus est le Christ. Il dirige son Église par l’intermédiaire de ses prophètes et de ses apôtres. J’en témoigne, au nom de Jésus-Christ. Amen.