1990-1999
L’influence d’une bonne vie droite

Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

L’influence d’une bonne vie droite


Quand nous voyons l’image du Christ dans la vie des autres, cela nous aide à le recevoir dans la nôtre.

Mes frè­res, je suis recon­nais­sant de faire par­tie de cette gran­de assem­blée de déten­teurs de la prê­tri­se. Je suis tout par­ti­cu­liè­re­ment recon­nais­sant d’un petit grou­pe de mis­sion­nai­res avec ­lequel mon épou­se et moi-même avons la béné­dic­tion ­d’œuvrer dans la mis­sion de New York Rochester. Parlant peut-être pour tous les pré­si­dents de mis­sion et les ­parents des mis­sion­nai­res, je vou­drais leur dire pen­dant mon absen­ce: «S’il vous plaît, ser­vez avec ­ardeur, condui­sez pru­dem­ment et soyez bons!»


Nous tous qui som­mes déten­teurs de la prê­tri­se de Dieu som­mes enga­gés dans une cause com­mu­ne glo­rieu­se – aider notre Père céles­te à réali­ser l’immor­ta­li­té et la vie éter­nel­le de l’homme (voir Moïse 1:39). Cette tache, dans sa plus sim­ple expres­sion, impli­que que nous nous qua­li­fiions pour rece­voir les béné­dic­tions de l’expia­tion du Sauveur et que nous ­aidions les ­autres à faire de même.


Au cours des ­années, tan­dis que j’ai lutté ­contre mes fai­bles­ses et ­essayé, à ma maniè­re, d’aider les ­autres à sur­mon­ter les leurs, j’ai reçu un sou­tien et une moti­va­tion de plu­sieurs sour­ces. La priè­re per­son­nel­le, ma connais­san­ce d’un Père céles­te ­aimant et qui s’inté­res­sait à moi, son plan de salut, les Ecritures, le tem­ple et les inci­ta­tions du Saint-Esprit m’ont tout par­ti­cu­liè­re­ment aidé. Cependant, l’influen­ce et l’inspi­ra­tion four­nies par la vie de per­son­nes ­nobles m’ont été, d’une cer­tai­ne maniè­re, plus immé­dia­te­ment uti­les. Je suis tou­jours impres­sion­né et pro­fon­dé­ment tou­ché par l’influen­ce de, ne ­serait-ce qu’une seule vie droi­te.


Parmi les vies exem­plai­re de la riche his­toi­re de notre peu­ple, je ne vais racon­ter que deux exem­ples. Le pre­mier est tiré de la vie de Joseph Smith, le pro­phè­te.


Au cours d’un dur hiver en pri­son à Richmond, au Missouri, Joseph et envi­ron 50 ­autres frè­res ont subi de dures épreu­ves. L’une des plus gran­des a été de sup­por­ter les blas­phè­mes et le lan­ga­ge dégoû­tant de leurs gar­des qui se van­taient de leur cruau­té indes­crip­ti­ble ­envers les ­saints:


Au cours d’une nuit plus par­ti­cu­liè­re­ment péni­ble Parley P. Pratt écri­vit:


«J’avais écou­té jusqu’à ce que je fusse si dégoû­té, cho­qué et hor­ri­fié, et si rem­pli de ­l’esprit de jus­ti­ce indi­gnée que j’avais du mal à m’empê­cher de me lever et de répri­man­der les gar­des; mais je n’avais rien dit à Joseph ni à per­son­ne d’autre, bien que je fusse cou­ché à côté de lui et susse qu’il était ­éveillé. Soudain il se leva et parla d’une voix de ton­ner­re, comme un lion rugis­sant, dis­ant, dans la mesu­re où je peux m’en sou­ve­nir, ce qui suit:


«Silence, ­démons du gouf­fre infer­nal! Au nom de Jésus-Christ je vous répri­man­de, et je vous com­man­de vous taire. Je ne ­vivrai pas un ­instant de plus pour enten­dre ­pareil lan­ga­ge. Cessez ce genre de conver­sa­tion ou bien vous ou moi mour­rons à ­l’instant!


«Il cessa de par­ler! Il se ­tenait droit avec une majes­té ter­ri­ble. Enchaîné, sans arme, calme, ­serein et digne comme un ange, il ­posait les yeux sur les gar­des trem­blants qui bais­sè­rent leurs armes ou les lais­sè­rent tom­ber par terre, et qui, se blo­tis­sant dans un coin ou ram­pant à ses pieds, lui deman­dè­rent par­don et res­tè­rent silen­cieux jusqu’à la relè­ve de la garde.


«J’ai vu les magis­trats», pour­sui­vit frère Pratt, «revê­tus de robes et des cri­mi­nels accu­sés ­devant eux, alors que la vie était sus­pen­due à un souf­fle, dans les tri­bu­naux d’Angleterre; j’ai vu un Congrès en ses­sion solen­nel­le pour don­ner des lois à des ­nations; j’ai ­essayé de conce­voir des rois, des cours roya­les, des trô­nes et des cou­ron­nes, et des empe­reurs assem­blés pour déci­der du des­tin de royau­mes; mais la digni­té et la majes­té, je ne les ai vues qu’une fois, tan­dis qu’elles ­étaient enchaî­nées, à ­minuit, dans un ­cachot d’un villa­ge obs­cur du Missouri» (Autobiophy of Parley P. Pratt, Salt Lake City, Deseret Book Company, 1985, p. 178-181).


Cette image du pro­phè­te Joseph répri­man­dant cou­ra­geu­se­ment les for­ces du mal nous moti­ve-t-elle à faire de même?


Le deuxiè­me exem­ple est tiré de la vie de Willard Bean, un homme remar­qua­ble connu sous le nom de minis­tre com­bat­tant. Au prin­temps 1915, Joseph F. Smith, pré­si­dent de l’Eglise, appe­la Willard et sa jeune épou­se, Rebecca à faire une mis­sion de cinq ­années ou plus à Palmyra, dans l’Etat de New York. Leur tâche consis­tait à occu­per la mai­son et la ferme de Joseph Smith récem­ment acqui­ses et à réta­blir l’Eglise dans l’envi­ron­ne­ment hos­ti­le qui pré­va­lait enco­re à l’épo­que, à Palmyra.


Les Beans ­étaient reje­tés par­tout quand ils se sont instal­lés dans la mai­son des Smith. Les gens du villa­ge ne leur par­laient pas et ne les ser­vaient pas dans les maga­sins. Les pas­sants s’arrê­taient ­devant leur mai­son et lan­çaient des inju­res. Leurs ­enfants ­étaient relé­gués au fond de la clas­se et mis en qua­ran­tai­ne par les ­autres ­enfants.


Willard, qui était un ath­lè­te accom­pli et qui avait gagné des champ­ion­nats de boxe, déci­da d’amé­lio­rer les rela­tions publi­ques en orga­ni­sant un tour­noi de boxe à Palmyra. Un ring fut monté dans le vieux théâ­tre, et le minis­tre com­bat­tant lança un défi à tous ceux qui vou­laient bien faire un match de boxe.


Quand le soir du tour­noi arri­va, les hom­mes les plus durs de Palmyra s’assi­rent au pre­mier rang. L’un après l’autre, ils entrè­rent sur le ring, juste le temps d’être sorti au bout de quel­ques secon­des. Cela conti­nua jusqu’à ce que le sep­tiè­me can­di­dat fut ­envoyé au tapis.


Les ­talents de com­bat­tant de frère Bean ­furent uti­li­sés d’une maniè­re plus spon­ta­née à une autre occa­sion tan­dis qu’il mar­chait dans les rues hos­ti­les de Palmyra. Un homme qui arro­sait sa pelou­se cet après-midi-là retour­na sub­ite­ment le tuyau vers Willard et lança avec sar­cas­me: «J’ai enten­du dire que vous bap­ti­siez par immer­sion.» L’agile Willard sauta vive­ment par-des­sus la bar­riè­re qui les sépa­rait et répon­dit: «oui, et nous ­croyons aussi à l’impo­si­tion des mains!» (Willard Bean, «The Fighting Parson», p. 14).


Quoique les métho­des de frère Bean aient été peu ortho­doxes et vrai­ment pas com­pa­ti­bles avec le pro­gram­me mis­sion­nai­re aujourd’hui approu­vé par l’Eglise, elles ­étaient cepen­dant effi­ca­ces. Les gens de Palmyra com­men­cè­rent à accep­ter les Beans comme les bra­ves gens qu’ils ­étaient. Plus tard, ils ­furent invi­tés dans les égli­ses de la loca­li­té et à se join­dre aux orga­ni­sa­tions civi­ques de l’épo­que. Ils éta­bli­rent une bran­che de l’Eglise et aidè­rent à acqué­rir la col­li­ne Cumorah et les fer­mes de Martin Harris et de Peter Whitmer. Les cinq ­années ou plus de mis­sion aux­quel­les le pro­phè­te les ­avaient appe­lés s’éten­di­rent sur près de 25 ans. Pendant cette pério­de, l’atti­tu­de des gens de Palmyra était pas­sée de l’hos­ti­li­té ­envers les Beans à la tolé­ran­ce, puis à l’admi­ra­tion et fina­le­ment à l’amour. L’influen­ce de vies droi­tes est véri­ta­ble­ment gran­de.


Je suis, aussi, per­son­nel­le­ment très moti­vé par les modes­tes ­écrits et les tra­di­tions ora­les de mes pro­pres ancê­tres. Par exem­ple, quand il était jeune, mon grand-père se leva un matin de Noël avec une gran­de impa­tien­ce. Il sor­tit de la cham­bre où il dor­mait pour véri­fier les chaus­set­tes qu’il avait accro­chées au-des­sus de la che­mi­née la ­veille au soir. A sa gran­de décep­tion, il décou­vrit que tout son Noël cette année-là se résu­mait à un bon­bon à la men­the. Il eut immé­dia­te­ment une gran­de déci­sion à pren­dre: ­devait-il man­ger le bon­bon dans une gran­de bouf­fée de par­fum ou ­devait-il le faire durer? La rare­té d’une telle frian­di­se le pous­sa à la faire durer. Il lécha déli­ca­te­ment l’uni­que bon­bon plu­sieurs fois, le mit dans un ­papier et le cacha sous son mate­las. Tous les diman­ches sui­vants, après le déjeu­ner, il sor­tait le tré­sor de sous son lit et se réjouis­sait de sucer un peu le bon­bon. De cette maniè­re, il put appré­cier le bon­bon pen­dant l’année entiè­re.


Ce n’est évi­dem­ment pas un récit bien héroï­que. Mais, mal­gré tout, en ces temps d’indul­gen­ce extrê­me et d’excès, c’est assez inspi­rant et édi­fiant pour moi de ­savoir qu’un peu des qua­li­tés de fru­ga­li­té de mon arriè­re-grand-père coule dans mes vei­nes.


Le Seigneur est cer­tai­ne­ment cons­cient de notre ­besoin de res­sen­tir l’influen­ce de bon­nes per­son­nes. C’est peut-être une des rai­sons pour les­quel­les il a éta­bli un modè­le de tra­vail en équi­pe quand nous ­œuvrons ensem­ble par la prê­tri­se pour le ser­vir lui et ses ­enfants. C’est peut-être pour­quoi il a ­conseillé: «Si quelqu’un d’entre vous est fort dans l’Esprit, qu’il amène celui qui est fai­ble, afin qu’il soit édi­fié en toute humi­li­té, afin qu’il devien­ne fort aussi» (D&A 84:106).


J’ai per­son­nel­le­ment expé­ri­men­té le béné­fi­ce d’un tel appren­tis­sa­ge dans la prê­tri­se. Au cours des ­années où je déte­nais la Prêtrise d’Aaron, un homme qui, ce soir, est un patriar­che aux che­veux argen­tés, est deve­nu mon com­pa­gnon ­senior de visi­tes au foyer. Sous sa sage tutel­le et en dépit d’une résis­tan­ce consi­dé­ra­ble de ma part, j’ai ­appris pour la pre­miè­re fois à «aver­tir, inter­pré­ter, exhor­ter et ensei­gner et invi­ter tout le monde à venir au Christ.» (D&A 20:59). Quand le ­moment est venu à l’âge de 19 ans de faire une mis­sion à plein temps, je n’avais pas vrai­ment ­besoin d’un cours de pré­pa­ra­tion mis­sion­nai­re; j’en avais eu un! Je remer­cie Dieu de l’amour et de l’influen­ce de tels ensei­gnants.


Avant de conclu­re, j’espè­re que vous par­don­ne­rez une réfé­ren­ce per­son­nel­le à mon père et à l’influen­ce de sa vie droi­te sur la mien­ne. Durant plus d’un demi siè­cle, j’ai pro­fi­té de sa sages­se, de sa géné­ro­si­té et de sa bonté. Je ne suis pas cer­tain d’avoir pris cons­cien­ce de l’éten­due de son influen­ce jusqu’à récem­ment quand je me pré­pa­rais à ren­trer à la mai­son après la der­niè­re ses­sion d’une confé­ren­ce de pieu à laquel­le j’avais été ­envoyé. Un frère âgé est venu me voir. Il me remer­cia d’être venu et, fai­sant réfé­ren­ce aux nom­breu­ses fois où j’avais cité mon père et fait réfé­ren­ce à ses ensei­gne­ments pen­dant les ses­sions de la confé­ren­ce, il dit: «Frère Jensen, si vous êtes enco­re invi­té à visi­ter notre pieu, pour­quoi ne pas sim­ple­ment ­envoyer votre père!» Mon ­espoir est d’avoir, dans des pro­por­tions plus modes­tes, une influen­ce béné­fi­que sem­bla­ble dura­ble sur la vie de nos ­enfants.


La liste des per­son­nes vaillan­tes qui tou­chent notre vie ­inclut les mem­bres de la ­famille, les com­pa­gnons mis­sion­nai­res, les amis, les diri­geants de l’Eglise, les ensei­gnants et les asso­ciés de mul­ti­ples ­milieux. Nous en connais­sons cer­tains de répu­ta­tion et ­d’autres per­son­nel­le­ment. L’influen­ce moins évi­den­te est celle que la plu­part d’entre nous avons peut-être sur la vie des ­autres. Cette inter­ac­tion est pour moi l’une des rai­sons pour les­quel­les un grou­pe de ­saints des der­niers jours fidè­le est un élé­ment fon­da­men­tal de l’Evangile. Cela expli­que aussi pour­quoi nous cons­trui­sons des sal­les de réuni­ons plu­tôt que des cloî­tres.


C’est grâce à la vie de bon­nes per­son­nes que nous deve­nons plus pro­ches de la vie du plus grand de tous les ­vivants. Quand nous ­voyons l’image du Christ dans la vie des ­autres, cela nous aide à le rece­voir dans la nôtre.


Je remer­cie Dieu de la béné­dic­tion que sont les bon­nes per­son­nes dans la vie de cha­cun d’entre nous et je prie que nous accom­plis­sions ­autant que pos­si­ble le même but dans la vie des ­autres. Au nom de Jésus-Christ, amen. 9