Le message unique de Jésus-Christ

    Notes de bas de page
    Theme

    Le message unique de Jésus-Christ


    Comme Mormon autre­fois, je décla­re: «Voici, je suis dis­ci­ple de Jésus-Christ, le Fils de Dieu. J’ai été appe­lé de lui pour décla­rer sa paro­le parmi son peu­ple, afin qu’il ait la vie éter­nel­le.»

    C’est à moi de vous par­ler. Il y a dix-neuf ans, après avoir été mis à part par le Collège des Douze dans le tem­ple comme assis­tant des douze apô­tres, LeGrand Richards m’a fait deux décla­ra­tions sages. Depuis que l’on m’a parlé de cet appel, elles me revien­nent sans cesse à ­l’esprit ces cin­quan­te der­niè­res heu­res. La pre­miè­re était la sui­van­te: «Comme c’est épa­tant d’être un jeune homme et d’avoir la vie entiè­re ­devant soi.» J’avais alors qua­ran­te-deux ans. J’en ai main­te­nant soixan­te et un, et je suis de nou­veau un jeune homme. Certains hom­mes assis sur l’estra­de sont apô­tres et dans la Première Présidence ­depuis une tren­tai­ne ­d’années.


    La deuxiè­me décla­ra­tion que LeGrand Richards m’a faite était que cha­que fois qu’il rece­vait un nou­vel appel dans l’Eglise, c’était comme si on ­secouait un chêne; quand on ­secouait le chêne, un gland tom­bait et ger­mait, ce qui lui per­met­tait de recom­men­cer à zéro dans cet appel: «Vous savez, ma vie res­sem­ble à un grand chêne. Je vou­drais deve­nir un grand chêne.» Puis il a ajou­té: «J’ai été dans les affai­res et on a ­secoué le grand chêne. Un gland est tombé et on m’a ­envoyé comme pré­si­dent de mis­sion. Alors, un autre chêne a pous­sé; et on m’a ­envoyé comme pré­si­dent de mis­sion une deuxiè­me, puis une troi­siè­me fois.» Puis LeGrand Richards a dit qu’il a été évê­que pré­si­dent. Chaque fois qu’on ­secouait le chêne, un gland tom­bait à terre et ger­mait.


    Aujourd’hui, je vois que le chêne a été ­secoué. Un gland a germé; c’est un recom­men­ce­ment.


    Mes frè­res et sœurs, je suis recon­nais­sant de la force que m’appor­tent votre foi et vos priè­res. J’ai ­besoin de vos priè­res à l’occa­sion de mon appel. Je décou­vre que le fait d’être apô­tre du Seigneur me pous­se à me repen­tir et à deve­nir plus hum­ble, à ren­trer en moi-même comme nous en avons reçu le ­conseil et à deman­der le par­don et la force d’être comme je ­devrais. Malheureusement, je ne suis pas par­fait, et l’infailli­bi­li­té ne vient pas avec l’appel. Je dois donc deman­der que mon Père céles­te me par­don­ne ce que j’ai fait qui est moins que par­fait, et je deman­de à tous ceux que j’ai offen­sés cons­ciem­ment ou incons­ciem­ment en rai­son de ma per­son­na­li­té ou de ma façon d’être, de me par­don­ner.


    La force que je rece­vrai grâce à vos priè­res sera ines­ti­ma­ble. Elle me per­met­tra d’acqué­rir la force spi­ri­tuel­le néces­sai­re pour que ma voix et mon témoi­gna­ge du Seigneur Jésus-Christ tou­chent le cœur de ceux qui l’enten­dront.


    J’expri­me ma recon­nais­san­ce ­envers mes ­parents, mon frère, qui est décé­dé, et ma sœur pour leur exem­ple plein d’amour. Je suis recon­nais­sant ­envers les nom­breux instruc­teurs et diri­geants de la prê­tri­se qui, de semai­ne en semai­ne, s’effor­cent d’appren­dre aux jeu­nes à aimer le Seigneur. Je veux aussi mani­fes­ter ma recon­nais­san­ce et mon amour pro­fond pour ma femme, nos ­enfants et nos ­petits-­enfants. J’ai eu l’hon­neur de ­côtoyer les ­meilleurs Frères ici-bas en tra­vaillant ensem­ble dans le col­lè­ge des soixan­te-dix et en édi­fiant notre témoi­gna­ge afin de pro­mou­voir l’œuvre du Seigneur.


    A la fin de cet épi­so­de de mon inten­dan­ce en qua­li­té d’évê­que pré­si­dent, je veux sou­hai­ter la bien­ve­nue et appor­ter mon sou­tien à frère Bateman comme évê­que pré­si­dent de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et lui dire qu’il connaî­tra des expé­rien­ces mer­veilleu­ses dans son appel.


    J’aime les qua­tre ­conseillers qui ont servi avec moi: frère Eyring, frère Pace, frère Burton et frère Edgley. Ce sont des hom­mes d’une spi­ri­tua­li­té pro­fon­de et d’un dévoue­ment réel. Leur amour pour le Seigneur m’a servi d’exem­ple. Je veux aussi remer­cier l’équi­pe loya­le du ­bureau de l’Episcopat pré­si­dent, au siège de l’Eglise comme dans le monde ­entier, et lui expri­mer mon esti­me. Je ter­mi­ne­rai d’expri­mer mon esti­me en remer­ciant les ­saints du monde ­entier pour leurs ­talents et leurs ­œuvres fidè­les. L’Eglise comp­te tant de mem­bres très fidè­les! Je ­connais les dîmes, les dons et les offran­des fai­tes de plein gré pour sou­te­nir les ­efforts d’entrai­de et ­d’action huma­ni­tai­re. Cette œuvre est mer­veilleu­se et l’Eglise est mer­veilleu­se grâce aux mem­bres magni­fi­ques qui, cha­cun dans son appel, appli­quent les prin­ci­pes de l’Evangile et don­nent l’exem­ple à ceux d’entre nous qui par­cou­rent le monde et les ren­con­trent.


    Mon témoi­gna­ge s’est déve­lop­pé par tou­tes les per­son­nes qui m’ont édi­fié, ­instruit et aidé par l’exem­ple de leur vie confor­me à l’Evangile. Je serai éter­nel­le­ment recon­nais­sant ­envers les nom­breu­ses per­son­nes de qua­li­té qui, en ser­vant le Seigneur, ont été une béné­dic­tion dans ma vie.


    Je veux témoi­gner de ce que le pré­si­dent Hinckley nous a ensei­gné hier soir sur le gou­ver­ne­ment de l’Eglise, lors de la réuni­on de la prê­tri­se. Chaque jour ces neuf der­niè­res ­années, j’ai pu cons­ta­ter la sages­se du plan du Seigneur tel qu’il fonc­tion­ne actuel­le­ment. Mais cela ter­mi­ne un cha­pi­tre. Le chêne a été ­secoué, le gland est tombé et a germé.


    C’est Pâques et nous com­mé­mo­rons la résur­rec­tion du Sauveur et Seigneur après trois jours. Pendant le reste de ma vie ter­res­tre, j’aurai l’occa­sion de ren­dre témoi­gna­ge en qua­li­té de ­témoin spé­cial de notre Sauveur Jésus-Christ.


    Jésus-Christ est Dieu (voir Abraham 2:7-8); il est le Jéhovah de l’Ancien tes­ta­ment; il est le Sauveur du Nouveau Testament.


    Jésus-Christ a habi­té dans les cieux avec son Père (voir Jean 1:1-5), et nous avons habi­té avec eux en tant ­qu’enfants ­d’esprit de Dieu le Père.


    Jésus-Christ a pré­sen­té le plan de son Père éter­nel, plan dont nous fai­sons tous par­tie. Nous ­venons ici-bas pour être mis à l’épreu­ve ­durant cette pério­de pro­ba­toi­re et pour connaî­tre l’oppo­si­tion en tou­tes cho­ses. Par le prin­ci­pe éter­nel du libre arbi­tre, nous som­mes ­libres de choi­sir la liber­té et la vie éter­nel­le et de retour­ner avec hon­neur en pré­sen­ce de Dieu si nous ­menons une vie juste; ou de choi­sir la cap­ti­vi­té et la mort spi­ri­tuel­le (voir Moïse 4:1-4).


    Jésus-Christ est le Créateur de tou­tes cho­ses ici-bas, sous la direc­tion de son Père (voir Moïse 1:33; Ephésiens 3:9). «Le Père a ­envoyé le Fils comme Sauveur du monde» (1 Jean 4:14).


    Jésus-Christ est venu ici-bas, né de Marie, mère mor­tel­le. Son Père était le Très-Haut (voir Luc 1:26-35).


    Jésus-Christ a été bap­ti­sé par immer­sion par Jean-Baptiste, et le Saint-Esprit s’est mani­fes­té en des­cen­dant sur lui «comme une colom­be» (Marc 1:10). Son Père a dit: «Tu es mon Fils bien-aimé, objet de mon affec­tion» (Marc 1:11).


    Jésus-Christ a orga­ni­sé son Eglise et a choi­si douze apô­tres, et aussi des pro­phè­tes, des soixan­te-dix et des évan­gé­lis­tes (voir Ephésiens 4:11; Luc 6:13; 10:1).


    Le mes­sa­ge de Jésus-Christ est uni­que. Il se tient entre nous et son Père; il est le Médiateur (voir D&A 76:41-43; Jean 3:17). Par lui et en lui, tout le genre ­humain sera sauvé.


    Jésus-Christ est le Rédempteur, notre Sauveur; il est le seul qui, né d’une mère mor­tel­le et d’un Père immor­tel, pou­vait accom­plir le sacri­fi­ce expia­toi­re et mou­rir pour sau­ver tout le genre ­humain. Il l’a fait de son plein gré (voir Matthieu 26:39; Marc 14:34-36; Luc 22:41-42).


    Jésus-Christ est res­sus­ci­té et est appa­ru à beau­coup de gens après sa résur­rec­tion (voir Jean 20:11-30; Luc 24:13-44). Il nous a ­appris les carac­té­ris­ti­ques phy­si­ques d’un être res­sus­ci­té et nous a dit que nous pou­vions sui­vre son exem­ple et que nous pour­rions pro­gres­ser et deve­nir comme lui.


    L’ascen­sion de Jésus-Christ au ciel ­devant les yeux de ses dis­ci­ples a été accom­pa­gnée de la pro­mes­se qu’il revien­drait de la même maniè­re (voir Actes 1:9-11; Marc 16:19-20; Luc 24:51-53). La secon­de venue de Jésus-Christ est pro­che, puis­que les ­signes de la secon­de venue sont en voie d’accom­plis­se­ment aujourd’hui même.


    Jésus-Christ est appa­ru avec son Père et a réta­bli la même orga­ni­sa­tion qu’il a éta­blie pen­dant son minis­tè­re par l’inter­mé­diai­re de Joseph Smith, le pro­phè­te, en ces der­niers jours. Outre la Bible, le Livre de Mormon a été révé­lé au monde comme un autre témoi­gna­ge de son appel et de son minis­tè­re ­divins.


    Jésus-Christ diri­ge et guide son Eglise de nos jours par la révé­la­tion adres­sée à un pro­phè­te, Ezra Taft Benson, et à ses ­conseillers dans la Première Présidence et aux douze apô­tres: la même orga­ni­sa­tion qu’il a éta­blie quand il était ici-bas (voir D&A 102:9, 23; Articles de Foi 1:6).


    L’exhor­ta­tion de Jésus-Christ: «Viens, et suis-moi» et «Toi, suis-moi» est l’invi­ta­tion qu’il a lan­cée à cha­cun d’entre nous (voir Matthieu 19:21; Jean 21:23). Il a vécu dans la pré­exis­ten­ce dans le monde des ­esprits; il a demeu­ré et nous avons demeu­ré avec Dieu le Père. Il est le Fils, Jésus-Christ.


    Nous avons revê­tu un corps mor­tel. Nous ­aurons de l’oppo­si­tion; nous goû­te­rons la mort et nous res­sus­ci­te­rons grâce au sacri­fi­ce expia­toi­re de Jésus-Christ.


    Je vou­drais ter­mi­ner mon témoi­gna­ge comme l’a fait le pro­phè­te Mormon peu après la nais­san­ce du Sauveur:


    «Voici, je suis dis­ci­ple de Jésus-Christ, le Fils de Dieu. J’ai été appe­lé de lui pour décla­rer sa paro­le parmi son peu­ple, afin qu’il ait la vie éter­nel­le» (3 Néphi 5:13).


    Au nom de Jésus-Christ. Amen.