1990-1999
La gratitude

Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

La gratitude


Je pense qu’un des plus grands péchés que nous commettons en tant qu’enfants de Dieu est celui de l’ingratitude.

Le psal­mis­te a posé la ques­tion: Quand je regar­de tes cieux, ouvra­ge de tes mains,


La lune et les étoi­les que tu as éta­blies;


Qu’est-ce que l’homme, pour que tu te sou­vien­nes de lui?


Et le fils de l’homme, pour que tu pren­nes garde à lui?


Tu l’as fait de peu infé­rieur à Dieu,


Tu l’as cou­ron­né de gloi­re et de splen­deur.


Tu lui as donné la domi­na­tion sur les ­œuvres de tes mains. Tu as tout mis sous ses pieds.


Cela sou­li­gne bien notre impor­tan­ce à nous, ses ­enfants, dans la vie ter­res­tre et dans la vie éter­nel­le. L’Eternel posa éga­le­ment la ques­tion sui­van­te à Job:


Où étais-tu quand je fon­dais la terre?


Déclare-le si tu le sais, avec ton intel­li­gen­ce.


Qui en a fixé les mesu­res, le sais-tu?


Où qui a éten­du sur elle le cor­deau?


Dans quoi ses bases sont-elles enfon­cées?


Qui en a posé la pier­re angu­lai­re, alors que les étoi­les du matin chan­taient en ­champs de tri­om­phe, et que tous les fils de Dieu lan­çaient des excla­ma­tions?» (Job 38:4-7).


Frères et sœurs, nous ­étions dans le grand ­conseil des cieux quand ce plan fut pré­sen­té; et nous ­étions heu­reux d’avoir l’hon­neur, l’occa­sion et la béné­dic­tion de venir ici-bas pren­dre un corps qui nous per­met­trait d’avoir des expé­rien­ces afin de connaî­tre le bien et le mal. Mes frè­res et sœurs, com­bien nous som­mes heu­reux d’avoir eu part au plan de rédemp­tion, et non de res­sen­tir ce qu’à expri­mé Paul aux Corinthiens: «Si c’est dans cette vie seu­le­ment que nous espé­rons en Christ, nous som­mes les plus mal­heu­reux de tous les hom­mes.» (1 Corinthiens 15:19). Sommes-nous dis­po­sés à faire preu­ve de gra­ti­tu­de pour nos béné­dic­tions et notre connais­san­ce?


Je pense qu’un des plus ­grands ­péchés que nous com­met­tons nous, ­enfants de notre Père céles­te, est le péché d’ingra­ti­tu­de. Joseph F. Smith a dit dans un de ses dis­cours que lors­que nous ­voyons quelqu’un qui a reçu plus de dons ou plus d’intel­li­gen­ce que ­d’autres, et qu’à cause de cela on l’accla­me pour son suc­cès, sou­vent cette per­son­ne attri­bue son suc­cès à ses pro­pres res­sour­ces et à son éner­gie, ses ­efforts et son intel­li­gen­ce. Au lieu de recon­naî­tre la main de Dieu dans son suc­cès, il igno­re Dieu et s’en attri­bue l’hon­neur (voir Journal of Discourses, 25:53).


Pour tou­tes les gran­des décou­ver­tes de la scien­ce et de l’art et pour tous les pro­grès de l’épo­que, le monde dit: «C’est notre œuvre!» Chacun dit: «C’est moi qui l’ai fait!» sans hono­rer Dieu ou lui en attri­buer le méri­te. Le pré­si­dent Smith pour­suit: «L’un des plus ­grands ­péchés dont les habi­tants de la terre sont cou­pa­bles de nos jours c’est le péché d’ingra­ti­tu­de.» (Journal of Discourses, 25:52).


J’ima­gi­ne que la plu­part d’entre nous ne consi­dè­rent pas cela comme un péché grave. Nous avons ten­dan­ce dans nos priè­res – même les plus fer­ven­tes – de ne deman­der rien d’autre au Seigneur que davan­tage de béné­dic­tions. Je crois que nous ­devrions par­fois consa­crer davan­tage de nos priè­res à expri­mer plus lon­gue­ment notre recon­nais­san­ce pour les béné­dic­tions que nous avons déjà. Nous avons, bien sûr, cha­que jour ­besoin des béné­dic­tions du Seigneur. Cependant, si nous ­péchons dans nos priè­res, je crois que c’est par man­que de recon­nais­san­ce pour les béné­dic­tions de cha­que jour. Dieu n’est pas satis­fait des habi­tants de la terre, mais en colè­re ­contre eux parce qu’ils ne recon­nais­sent pas sa main en tou­tes cho­ses.


«Et il n’est pas de chose où l’homme offen­se ­autant Dieu qu’en ne confes­sant pas sa main en tou­tes cho­ses et en n’obéis­sant pas à ses com­man­de­ments.» (D&A 59:21)


Un exem­ple clas­si­que d’ingra­ti­tu­de rela­té par le Sauveur se trou­ve dans le cha­pi­tre 17 de Luc:


Au cours de son voya­ge vers Jérusalem, Jésus pas­sait entre la Samarie et la Galilée. Comme il ­entrait dans un villa­ge, dix ­lépreux vin­rent à sa ren­con­tre et se ­tenaient à dis­tan­ce. Ils éle­vè­rent la voix et ­dirent: Jésus, Maître, aie pitié de nous! En les ­voyant, il leur dit: Allez vous mon­trer aux sacri­fi­ca­teurs. Et pen­dant qu’ils y ­allaient, il arri­va qu’ils ­furent puri­fiés. L’un d’eux se ­voyant guéri, ­revint sur ses pas et glo­ri­fia Dieu à haute voix. Il tomba face ­contre terre aux pieds de Jésus et lui ren­dit grâ­ces. C’était un Samaritain. Jésus prit la paro­le et dit: «Les dix n’ont-ils pas été puri­fiés? [Mais] les neuf ­autres, où sont-ils? Ne s’est-il trou­vé que cet étran­ger pour reve­nir et don­ner gloi­re à Dieu? Puis il lui dit: Lève-toi, va; ta foi t’a souvé.» (Luc 17:11-19).


Je rends grâ­ces publi­que­ment. Je remer­cie Dieu de pou­voir vous ren­dre mon témoi­gna­ge aujourd’hui que je ­connais et com­prends le plan de notre Père, que je peux l’accep­ter avec dévoue­ment et recon­nais­san­ce, ­sachant pour­quoi il nous a mis ici-bas. Je suis recon­nais­sant que le Seigneur nous aime au point d’avoir per­mis que son Fils uni­que soit cru­ci­fié pour nous. Je suis aussi recon­nais­sant pour Joseph Smith qui était, qui est et sera tou­jours un pro­phè­te de Dieu, ordon­né et choi­si pour se tenir à la tête de la dis­pen­sa­tion de la plé­ni­tu­de des temps, avec tou­tes les clefs qu’il faut pour ­ouvrir la porte du royau­me de Dieu.


Je suis recon­nais­sant de ce que le Seigneur m’a per­mis d’être à son ser­vi­ce, ce qui est un grand hon­neur. J’ai ­essayé de me ­dévouer à ses prin­ci­pes ­sacrés et à ses ­enfants ici-bas.


Je suis recon­nais­sant des souf­fran­ces dans la chair, qui ont été des béné­dic­tions pour moi parce qu’elles m’ont ­appris la patien­ce, la foi et la sen­si­bi­li­té ­envers ceux qui sont moins for­tu­nés que moi. Je suis recon­nais­sant de mon patri­moi­ne, de mes ancê­tres qui se sont ­dévoués pour l’œuvre du Seigneur, qui ont sacri­fié leur bien-être et même leur vie pour leur foi en Dieu. Combien j’ai été béni d’avoir eu des ­parents ­dignes qui m’ont ensei­gné de maniè­re douce et aiman­te les prin­ci­pes du salut par ­l’action et l’exem­ple!


Je suis recon­nais­sant de ma femme aiman­te et éter­nel­le, qui aime le Seigneur et com­prend son plan. C’est une femme d’une gran­de patien­ce et d’une gran­de com­pré­hen­sion. Je suis recon­nais­sant d’avoir des ­enfants et des ­petits-­enfants qui me sou­tien­nent. Je ­connais bien la joie d’un père qui ­reçoit la recon­nais­san­ce et l’amour de ses ­enfants. Je ­n’aurais pas pu deman­der de ­meilleurs ­enfants et ­petits-­enfants.


Je suis recon­nais­sant d’avoir pu consul­ter en ­conseil les per­son­nes avec qui j’œuvre et qui ont la res­pon­sa­bi­li­té du royau­me de notre Père ici-bas. Ce sont de ­grands hom­mes, des hom­mes ­dévoués, des hom­mes qui ont un amour sans réser­ve pour l’un l’autre et pour leur Dieu.


Combien je suis béni d’avoir pu être asso­cié aux ­saints du monde ­entier! Cela m’a appor­té une gran­de joie et une gran­de satis­fac­tion, même un témoi­gna­ge plus fort de la maniè­re dont le Seigneur tra­vaille.


Vraiment, j’ai été béni au-delà de ce que je méri­te. Dans les jours qui vien­nent, je prie que l’on puis­se dire de moi, sui­vant les paro­les d’Abraham Lincoln: «Lorsque je mour­rai, je vou­drais que ceux qui me connais­sent le mieux, dis­ent que j’ai tou­jours arra­ché une ronce pour plan­ter une rose à sa place si je pen­sais qu’elle pou­vait y pous­ser.» J’ai ­appris que dans la vie les dif­fi­cul­tés ne sont que des béné­dic­tions dégui­sées si nous les accep­tons avec humi­li­té, foi et cou­ra­ge. Tout ce que nous souf­frons avec patien­ce fera de nous une per­son­ne plus cha­ri­ta­ble et plus douce, ayant reçu l’instruc­tion qu’il nous fal­lait rece­voir sur la terre.


Que Dieu nous accor­de d’être recon­nais­sants de nos béné­dic­tions, de ne ­jamais être cou­pa­bles du péché d’ingra­ti­tu­de, et de pou­voir inspi­rer cette même recon­nais­san­ce à nos ­enfants. Le Seigneur a dit: «Et celui qui ­reçoit tout avec gra­ti­tu­de sera rendu glo­rieux, et les cho­ses de cette terre lui ­seront ajou­tées, à ­savoir au cen­tu­ple, oui, davan­tage.» (D&A 78:19)


Lorsque nous appli­quons ce mer­veilleux prin­ci­pe dans notre vie et que nous ­prions à ce pro­pos, il peut être sour­ce de pro­gres­sion et de béné­dic­tion pour cha­cun d’entre nous, mem­bres de l’Eglise et ­parents, et pour notre ­famille.


J’expri­me ce témoi­gna­ge et mon amour sin­cè­re à tous les ­enfants de notre Père céles­te, hum­ble­ment et au nom de Jésus-Christ, amen.