1990-1999
Le père et la famille

Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Le père et la famille


La famille est en sécurité dans l’Eglise. Nous n’avons pas de doute quant à la route que nous devons suivre. Elle a été indiquée dès le commencement, et la révélation d’en haut continue de nous parvenir selon les besoins.

Une ­famille com­men­ce par l’atti­ran­ce qui s’exer­ce entre un jeune homme et une jeune fille en vertu de for­ces natu­rel­les. Chacun voit chez l’autre ce qu’il recher­che chez un homme ou une femme. Ils veu­lent, par-des­sus tout, trou­ver l’être avec qui ils pour­ront expri­mer tota­le­ment leur amour. Ils veu­lent avoir des ­enfants, fon­der un foyer.


Ils ne doi­vent pas résis­ter à ces gran­des for­ces natu­rel­les mais les abor­der avec pru­den­ce, en pro­té­geant ces pou­voirs qui engen­drent la vie jusqu’à ce qu’ils se ­soient fait des pro­mes­ses, aient contrac­té des allian­ces avec le Seigneur, et qu’une céré­mo­nie ait été célé­brée ­devant ­témoins et enre­gis­trée.


Alors et alors seu­le­ment, en tant que mari et femme, ils pour­ront s’unir dans l’expres­sion de l’amour par laquel­le la vie est créée.


Le but final de tous les ensei­gne­ments et de tou­tes les acti­vi­tés de l’Eglise est que les ­parents et leurs ­enfants ­soient heu­reux au foyer, scel­lés par un maria­ge éter­nel et unis aux géné­ra­tions de leur ­famille. 


Le but final de l’adver­sai­re, qui est «plein de ­fureur, ­sachant qu’il a peu de temps» (Ap 12:12) est de trou­bler, de bou­le­ver­ser et de détrui­re la ­famille. Comme un navi­re sans gou­ver­nail et sans bous­so­le, nous par­tons à la déri­ve, loin des ­valeurs fami­lia­les qui cons­ti­tuaient autre­fois une ancre. A pré­sent, nous som­mes pris dans un cou­rant si fort que, à moins de chan­ger de cap, la civi­li­sa­tion telle qu’elle exis­te aujourd’hui sera cer­tai­ne­ment entiè­re­ment détrui­te.


Les ­valeurs mora­les sont négli­gées et la priè­re est ban­nie des éco­les publi­ques sous pré­tex­te que l’ensei­gne­ment de la mora­le est affai­re de reli­gion. En même temps, l’athéis­me, la reli­gion pro­fa­ne, est admis dans les sal­les de clas­se, et nos jeu­nes y sont inci­tés à se condui­re de maniè­re immo­ra­le.


Les diri­geants poli­ti­ques et les magis­trats sont ­d’accord sur le fait qu’il faut que la ­famille soit sau­ve­gar­dée pour que nous sur­vi­vions. En même temps ils se ser­vent des mots liber­té et choix pour détrui­re les pro­tec­tions du passé et libé­ra­li­ser les lois sur le maria­ge, l’avor­te­ment et l’iden­ti­té sexuel­le. Ce fai­sant, ils encou­ra­gent les élé­ments mêmes qui mena­cent la ­famille.


Tout cela n’est pas nou­veau. Jacob, pro­phè­te du Livre de Mormon, a dit au peu­ple de Néphi: «Je suis… acca­blé d’une anxié­té et d’un désir beau­coup plus ­grands, pour le bien-être de votre âme, que je ne l’ai été jusqu’à pré­sent … Il m’attris­te aussi d’avoir à user d’un lan­ga­ge aussi sévè­re ­envers vous en pré­sen­ce de vos fem­mes et de vos ­enfants, dont les sen­ti­ments, chez la plu­part, sont très ten­dres, très déli­cats et ­pleins de chas­te­té ­devant Dieu, chose qui est agré­a­ble à Dieu» (Jacob 2:3,7).


Cette crise de la ­famille n’est pas une sur­pri­se pour l’Eglise. Nous ­savions bien qu’elle arri­vait.


Pour moi, il n’est pas de ­meilleur témoi­gna­ge que nous som­mes diri­gés par des pro­phè­tes que notre pré­pa­ra­tion pour la situa­tion d’urgen­ce actuel­le.


Les Ecritures dis­ent des pro­phè­tes que ce sont des sen­ti­nel­les pla­cées sur une tour qui ­voient l’enne­mi tan­dis qu’il est enco­re éloi­gné (voir D&A 101:45,53-54; 2 Rois 9:17) et qui ­voient des cho­ses qui ne sont pas visi­bles à l’oeil natu­rel, «car le Seigneur a sus­ci­té un ­voyant à son peu­ple.» (Moïse 6:36; voir aussi Mosiah 8:15-17).


Il y a tren­te-trois ans, les Frères nous ont mis en garde ­contre l’effon­dre­ment de la ­famille et nous ont dit de nous pré­pa­rer. La Première Présidence et le Collège des douze apô­tres ont annon­cé que l’Eglise ­serait res­truc­tu­rée.


La soi­rée fami­lia­le heb­do­ma­dai­re a été intro­dui­te par la Première Présidence, qui a dit que «le foyer est le fon­de­ment de la droi­ture et que rien ne peut le rem­pla­cer ni rem­plir son rôle essen­tiel».


Une excel­len­te docu­men­ta­tion est four­nie aux ­parents pour instrui­re leurs ­enfants avec la pro­mes­se que les fidè­les ­seront bénis.


La doc­tri­ne et l’orga­ni­sa­tion révé­lée de l’Eglise res­tent inchan­gées, mais tou­tes les com­po­san­tes de l’Eglise ont été modi­fiées dans leur rap­port les unes avec les ­autres et avec le foyer.


Ces chan­ge­ments ont été si pro­fonds que tout le pro­gram­me de l’Eglise a été repen­sé et ­s’appuie à pré­sent sur les Ecritures et d’excel­lents ­manuels pour cha­que cours.


Des ­années ont été consa­crées à la pré­pa­ra­tion de nou­vel­les édi­tions en ­anglais de la Bible, du Livre de Mormon, de Doctrine et Alliances et de la Perle de Grand Prix. A l’excep­tion de la cor­rec­tion des ­erreurs d’impres­sion et de l’addi­tion de trois révé­la­tions à Doctrine et Alliances, le texte des Ecritures reste inchan­gé.


Des réfé­ren­ces croi­sées et ­d’autres aides ont été ajou­tées pour ren­dre les Ecritures plus acces­si­bles. Par exem­ple, dans le guide par sujet en ­anglais, ­l’entrée «Jésus-Christ» cou­vre dix-huit pages, en inter­li­gne sim­ple et ­petits carac­tè­res, qui en font la com­pi­la­tion la plus com­plè­te qui ait ­jamais été faite de réfé­ren­ces scrip­tu­rai­res sur le Seigneur.


Les nou­vel­les édi­tions des Ecritures sont ter­mi­nées en ­anglais et en espa­gnol. Ce tra­vail est actuel­le­ment en cours dans des dizai­nes de lan­gues.


Nous ne pou­vons qu’ima­gi­ner la situa­tion dans laquel­le nous nous trou­ve­rions si nous ­avions atten­du jusqu’à main­te­nant pour ­réagir à cette ter­ri­ble redé­fi­ni­tion de la ­famille. Mais ce n’est pas le cas. Nous ne cher­chons pas fré­né­ti­que­ment par­tout pour ­savoir quoi faire. Nous ­savons quoi faire et quoi ensei­gner.


La ­famille se porte bien dans l’Eglise. Des cen­tai­nes de ­milliers de ­familles heu­reu­ses envi­sa­gent la vie avec une foi inébran­la­ble en l’ave­nir.


Ce n’est pas nous qui avons déci­dé de la route que nous sui­vons. Le plan de salut, le grand plan du bon­heur, nous a été révé­lé, et les pro­phè­tes et les apô­tres conti­nuent de rece­voir des révé­la­tions car l’Eglise et ses mem­bres en ont ­besoin.


Comme Jacob, nous ­devons ensei­gner selon le com­man­de­ment ­strict de Dieu, mal­gré ­l’ampleur de la tâche. Comme Jacob, nous cou­rons le ris­que d’aggra­ver les bles­su­res de ceux qui sont déjà bles­sés, au lieu de les conso­ler et de gué­rir leurs ­plaies (voir Jacob 2:9–10).


Quand nous par­lons clai­re­ment de divor­ce, de sévi­ces, d’iden­ti­té sexuel­le, de contra­cep­tion, d’avor­te­ment, de démis­sion des ­parents, cer­tains nous trou­vent mal infor­més ou insen­si­bles. Certains deman­dent si nous ­savons com­bien de gens nous bles­sons quand nous par­lons clai­re­ment. Sommes-nous cons­cients des maria­ges en dan­ger, de tous les gens qui ne sont pas ­mariés, des ­familles mono­pa­ren­ta­les, des cou­ples qui ne peu­vent avoir ­d’enfant, des ­parents dont les ­enfants sont rebel­les, ou des per­son­nes qui ne connais­sent pas leur iden­ti­té sexuel­le. N’en som­mes-nous pas cons­cients? Ne nous en sou­cions-nous pas?


Les gens qui ­posent cette ques­tion ne ­savent pas à quel point nous nous en sou­cions; vous ne vous dou­tez pas des nuits blan­ches, de tou­tes les heu­res de tra­vail, de priè­re, d’étude, de voya­ge; tout cela pour le bon­heur et la rédemp­tion du genre ­humain.


Parce que nous ­savons et que nous nous sen­tons concer­nés, nous ­devons ensei­gner les ­règles du bon­heur sans atté­nua­tion, sans excu­se et sans faux-­fuyant. C’est notre appel.


J’ai ­appris un jour une pré­cieu­se leçon d’une pré­si­den­te de Société de Secours. Au cours d’une confé­ren­ce, elle a annon­cé une plus gran­de sévé­ri­té dans l’appli­ca­tion de moda­li­tés. Une sœur s’est levée et a dit sur un ton de défi: «Ces ­règles ne peu­vent s’appli­quer à nous! Vous ne nous com­pre­nez pas! Nous som­mes une excep­tion.»


La pré­si­den­te de la Société de Secours a répon­du: «Ma chère sœur, ne nous occu­pons pas d’abord de l’excep­tion. Nous éta­bli­rons pre­miè­re­ment la règle, puis nous nous occu­pe­rons de l’excep­tion.» Je me suis sou­vent servi de sa remar­que plei­ne de sages­se, recon­nais­sant de ce qu’elle m’a ensei­gné.


A pré­sent, sui­vant en cela l’exem­ple de Jacob, je m’adres­se aux hom­mes de l’Eglise. La plu­part d’entre vous êtes des maris et des pères ­dignes, qui fai­tes votre ­devoir. Mais il y a des fem­mes dont le cœur est brisé et des ­enfants qui sont négli­gés et même mal­trai­tés.


Pour les aider, nous ­devons com­men­cer par les hom­mes. Les pro­chai­nes confé­ren­ces de pieu et de ­région ­seront consa­crées à ensei­gner la doc­tri­ne et les prin­ci­pes qui per­met­tent d’être un homme res­pon­sa­ble et digne.


Certains d’entre vous n’ont pas eu de bon exem­ple à sui­vre et repor­tent main­te­nant les mau­vais trai­te­ments ou la négli­gen­ce qu’ils ont subie de leurs ­parents sur leur femme ou leurs ­enfants.


Mes frè­res, com­pre­nez-vous que nous sou­li­gnons l’ensei­gne­ment des Ecritures parce qu’elles cons­ti­tuent la cons­tan­te? Elles nous appren­nent le but de la vie, les dons de l’Esprit. Elles nous appren­nent la révé­la­tion per­son­nel­le, le dis­cer­ne­ment entre le bien et le mal, entre la véri­té et ­l’erreur. Les Ecritures cons­ti­tuent le modè­le et le fon­de­ment de la doc­tri­ne cor­rec­te.


De la doc­tri­ne, nous ­tirons des prin­ci­pes de condui­te, la maniè­re de ­réagir aux pro­blè­mes de la vie quo­ti­dien­ne, et même aux ­échecs; car même cela est conte­nu dans la doc­tri­ne.


Si vous com­pre­nez et sui­vez le grand plan du bon­heur, les évé­ne­ments du monde ne déter­mi­ne­ront pas votre bon­heur. Vous serez mis à l’épreu­ve, car cela fait par­tie du plan, mais vos afflic­tions «ne ­seront que pour un peu de temps; et si vous les sup­por­tez bien, Dieu vous exal­te­ra en haut» (voir D&A 121:7–8).


Votre res­pon­sa­bi­li­té de père et de mari est plus impor­tan­te que quoi que ce soit d’autre dans la vie. Il est impen­sa­ble qu’un saint des der­niers jours trom­pe sa femme ou aban­don­ne les ­enfants qu’il a engen­drés, les négli­ge ou leur fasse subir des sévi­ces.


Le Seigneur vous a «com­man­dé d’éle­ver vos ­enfants dans la lumiè­re et la véri­té» (D&A 93:40).


Vous avez la res­pon­sa­bi­li­té, sauf si vous en êtes réel­le­ment inca­pa­bles, de sub­ve­nir aux ­besoins maté­riels de votre femme et de vos ­enfants (D&A 83:2). Vous devez vous consa­crez, au prix de sacri­fi­ces, à éle­ver vos ­enfants dans la lumiè­re et la véri­té (voir D&A 93:40).


Cela exige une fidé­li­té mora­le tota­le à votre femme, dont elle ne doit ­jamais avoir aucu­ne rai­son de dou­ter.


Il ne doit pas y avoir de com­por­te­ment domi­na­teur ou indi­gne dans les rap­ports d’inti­mi­té entre mari et femme, qui doi­vent être ­empreints de ten­dres­se (voir D&A 121:41-43).


Votre femme est votre asso­ciée dans la direc­tion de la ­famille et doit connaî­tre tou­tes les déci­sions concer­nant votre foyer et y par­ti­ci­per plei­ne­ment.


Conduisez votre ­famille à l’Eglise, aux allian­ces et aux ordon­nan­ces. Nous ­essayons de rédui­re la lon­gueur et le nom­bre des réuni­ons et des acti­vi­tés en ­dehors de la mai­son.


Je ne puis dire com­bien ma femme et mes ­enfants et leurs ­conjoints et leurs ­enfants me sont chers. J’ai plus ­appris d’eux qu’ils n’ont ­appris de moi, et cela au cours les expé­rien­ces ordi­nai­res heu­reu­ses et mal­heu­reu­ses de cha­que jour.


J’ai ­appris d’un petit gar­çon l’iden­ti­té et la ­valeur de l’âme humai­ne. Il y a quel­ques ­années, deux de nos ­petits gar­çons fai­saient de la lutte sur la moquet­te. Leur jeu, com­men­cé dans les rires, a tour­né aux lar­mes. J’ai avan­cé dou­ce­ment le pied entre eux et j’ai sou­le­vé le plus âgé, qui n’avait que qua­tre ans, je l’ai assis sur la moquet­te et je lui ai dit gen­ti­ment: «Allons, petit singe, calme-toi.»


Il a croi­sé ses ­petits bras et m’a regar­dé d’un air ­sérieux. Blessé dans sa cons­cien­ce de petit gar­çon, il a pro­tes­té: «Je ne suis pas un singe, papa, je suis une per­son­ne.»


Cela m’a pro­fon­dé­ment ému. Je me suis rendu comp­te qu’il était un ­enfant de Dieu. Comme je vou­lais qu’il soit une per­son­ne, quelqu’un d’une ­valeur éter­nel­le! Ce genre d’expé­rien­ces ordi­nai­res m’a ­appris à com­pren­dre que les ­enfants «sont un héri­tage de l’éter­nel» (Ps 127:3).


La ­famille est en sécu­ri­té dans l’Eglise. Nous n’avons pas de doute quant à la route que nous ­devons sui­vre. Elle a été indi­quée dès le com­men­ce­ment, et la révé­la­tion d’en haut conti­nue de nous par­ve­nir selon les ­besoins.


Si nous pour­sui­vons notre route, cela conti­nue­ra inman­qua­ble­ment de se pro­dui­re.


La dis­tan­ce entre l’Eglise et le monde qui prend une direc­tion que nous ne pou­vons pas sui­vre aug­men­te­ra de plus en plus.


Certains tom­be­ront dans l’apos­ta­sie, n’hono­re­ront pas leurs allian­ces et rem­pla­ce­ront le plan de la rédemp­tion par leurs ­règles à eux.


Dans le monde ­entier, les gens qui ­entrent aujourd’hui dans l’Eglise par dizai­nes de ­milliers, vien­dront inévi­ta­ble­ment là où la ­famille est en sûre­té. Là, ils ado­re­ront le Père au nom du Christ, par le don du Saint-Esprit et ils sau­ront que l’Evangile est le plan de rédemp­tion dont je rends témoi­gna­ge au nom de Jésus-Christ, amen.