Jésus-Christ : notre source de la paix
    Notes de bas de page
    Theme

    Jésus-Christ : notre source de paix

    Extrait d’un discours de la conférence générale d’avril 2002.

    La paix ne peut venir à notre cœur troublé que si nous suivons la lumière du Christ.

    Jesus sleeping on the boat

    ILLUSTRATION TIRÉE DE REVIEW AND HERALD PUBLISHING/AVEC L’AUTORISATION DE GOODSALT.COM

    Après avoir passé une journée entière à donner des enseignements et des instructions, le Seigneur a demandé à ses disciples de traverser la mer de Galilée et de se rendre sur l’autre rive.

    La nuit, pendant qu’ils naviguaient, « il s’éleva un grand tourbillon, et les flots se jetaient dans la barque, au point qu’elle se remplissait déjà.

    « Et lui, il dormait à la poupe sur le coussin. Ils le réveillèrent, et lui dirent : Maître, ne t’inquiètes-tu pas de ce que nous périssons ?

    « S’étant réveillé, il menaça le vent, et dit à la mer : Silence ! tais-toi ! Et le vent cessa, et il y eut un grand calme » (Marc 4:37-39).

    Pouvez-vous imaginer ce que les apôtres ont dû penser en voyant les éléments eux-mêmes, le vent, la pluie et la mer, obéir au commandement calme de leur Maître ? Bien qu’appelés depuis peu au saint apostolat, ils le connaissaient, l’aimaient et croyaient en lui. Ils avaient quitté leur travail et leur famille pour le suivre. En relativement peu de temps, ils l’avaient entendu enseigner des choses incroyables, et l’avaient vu opérer de grands miracles. Mais celui-là dépassait leur entendement, et l’expression de leur visage devait l’indiquer.

    « Puis il leur dit : Pourquoi avez-vous ainsi peur ? Comment n’avez-vous point de foi ?

    « Ils furent saisis d’une grande frayeur, et ils se dirent les uns aux autres : Quel est donc celui-ci, à qui obéissent même le vent et la mer ? » (Marc 4:40-41).

    Dans les moments de trouble et parfois de frayeur, la promesse de paix infinie et éternelle faite par le Sauveur trouve un puissant écho en nous, tout comme sa capacité de calmer les vagues déchaînées a dû profondément marquer ceux qui étaient avec lui sur la mer de Galilée en cette nuit de tempête, il y a si longtemps.

    Jesus calming the storm

    Trouver la paix intérieure

    Comme les gens qui vivaient pendant le ministère terrestre du Sauveur, il y a parmi nous des gens qui recherchent la paix et la prospérité physiques comme signes de son pouvoir prodigieux. Parfois nous ne comprenons pas que la paix éternelle que Jésus promet est une paix intérieure, engendrée par la foi, ancrée dans le témoignage, nourrie par l’amour, et exprimée par l’obéissance et le repentir constants. C’est une paix de l’esprit qui se répand dans le cœur et l’âme. Pour quiconque connaît et éprouve cette paix intérieure, il n’y a pas de crainte de discorde à la manière du monde. Il sait profondément que tout est bien en ce qui concerne les choses qui importent vraiment.

    Il n’y a pas de paix dans le péché. Il peut y avoir de la facilité, de la popularité, de la célébrité et même de la prospérité, mais il n’y a pas de paix. « La méchanceté n’a jamais été le bonheur » (Alma 41:10). On ne peut pas être en paix si la vie qu’on mène est en désaccord avec la vérité révélée. Il n’y a pas de paix à être méchant ou querelleur. Il n’y a pas de paix dans la vulgarité, les relations sexuelles illicites ou le laxisme. Il n’y a pas de paix dans la dépendance vis-à-vis de la drogue, de l’alcool ou de la pornographie. Il n’y a pas de paix à maltraiter autrui de quelque manière que ce soit, émotionnellement, physiquement ou sexuellement, car qui fait subir des sévices restera dans les tourments mentaux et spirituels jusqu’à ce qu’il aille au Christ en toute humilité et s’efforce d’obtenir le pardon par un repentir complet.

    Je crois que tout le monde, à un moment ou à un autre, aspire à « la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence » (Philippiens 4:7). Cette paix destinée à notre cœur troublé ne s’obtient qu’en suivant la lumière du Christ, qui est donnée « à tout homme afin qu’il puisse discerner le bien du mal » (Moroni 7:16), et qui nous amène à nous repentir de nos péchés et à rechercher le pardon.

    « Je vous laisse la paix »

    Quelques heures avant qu’il ne commence le processus glorieux et atroce de l’Expiation, le Seigneur Jésus-Christ a fait cette importante promesse à ses apôtres : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix » (Jean 14:27).

    Promettait-il à ses compagnons bien-aimés le genre de paix que le monde reconnaît 0;: la sécurité et l’absence de querelle ou de tribulation ? Les récits historiques allaient montrer qu’il n’en était pas ainsi. Les apôtres originels ont connu beaucoup d’épreuves et de persécutions tout le reste de leur vie. C’est probablement pour cela que le Seigneur a ajouté à sa promesse de paix cette précision : « Je ne vous la donne pas comme le monde la donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point » (Jean 14:27).

    Il a aussi déclaré : « Je vous ai dit ces choses afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde ; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde » (Jean 16:33 ; italiques ajoutés).

    La paix, la paix véritable, enracinée au tréfonds de l’être, ne s’obtient que par et dans la foi au Seigneur Jésus-Christ. Quand les enfants de notre Père céleste découvrent cette précieuse vérité, et comprennent et appliquent les principes de l’Évangile, une grande paix s’installe dans leur cœur et dans leur âme. Le Sauveur a dit, par l’intermédiaire de Joseph Smith : « Apprends de moi et écoute mes paroles ; marche dans l’humilité de mon Esprit, et tu auras la paix en moi. » (D&A 19:23)

    Je suis reconnaissant de pouvoir vous témoigner que Jésus est le Christ et le Fils de Dieu. En le suivant avec foi et confiance tous peuvent trouver la douce paix intérieure que nous offre l’Évangile.