2012
Je ne faisais pas attention à eux
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Je ne faisais pas attention à eux

Shelli Proffitt Howells, Californie, États-Unis

Récemment, alors que je lisais le Livre de Mormon, je suis tombée sur l’exhortation suivante : « Pourquoi… [souffrez-vous] que les affamés, et les nécessiteux, et les nus, et les malades, et les affligés passent à côté de vous sans que vous ne les remarquiez ? » (Mormon 8:39).

Au lieu de ressentir la paix et le réconfort que j’éprouve habituellement en lisant les Écritures, j’ai été submergée par un sentiment persistant de tristesse. Depuis longtemps j’avais admis que je n’étais pas particulièrement observatrice. Je m’étais laissée tellement accaparer par ma vie, mes appels et ma famille que je ne remarquais tout simplement pas les difficultés que traversaient les autres.

Je savais que je ne faisais pas tout mon possible pour porter les fardeaux les uns des autres, afin qu’ils soient légers… pour pleurer avec ceux qui pleurent et consoler ceux qui ont besoin de consolation (voir Mosiah 18:8-9). Je voulais changer ; je voulais être meilleure. Je ne savais tout simplement pas comment faire. J’ai prié le Seigneur de m’aider.

Ma réponse m’est venue sous la forme inattendue et non désirée d’une maladie chronique. Elle m’a progressivement enlevé toutes mes occupations encombrantes. Avec la progression de la maladie, j’ai dû abandonner mes activités au-dehors, mes appels et mon assistance aux réunions de l’Église. Je suis confinée à la maison, je suis solitaire et j’ai l’impression que personne ne fait attention à moi.

Je prie le Seigneur de me guérir un jour. Je me promets que , quand il le fera, je ne serai plus jamais aussi aveugle. Quand j’arriverai à l’église, je regarderai pour voir qui est assis tout seul et qui est absent ce jour-là. Chaque semaine, je prendrai le temps de surmonter ma timidité et de rendre visite à une personne malade, affligée ou qui a tout simplement besoin d’une amie. J’aimerai mes frères et sœurs chaque jour, pas seulement le dimanche ou pendant les activités de l’Église.

Je me souviendrai et, je l’espère, je serai digne d’entendre l’approbation du Seigneur : « Toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites » (Matthieu 25:40).