L’enseignement à la maison, une responsabilité joyeuse et sacrée
    Notes de bas de page

    L’enseignement à la maison, une responsabilité joyeuse et sacrée

    Je prie le ciel de nous aider dans nos efforts pour que, dans notre foyer, nous soyons des instructeurs à la manière du Christ.

    Ma femme, Julie, et moi avons élevé nos six enfants et, depuis peu, le nid familial est vide. La présence à plein temps de nos enfants à la maison me manque beaucoup. Cela me manque d’apprendre d’eux et de les instruire.

    Aujourd’hui, j’adresserai mes remarques à tous les parents et à toutes les personnes qui désirent être parents. Beaucoup d’entre vous élèvent des enfants en ce moment même. Pour d’autres, ce temps peut être proche. Pour d’autres, la bénédiction d’être parents est encore loin. Je prie pour que nous soyons tous conscients de la responsabilité joyeuse et sacrée qu’il y a à instruire un enfant1.

    En tant que parents, nous enseignons à nos enfants qui sont notre Père céleste et son Fils, Jésus-Christ. Nous les aidons à faire leur première prière. Nous les guidons et les soutenons quand ils entrent sur le chemin de l’alliance2 par le baptême. Nous leur enseignons l’obéissance aux commandements de Dieu. Nous leur enseignons son plan pour ses enfants et nous les aidons à reconnaître les murmures du Saint-Esprit. Nous leurs racontons l’histoire des anciens prophètes et les encourageons à suivre ceux d’aujourd’hui. Nous prions pour qu’ils réussissent et souffrons avec eux dans leurs épreuves. Nous leur rendons témoignage des bénédictions du temple et nous nous efforçons de bien les préparer à faire une mission à plein temps. Nous leur donnons des conseils aimants lorsqu’ils deviennent parents eux-mêmes. Mais, même à ce moment-là, nous ne cessons pas d’être leurs parents. Nous ne cessons pas d’être leurs instructeurs. Nous ne sommes jamais relevés de cet appel éternel.

    Aujourd’hui, réfléchissons à certaines des merveilleuses occasions que nous avons d’instruire nos enfants dans notre foyer.

    L’enseignement à la soirée familiale

    Commençons par la soirée familiale, qui est hautement prioritaire dans tout foyer où règne la foi, comme celui dans lequel j’ai grandi. Je ne me souviens pas de leçons précises de soirée familiale mais je me rappelle que nous ne manquions jamais une semaine3. Je savais ce qui était important pour mes parents4.

    Je me souviens d’une de mes activités de soirée familiale préférées. Papa demandait à l’un des enfants de passer « Le test ». Il lui donnait une série d’instructions comme : « Premièrement, va dans la cuisine, ouvre et referme le réfrigérateur. Ensuite, va en courant dans ma chambre et prend une paire de chaussettes dans mon armoire. Puis reviens vers moi, saute sur place trois fois et dis : ‘Papa, je l’ai fait !’ »

    J’adorais quand c’était mon tour. Je voulais réussir chaque étape et j’aimais le moment où je pouvais dire : « Papa, je l’ai fait ! » Cette activité m’a aidé à gagner en confiance et a permis au garçon agité que j’étais de fixer son attention quand ma mère ou mon père nous enseignait un principe de l’Évangile.

    Gordon B. Hinckley a dit : « Si vous avez des doutes sur l’importance de la soirée familiale, essayez-la. Réunissez vos enfants autour de vous, instruisez-les, rendez-leur témoignage, lisez les Écritures et amusez-vous ensemble5. »

    Il y aura toujours de l’opposition pour vous empêcher de tenir la soirée familiale6. Néanmoins, je vous exhorte à trouver le moyen de contourner les obstacles et de faire de la soirée familiale une priorité, dont la partie amusements sera un ingrédient essentiel.

    L’enseignement par la prière en famille

    La prière en famille est une excellente occasion d’instruire.

    J’aime la façon dont de N. Eldon Tanner a été instruit par son père pendant la prière en famille. Le président Tanner a dit :

    « Je me souviens d’un soir où nous étions agenouillés pour prier en famille. S’adressant au Seigneur, mon père a dit : ‘Aujourd’hui, Eldon a fait quelque chose qu’il n’aurait pas dû faire ; il est désolé et, si tu lui pardonnes, il ne recommencera plus’.

    « Cela m’a donné la détermination de ne plus le refaire ; bien plus que ne l’aurait fait une correction7. »

    Enfant, je m’énervais parfois du nombre excessif, en apparence, de prières en famille et je me disais : « N’avons-nous pas déjà prié il y a quelques minutes ? » Aujourd’hui que je suis parent, je sais que nous ne prions jamais trop en famille8.

    J’ai toujours été impressionné par la façon dont notre Père céleste présente Jésus-Christ comme son Fils bien-aimé9. J’aime prier pour mes enfants en les nommant quand ils m’écoutent dire à notre Père céleste combien ils me sont chers. Il semble qu’il n’y ait pas de meilleur moment pour exprimer notre amour à nos enfants que lorsque nous prions avec eux ou les bénissons. Quand une famille se réunit pour prier humblement, les leçons enseignées sont puissantes et durables.

    L’enseignement spontané

    L’enseignement parental, c’est comme le rôle de médecin de garde. Nous devons toujours être prêts à instruire nos enfants parce que nous ne savons jamais quand une occasion se présentera.

    Jésus et la femme samaritaine au puits

    Nous sommes comme le Sauveur dont la plupart des enseignements n’ont pas « été donnés dans une synagogue, mais dans un contexte quotidien tout simple : tandis qu’il mangeait avec ses disciples, qu’il puisait l’eau d’un puits ou qu’il passait devant un figuier10. »

    Il y a des années, ma mère m’a dit que ses deux meilleures conversations sur l’Évangile avec mon frère aîné, Matt, avaient été un jour pendant qu’elle pliait le linge et, une autre fois quand elle l’avait accompagné chez le dentiste. Une des nombreuses choses que j’admirais chez ma mère était sa disposition à instruire ses enfants.

    Elle ne cessait jamais de les instruire. Quand j’étais évêque, ma mère, qui avait alors soixante-dix-huit ans, m’a dit que j’avais besoin d’une coupe de cheveux. Elle savait que je devais être un exemple et n’a pas hésité à me le rappeler. Je t’aime, Maman !

    En tant que père, je suis motivé à étudier et sonder personnellement les Écritures afin d’être capable de réagir quand une occasion spontanée d’instruire mes enfants et mes petits-enfants se présente11. « Certains des meilleurs moments didactiques commencent par une question ou une préoccupation dans le cœur d’un membre de la [famille]12. » Sommes-nous à l’écoute pendant ces moments-là13 ?

    J’aime l’invitation de l’apôtre Pierre : « Soyez toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous14. »

    Quand j’étais adolescent, mon père et moi aimions nous affronter pour voir qui avait la poignée de main la plus forte. Nous nous serrions la main le plus fort possible pour essayer de faire grimacer l’autre de douleur. Cela peut ne pas sembler très amusant aujourd’hui mais, curieusement, ça l’était à l’époque. Après l’un de ces affrontements, mon père m’a regardé dans les yeux et m’a dit : « Mon fils, tu a des mains fortes. J’espère que tes mains auront toujours la force de ne jamais toucher une jeune femme de manière inconvenante. » Puis il m’a exhorté à rester moralement pur et à aider les autres à faire de même.

    Douglas L. Callister a dit de son père : « Un jour, alors qu’il rentrait de voyage d’affaires, mon père m’a dit spontanément : ‘J’ai payé ma dîme aujourd’hui. Sur le chèque, j’ai écrit : “Merci”. Je suis très reconnaissant au Seigneur des bénédictions que ma famille reçoit.’ »

    Frère Callister a ensuite rendu cet hommage à son père-instructeur : « Il enseignait l’obéissance par ses actes et son attitude15. »

    Je pense qu’il est sage de nous demander de temps en temps : « Que vais-je enseigner, ou que suis-je en train d’enseigner, à mes enfants sur l’obéissance par mes actes et mes attitudes ? »

    L’enseignement par l’étude des Écritures en famille

    L’étude des Écritures en famille est un cadre idéal pour enseigner la doctrine au foyer.

    Le président Nelson a dit : « Non seulement les parents doivent s’accrocher à la parole du Seigneur, mais ils ont aussi la mission divine de l’enseigner à leurs enfants16. »

    Quand Julie et moi élevions nos enfants, nous avons essayé d’être constants et créatifs. Une année, nous avons décidé de lire le Livre de Mormon en espagnol en famille. Est-ce pour cette raison que le Seigneur a appelé chacun de nos enfants qui a fait une mission à plein temps dans un pays de langue espagnole ?? Es posible.

    J’ai été profondément touché quand Brian K. Ashton m’a raconté que son père et lui ont lu ensemble le Livre de Mormon en entier pendant sa dernière année d’études secondaires. Frère Ashton aime les Écritures. Elles sont gravées dans son esprit et dans son cœur. Son père a planté cette semence quand frère Ashton était adolescent et cette semence17 est devenue un arbre de vérité profondément enraciné. Frère Ashton a fait la même chose avec l’aîné de ses enfants18. Dernièrement, son fils de huit ans lui a demandé : « Papa, quand est-ce que je vais lire le Livre de Mormon avec toi ? »

    L’enseignement par l’exemple

    Pour finir, notre enseignement parental le plus marquant est notre exemple. On nous recommande d’être « un modèle pour les fidèles, en parole, en conduite, en charité, en foi, en pureté19. »

    Lors d’un récent voyage, Julie et moi sommes allés à une réunion de l’Église et avons vu ce verset en action. Un jeune homme, dont le départ en mission approchait, donnait un discours à la réunion de Sainte-Cène.

    Il a dit : « Vous pensez tous que mon père est un homme exceptionnel à l’église mais […] ». Il a marqué une pause et j’étais inquiet de ce qu’il allait dire ensuite. Il a poursuivi : « Il l’est encore davantage à la maison ».

    La famille Stewart

    Plus tard, j’ai remercié ce jeune homme de l’hommage inspirant qu’il avait rendu à son père. J’ai découvert alors que son père était l’évêque de la paroisse. Cet évêque servait fidèlement la paroisse mais son fils avait le sentiment que ce qu’il faisait au foyer était encore plus exceptionnel20.

    D. Todd Christofferson a dit : « Nous avons de nombreux moyens […] [d’instruire les] jeunes de la génération montante et nous devrions consacrer nos pensées et nos efforts à en profiter au mieux. Nous devons surtout continuer d’encourager et d’aider les parents à être de meilleurs instructeurs, plus constants […] surtout dans leur exemple21. »

    C’est ainsi qu’enseigne le Sauveur22.

    L’année dernière, lors de nos vacances en compagnie de nos deux plus jeunes enfants, Julie a suggéré que nous accomplissions des baptêmes par procuration dans le temple de Saint George et dans celui de San Diego. Je me suis pris à murmurer, en moi-même, disant : « Nous allons au temple chez nous et maintenant, nous sommes en vacances. Pourquoi ne pas faire quelque chose qui ressemble plus à des vacances ? » Après les baptêmes, Julie a voulu que nous fassions des photos à l’extérieur du temple. J’ai murmuré en silence, encore une fois. Vous devinez ce que nous avons fait ensuite : nous avons pris des photos.

    La famille Durrant au temple de San Diego (Californie, États-Unis)
    La famille Durrant au temple de St. George (Utah, États-Unis)

    Julie veut que nos enfants se souviennent de ce que nous avons fait pour nos ancêtres, et moi aussi. Nous n’avions pas besoin d’avoir une leçon formelle sur l’importance des temples. Nous le vivions, grâce à une mère qui aime le temple et veut transmettre cet amour à ses enfants.

    Quand les parents se chérissent et sont des exemples justes, les enfants sont bénis éternellement.

    Conclusion

    Vous tous qui vous efforcez de votre mieux d’enseigner dans votre foyer, puissiez-vous trouver la paix et la joie dans vos efforts. Et, si vous sentez que vous avez des progrès à faire ou avez besoin d’une meilleure préparation, n’hésitez pas à suivre humblement ce que vous dicte l’Esprit et engagez-vous à agir23.

    L. Tom Perry a dit : « La santé de toute société et le bonheur, la prospérité et la paix du peuple trouvent tous leurs racines dans l’enseignement des enfants au foyer24. »

    Oui, mon foyer est un nid vide aujourd’hui, mais je suis toujours de garde, prêt et impatient de trouver de précieuses occasions d’instruire mes enfants adultes, leurs enfants et, un jour j’espère, les enfants de leurs enfants.

    Je prie le ciel de nous aider dans nos efforts pour que, dans nos foyers, nous soyons des instructeurs à la manière du Christ. Au nom de Jésus-Christ. Amen.