Les pouvoirs de la prêtrise
    Notes de bas de page

    Les pouvoirs de la prêtrise

    Il est essentiel pour l’œuvre du Seigneur dans votre famille et dans vos appels dans l’Église que vous magnifiiez la sainte Prêtrise que vous détenez.

    Mes frères bien aimés, nous avons entendu le président Nelson faire une annonce qui est le fruit d’une révélation. Nous avons entendu frère Christofferson, frère Rasband et le président Eyring nous donner d’importantes explications. Ce que vous allez maintenant entendre, notamment de la bouche du président Nelson, vous aidera à comprendre ce que vous, détenteurs de la prêtrise et dirigeants du Seigneur, ferez désormais dans vos responsabilités. À cette fin, j’examinerai quelques principes fondamentaux qui régissent la prêtrise que vous détenez.

    I. La prêtrise

    La Prêtrise de Melchisédek est l’autorité que Dieu a déléguée pour accomplir son œuvre qui consiste à « réaliser […] la vie éternelle de l’homme » (Moïse 1:39). En 1829, elle a été conférée à Joseph Smith et à Oliver Cowdery par les apôtres du Sauveur, Pierre, Jacques et Jean (voir D&A 27:12). Sa nature sacrée et son pouvoir sont ineffables.

    Les clés de la prêtrise sont les pouvoirs qui permettent de diriger l’exercice de l’autorité de la prêtrise. Ainsi, lorsqu’ils ont conféré la Prêtrise de Melchisédek à Joseph et à Oliver, ils leur ont aussi donné les clés pour en diriger l’exercice (voir D&A 27:12-13). Mais toutes les clés de la prêtrise n’ont pas été conférées à ce moment-là. Toutes les clés et la connaissance nécessaires pour cette « dispensation de la plénitude des temps » (D&A 128:18) sont données « ligne par ligne » (verset 21). Des clés supplémentaires furent données dans le temple de Kirtland sept ans plus tard (voir D&A 110:11-16). Ces clés furent données pour diriger l’autorité de la prêtrise dans les tâches supplémentaires qui furent confiées à cette époque, telles que le baptême pour les morts.

    La Prêtrise de Melchisédek n’est pas un statut ou une étiquette. C’est un pouvoir divin dont on est dépositaire et que l’on doit utiliser pour le profit de l’œuvre de Dieu pour ses enfants. Nous devrions toujours nous rappeler que les hommes qui détiennent la prêtrise ne sont pas « la prêtrise ». Il n’est pas convenable d’utiliser l’expression « la prêtrise et les femmes ». Nous devrions dire « les détenteurs de la prêtrise et les femmes ».

    II. Un ministère de service

    Examinons à présent ce que le Seigneur Jésus-Christ attend des frères qui détiennent sa prêtrise. Comment devons-nous procéder pour lui amener des âmes ?

    Joseph F. Smith a enseigné : « On a dit à juste titre que l’Église est parfaitement organisée. Le seul ennui c’est que ces organisations ne sont pas pleinement conscientes des obligations qui reposent sur elles. Quand elles comprendront complètement ce qui est exigé d’elles, elles rempliront leurs devoirs plus fidèlement et l’œuvre du Seigneur en sera d’autant plus forte, plus puissante et plus influente dans le monde1. »

    Le président Smith a aussi donné cet avertissement :

    « Les titres honorifiques […] donnés par Dieu, ainsi que les offices et les ordres de la Sainte Prêtrise auxquels ils sont associés, ne doivent pas être utilisés ni considérés comme le sont les titres donnés par l’homme. Ils n’ont pas pour but d’être des décorations ni de montrer qui est le maître, mais d’appeler à un humble service dans l’œuvre du seul Maître que nous professons servir. […]

    « Nous œuvrons pour le salut des âmes, et nous devons avoir le sentiment que c’est la plus grande tâche qui nous soit dévolue. Par conséquent, nous devons être disposés à tout sacrifier, si besoin est, pour l’amour de Dieu, pour le salut des hommes et pour le triomphe du royaume de Dieu sur la terre2. »

    III. Les offices de la prêtrise

    Dans l’Église du Seigneur, les offices de la Prêtrise de Melchisédek ont différentes fonctions. Les Doctrine et Alliances appellent les grands prêtres des « présidents permanents ou serviteurs de divers pieux dispersés au dehors » (D&A 124:134). Elles appellent les anciens des « ministres permanents de [l’]Église [du Seigneur] » (D&A 124:137). Voici d’autres enseignements concernant ces différentes fonctions.

    Un grand prêtre officie dans les choses spirituelles et les administre (voir D&A 107:10-12). En outre, comme Joseph F. Smith l’a enseigné, « dans la mesure où il a été ordonné à l’office de grand prêtre, [un homme] devrait se sentir obligé […] de donner un exemple digne d’émulation devant jeunes et moins jeunes et se mettre dans une situation où il peut être un maître de justice, non seulement par le précepte mais plus particulièrement par l’exemple, en donnant aux plus jeunes le profit de l’expérience de l’âge, devenant de ce fait une force au sein de la communauté dans laquelle il demeure3. »

    Concernant les devoirs de l’ancien, Bruce R. McConkie, ancien membre du Collège des douze apôtres, a enseigné : « Un ancien est un ministre du Seigneur Jésus-Christ. […] Il est chargé de se tenir à la place de son Maître […] pour servir ses semblables. Il est l’agent du Seigneur4. »

    Frère McConkie a critiqué l’idée selon laquelle un homme est « seulement un ancien ». Il a dit : « Chaque ancien de l’Église détient la même prêtrise que le président de l’Église. […] « Qu’est-ce qu’un ancien ? C’est un berger qui sert dans la bergerie du bon Berger5. »

    Dans cette responsabilité importante de servir dans la bergerie du bon Berger, il n’y a aucune différence entre les offices de grand prêtre et d’ancien dans la Prêtrise de Melchisédek. Dans la magnifique section 107 de Doctrine et Alliances, le Seigneur déclare : « Les grands prêtres, selon l’ordre de la Prêtrise de Melchisédek, ont le droit d’officier dans leur poste, sous la direction de la présidence, pour administrer les choses spirituelles et aussi dans l’office d’ancien [ou les offices de la Prêtrise d’Aaron] » (D&A 107:10 ; voir aussi le verset 12).

    Le principe le plus important pour tous les détenteurs de la prêtrise est celui que le prophète Jacob enseigne dans le Livre de Mormon. Après que son frère, Joseph, et lui furent consacrés prêtres et instructeurs du peuple, il déclara : « Et nous magnifiâmes notre ministère pour le Seigneur, assumant la responsabilité, répondant des péchés du peuple sur notre propre tête, si nous ne lui enseignions pas la parole de Dieu en toute diligence » (Jacob 1:19).

    Frères, nos responsabilités de détenteurs de la prêtrise sont des sujets importants. Il y a des organisations qui peuvent se contenter de transmettre leurs messages et de remplir leurs fonctions en se basant sur les niveaux de réalisation que le monde leur fixe. Mais nous, qui détenons la prêtrise de Dieu, avons le pouvoir divin qui régit même l’entrée dans le royaume céleste de Dieu. Nous avons l’objectif et la responsabilité que le Seigneur a définis dans la préface révélée de Doctrine et Alliances. Nous devons proclamer l’Évangile au monde :

    « Afin [dit le Seigneur] que chacun parle au nom de Dieu, le Seigneur, le Sauveur du monde,

    « Afin que la foi grandisse sur la terre,

    « Afin que mon alliance éternelle soit établie,

    « Afin que la plénitude de mon Évangile soit proclamée par les faibles et les simples jusqu’aux extrémités du monde » (D&A 1:20-23).

    Pour nous acquitter de cette mission divine, nous devons « magnifier » nos appels et nos responsabilités dans la prêtrise avec fidélité (voir D&A 84:33). Harold B. Lee a expliqué ce que signifie magnifier la prêtrise : « Lorsqu’un homme devient détenteur de la prêtrise, il devient agent du Seigneur. Il doit considérer son appel comme une mission pour le Seigneur. C’est ce que signifie magnifier la prêtrise6. »

    Par conséquent, mes frères, si le Seigneur en personne vous demandait d’aider l’un de ses fils ou l’une de ses filles, ce qu’il a fait par l’intermédiaire de ses serviteurs, le feriez-vous ? Et, si vous le faisiez, agiriez-vous comme son agent, comme étant « en mission pour le Seigneur », en vous reposant sur l’aide qu’il vous a promise ?

    Le président Lee a donné un autre enseignement concernant la façon de magnifier la prêtrise : « Lorsque vous utilisez une loupe pour regarder un objet, ce dernier vous paraît plus gros que si vous le regardiez à l’œil nu. La loupe magnifie l’objet. À présent, […] s’il veut magnifier sa prêtrise, un homme doit la rendre plus grande que ce qu’elle peut lui sembler à première vue et plus importante que ce que les autres peuvent penser7.

    Voici un exemple de détenteur de la prêtrise qui magnifie son devoir dans la prêtrise. C’est Jeffrey D. Erekson qui m’a raconté cette expérience tandis qu’il m’accompagnait pour assister à une conférence de pieu en Idaho. Alors qu’il était jeune marié, qu’il n’avait que très peu d’argent et qu’il ne pensait pas pouvoir finir sa dernière année d’université, Jeffrey a décidé d’arrêter ses études et d’accepter une offre d’emploi intéressante. Quelques jours plus tard, son président de collège des anciens est venu lui rendre visite. Il lui a demandé : « Comprends-tu l’importance des clés de la prêtrise que je détiens ? » Lorsque Jeffrey lui a confirmé qu’il comprenait, le président lui a dit que, depuis qu’il avait appris son intention d’arrêter ses études, il avait été tourmenté par le Seigneur et empêché de dormir jusqu’à ce qu’il aille lui remettre ce message : « En ma qualité de président de collège des anciens, je te conseille de ne pas arrêter tes études. C’est le message que le Seigneur t’adresse. » Jeffrey a continué ses études. Je l’ai revu des années plus tard. Il était devenu un homme d’affaires prospère. À cette occasion, je l’ai entendu dire à une assemblée de détenteurs de la prêtrise : « Ce [conseil] a changé ma vie. »

    Un détenteur de la prêtrise a magnifié sa prêtrise et son appel, et cela a changé la vie d’un autre enfant de Dieu.

    IV. La prêtrise au sein de la famille

    Jusque-là, j’ai parlé des fonctions de la prêtrise dans l’Église. À présent, je vais parler de la prêtrise au sein de la famille. Je commencerai par les clés. Le principe selon lequel l’autorité de la prêtrise ne peut s’exercer que sous la direction de celui qui détient les clés pour cette responsabilité est essentiel dans l’Église, mais il ne s’applique pas à l’exercice de l’autorité de la prêtrise dans la famille8. Le père qui détient la prêtrise préside au sein de sa famille par l’autorité de la prêtrise qu’il détient. Il n’a pas besoin de la direction ou de l’approbation des clés de la prêtrise pour conseiller les membres de sa famille, tenir des réunions de famille, donner des bénédictions de la prêtrise à sa femme et à ses enfants, ou donner des bénédictions de guérison aux membres de la famille ou à d’autres personnes.

    Famille étudiant l’Évangile

    En magnifiant leur prêtrise au sein de leur famille, les pères contribueraient tout autant que par quoi que ce soit d’autre à promouvoir la mission de l’Église. Les pères qui détiennent la Prêtrise de Melchisédek doivent respecter les commandements afin d’avoir le pouvoir de la prêtrise pour donner des bénédictions aux membres de leur famille. Ils doivent également entretenir des relations familiales empreintes d’amour pour que les membres de leur famille aient le désir de leur demander des bénédictions. Et les parents devraient encourager les membres de la famille à demander plus de bénédictions de la prêtrise.

    Bénédiction de la prêtrise

    Pères, soyez les « partenaires égaux » de votre femme, comme l’enseigne la déclaration sur la famille9. Et, lorsque vous avez la bénédiction d’exercer le pouvoir et l’influence de l’autorité de la prêtrise que vous avez reçue, faites-le « par la persuasion, par la longanimité, par la gentillesse et la douceur, et par l’amour sincère » (D&A 121:41). Ce critère élevé pour exercer l’autorité de la prêtrise est d’autant plus important au sein de la famille. Harold B. Lee a fait cette promesse juste après être devenu président de l’Église : « Le pouvoir de la prêtrise que vous détenez n’est jamais aussi merveilleux que lorsqu’il y a des difficultés dans votre foyer, une grave maladie, [ou] une grande décision à prendre. […] Le pouvoir de la prêtrise, qui est le pouvoir du Dieu Tout-Puissant, comprend le pouvoir d’accomplir des miracles, si c’est la volonté du Seigneur, mais, pour utiliser cette prêtrise, nous devons être dignes de l’exercer. Si nous ne comprenons pas ce principe, nous ne pouvons pas recevoir les bénédictions qui découlent du fait de détenir cette grande prêtrise10. »

    Mes chers frères, il est essentiel pour l’œuvre du Seigneur dans votre famille et dans vos appels dans l’Église que vous magnifiiez la sainte Prêtrise que vous détenez.

    Je témoigne de Jésus-Christ, dont c’est la prêtrise. Grâce à son sacrifice expiatoire et à sa résurrection, tous les hommes et toutes les femmes ont l’assurance d’accéder à l’immortalité et à la possibilité d’avoir la vie éternelle. Nous devons tous faire notre part dans cette grande œuvre de Dieu, notre Père éternel, avec fidélité et diligence. Au nom de Jésus-Christ. Amen.