2000-2009
    L’Expiation peut purifier, ramener dans le droit chemin et sanctifier notre vie
    Téléchargements
    This Page (MP3)
    Notes de bas de page
    Theme

    L’Expiation peut purifier, ramener dans le droit chemin et sanctifier notre vie

    Le sacrifice expiatoire de Jésus-Christ est à la disposition de chacun de nous. Son expiation est infinie.

    À Idaho Falls, en Idaho, il y a un bel aéroport. Cet aéroport, qui est l’un des plus grands de la région, permet d’accéder facilement à Snake River. Je me revois, jeune homme, revenant du Chili à cet aéroport et saluant ma famille après deux ans de mission. Des scènes semblables se produisent des milliers de fois dans cet aéroport lorsque les fidèles répondent à l’appel au service. C’est une partie intégrante très utile de la ville et de la région.

    Près de l’aéroport se trouve une autre partie très utile et très belle de la ville : Le parc Freeman. La Snake River longe ce parc sur plus de trois kilomètres. Une allée piétonne traverse le parc et suit le méandre de la rivière sur des kilomètres.

    Le parc Freeman contient des hectares de gazon vert plein de terrains de baseball et de softball, de balançoires pour les enfants, d’abris de pique-nique pour les réunions de famille, de belles allées bordées d’une multitude d’arbres et de buissons pour aller se promener en amoureux. Si, du parc, on regarde vers la rivière, on peut voir le temple majestueux d’Idaho Falls, blanc et pur, sur un promontoire. Le bruit des eaux impétueuses de la Snake River qui a creusé son cours dans la lave en surface rend ce parc très attrayant. C’est l’un de mes lieux favoris de promenade avec ma femme, Lynette, de détente, de contemplation et de méditation. Il est très paisible et très inspirant.

    Pourquoi parler de l’aéroport régional et du parc Freeman d’Idaho Falls ? Parce qu’ils sont tous deux bâtis sur le même type de sol ; ces deux beaux endroits utiles étaient auparavant des remblais de décharge.

    Un remblai de décharge est un endroit où les ordures sont enfouies entre des couches de terre. Le dictionnaire Webster donne de « remblai de décharge » la définition suivante : « type de décharge d’ordures où celles-ci sont enfouies entre des couches de terre pour constituer des soubassements » (Merriam-Webster’s Collegiate Dictionary, 11e édition, 2003, p. 699).

    Une autre définition de ce type de décharge est « lieu où les ordures sont enterrées et où l’on réhabilite le sol ». La définition de réhabiliter est « ramener d’une conduite mauvaise ou incorrecte, sauver d’un état indésirable » (p. 1039).

    J’ai passé presque toute ma vie à Idaho Falls. J’ai été à l’origine d’une quantité importante de ces remblais depuis plus de cinquante ans.

    Que penseraient les dirigeants de la ville si, un jour, j’allais sur l’une des pistes de l’aéroport d’Idaho Falls ou au milieu d’une des pelouses du parc Freeman avec une pelleteuse et que je me mettais à creuser de grands trous ? Quand ils me demanderaient ce que je fais, je répondrais que je veux mettre au jour les vieilles ordures que j’ai faites pendant toutes ces années.

    J’imagine qu’ils me diraient qu’il est impossible de reconnaître mes ordures personnelles, qu’elles ont été réhabilitées et enterrées depuis longtemps. Je suis sûr qu’ils me diraient que je n’ai pas le droit de rapporter ces ordures à la surface et que je suis en train de détruire quelque chose de très beau et utile qu’ils ont fait à l’aide de mes ordures. Bref, je ne crois pas qu’ils apprécieraient beaucoup ce que je ferais. Je crois qu’ils se demanderaient pourquoi quelqu’un veut détruire quelque chose d’aussi beau et d’aussi utile pour essayer de déterrer de vieilles ordures.

    Est-il possible de réhabiliter une vie qui, par négligence irréfléchie, est devenue tellement jonchée d’ordures qu’il semble que la personne soit impardonnable ? Ou qu’en est-il de la personne qui fait des efforts honnêtes mais qui retombe si souvent dans le péché qu’elle pense qu’il n’est pas possible d’interrompre ce processus apparemment sans fin ? Ou de celle qui a changé de vie mais qui ne peut pas se pardonner ?

    À propos de l’expiation de Jésus-Christ, le prophète Alma a enseigné au peuple de Gidéon : « Et il ira, subissant des souffrances, et des afflictions, et des tentations de toute espèce ; et cela, afin que s’accomplisse la parole qui dit qu’il prendra sur lui les souffrances et les maladies de son peuple.

    « Et il prendra sur lui la mort, afin de détacher les liens de la mort qui lient son peuple ; et il prendra sur lui ses infirmités, afin que ses entrailles soient remplies de miséricorde, selon la chair, afin qu’il sache, selon la chair, comment secourir son peuple selon ses infirmités. »

    « Or, l’Esprit sait tout ; néanmoins, le Fils de Dieu souffre selon la chair, afin de prendre sur lui les péchés de son peuple, afin d’effacer ses transgressions, selon le pouvoir de sa délivrance ; et voici, tel est le témoignage qui est en moi » (Alma 7:11-13).

    Parlant aussi de l’Expiation, Jacob, frère de Néphi, a enseigné : « C’est pourquoi, il doit nécessairement y avoir une expiation infinie : si ce n’était pas une expiation infinie, cette corruption ne pourrait pas revêtir l’incorruptibilité. C’est pourquoi, le premier jugement qui est tombé sur l’homme aurait nécessairement dû rester pour une durée sans fin. Et s’il en avait été ainsi, cette chair aurait dû se coucher pour pourrir et se désagréger, et retourner à la terre, sa mère, pour ne plus se relever » (2 Néphi 9:7).

    Le sacrifice expiatoire de Jésus-Christ est à la disposition de chacun de nous.Son expiation est infinie. Elle s’applique à chacun, même à vous. Elle peut purifier, réhabiliter et sanctifier ; même vous. C’est ce que veut dire « infini » : total, complet, tout, à jamais. Boyd K. Packer a enseigné : « Il n’y a pas d’habitude, de dépendance, de rébellion, de transgression, d’apostasie, d’offense qui ne puisse être complètement pardonnée suivant la promesse. C’est la promesse du sacrifice expiatoire du Christ » (« Matin radieux de pardon », L’Étoile, janvier 1996, p. 21).

    De même que la terre requiert un travail dévoué et de l’attention, avec l’application laborieuse d’une couche après l’autre de remblai pour réhabiliter le sol sous-jacent, de même notre vie requiert aussi la même vigilance par l’application continuelle d’une couche après l’autre du don guérisseur du repentir.

    Tout comme les dirigeants de la ville d’Idaho Falls auraient de mauvais sentiments à l’égard d’une personne qui essaierait d’extraire ses vieilles ordures, notre Père céleste et son Fils Jésus-Christ sont attristés quand nous choisissons de rester dans le péché, alors que le don du repentir rendu possible par l’Expiation permet de purifier, de réhabiliter et de sanctifier notre vie.

    Quand nous acceptons et utilisons ce don précieux avec reconnaissance, nous pouvons apprécier la beauté et l’utilité de notre vie que Dieu a réhabilitée par son amour infini et par le sacrifice de son Fils, notre frère, Jésus-Christ.

    Je témoigne que Jésus est le Christ, le Fils du Dieu vivant, que son expiation est réelle et que, par le miracle du pardon, il peut purifier chacun de nous, même vous. Au nom de Jésus-Christ. Amen.