Écritures
Psaumes 39


Chapitre 39

David cherche à contrôler sa langue. L’homme n’est que vanité. Il est un étranger et un résident temporaire sur la terre.

1 Au chef des chantres. À Jeduthun, Psaume de David.

2 Je disais : Je veillerai sur mes voies, De peur de pécher par ma langue ; Je mettrai /un baillon sur ma bouche, Tant que le méchant sera devant moi.

3 Je suis resté muet, dans le silence ; Je me suis tu, quoique malheureux ; Et ma douleur n’était pas moins vive.

4 Mon cœur brûlait au-dedans de moi, Un feu intérieur me consumait, Et la parole est venue sur ma langue.

5 Éternel ! dis-moi quel est le terme de ma vie, Quelle est la mesure de mes jours ; Que je sache combien je suis fragile.

6 Voici, tu as donné à mes jours la largeur de la main, Et ma vie n’est presque rien devant toi. Oui, tout homme qui se tient debout n’est que vanité. — Sélah.

7 Oui, l’homme se promène comme une ombre, Il s’agite vainement ; Il amasse et il ne sait qui recueillera.

8 Maintenant, Seigneur, que puis-je espérer ? En toi est mon espérance.

9 Délivre-moi de toutes mes transgressions ! Ne me livre pas aux insultes de l’insensé !

10 Je reste muet, je n’ouvre pas la bouche, Car c’est toi qui agis.

11 Détourne de moi tes coups ! Je succombe sous les attaques de ta main.

12 Tu châties l’homme en le punissant de son iniquité, Tu détruis comme la teigne ce qu’il a de plus cher. Oui, tout homme n’est que vanité. — Sélah.

13 Écoute ma prière, Éternel, et prête l’oreille à mes cris ! Ne sois pas insensible à mes larmes ! Car je suis un étranger chez toi, Un résident temporaire, comme tous mes pères.

14 Détourne de moi le regard et laisse-moi respirer, Avant que je m’en aille et que ne sois plus !