« Chaque membre est un missionnaire »

Chapitre 6

« Chaque membre est un missionnaire »

Le monde a soif de la vérité… Nous l’avons. Sommes-nous à la hauteur de la tâche, de la responsabilité que Dieu nous a donnée1 ? »

Introduction

Les deux parents de David O. McKay se sont convertis à l’Église à la suite des efforts de prosélytisme de missionnaires appelés à œuvrer en Grande-Bretagne. Les membres de sa famille de son père, David McKay, sont entrés dans l’Église en Écosse en 1850 ; ils étaient parmi les premiers convertis de l’Église de cette région. La famille de sa mère, Jennette Evans, s’est jointe à l’Église au Pays de Galles vers la même époque en dépit de la forte opposition de parents proches.

Grâce à la tradition de droiture léguée par ses parents, le président McKay avait un grand témoignage de l’importance et des effets à long terme de l’œuvre missionnaire. En 1953, lors d’une tournée en Europe, le président McKay a visité l’humble maison d’enfance de son père, en Écosse. Le fils du président McKay, Llewelyn, qui l’accompagnait dans ce voyage, a consigné ainsi cette expérience :

« [Quand nous nous sommes approchés de la maison], le soleil a percé les nuages et a brillé sur nous comme s’il reflétait la joie et le bonheur qui inondaient le cœur de mon père. Comme nous étions tous rassemblés devant la maison, des larmes sont montées aux yeux de mon père tandis qu’il regardait par la porte. ‘Si deux missionnaires n’avaient pas frappé à cette porte vers 1850, je ne serais pas ici aujourd’hui2 !’ »

Enseignements de David O. McKay

Les membres de l’Église ont été chargés d’accomplir l’œuvre missionnaire.

« Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit,

« et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (Matthieu 28:19-20).

C’est l’exhortation qui a été lancée aux Douze d’autrefois. Telle est l’exhortation, d’être la lumière du monde, qui est lancée aux gens de notre époque dans les Doctrine et Alliances. « Et c’est ainsi que j’ai envoyé mon alliance éternelle dans le monde, pour qu’elle soit une lumière pour le monde et une bannière pour mon peuple, pour que les Gentils la recherchent et pour qu’elle soit une messagère devant ma face, pour préparer le chemin devant moi » (D&A 45:9).

L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours avait à peine un an quand cette déclaration a été donnée par inspiration à Joseph Smith, le prophète. Il était lui-même dans sa vingt-sixième année. Il est merveilleux de faire une telle déclaration, d’un potentiel grandiose et d’une portée universelle…

…Le mormonisme, comme il est appelé, a dressé une bannière pour les nations et, avec des mots aussi universels que ceux que j’ai lus dans la révélation ; il incite le monde à la paix, au repos et à la satisfaction3.

Le texte « Allez par tout le monde » est réellement le commandement missionnaire donné par le Christ ressuscité à ses apôtres. Il dit en fait :

Considérez que cette œuvre n’est pas finie tant que les nations n’auront pas toutes accepté l’Évangile et ne se seront pas toutes mises aux rangs de mes disciples…

Avec la même responsabilité directe donnée par le Seigneur ressuscité qui, avec le Père, est apparu en personne au début du dix-neuvième siècle, l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours proclame l’Évangile à « toute nation, tribu, langue et peuple » aussi vite que les moyens et les forces dont nous disposons permettent de l’annoncer4.

Tout saint des derniers jours doit participer à l’œuvre missionnaire.

Si je devais formuler en termes précis deux des convictions les plus fortes qu’ont les saints des derniers jours, ce serait : Premièrement, l’assurance ferme que l’Évangile, enseigné par le Rédempteur quand il vivait parmi les hommes et qui a été par la suite modifié, changé et dénaturé par les hommes, a été rétabli par lui dans sa pureté et sa plénitude ; et deuxièmement, ce qui découle naturellement de la première déclaration, la conviction profonde qu’a chaque membre de notre Église que toute l’Église a la responsabilité de prêcher l’Évangile rétabli à chaque nation, tribu, langue et peuple5.

Cela me rappelle que lorsque le Christ était sur la terre, il a dit à quelques hommes qui connaissaient également sa nature divine, que quiconque sait que Dieu existe et que l’Évangile du Christ est vrai a la même obligation. « Celui qui, ne l’ayant pas connue, a fait des choses dignes de châtiment, sera battu de peu de coups. On demandera beaucoup à qui l’on a beaucoup donné, et on exigera davantage de celui à qui l’on a beaucoup confié » (Luc 12:48). Cette connaissance qu’ont les saints des derniers jours s’accompagne d’une grande obligation. Dans les Écritures, anciennes et modernes, on dit que le peuple de Dieu est une race élue, un sacerdoce royal, un peuple acquis, comme une lumière placée sur une colline. « Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée ; et on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. « Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux » (Matthieu 5:14-16)6.

Quelle responsabilité que… d’amener les hommes et les femmes de bonne volonté du monde entier à la connaissance de Dieu et de ce qu’est leur mission ici-bas ! Pères et mères, compagnons de service, comprenez-vous pleinement aujourd’hui ce que cela signifie d’assumer la responsabilité de porter le message de paix et de bonne volonté à tous les hommes7 ?

Plus que jamais auparavant, le monde a soif de la vérité. Nous l’avons. Sommes-nous à la hauteur de la tâche… de la responsabilité que Dieu nous a confiée8 ?

Chaque membre de l’Église devrait être converti et connaître l’Évangile, entre autres les Écritures. Comme ce serait merveilleux si chaque membre de l’Église pouvait, comme l’a fait et l’a dit Pierre autrefois, sanctifier dans son cœur le Christ, le Seigneur, étant toujours prêts à se défendre, avec douceur et respect, devant quiconque lui demande raison de l’espérance qui est en lui (voir 1 Pierre 3:15)…

La responsabilité de l’Église est de prêcher l’Évangile de Jésus-Christ qui a été restitué à Joseph Smith, le prophète, non seulement pour le prêcher et le proclamer en parole, en distribuant de la documentation, mais, plus que tout, en appliquant l’Évangile au foyer et dans nos relations d’affaires, en ayant la foi et le témoignage au cœur et en le rayonnant, où que nous allions… Rien ne peut freiner la progression de la vérité si ce n’est nos faiblesses ou notre manquement à notre devoir9.

Chaque membre est un missionnaire. Il a la responsabilité de mettre quelqu’un (une mère, un père, un voisin, un collègue de travail, un associé) en contact avec les messagers de l’Évangile. Si chaque membre s’acquitte de cette responsabilité et s’il prend les dispositions nécessaires pour que cette mère, ce père ou quelqu’un d’autre rencontre les représentants autorisés de l’Église, aucun pouvoir ici-bas ne peut empêcher l’Église de grandir. Et ce qui influencera ces personnes, c’est le contact personnel. C’est à nous qu’il incombe de prendre ce contact personnel, et sa nature et son effet dépendent de nous. Et c’est un point sur lequel je tiens à insister. Il est une responsabilité à laquelle aucun homme ne peut échapper, c’est celle de son influence personnelle…C’est ce que vous êtes et non ce que vous prétendez être qui amènera les gens à vouloir en savoir plus10.

Chaque membre de l’Église doit être missionnaire. Il n’a probablement pas l’autorité d’aller de maison en maison mais, de par sa qualité de membre, il a celle de montrer le bon exemple en bon voisin. Les voisins l’observent, observent ses enfants. Il est une lumière et son devoir est de ne pas cacher cette lumière sous le boisseau mais de la placer sur une colline de sorte que tous les hommes puissent être guidés par elle…

… Si vous vivez en accord avec les humbles principes compris dans les alliances que vous avez faites au bord de l’eau et, depuis, aux réunions de Sainte-Cène, et pour beaucoup d’entre vous dans la maison de Dieu, vous remplirez une mission noble, et Dieu vous récompensera.

Puisse chaque membre de l’Église connaître cette transformation dans la condition mortelle et vivre de manière à ce que d’autres, en voyant ses bonnes actions, soient amenés à glorifier notre Père céleste11.

L’Évangile est notre ancre. Nous savons ce qu’il représente. Si nous l’appliquons, le ressentons et si nous disons du bien de l’Évangile, de la prêtrise, de ses autorités et même de nos ennemis, nous serons plus heureux et nous prêcherons l’Évangile de Jésus-Christ. Tout le monde peut le faire. C’est possible. Dieu ne nous demande pas de le faire pour nous enlever ensuite la capacité de le faire12.

Les missionnaires à plein temps doivent être dignes de servir.

Dans la section 4 des Doctrine et Alliances, Joseph Smith, le prophète, a reçu la révélation suivante : « Voici, une œuvre merveilleuse est sur le point de se produire parmi les enfants des hommes.

C’est pourquoi, ô vous qui vous embarquez dans le service de Dieu, veillez à le servir de tout votre cœur, de tout votre pouvoir, de tout votre esprit et de toutes vos forces afin d’être innocents devant Dieu au dernier jour » (D&A 4:1-2)…

Un trait caractéristique de cette révélation et d’autres données vers la même période, est l’énoncé des qualités essentielles des personnes qui devaient participer à l’accomplissement de cette œuvre merveilleuse. Ces qualités n’étaient pas de posséder des richesses, d’avoir une position sociale ou de hautes fonctions politiques, ni d’être de haute naissance, mais d’avoir le désir de servir Dieu de tout son cœur, de tout son esprit et de toute sa pensée – des qualités spirituelles qui contribuent à la noblesse de l’âme. Je répète : Ce n’était ni la popularité, ni la richesse, ni la formation théologique au gouvernement de l’Église - mais « une œuvre merveilleuse [était] sur le point de se produire parmi les enfants des hommes13 ».

[Les évêques et les présidents de pieu] devraient être guidés par certains principes pour appeler nos missionnaires. Premièrement, n’appelez aucun [missionnaire] dans le but de le sauver. Tel jeune homme s’égare et vous croyez qu’une mission lui ferait du bien. C’est vrai. Mais ce n’est pas la bonne raison de l’y envoyer. Choisissez [des missionnaires] qui sont dignes de représenter l’Église, veillez à ce qu’ils soient suffisamment mûrs et, par dessus tout, à ce qu’ils aient de la force de caractère14.

Il est bon que nous ayons à l’esprit non pas tant le profit qu’en tireront ces représentants du Seigneur que leur préparation et leur qualification pour s’acquitter des responsabilités qui relèvent d’un appel en mission. Pour choisir un missionnaire, il est bon de garder à l’esprit les questions suivantes :

Est-il digne de représenter l’Église ?

A-t-il suffisamment de volonté pour résister à la tentation ?

S’est-il gardé pur pendant qu’il était chez lui et s’est-il montré capable, selon ces critères, de résister à la tentation qui pourrait se manifester en mission ?

A-t-il participé activement aux organisations de l’Église de son unité ?

A-t-il au moins une idée de ce que l’Église peut offrir au monde ?

A-t-il perçu que l’Église est ce qu’il y a de plus grand au monde et qu’elle est le seul groupe qui a autorité pour représenter le Seigneur Jésus-Christ pour le salut du genre humain ? …

A-t-il, par la prière ou par expérience, ressenti la proximité de Dieu afin qu’il puisse s’adresser au Seigneur comme il le ferait à son père terrestre15 ?

Tout missionnaire qui va à l’étranger pour prêcher cet Évangile doit donc d’abord le vivre de son mieux et avoir la conviction profonde qu’il prêche la vérité. Certes, ce témoignage peut d’abord être un peu vague ; mais tous nos enfants l’ont dans une certaine mesure… Par l’étude, le service, l’humilité et la prière, ce témoignage se développera.

Voici une autre qualification : Tout missionnaire doit toujours avoir de la noblesse chrétienne. Qu’est-ce qu’avoir de la noblesse ? « Quiconque est ouvert - n’a rien à cacher, n’a pas le regard baissé parce qu’il est conscient d’une certaine culpabilité ; « quiconque est loyal » - loyal envers la vérité, la vertu, la Parole de Sagesse – sincère, a une conduite empreinte d’humanité et affable, est honorable lui-même et dans son jugement d’autrui, tient parole, respecte la loi, est fidèle à Dieu autant qu’aux hommes, cet homme a vraiment de la noblesse. » Et cet homme, missionnaire de l’Église, doit être celui qui va christianiser le monde16.

Chaque diacre, instructeur et prêtre, chaque ancien dans l’Église, comprend que, pour être digne de représenter l’Église du Christ, il doit être maître de lui dans ses habitudes et moralement pur. Il sait qu’il n’y a pas deux normes de chasteté, que chaque jeune homme ainsi que chaque jeune fille doit se préserver de l’impureté sexuelle.

Ces jeunes gens ont pour instructions d’aller en tant que représentants de l’Église et que le représentant d’un organisme, économique ou religieux, doit posséder au moins une qualité marquante, qui est d’être digne de confiance. Celui qui a dit : « Il vaut mieux inspirer la confiance que l’amour » avait raison. Et qui ces missionnaires représentent-ils ? Premièrement, ils représentent leurs parents, ayant la responsabilité de garder leur réputation sans tache. Deuxièmement, ils représentent l’Église, plus précisément la paroisse où ils vivent. Et troisièmement, ils représentent le Seigneur Jésus-Christ dont ils sont les serviteurs autorisés.

Ces ambassadeurs, car c’est ce qu’ils sont, représentent ces trois groupes et assument en les représentant l’une des plus grandes responsabilités de leur vie17.

De nombreuses bénédictions résultent du service missionnaire.

Si vous voulez que votre témoignage soit fortifié, qu’il vous soit révélé maintenant personnellement que le Christ vous aide dans votre travail, en guidant son Église, eh bien, le meilleur moyen de le faire consiste… à faire votre devoir… en participant à l’œuvre missionnaire18.

Rendre service… dans le champ missionnaire est une bénédiction pour chacun. C’est ce que reconnaissent des milliers de parents dans toute l’Église qui apprécient la valeur de cette œuvre pour leurs fils et leurs filles, que cette expérience rend reconnaissants pour leur foyer et l’Évangile. Les parents savent aussi que l’activité missionnaire rend conscient de la véracité de l’Évangile que les jeunes gens ont peut-être ressentie auparavant mais n’ont pas exprimée19.

Beaucoup d’entre nous ne se rendent pas compte de la valeur et des possibilités de ce grand volet de l’activité de l’Église : l’œuvre missionnaire.

  1. Comme exemple de service bénévole à la cause du Maître, il n’y a pas mieux.

  2. Comme motivation à vivre une vie pure parmi les jeunes, comme moyen d’aider à se forger le caractère, son influence est incommensurable.

  3. Comme force éducative et influence édifiante sur nos collectivités, son effet est manifeste.

  4. Comme moyen de développer la compréhension entre les peuples et d’établir des relations d’amitié internationale, il joue un rôle important.

  5. Puisque l’objectif du Tout-Puissant est de sauver chacun… la mission participe en toute harmonie à l’achèvement de ce plan éternel !

« Souvenez-vous que les âmes ont une grande valeur aux yeux de Dieu…

« Et si vous travaillez toute votre vie à appeler ce peuple au repentir et que vous m’amenez ne fût-ce qu’une seule âme, comme votre joie sera grande avec elle dans le royaume de mon Père !

« Or, si votre joie est grande avec cette seule âme que vous m’aurez amenée dans le royaume de mon Père, comme elle sera grande si vous m’en amenez beaucoup ! » (D&A 18:10, 15-16)20.

Il faut changer le cœur des hommes. C’est dans ce but même que le Christ est venu ici-bas. La principale raison de la prédication de l’Évangile est de changer les cœurs et les vies et vous, frères qui allez de pieu en pieu et qui entendez le témoignage des personnes qui ont été converties récemment… vous pouvez témoigner, pour avoir entendu le leur, combien la conversion a changé leur vie. Par cette conversion, elles apportent la paix et la bonne volonté au monde au lieu de la querelle et de la souffrance21.

Nos missionnaires… déclarent maintenant à notre monde troublé que le message annoncé à la naissance de Jésus – « paix sur la terre parmi les hommes qu’il agrée ! » (voir Luc 2:14) peut devenir une réalité dès maintenant par l’obéissance aux principes de l’Évangile22.

Conseils pour l’étude et la discussion

  • Le président McKay a souvent exprimé sa reconnaissance pour les efforts des missionnaires qui ont instruit ses parents. Comment vous ou quelqu’un de votre connaissance avez-vous été béni par l’œuvre missionnaire ?

  • À qui incombe la responsabilité de l’œuvre missionnaire de nos jours ? (Voir pages 49-54.) Quelles occasions avons-nous de suivre l’instruction du président McKay que chaque membre doit être un missionnaire ? Comment pouvons-nous nous préparer à assumer cette responsabilité ?

  • Quelle documentation l’Église a-t-elle produite pour nous aider à faire part de l’Évangile ? De quelles façons nous a-t-on dit d’aider les missionnaires à plein temps et les missionnaires de paroisse de notre région ?

  • Quelles qualifications sont requises pour le service missionnaire à plein temps ? (Voir pages 54-56.) Pourquoi la dignité et la loyauté sont-elles essentielles au service missionnaire ?

  • Que peuvent faire les jeunes pour se préparer à aller en mission ? Que peuvent faire les adultes pour aider les jeunes à se préparer à aller en mission ?

  • Comment les personnes physiquement ou mentalement handicapées peuvent-elles faire progresser la cause de l’œuvre missionnaire ? Quels autres moyens de servir l’Église sont à leur disposition ?

  • De quelles manières les couples âgés peuvent-ils apporter une aide importante dans le champ de la mission ?

Écritures en rapport avec le sujet : 3 Néphi 12:14-16 ; D&A 4:1-7 ; 18:15-18 ; 75:2-5 ; 88:81 ; 90:11