L’objectif de l’Église

Chapitre 3

L’objectif de l’Église

L’Église, avec toute son organisation, sert et inspire tout le monde1.

Introduction

Le président McKay aimait beaucoup l’Église et avait un fort témoignage du rôle qu’elle devait jouer dans la préparation à l’établissement définitif du royaume de Dieu. Alors membre du Collège des douze apôtres, il a raconté l’expérience suivante :

« Juste au-dessus de la chaire de l’église dans laquelle j’assistais aux réunions du dimanche quand j’étais enfant est restée accrochée pendant de nombreuses années une grande photo du président Taylor, maintenant décédé, sous laquelle figurait, je pense, en lettres dorées, l’expression suivante :

« ‘Le royaume de Dieu ou rien’

Des années avant que je comprenne son sens réel, cette phrase m’a beaucoup impressionné, lorsque je n’étais qu’un enfant. Il semble que, dès ce jeune âge, j’ai compris qu’il n’y a pas d’autre Église ni d’organisation qui approche de la perfection ou possède la nature divine de l’Église de Jésus-Christ. Je le sentais intuitivement pendant mon enfance, j’en suis devenu absolument convaincu pendant mon adolescence, et aujourd’hui, je chéris cette ferme conviction de mon âme…

« La nature divine de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours apparaît dans son organisation ainsi que dans ses enseignements. La divinité, la fraternité et le service, ces trois principes directeurs… se retrouvent dans chaque activité de l’Église2. »

La manière de diriger du président McKay était le reflet de sa ferme conviction. Au cours de sa présidence, l’Église a connu une croissance et un progrès importants dans le monde entier ; sa population est passée d’environ un million à près de trois millions de membres. À propos du rôle du président McKay dans cette croissance, deux historiens ont noté ce qui suit :

« Au début de sa présidence, David O. McKay, premier président de l’Église à parcourir autant le monde, a fait une tournée des missions d’Europe, d’Amérique Latine, d’Afrique et d’Océanie, au cours de laquelle il a consacré deux terrains pour la construction de temples en Europe et annoncé la construction d’un temple en Nouvelle-Zélande. En 1955, il a déclaré que l’Église devait ‘faire tous les efforts raisonnables et réalistes pour mettre à portée de chaque membre des missions éloignées tout… ce qu’elle a à offrir en matière de bénédictions spirituelles’ [Conference Report, avril 1955, p. 25]. La construction de temples, l’augmentation du nombre de missions, la création de pieux dans le monde entier, le conseil adressé aux saints d’édifier Sion dans leur pays natal au lieu d’émigrer en Amérique et finalement la remise de la direction de l’Église aux habitants de chaque pays ont toutes été des étapes importantes vers la réalisation de ce but3. »

Jusqu’à la fin de sa vie, le président McKay a gardé foi en la mission et en la destinée divines de l’Église. Moins d’un an avant sa mort, il a dit lors d’une conférence générale : « Dieu a établi son Église pour qu’elle ne soit jamais renversée ni transmise à un autre peuple. Aussi vrai que Dieu vit et tant que les membres de son Église lui restent fidèles et restent fidèles les uns aux autres, nous n’avons pas à nous inquiéter de la victoire finale de la vérité4. »

Enseignements de David O. McKay

La mission de l’Église est de préparer l’établissement définitif du royaume de Dieu.

La mission de l’Église est de préparer la voie pour l’établissement définitif du royaume de Dieu sur terre. Son objectif est premièrement d’aider les gens à intégrer à la vie des hommes des attributs chrétiens et deuxièmement de transformer la société pour que le monde soit un endroit meilleur et plus paisible5.

Sur quoi le Christ a-t-il [insisté] quand il a commencé son ministère ? La première grande déclaration a été d’annoncer que le royaume de Dieu est proche. « Le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous » [voir Marc 1:15]. C’est ce que prêchait Jean-Baptiste, le précurseur. Il a annoncé la venue du Seigneur. Il a montré quelle serait la position du Seigneur dans ce royaume, et le Sauveur en a témoigné et a prêché la même chose. Et quel était-ce Royaume ? Non pas un royaume mythique, mais un royaume réel, non seulement un sentiment intérieur mais aussi une expression extérieure de droiture. C’était le gouvernement divin parmi les hommes. C’était ce que le Sauveur avait en tête, l’établissement d’une théocratie parmi les hommes6.

Le terme [royaume de Dieu] implique que le cœur et les intentions des hommes et de la société sont régis par Dieu. L’homme reconnaît un pouvoir et une autorité supérieurs aux siens. « Il ne s’agit pas de la règle arbitraire d’une divinité despotique, mais d’une règle fondée sur la soumission libre de la volonté de l’homme à celle de Dieu. » Jésus a dit un jour : « Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous » [Luc 17:21]. C’est vrai, car c’est dans le cœur de l’homme que naît l’appartenance au royaume visible… Seul un tel groupe, recherchant dans l’unité la direction des cieux, peut réussir à transformer la société.

Le royaume de Dieu présuppose également une fraternité universelle dans laquelle tous les hommes reconnaissent que Dieu est leur souverain suprême, et chérissent le désir d’obéir à sa volonté7.

Il y a, dans le monde, des gens qui affirment que la jalousie, l’animosité et l’égoïsme qui existent dans le cœur humain feront toujours obstacle à l’établissement de la société idéale que l’on appelle le royaume de Dieu. Quoi que disent les sceptiques et les moqueurs, la mission de l’Église du Christ est d’éliminer le péché et la méchanceté du cœur humain et de transformer la société au point que la paix et la bonne volonté règnent sur toute la terre8.

Les collèges de la prêtrise et les organisations auxiliaires sont destinés à favoriser l’accomplissement de la mission de l’Église.

Voyez la prêtrise de l’Église. Imaginez des hommes et des garçons répartis en équipes ou groupes de travail, du père de quatre-vingt-dix ans au garçon de douze ans. Ces groupes de la prêtrise reflètent tout ce que les gens recherchent dans la société. Dans ces groupes de collège, il y a des occasions d’intégration, de fraternité et de service organisé…

Les personnes pratiquantes œuvrent de manière organisée à l’amélioration mutuelle, au bien-être personnel des membres de l’Église et au bien de la société en général. Si nous ne considérons que les collèges, n’est–ce pas là un tableau sublime, où hommes et garçons peuvent se rassembler, s’associer et coopérer pour servir le genre humain et où chacun considère l’autre comme son frère ? Dans ce collège, le médecin est assis à côté du charpentier, chacun intéressé par la plus édifiante des aspirations, celle d’adorer Dieu et de rendre service au genre humain9 !

La responsabilité de la Société de Secours est d’aider la prêtrise à établir le royaume de Dieu, à soulager la souffrance, à porter secours aux pauvres et à contribuer de diverses manières à la paix et au bonheur du monde.

L’une des promesses les plus encourageantes jamais faites aux gens qui aiment servir a été faite par le Sauveur en ces termes : « Toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites » (Matthieu 25:40) … Il m’a fallu arriver à l’âge d’homme pour comprendre l’importance du service rendu par nos sœurs dans l’Église10.

L’Église, qui reconnaît la puissance d’autres influences que celle du foyer dans la progression de l’enfant avant qu’il atteigne l’âge d’autodétermination, offre un cadre religieux presque dès sa naissance. L’École du Dimanche, la Primaire, les [organisations des Jeunes Gens et des Jeunes Filles] préparent un enseignement, des loisirs et une direction appropriés depuis le berceau jusqu’à la maturité11.

Les saints des derniers jours sont véritablement des gens qui s’aident mutuellement dans la vie productive, vie qui tend vers le salut de l’être humain. Par salut, je n’entends pas seulement une place dans l’au-delà, où tous nos soucis et nos inquiétudes cesseront, mais également un salut qui s’applique à l’individu, à la famille et à la société dès maintenant. Par l’Évangile de Jésus-Christ et par l’organisation parfaite de l’Église, telle qu’elle a été révélée dans cette dispensation à Joseph Smith, le prophète, nous nous aidons les uns les autres spirituellement en profitant des nombreuses occasions de rendre service dans l’Église. Nous promouvons la fraternité par les activités et la vie en société des collèges de la prêtrise, des associations auxiliaires et de nos réunions sociales12.

En remplissant sa mission, l’Église est source de bénédictions et de perfectionnement pour chacun.

La valeur d’une personne est grande aux yeux des membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Les collèges, auxiliaires, paroisses, pieux et même l’Église elle-même sont tous organisés pour favoriser le bien-être de l’homme. Tous ne sont que des moyens pour atteindre un objectif, celui du bonheur et du bien-être éternel de chaque enfant de Dieu. J’appelle donc tous les membres de l’Église, surtout les présidents de collège et les officiers de toutes les auxiliaires, à unir leurs efforts pour apporter plus de douceur dans la vie des gens13.

Il y a en l’homme non seulement un instinct, mais aussi une part de divin qui le poussent à avancer et à s’élever. Tout homme a conscience, à un moment ou un autre de sa vie, de posséder cet élément universel.

Associés à cet élan spirituel, trois grands besoins restent identiques au fil des siècles : (1) Tout être normal aspire à savoir quelque chose sur Dieu. Comment est-il ? S’intéresse-t-il à la famille humaine ou s’en désintéresse-t-il complètement ? (2) Quelle vie vaut-il mieux mener ici-bas pour avoir le plus de réussite et de bonheur ? (3) Qu’est-ce que cet événement inéluctable qu’est la mort ? Qu’y a-t-il au-delà ?

Si vous voulez obtenir des réponses à ces questions ferventes de l’âme humaine, vous devez venir les chercher dans l’Église. Seule la vraie religion peut répondre au désir profond de l’âme14.

Pourquoi tenons-nous ces réunions de conférence et toutes les autres réunions de l’Église ? C’est pour le bien de chacun, pour votre fils, pour le mien, pour votre fille et pour la mienne. Le Seigneur a dit : « … si vous travaillez toute votre vie à appeler ce peuple au repentir et que vous m’ameniez ne fût-ce qu’une seule âme, comme votre joie sera grande avec elle dans le royaume de mon Père ! » [voir D&A 18:15].

L’objectif… de l’organisation de cette grande Église, si complète et si parfaite, est d’apporter des bénédictions à chacun15.

Cette Église a été établie de la seule manière dont l’Église du Christ peut l’être, c’est-à-dire par l’autorité directe de Dieu. Fondée de cette manière, elle invite le monde entier à venir à une Église reconnue par Dieu lui-même, et qui offre tous les avantages que l’esprit, les émotions et les désirs humains peuvent imaginer pour l’accomplissement de la mission de chacun ici-bas. « Il s’agit d’une vague d’influence personnelle directe qui s’amplifie sans arrêt et qui est destinée, à terme, à toucher et à transformer tous les hommes pour que, comme Jésus, ils deviennent semblables à Dieu. » « Le mormonisme », qui est le véritable christianisme, « soumet l’égoïsme, règle les passions, maîtrise les appétits, vivifie l’intelligence et exalte les bons sentiments. Il promeut le travail, l’honnêteté, la vérité, la pureté et la bonté. Il amène les orgueilleux à l’humilité, élève les humbles, soutient la loi, favorise la liberté, lui est essentiel et vise à unir les hommes en une grande fraternité16. »

En accomplissant sa mission, l’Église contribue au bien-être du genre humain.

De nombreux citoyens sont profondément troublés par l’augmentation de la délinquance, par le taux élevé de divorces et de naissances illégitimes, l’augmentation de cas de maladies vénériennes, les scandales en haut lieu, et les autres manifestations de la malhonnêteté publique et privée.

Assiste-t-on à un effondrement de la moralité ? Y a-t-il des raisons de s’alarmer ? Le monde nous encercle de partout et les statistiques que nous lisons sont réellement effrayantes et constituent une mise en garde nécessaire…

L’Église a pour mission de réduire, et, si possible, d’éradiquer ces maux du monde. Il est évident que nous avons besoin d’une force unificatrice pour éliminer ces maux. Cette force, cet idéal sont l’Évangile de Jésus-Christ qui a été rétabli par Joseph Smith, le prophète. Il explique la vie de l’homme et son objectif ; il contient les éléments salvateurs essentiels, les idéaux nobles et l’élévation spirituelle à laquelle aspire le cœur humain.

Partout, des hommes et des femmes intègres et justes ont le désir d’éliminer de notre société les éléments mauvais qui la désintègrent constamment : le problème de l’alcool et de l’alcoolisme, la dépendance à la drogue avec tous les maux qui en découlent, l’immoralité, la pauvreté, etc. L’Église cherche à améliorer et à éclairer le cadre familial et social17.

Exprimons dès maintenant notre reconnaissance envers l’Église de Jésus-Christ avec des collèges et des auxiliaires organisés spécialement pour combattre ces fléaux. Elle a été établie par la révélation de Dieu le Père et de son fils Jésus-Christ. Sa mission glorieuse est de proclamer la vérité de l’Évangile rétabli, d’édifier la société pour que les gens puissent avoir des rapports plus amicaux, de créer dans notre société un cadre sain où nos enfants puissent trouver la force de résister à la tentation et les encouragements nécessaires à leur épanouissement culturel et spirituel18.

Établie par l’inspiration divine reçue par un jeune homme qui n’avait pas fait d’études, l’Église offre au monde la solution à tous ses problèmes sociaux. Elle a bien résisté à l’épreuve de son premier siècle. Au milieu des idées brillantes de ce vingtième siècle, où des hommes recherchent consciencieusement des réformes sociales et sondent l’avenir en aveugles afin d’y lire la destinée de l’homme, l’Église resplendit comme le soleil dans le ciel, où les autres astres paraissent des satellites de moindre importance. Elle éveille et protège les valeurs les plus élevées de l’homme. Sa tâche réelle est la rédemption de notre monde. « Elle est la lumière de la vérité qui éclaire tout au monde, et cette lumière, tôt ou tard, ne peut que révéler à l’homme les idéaux divins qui doivent régir la vie humaine19. »

Grâce à son organisation complète, l’Église offre ses services et son inspiration à tous… Au lieu de sortir les hommes du monde, elle cherche à susciter des hommes parfaits, à la ressemblance de Dieu et, par leur intermédiaire, à résoudre les problèmes de cette société20.

Conseils pour l’étude et la discussion

  • En vous appuyant sur les enseignements du président McKay, quel est l’objectif de l’Église ? (Voir pages 22-23.) Pourquoi tenons-nous des réunions et des conférences de l’Église ? (Voir pages 25-26.)

  • Comment l’Église contribue-t-elle à la préparation de l’établissement définitif du royaume de Dieu ? (Voir pages 23-27.) De quelle manière l’Église ressemble-t-elle au royaume de Dieu qui doit encore être établi et en donne-t-elle l’image? (Voir pages 22-23.)

  • Qu’est-ce que l’Église offre qui conduira les membres fidèles à la vie éternelle ? (Voir pages 23-27.) Comment avez-vous vu que l’organisation de l’Église, avec ses collèges et ses auxiliaires, aide au perfectionnement personnel ? (Voir aussi Éphésiens 4:11-13.)

  • Indiquez quelques problèmes de la société actuelle. (Voir page 26.) De quelle manière l’application des principes de l’Évangile peut-elle aider à résoudre ces problèmes ? (Voir pages 26-27.)

  • En quoi votre appartenance à l’Église est-elle une bénédiction pour vous ? Que pouvez-vous faire, vous et votre famille, pour bénéficier plus pleinement de ce qu’offre l’Église ?

  • Que pouvons-nous faire pour aider l’Église à s’acquitter de ses responsabilités dans ces derniers jours ?

Écritures en rapport avec le sujet : Éphésiens 2:19-22 ; 4:11-15 ; Moroni 6:4-9 ; D&A 10:67-69 ; 65:1-6