Conférence générale
Suivre Jésus-Christ, nos pas guidés par la foi


Suivre Jésus-Christ, nos pas guidés par la foi

Le Christ nous soutient aujourd’hui dans les moments difficiles. Il l’a fait pour les pionniers et il le fait pour chacun de nous aujourd’hui.

Merci au chœur d’avoir chanté « Nos pas guidés par la foi ». Newell Dayley1 a composé la musique et écrit les paroles de ce chant en 1996 pour la célébration du cent cinquantième anniversaire de l’arrivée des pionniers dans la vallée du lac Salé, en 1847.

Bien que ce chant ait été écrit en vue de cet événement, son message est valable pour le monde entier.

J’ai toujours aimé le refrain :

Nos pas guidés par la foi, nous suivons Jésus-Christ ;

Emplis d’espoir par son amour chantons-le tous unis2.

Frères et sœurs, je témoigne que si nous suivons Jésus-Christ, nos pas guidés par la foi, il y a de l’espoir. Il y a toujours de l’espoir en Jésus-Christ, notre Seigneur. Il y a de l’espoir pour tous dans cette vie. Il y a de l’espoir pour surmonter nos erreurs, nos chagrins, nos difficultés, nos épreuves et nos problèmes. Il y a de l’espoir dans le repentir, dans le fait de recevoir le pardon et de pardonner. Je témoigne qu’il y a de l’espoir et de la paix en Christ. Il nous soutient aujourd’hui dans les moments difficiles. Il l’a fait pour les pionniers et il le fera pour chacun de nous aujourd’hui.

Cette année marque le cent soixante-quinzième anniversaire de l’arrivée des pionniers dans la vallée du lac Salé. Cela m’a conduit à penser à mes ancêtres : certains d’entre eux ont fait le voyage à pied depuis Nauvoo jusqu’à la vallée du lac Salé. Certains de mes arrière-grands-parents ont traversé les plaines à pied, dans leur jeunesse. Henry Ballard avait vingt ans3, Margaret McNeil en avait treize4 et Joseph F. Smith, qui devint plus tard le sixième président de l’Église, avait à peine neuf ans à son arrivée dans la vallée du lac Salé5.

En chemin, ils ont connu toutes sortes de difficultés : les hivers rigoureux, la maladie, et le manque de nourriture et de vêtements. Par exemple, lorsque Henry Ballard est entré dans la vallée du lac Salé, il s’est réjoui de voir la « terre promise », mais il vivait dans la crainte que quelqu’un le voie, car les vêtements qu’il portait étaient si usés qu’ils ne recouvraient pas complètement son corps. Il s’est caché derrière des buissons toute la journée jusqu’à la nuit tombée. Il s’est ensuite rendu dans une maison et a demandé si on pouvait lui donner des vêtements afin qu’il puisse continuer son voyage et retrouver ses parents. Il était reconnaissant envers Dieu d’être arrivé dans son futur foyer en sécurité6.

Dans chacune de leurs épreuves, mes arrière-grands-parents ont suivi Jésus-Christ, leurs pas guidés par la foi. Je leur suis reconnaissant de ne jamais avoir abandonné. Leurs pas empreints de foi ont été une bénédiction pour moi et continueront de l’être pour les générations à venir. De la même manière, vos pas guidés par la foi seront une bénédiction pour votre postérité.

En anglais, le mot pioneer [N.D.T. pionnier] est à la fois un nom et un verbe. Le nom désigne les premières personnes qui explorent ou colonisent un nouveau territoire. Le verbe signifie ouvrir ou préparer la voie à suivre pour d’autres personnes7.

Quand je pense aux pionniers qui ont préparé le chemin pour d’autres personnes, c’est Joseph Smith qui me vient à l’esprit en premier. Joseph était un pionnier car ses pas guidés par la foi l’ont mené à un bosquet où il s’est agenouillé en prière et a ouvert la voie pour que nous recevions la plénitude de l’Évangile de Jésus-Christ. La foi qui a permis à Joseph de « demande[r] à Dieu8 », ce matin du printemps de l’année 1820, a ouvert la voie au rétablissement de la plénitude de l’Évangile de Jésus-Christ, ce qui signifiait que des prophètes et des apôtres seraient de nouveau appelés à servir sur la terre9. Je sais que Joseph Smith est un prophète de Dieu. Je sais que ses pas remplis de foi l’ont conduit à s’agenouiller en présence de Dieu, le Père, et de Jésus-Christ, son Fils bien-aimé.

Les pas guidés par la foi de Joseph lui ont permis d’être l’instrument du Seigneur pour faire paraître le Livre de Mormon, qui est un autre témoignage de Jésus-Christ et de sa grâce expiatoire.

Par sa foi et sa persévérance face à des difficultés et une opposition incroyables, Joseph Smith a été un instrument entre les mains du Seigneur pour édifier de nouveau l’Église de Jésus-Christ sur la terre.

Au cours de la dernière conférence générale, j’ai raconté comment le service missionnaire à plein temps avait été une bénédiction pour moi. J’ai été béni quand j’ai enseigné le plan de salut glorieux de notre Père céleste, la première vision de Joseph Smith et sa traduction du Livre de Mormon. Cette doctrine et ces enseignements rétablis ont guidé mes pas empreints de foi tandis que j’instruisais les personnes disposées à écouter le message du rétablissement de l’Évangile.

Aujourd’hui, les missionnaires sont des pionniers des temps modernes car ils transmettent ce glorieux message dans le monde entier, ouvrant ainsi aux enfants de notre Père céleste le chemin pour le connaître ainsi que son Fils, Jésus-Christ. Le fait d’accepter l’Évangile de Jésus-Christ ouvre aux personnes qui le reçoivent la voie pour se préparer à recevoir les ordonnances et les bénédictions de l’Église et du temple.

Lors de la dernière conférence générale, le président Nelson a réaffirmé « que le Seigneur [demande] à chaque jeune homme digne et apte, de se préparer pour une mission, et d’en faire une » et que « pour [les] sœurs jeunes et capables, une mission est aussi une possibilité puissante, mais facultative10 ».

Chers jeunes gens et jeunes filles, vos pas guidés par la foi vous permettront de suivre l’invitation du Seigneur à faire une mission : à être des pionniers des temps modernes en ouvrant la voie aux enfants de Dieu vers le chemin des alliances qui conduit en sa présence glorieuse et en les invitant à rester sur ce chemin.

Le président Nelson a été un pionnier dans l’Église. En qualité d’apôtre, il s’est rendu dans de nombreux pays afin de les consacrer pour la proclamation de l’Évangile. Peu après avoir été appelé prophète et président de l’Église, il nous a suppliés « d’accroître [notre] capacité spirituelle à recevoir la révélation11 ». Il continue de nous apprendre à fortifier notre témoignage. Au cours d’une réunion spirituelle mondiale pour les jeunes adultes, il a dit :

« Je vous supplie de prendre la responsabilité de votre témoignage. Travaillez-y. Assumez-le. Prenez-en soin. Nourrissez-le afin qu’il grandisse. […]

« [Puis] voyez les miracles s’accomplir dans votre vie12. »

Il nous enseigne comment être plus autonomes spirituellement. Il a déclaré que « dans les jours à venir, il ne sera pas possible de survivre spirituellement sans l’influence directrice, réconfortante et constante du Saint-Esprit13 ».

Je sais que Russell M. Nelson est le prophète de Dieu sur la terre aujourd’hui.

Notre Sauveur, Jésus-Christ, est le pionnier suprême pour préparer la voie. En effet, il est « le chemin14 » par lequel le plan du salut s’accomplit afin que nous puissions nous repentir et, par la foi en lui, retourner auprès de notre Père céleste.

Jésus a dit : « Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi15. » Il nous a promis qu’il ne nous laisserait pas orphelins et qu’il viendrait à nous dans nos épreuves16. Il nous a invités à venir à lui d’un cœur pleinement résolu, afin d’être guéris17.

Je témoigne que Jésus-Christ est notre Sauveur et notre Rédempteur, notre avocat auprès du Père. Notre Père céleste nous a montré le chemin pour retourner à lui en suivant Jésus-Christ, son Fils bien-aimé, nos pas guidés par la foi.

Mes arrière-grands-parents et d’autres pionniers ont été confrontés à de nombreux obstacles tandis qu’ils conduisaient leurs chariots, tiraient leurs charrettes à bras et marchaient en direction de la vallée du lac Salé. Nous aussi, nous connaîtrons des difficultés dans notre parcours terrestre. Nous ne tirons pas de charrettes à bras, pas plus que nous ne franchissons des montagnes escarpées dans des chariots bâchés roulant sur d’épaisses couches de neige, mais nous essayons de surmonter spirituellement les tentations et les difficultés de notre époque. Nous avons des sentiers à parcourir et des collines, et parfois des montagnes, à gravir. Bien que les épreuves d’aujourd’hui soient différentes de celles des pionniers, elles n’en sont pas moins difficiles pour nous.

À l’image de ce qu’ont fait les pionniers, il est important de suivre le prophète, les pieds fermement ancrés sur le chemin des alliances de la fidélité.

Suivons Jésus-Christ, nos pas guidés par la foi. Servons le Seigneur et servons-nous les uns les autres. Fortifions-nous spirituellement en respectant et en honorant nos alliances. Ne perdons pas de vue que le respect des commandements est notre plus grande priorité. Satan essaie de diminuer notre engagement et notre amour pour Dieu et le Seigneur Jésus-Christ. Rappelons-nous que, même si nous nous égarons, nous ne serons jamais perdus pour notre Seigneur. Grâce au repentir, nous pouvons nous tourner vers lui. Si nous nous efforçons de rester sur le chemin des alliances, il nous permettra d’apprendre, de progresser et de changer.

Puissions-nous toujours suivre Jésus-Christ, nos pas guidés par la foi, notre esprit centré sur lui et nos pieds fermement ancrés sur le chemin des alliances. C’est mon humble prière. Au nom de Jésus-Christ. Amen.