Conférence générale
    Maintiens-toi sur ta route
    Téléchargements
    This Page (MP3)
    Notes de bas de page
    Theme

    Maintiens-toi sur ta route

    Mettez Dieu au premier plan de votre vie, quelles que soient les épreuves auxquelles vous faites face. Aimez Dieu. Ayez foi au Christ, et mettez votre confiance en lui en toutes choses.

    Le 11 mars 2011, je me trouvais sur le quai de la gare de Shinagawa, à Tokyo, et je partais rendre visite à la mission de Kobe. Vers 14h46, il s’est produit un immense tremblement de terre de magnitude 9.0. Les secousses étaient si intenses que je ne pouvais pas me tenir debout, et je me suis accroché à une rampe d’escalier. Les luminaires du plafond à proximité ont commencé à tomber. Toute la ville de Tokyo était en panique.

    Par chance, je n’ai pas été blessé et, quatre heures plus tard, j’étais soulagé d’apprendre que toute ma famille allait bien.

    On voyait à la télévision un flux continu de séquences terrifiantes. Un immense tsunami s’était abattu sur la région de la mission de Sendai, dévastant tout sur son passage : voitures, maisons, usines et champs. J’étais abasourdi par ces images tragiques et je me suis mis à pleurer. J’ai prié avec ferveur notre Père céleste de protéger et de soutenir tous les gens qui vivaient dans cette région et que j’aimais tant.

    Un peu plus tard, j’ai eu la confirmation que tous les missionnaires et tous les membres de l’Église étaient sains et saufs. Cependant, de nombreux membres avaient été touchés et avaient perdu leurs proches, leur maisons ou des biens matériels. Presque 20 000 personnes avaient péri, des quartiers entiers avaient été détruits, et beaucoup de gens avaient été forcés de quitter leur domicile à cause d’un accident de la centrale nucléaire.

    Des catastrophes comme celle-là ravagent aujourd’hui de nombreuses parties du globe, provoquant la mort d’un grand nombre de personnes. Nous avons été avertis que des catastrophes, des guerres et d’innombrables difficultés surviendront.

    Lorsque des épreuves de ce genre se produisent soudain dans notre vie, nous pourrions nous demander : « Pourquoi cela m’arrive-t-il ? » ou « Pourquoi dois-je souffrir ? »

    Pendant une longue période après ma conversion à l’Évangile, je n’avais pas de réponse claire à la question : « Pourquoi ai-je des épreuves ? » J’ai compris la partie du plan du salut qui implique que l’on soit éprouvé. Cependant, en réalité, lorsque cette question surgissait, ma conviction n’était pas assez grande pour y répondre de façon adéquate. Mais à un moment de ma vie, j’ai moi aussi vécu une grande épreuve.

    Lorsque j’avais trente ans, j’étais en visite dans la mission de Nagoya, dans le cadre de mon travail. Après une réunion, le président de mission a gentiment demandé aux missionnaires de me raccompagner à l’aéroport. Cependant, alors que nous arrivions à une intersection en bas d’une longue colline, un gros camion a dévalé la pente derrière nous à grande vitesse. Il a percuté l’arrière de notre voiture et l’a propulsée sur plus de vingt mètres. Le plus terrifiant dans tout cela, c’est qu’il n’y avait pas de conducteur. L’arrière de notre véhicule a été enfoncé sur la moitié de sa longueur d’origine. Heureusement, les deux missionnaires et moi-même avons survécu.

    Toutefois, le lendemain, j’ai commencé à ressentir une douleur dans le cou et les épaules, ainsi que de sévères migraines. À partir de ce jour-là, il m’a été impossible de dormir, et j’étais contraint de vivre avec cette souffrance physique et mentale au quotidien. J’ai imploré Dieu de me guérir de ma douleur, mais ces symptômes ont persisté pendant environ dix ans.

    À cette époque, le doute s’est immiscé dans mon esprit et je me suis demandé : « Pourquoi dois-je souffrir autant ? » Néanmoins, bien que le genre de guérison auquel j’aspirais ne me soit pas accordé, je m’efforçais de respecter fidèlement les commandements de Dieu. Je continuais à prier pour être capable de trouver des réponses aux questions que j’avais concernant mes épreuves.

    Et puis le moment est venu où j’ai dû faire face à de nouvelles épreuves personnelles, et j’étais troublé car je ne savais pas comment gérer ces nouvelles difficultés. J’ai prié pour recevoir une réponse. Mais je n’en ai pas reçu immédiatement. Alors je suis allé trouver un dirigeant de l’Église en qui j’avais confiance.

    Pendant notre conversation, il m’a dit avec beaucoup d’amour : « Frère Aoyagi, n’est-ce pas votre but ici-bas sur terre de vivre cette épreuve ? Ne vaut-il pas mieux accepter les épreuves de cette vie pour ce qu’elles sont et laisser le reste au Seigneur ? Ne croyez-vous pas que ce problème sera résolu lorsque nous serons ressuscités ? »

    Lorsque j’ai entendu ces paroles, j’ai ressenti très fortement l’Esprit du Seigneur. J’avais entendu cet enseignement d’innombrables fois, mais les yeux de mon entendement n’avaient jamais été ouverts comme ils l’ont été cette fois-ci. J’ai alors compris que c’était la réponse que j’avais demandée en prière au Seigneur. J’ai pu comprendre clairement le plan du salut de notre Père céleste et mieux saisir ce principe important.

    Dans le Livre d’Abraham, le Seigneur Dieu déclare : « nous les mettrons ainsi à l’épreuve, pour voir s’ils feront tout ce que le Seigneur, leur Dieu, leur commandera1. »

    Le principe est que le Dieu qui a créé les cieux et la terre connaît le grand dessein qui a présidé à la création de celle-ci. Il a pouvoir sur toutes choses dans les cieux comme sur la terre. Et pour accomplir le plan du salut, il nous permet de vivre de nombreuses expériences, et certaines d’entre elles sont des épreuves, au cours de notre vie ici-bas.

    Le Seigneur a dit la chose suivante à Joseph Smith :

    « Sache, mon fils, que toutes ces choses te donneront de l’expérience et seront pour ton bien. […]

    « Maintiens-toi donc sur ta route […], car Dieu sera avec toi pour toujours et à jamais2. »

    Les épreuves de cette terre, parmi lesquelles la maladie et la mort, font partie du plan du salut et sont des expériences inévitables. Il est nécessaire que nous nous maintenions sur [notre] route et acceptions nos épreuves avec foi.

    Toutefois, le but de notre vie n’est pas uniquement de subir des épreuves. Notre Père céleste a envoyé son Fils bien-aimé, Jésus-Christ, notre Sauveur et Rédempteur, afin que nous puissions surmonter les épreuves auxquelles nous faisons face sur cette terre. En d’autres termes, il rend fortes pour nous les choses qui sont faibles3. Il expie pour nos péchés et nos imperfections, et rend possible pour nous l’obtention de l’immortalité et de la vie éternelle.

    Henry B. Eyring a dit : « L’épreuve qu’un Dieu aimant nous a impartie n’est pas destinée à montrer si nous pouvons supporter les difficultés. Elle est destinée à montrer si nous pouvons bien les supporter. Nous réussissons l’épreuve en montrant que nous nous souvenons de lui et des commandements qu’il nous a donnés4 »

    Nous maintenir sur notre route est un choix décisif dans les moments d’épreuves. Tournons notre cœur vers Dieu, tout particulièrement lorsque nous rencontrons des difficultés. Obéissons humblement aux commandements de Dieu. Faisons preuve de foi en accordant notre volonté à celle de Dieu.

    Revenons maintenant à mon histoire de collision à Nagoya. J’aurais pu mourir dans cet accident. Néanmoins, par la grâce du Seigneur, j’ai miraculeusement survécu. Et je sais que mes souffrances avaient pour but de me permettre d’apprendre et de progresser5. Mon Père céleste m’a formé pour m’apprendre la patience, pour que j’acquière de l’empathie et pour que je sache comment réconforter ceux qui souffrent. Quand j’ai compris cela, mon cœur s’est rempli de gratitude envers mon Père céleste pour cette épreuve.

    Mettez Dieu au premier plan de votre vie, quelles que soient les épreuves auxquelles vous faites face. Aimez Dieu. Ayez foi au Christ, et mettez votre confiance en lui en toutes choses. Moroni fait la promesse suivante aux personnes qui le font : « Et si vous vous refusez toute impiété et aimez Dieu de tout votre pouvoir, de toute votre pensée et de toute votre force, alors sa grâce vous suffit, afin que par sa grâce vous soyez parfaits dans le Christ6. »

    Je témoigne sincèrement que Dieu et son Fils bien-aimé, Jésus-Christ, vivent et que la promesse divine faite à ceux qui l’aiment et se maintiennent sur leur route s’accomplira, même au milieu des épreuves. Au nom sacré de Jésus-Christ. Amen.