Cœurs tendres et mains serviables
    Notes de bas de page

    Cœurs tendres et mains serviables

    Que chacun de vous dont le cœur tendre et les mains serviables ont soulagé les fardeaux de tant de personnes reçoive l’expression sincère de ma gratitude.

    Hier soir, ma femme et moi avons mangé un peu de nourriture chinoise. Enveloppé dans mon biscuit de la chance il y avait le message suivant : « Le stress que vous ressentez sera bientôt soulagé. » Histoire vraie.

    Un groupe d’hommes parlait un jour avec Joseph Smith, le prophète, quand ils ont appris que la maison d’un pauvre frère qui vivait à une certaine distance de la ville avait été incendiée. Chacun s’est dit attristé de ce qui s’était produit. Le prophète a écouté quelques instants, puis a « mis la main dans sa poche, en a sorti cinq dollars et a dit : ‘Je suis attristé pour ce frère pour un montant de cinq dollars ; pour combien êtes-vous tous attristés1 ?’ » La rapidité de la réaction du prophète est notable. L’année dernière des millions d’entre vous ont réagi à la tristesse d’autres, par leurs moyens, leur cœur tendre et leurs mains serviables. Je vous remercie de tant de générosité.

    La compassion a toujours été une caractéristique fondamentale des membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Le prophète Alma a dit :

    « Vous désirez entrer dans la bergerie de Dieu et être appelés son peuple, et êtes disposés à porter les fardeaux les uns des autres, afin qu’ils soient légers ; oui, et êtes disposés à pleurer avec ceux qui pleurent, oui, et à consoler ceux qui ont besoin de consolation2. »

    Le Sauveur nous dit : « Va au secours des faibles, fortifie les mains languissantes et affermis les genoux qui chancellent3. »

    J’ai été le témoin direct de l’engagement des saints des derniers jours et d’autres qui ne sont pas de notre religion, qui ont le cœur tendre et les mains serviables, qui « porte[nt] les fardeaux les uns des autres4 ». J’ai été profondément attristé en voyant les dévastations massives qui se sont produites et les victimes qui sont sans espoir.

    Ces dernières années, la nature a exercé sa vengeance et sa suprématie de manières exceptionnellement puissantes. À la fin de décembre 2004 il y a eu, au large de la côte de l’Indonésie, un tremblement de terre terrible, à l’origine d’un tsunami qui a fait des milliers de morts et a brisé la vie des survivants. Sous la direction des dirigeants locaux de la prêtrise et de couples missionnaires d’âge mûr, l’aide s’est immédiatement mobilisée, fournissant une assistance d’urgence aux hôpitaux, aux premiers secours et aux collectivités d’Indonésie, du Sri Lanka, d’Inde et de Thaïlande.

    En peu de temps, plusieurs membres de l’Église se sont rendus dans une des régions les plus durement touchées, la région d’Aceh, dans le nord de Sumatra. Sœur Bertha Suranto, présidente des Jeunes Filles du district de Jakarta (Indonésie), et d’autres personnes ont conduit des camions remplis d’articles nécessaires qui allaient sauver des vies et apporter un peu de confort aux gens qui avaient tant perdu.

    « Chaque fois que nous arrivions dans un village, a-t-elle dit, les gens nous entouraient et nous donnaient de la nourriture à distribuer, même lorsqu’ils n’avaient qu’un peu de riz et quelques poissons qu’ils avaient pêchés dans l’océan. Depuis les mosquées, les dirigeants des localités annonçaient qu’un nouveau don de l’Église de Jésus était arrivé. »

    Une fois les besoins immédiats satisfaits, des projets à long terme ont été entrepris. Des projets d’aide pour construire plus de mille maisons en dur et pour restaurer des hôpitaux et des écoles sont mis en place. Des villageois ont été aidés pour remplacer leurs bateaux de pêche et leurs filets. Des métiers à tisser et des machines à coudre ont été distribués pour aider des familles à retrouver leur autonomie.

    Dans le nord du Pakistan et de l’Inde, il s’est produit le plus grand tremblement de terre qui ait secoué la région depuis cent ans. Il a coûté la vie à des milliers de personnes et a fait de nombreux sans-abri. En raison de l’extrême rigueur des hivers dans cette région, il fallait s’inquiéter non seulement pour les blessés mais aussi pour les sans-abri.

    Quatre jours après le tremblement de terre, le Secours islamique a mis à notre disposition un Boeing 747 que nous avons rapidement rempli de couvertures, de tentes, de trousses sanitaires, de fournitures médicales, de sacs de couchage, de manteaux et de bâches pris dans le magasin de l’évêque. Des containers avec d’autres fournitures et des tentes d’hiver pour plus de 75 000 personnes ont été expédiés par avion, par camion et par bateau.

    Quand des inondations ont eu lieu en Amérique centrale, des églises ont été ouvertes pour fournir un abri provisoire aux personnes évacuées. Dans les régions où les véhicules ne pouvaient pas aller, les membres de l’Église ont mis le matériel sur leur dos et ont traversé à pied les cours d’eau en crue et des terrains dangereux pour porter les secours aux gens qui étaient dans la détresse.

    Après une période d’agitations au Soudan, plus d’un million de personnes se sont enfuies de chez elles et de leur village pour se mettre en lieu sûr. Beaucoup de réfugiés ont fait des centaines de kilomètres à pied en terrain inhospitalier pour arriver dans des camps de réfugiés, cherchant à prendre contact avec leur famille et à retrouver la santé.

    L’Atmit, avoine enrichie de vitamines, s’est avéré efficace pour sauver la vie d’enfants affamés et de personnes âgées. Des fournitures médicales et des milliers de trousses sanitaires et de trousses pour nouveaux-nés ont aussi été fournies.

    L’Église s’est jointe à d’autres organisations caritatives importantes pour vacciner des millions d’enfants africains à l’occasion d’une campagne contre la rougeole. Deux mille membres africains fidèles de l’Église ont consacré de nombreuses heures pour faire la publicité, rassembler les enfants et apporter leur aide pendant la vaccination.

    La saison 2005 des ouragans dans le sud des États-Unis et dans l’ouest des Antilles a été la plus coûteuse et la plus dévastatrice que l’on ait connue. Des tornades successives se sont abattues sur les maisons et les entreprises depuis le Honduras jusqu’à la Floride. Des milliers de bénévoles dirigés par la prêtrise étaient là chaque fois qu’un ouragan s’était produit, apportant des secours d’urgence. Des trousses sanitaires et du matériel de nettoyage, de la nourriture, de l’eau, des ustensiles de cuisine, de la literie et d’autres articles ont permis de nettoyer les maisons et d’établir des hébergements temporaires.

    Frère Michael Kagle a dirigé un convoi de camions de sa propre entreprise chargés de matériel jusqu’au Mississippi. De nombreux employés, qui ne sont pas de notre religion, sont allés avec lui bénévolement chaque week-end pour porter de l’aide dans les régions frappées par l’ouragan. En route, ils utilisaient des talkies-walkies pour communiquer. Le chef de groupe des grands prêtres de Mike, qui les accompagnait avec sa camionnette, a dit qu’il avait eu les doigts tout blancs à force de serrer le volant. Pour essayer de ralentir le convoi, il a dit dans son talkie-walkie : « Messieurs, est-ce que vous vous rendez compte que vous faites du 130 km heure ? » L’un des chauffeurs de camion a répondu : « Il faut que vous compreniez que c’est le maximum pour ces gros camions. On ne peut pas aller plus vite. »

    Nous avons reçu des centaines de lettres de remerciement. Une femme, une infirmière du Mississippi, a écrit : « J’en suis restée sans voix. Dieu avait-il répondu si vite à mes prières ? J’ai aussitôt fondu en larmes quand j’ai vu apparaître dans les décombres des hommes casqués et bottés, avec des tronçonneuses de toutes les formes et de toutes les tailles. Cela a été absolument, sans aucun doute, l’un des sacrifices les plus grands dont j’aie jamais bénéficié personnellement. »

    J’exprime ma reconnaissance pour les doigts agiles qui ont produit des milliers de belles couvertures. Un merci spécial aux doigts moins agiles de nos sœurs âgées qui ont aussi confectionné ces couvertures bien nécessaires. Une arrière-grand-mère de 92 ans a confectionné plusieurs centaines de couvertures. Dans son cas, la créatrice et le bénéficiaire ont tous les deux été bénis. Comme son fils admirait son ouvrage, elle a demandé : « Penses-tu qu’il y aura jamais quelqu’un qui se servira d’une de mes couvertures ? » Une lettre d’une jeune mère de Louisiane répond à cette question :

    « J’habite en Louisiane et je vais dans un dispensaire local pour mes enfants. Tandis que j’étais là, on m’a donné des vêtements, des couches, des lingettes et deux belles couvertures pour bébé. L’une des couvertures a un dos jaune avec des empreintes de pieds et de mains sur le devant et l’autre couverture est brun clair avec des zèbres. Elles sont magnifiques. Mon petit de quatre ans aime celle avec les zèbres et naturellement celui qui a sept mois ne peut pas dire grand chose. Je voulais simplement vous remercier de votre générosité, vous et les membres de votre Église. Que Dieu vous bénisse, vous et votre famille. »

    En réponse aux récentes coulées de boue tragiques aux Philippines, les saints de la région ont assemblé des trousses sanitaires et des cartons de nourriture, et les ont distribués avec des couvertures aux gens qui étaient dans le besoin.

    Tout en apportant de l’aide partout dans le monde, l’Église s’efforce de respecter et d’enseigner les principes du travail et de l’autonomie. En 2005, de nombreux villages ont eu de l’eau potable grâce à de nouveaux puits. Des villageois ont appris à creuser des puits, à installer des pompes et à les réparer quand c’est nécessaire.

    Des bénévoles locaux et des couples missionnaires toujours aussi dévoués ont assuré une formation et apporté du matériel, permettant à des familles de compléter leur alimentation par de la nourriture produite localement.

    On a fourni beaucoup de fauteuils roulants qui permettent aux handicapés de devenir indépendants. Des milliers de professionnels de santé ont été formés pour sauver la vie des nouveaux-nés. Des médecins ont opéré de la cataracte, rendant la vue à de nombreuses personnes. Une aide psychologique attentionnée a été apportée à des gens du monde entier par les services LDS Family.

    La compréhension et le respect ont été établis dans beaucoup de pays par notre collaboration avec d’autres organismes bien implantés et respectés.

    Le Dr Simbi Mubako, ancien ambassadeur africain aux États-Unis, a dit : « Le travail de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours est d’autant plus impressionnant qu’il ne se limite pas simplement aux membres de l’Église, mais s’étend à tous les êtres humains de différentes cultures et de différentes religions parce qu’ils voient en chacun l’image de Jésus-Christ. »

    Gordon B. Hinckley, notre président bien-aimé, a contribué à développer cette grande œuvre humanitaire. Il a dit : « Nous devons allez vers toute l’humanité. Tous sont fils et filles de Dieu, notre Père éternel, et il nous tiendra pour responsables de ce que nous faisons vis-à-vis d’eux… Puissions-nous être une bénédiction pour l’humanité en nous ouvrant à tous, en relevant les gens qui sont écrasés et opprimés, en nourrissant et vêtant ceux qui ont faim et les nécessiteux, en faisant montre d’amour et de sollicitude envers les gens qui, autour de nous, ne font pas partie de l’Eglise5. »

    Cet effort humanitaire des temps modernes est une manifestation merveilleuse de la charité qui brûle dans l’âme de ceux qui ont le cœur tendre et dont les mains sont prêtes à aider. Ce service désintéressé est une manifestation véritable de l’amour pur du Christ.

    Le Sauveur a promis de grandes bénédictions aux gens qui donnent d’eux-mêmes : « Donnez, et il vous sera donné… on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis6. »

    Les choses dont j’ai parlé aujourd’hui ne sont même pas la centième partie de ce qui se fait dans les villages et les pays de par le monde. Partout où je vais, je reçois des expressions de profonde gratitude. Au nom de la Première Présidence, du Collège des Douze et du comité exécutif d’entraide de l’Église, dont la tâche est de guider cette œuvre, je tiens à exprimer nos remerciements les plus sincères et notre admiration.

    Il m’est impossible de trouver les mots pour exprimer comme il se doit les sentiments sacrés qui brûlent dans mon âme. Le simple mot merci semble presque galvaudé. Que chacun de vous dont le cœur tendre et les mains serviables ont soulagé les fardeaux de tant de personnes reçoive l’expression sincère de ma gratitude. Que les plus belles bénédictions du Seigneur vous soient accordées à vous et à votre famille dans tout ce que vous faites pour vous souvenir des gens qui ont le cœur lourd et les mains vides, au nom de Jésus-Christ. Amen.