Voir la fin dès le commencement
    Notes de bas de page

    Voir la fin dès le commencement

    Si vous faites confiance au Seigneur et si vous lui obéissez… Il vous aidera à réaliser le grand potentiel qu’il voit en vous.

    Mes chers frères, c’est merveilleux et extrêmement impressionnant d’être avec vous dans cette assemblée mondiale des détenteurs de la prêtrise. Je vous aime et je vous admire. C’est un honneur pour moi d’être l’un des vôtres. Je vous salue, vous qui avez l’autorité d’agir au nom de Dieu et d’accomplir des ordonnances qui sont une source essentielle de force et d’énergie éternelles pour le bien-être de l’humanité.

    Je vais m’adresser à vous, jeunes gens merveilleux qui vous préparez à faire changer le monde, vous qui vous êtes joints aux rangs de la Prêtrise d’Aaron et vous qui avez déjà reçu le serment et l’alliance sacrés de la Prêtrise de Melchisédek. La prêtrise que vous détenez est une merveilleuse force bénéfique. Vous vivez à une époque de grandes difficultés et de grandes possibilités. En tant que fils d’esprit de parents célestes, vous avez la liberté de faire de bons choix. Cela nécessite de grands efforts, de l’autodiscipline et une perspective optimiste qui amèneront la joie et la liberté dans votre vie présente et à venir.

    Le Seigneur a dit à Abraham : « Mon nom est Jéhovah, et je connais la fin dès le commencement ; c’est pourquoi, ma main sera sur toi » (Abraham 2:8). Mes jeunes amis, aujourd’hui je vous dis que, si vous avez confiance en lui et si vous lui obéissez, sa main sera au-dessus de vous. Il vous aidera à réaliser le grand potentiel qu’il voit en vous et il vous aidera à voir la fin dès le commencement.

    Je vais vous faire part d’une expérience de ma jeunesse. Un soir, quand j’avais onze ans, ma famille a dû quitter précipitamment l’Allemagne de l’Est pour commencer une vie nouvelle en Allemagne de l’Ouest. Jusqu’à ce que mon père puisse retrouver sa place de fonctionnaire, mes parents ont tenu une petite blanchisserie dans notre ville. Je suis devenu le livreur de la blanchisserie. Pour le faire efficacement, j’avais besoin d’une bicyclette pour tirer la lourde remorque du magasin. J’avais toujours rêvé d’une belle bicyclette de course rouge et brillante. Mais je n’avais jamais eu assez d’argent pour concrétiser mon rêve. Au lieu de cela, j’ai eu une affreuse bicyclette noire, lourde et rustique. J’ai effectué les livraisons pendant des années avant et après l’école à l’aide de cette bicyclette. La plupart du temps, penser à la bicyclette, à la remorque ou à mon travail ne me faisait pas bondir de joie. Parfois, la remorque semblait si lourde et le travail si fatigant que je croyais que mes poumons allaientéclater. Je devais souvent m’arrêter pour reprendre haleine. Néanmoins, je faisais ma part parce que je savais que nous avions désespérément besoin que l’argent rentre, et c’était ma façon d’y contribuer.

    Si seulement j’avais su à cette époque ce que j’ai appris des années plus tard, si seulement j’avais pu voir la fin dès le commencement, j’aurais mieux apprécié ces expériences et cela aurait rendu mon travail bien plus facile.

    Bien des années plus tard, comme j’allais être incorporé dans l’armée, j’ai décidé de m’engager dans l’armée de l’air pour devenir pilote. J’aimais voler et je pensais que j’étais fait pour être pilote.

    Pour être accepté, je devais passer un certain nombre de tests dont une visite médicale stricte. Les médecins, un peu troublés par les résultats, ont demandé des examens supplémentaires. Puis ils m’ont annoncé : « Vos poumons présentent des cicatrices, ce qui indique une maladie pulmonaire au début de votre adolescence, mais il est évident que tout va bien maintenant. » Les médecins se demandaient quel traitement j’avais suivi pour guérir de cette maladie. Jusqu’au jour de cet examen, j’ignorais que j’avais eu une quelconque maladie des poumons. Alors il m’est apparu très clairement que l’exercice régulier à l’air frais quand j’étais livreur pour la blanchisserie avait joué un rôle majeur dans ma guérison de cette maladie. Sans cet effort supplémentaire de pédaler sur cette lourde bicyclette jour après jour et de tirer cette remorque par les rues de la ville, je n’aurais peut-être jamais eu la possibilité de devenir pilote de chasse et plus tard commandant de bord d’un 747.

    Nous ne connaissons pas toujours les détails de notre avenir. Nous ne savons pas ce qui nous attend. Nous vivons à une époque d’incertitude. Nous sommes environnés de tous côtés par des difficultés. Parfois, le découragement peut se glisser en nous, la frustration s’introduire dans nos pensées ; le doute quant à la valeur de notre travail peut s’immiscer en nous. Dans ces sombres moments, Satan chuchote que nous ne serons jamais capables de réussir, que le prix n’en vaut pas la chandelle, que notre petite participation n’ajoutera rien de plus. Lui, le père de tous les mensonges, essaiera de nous empêcher de voir la fin dès le commencement.

    Heureusement, vous, jeunes détenteurs de la prêtrise de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, vous êtes instruits par des prophètes, des voyants et des révélateurs de notre époque. La Première Présidence a dit : « Nous avons une grande confiance en vous. Vous êtes des esprits de choix… Vous êtes au commencement de votre voyage dans la condition mortelle. Votre Père céleste veut que votre vie soit pleine de joie et vous ramène en sa présence. Les décisions que vous prenez maintenant vont déterminer en grande partie ce qui va se passer plus tard au cours de votre vie et pendant toute l’éternité » (Jeunes, soyez forts, p. 2). Elle a déclaré aussi : « Tu as la responsabilité d’apprendre ce que ton Père céleste veut de toi et ensuite de faire de ton mieux pour respecter sa volonté » (Prêtrise d’Aaron : Accomplissons notre devoir envers Dieu, p. 4).

    Je suis profondément reconnaissant de la direction inspirée de notre cher président Hinckley, le prophète de Dieu à notre époque, et de ses nobles conseillers. Leur vision prophétique vous aide à voir la fin dès le commencement.

    Le Seigneur vous aime ; c’est pour cela qu’il vous a donné des commandements et les paroles des prophètes pour vous guider dans votre voyage dans la condition mortelle. Certaines des recommandations les plus importantes pour votre vie se trouvent dans la brochure Jeunes, soyez forts. L’aspect de ce petit fascicule de papier lui mériterait la description suivante tirée des Écritures : « C’est de petites choses que sort ce qui est grand » (D&A 64:33). La valeur matérielle de cette brochure est faible, peut-être de quelques centimes. Mais la doctrine et les principes qu’elle présente sont un trésor inestimable. Vous, jeunes gens qui avez dix-huit ans ou plus, si vous ne possédez plus cette brochure, procurez-vous en une autre, gardez-la et utilisez-la. Ce petit fascicule est un joyau pour tous les âges. Il contient des principes qui sont des symboles sacrés représentant notre appartenance à l’Église.

    J’attire votre attention sur le fait que Jeunes, soyez forts, le Guide pour les parents et les dirigeants de jeunes qui l’accompagne ainsi que la recommandation pour le temple comportent tous sur la couverture une image du temple de Salt Lake City. Le temple est le lien entre les générations dans cette vie et pour l’éternité. Tous les temples ont été consacrés dans un même but : aider à accomplir l’œuvre divine et la gloire de Dieu, notre Père céleste, qui sont de « réaliser l’immortalité et la vie éternelle de l’homme » (Moïse 1:39). Ces temples sont des bâtiments sacrés dans lesquels des réponses à des questions éternelles sont données, des vérités s’enseignent, des ordonnances s’accomplissent pour que nous comprenions notre héritage divin d’enfants de Dieu et que nous soyons conscients de notre potentiel d’êtres éternels. La maison du Seigneur nous aide à voir la fin dès le commencement.

    Tout comme les temples de Dieu, notre corps physique est sacré. L’apôtre Paul a déclaré :

    « Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ?

    « Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu » (1 Corinthiens 6:19-20).

    Mes chers frères de tous âges et de tous pays du monde qui, comme moi, détenez la prêtrise, faisons usage de nos pensées, de notre esprit, de notre cœur et de notre corps avec un respect et une dignité dignes du temple sacré que notre Père céleste nous a donné.

    Mes amis, les prophètes modernes vous ont promis que, si vous respectez les principes donnés dans Jeunes, soyez forts, et que vous « vivez selon les vérités qui se trouvent dans les Écritures, vous pourrez accomplir l’œuvre de votre vie avec plus de sagesse et de compétence et vous pourrez supporter les épreuves avec plus de courage. Vous aurez l’aide du Saint-Esprit… Vous serez dignes d’aller au temple pour recevoir les saintes ordonnances. Ces bénédictions et beaucoup d’autres peuvent vous appartenir » (Jeunes, Soyez forts, p. 2-3).

    Nous savons que Dieu tient ses promesses. Nous devons accomplir notre part pour recevoir ses bénédictions. Joseph Smith, le prophète, a dit : « Lorsque nous obtenons une bénédiction quelconque de Dieu, c’est par l’obéissance à cette loi sur laquelle elle repose » (D&A 130:21).

    Quel que soit son âge, chaque membre qui veut aller au temple doit se préparer à cette expérience sacrée. Votre évêque et votre président de pieu, qui détiennent les clés de l’autorité de la prêtrise et qui sont juges ordinaires dans l’Église, vous poseront certaines questions. Entre autres questions essentielles, ils vous demanderont : Êtes-vous honnête ? Êtes-vous moralement pur ? Respectez-vous la Parole de Sagesse ? Obéissez-vous à la loi de la dîme ? Et : soutenez-vous les autorités de l’Église ? Les réponses à ces questions-clés sont le reflet de votre attitude et de vos actions.

    Jeunes gens, vous n’êtes peut-être pas au courant que les critères énoncés par le Seigneur dans les questions pour la recommandation à l’usage du temple sont très semblables aux principes énoncés dans Jeunes, soyez forts. Dans les moments de calme comme dans ceux de grande tentation, ces principes et la direction du Saint-Esprit vous aideront à faire les bons choix en ce qui concerne vos études, vos amis, votre tenue vestimentaire et votre présentation, les distractions, les média et l’Internet, votre langage, les sorties correctes, la pureté sexuelle, l’honnêteté, le respect du jour du sabbat et le service. La manière dont vous mettrez ces principes en application en dira long sur vous et sur ce que vous cherchez à devenir.

    Mes jeunes amis, le Seigneur veut que vous désiriez de tout votre cœur suivre ces principes et vivre selon les vérités de l’Évangile énoncés dans les Écritures. Si vous faites cela, vous verrez au-delà du moment présent et vous verrez votre avenir, brillant et merveilleux, rempli de grandes possibilités et de responsabilités. Vous aurez le désir de travailler dur et d’endurer longtemps. Votre vision de la vie sera optimiste. Vous découvrirez que le chemin de votre vie mène à la maison du Seigneur en premier, puis vers une mission à plein temps pour représenter le Sauveur là où il vous enverra. Après votre mission, vous organiserez votre vie sur le fondement de ces mêmes principes. Puis, mentalement, vous vous verrez entrant dans la maison du Seigneur pour un mariage et une famille éternels. Les priorités de votre vie se modifieront pour s’adapter aux priorités que le Seigneur nous donne. Dieu vous bénira et ouvrira les yeux de votre entendement afin que vous puissiez voir la fin dès le commencement.

    Le respect des principes énoncés dans Jeunes, soyez forts vous apportera l’estime de vous-même. Écrivez ces principes dans votre cœur et dans votre esprit et vivez-les. Jaugez votre situation personnelle actuelle à l’égard de ces principes. Écoutez l’Esprit, qui vous enseignera ce dont vous aurez besoin pour devenir plus semblable à Jésus. Si vous reconnaissez que vous avez besoin de changer, changez ; n’attendez pas. Repentez-vous vraiment et utilisez le don et le pouvoir du sacrifice expiatoire de Jésus-Christ pour régler ce qui vous empêche d’atteindre votre véritable potentiel. Si ce processus semble dur, accrochez-vous. Cela en vaut la peine. Le Seigneur vous promet, comme il l’a fait pour le prophète Joseph : « Sache, mon fils, que toutes ces choses te donneront de l’expérience et seront pour ton bien » (D&A 122:7).

    Nous qui sommes les grands-pères, les pères, les oncles, les frères et les amis de ces jeunes gens, nous pouvons les aider beaucoup dans ce processus. Le roi Benjamin a enseigné que, si les parents sont véritablement convertis, ils « enseigner[ont à leurs enfants] à marcher dans les voies de la vérité et de la sagesse; [ils] leur enseigner[ont] à s’aimer les uns les autres et à se servir les uns les autres » (Mosiah 4:15). On a dit qu’« enseigner par l’exemple est une manière d’enseigner ». Je dirais qu’« enseigner par l’exemple est la meilleure manière d’enseigner ».

    S’il vous plaît, enseignez par votre exemple à nos jeunes gens à être des détenteurs de la prêtrise dignes d’aller au temple. Votre vie exemplaire, votre amour de Dieu et de vos semblables, votre témoignage de l’Évangile rétabli de Jésus-Christ que vous appliquez aura un pouvoir convaincant sur notre jeunesse et l’aidera à voir la fin dès le commencement.

    S’il vous plaît, mes chers amis, perfectionnez votre vie en mettant en pratique ces principes donnés par les prophètes de notre époque. Si vous faites cela, alors, pas à pas, jour après jour, vous honorerez la prêtrise et vous serez préparés pour faire changer le monde. Vous serez aussi sur la bonne trajectoire pour retourner avec honneur vers votre Père céleste.

    Mes chers compagnons de service de la prêtrise, je vous promets aujourd’hui que, si vous suivez ce modèle, le Seigneur vous aidera à accomplir bien plus que vous ne le pourriez par vous-mêmes. Il vous aidera toujours à voir la fin dès le commencement !

    J’en témoigne en tant qu’apôtre du Seigneur, notre Sauveur, et au nom sacré de Jésus-Christ. Amen.