La plus grande génération de missionnaires
    Notes de bas de page

    La plus grande génération de missionnaires

    Nous faisons appel à vous, nos jeunes frères de la Prêtrise d’Aaron, pour que vous progressiez, que vous soyez à la hauteur et que vous soyez pleinement préparés à servir le Seigneur.

    Dans l’une des histoires les plus fortes et les plus riches en enseignements du Livre de Mormon, le peuple d’Ammon fit alliance de ne jamais reprendre les armes pour verser le sang. Mais « lorsqu’ils virent le danger, et les afflictions… que les Néphites enduraient pour eux, [ces gens] furent émus de compassion et voulurent prendre les armes pour la défense de leur pays » (Alma 53:13). Hélaman et ses frères les persuadèrent de respecter l’alliance qu’ils avaient faite avec le Seigneur.

    Les Écritures ne disent pas qui fut le premier à mentionner que leurs fils n’avaient pas fait la même alliance que leurs parents. Je me plais à penser que ce fut l’un des jeunes gens qui proposa la possibilité que lui et ses camarades soient autorisés à « prendre les armes, et [à se donner] le nom de Néphites.

    « Et ils conclurent l’alliance de se battre pour la liberté des Néphites, oui, pour protéger le pays jusqu’à donner leur vie » (Alma 53:16-17).

    La tâche était exceptionnelle pour un groupe de 2000 jeunes hommes, mais il s’agissait de jeunes hommes exceptionnels. Les Écritures disent : « Ils étaient extrêmement vaillants dans leur courage, et aussi dans leur force et leur activité. » Elles ajoutent : « mais voici, ce n’était pas tout : c’étaient des hommes qui étaient fidèles en tout temps dans tout ce qui leur était confié.

    « Oui, c’étaient des hommes pleins de vérité et de sérieux, car on leur avait enseigné à garder les commandements de Dieu et à marcher en droiture devant lui » (Alma 53:20-21).

    Le reste de l’histoire rapporte que ces jeunes hommes combattirent vaillamment contre l’armée lamanite, faite de guerriers bien plus âgés et plus expérimentés qu’eux. Hélaman, leur chef, a dit : « Ils avaient combattu comme avec la force de Dieu… et ils étaient tombés sur les Lamanites avec une puissance tellement grande qu’ils les avaient terrifiés ; c’est à cause de cela que les Lamanites se livrèrent comme prisonniers de guerre » (Alma 56:56).

    Imaginez cela ! Ces jeunes gens sans expérience étaient si bien préparés spirituellement et physiquement, et si puissants, qu’ils firent peur à leurs ennemis au point que ces derniers se rendirent ! Bien que les 2000 jeunes gens fussent tous blessés à un moment ou à un autre de la bataille, aucun d’eux ne fut tué (voir Alma 57:25). Hélaman ajoute : « Et nous l’attribuons à juste titre au pouvoir miraculeux de Dieu, à cause de leur foi extrême en ce qu’on leur avait enseigné à croire : qu’il y avait un Dieu juste et que quiconque ne doutait pas serait préservé par son pouvoir merveilleux » (Alma 57:26).

    Mes frères, nous menons actuellement une bataille qui, à de nombreux égards, est plus périlleuse et plus dangereuse que la bataille entre les Néphites et les Lamanites. Notre ennemi est plein de ruse et dispose de nombreux moyens. Nous luttons contre Lucifer, le père de tous les mensonges, l’ennemi de tout bien, de toute justice et de tout ce qui est sacré. En vérité, nous vivons à une époque où, comme Paul l’a prophétisé, « les hommes [sont] égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux,

    « … insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien,

    « … aimant le plaisir plus que Dieu,

    « Ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. » L’auteur de cette description ajoute : « Éloigne-toi de ces hommes-là » (2 Timothée 3:2-5).

    Est-ce que vous reconnaissez ces choses, mes frères ? Elles me semblent décrire ce que nous voyons à la télévision aux heures de grande écoute.

    Notre époque est pleine de périls. Nous nous battons littéralement pour le salut des hommes. Notre ennemi est sans merci et ne s’arrête jamais. Il emporte des prisonniers éternels à un rythme alarmant. Et il ne manifeste aucun désir d’abandonner.

    Nous sommes profondément reconnaissants aux nombreux membres de l’Église qui accomplissent des prouesses dans la guerre pour la vérité et le bien, mais je dois vous avouer honnêtement que cela n’est pas suffisant. Nous avons besoin de beaucoup plus d’aide. C’est pourquoi, de même que le peuple d’Ammon s’est tourné vers ses fils pour trouver des renforts dans la guerre contre les Lamanites, nous nous tournons vers vous, mes jeunes frères de la Prêtrise d’Aaron. Nous avons besoin de vous. Comme les 2000 jeunes guerriers d’Hélaman, vous êtes aussi enfants d’esprit de Dieu et vous pouvez aussi être dotés de pouvoir pour édifier et défendre son royaume. Nous avons besoin que vous contractiez des alliances sacrées, tout comme eux. Nous avons besoin que vous soyez d’une obéissance et d’une foi rigoureuses, tout comme eux.

    Ce dont nous avons maintenant besoin, c’est de la plus grande génération de missionnaires de toute l’histoire de l’Église. Nous avons besoin de missionnaires dignes, qualifiés, d’une grande énergie spirituelle et, comme les 2000 jeunes guerriers d’Hélaman, « extrêmement vaillants dans leur courage, et aussi dans leur force et leur activité » et « fidèles en tout temps dans tout ce qui leur [est] confié » (Alma 53:20).

    Écoutez ces mots, mes jeunes frères : vaillants, courage, force, activité, fidèles. Nous n’avons pas besoin de jeunes gens spirituellement faibles et à moitié engagés. Nous n’avons pas besoin de vous rien que pour occuper un poste ; nous avons besoin de tout votre cœur et de toute votre âme. Nous avons besoin de missionnaires plein d’élan, réfléchis, enthousiastes, et qui savent écouter les murmures du Saint-Esprit et y répondre. Ce n’est pas une époque pour des personnes faibles spirituellement. Nous ne pouvons pas vous envoyer en mission pour que vous redeveniez pratiquants, pour que vous vous repentiez ni pour que vous receviez un témoignage. Nous n’avons pas le temps pour cela. Nous avons besoin que vous soyez pleins de foi, d’espérance, de charité et d’amour, et que vous vous souciiez uniquement de la gloire de Dieu (voir D&A 4:5).

    En qualité d’apôtre du Seigneur Jésus-Christ, je vous appelle à commencer dès maintenant, ce soir, à être complètement dignes. Décidez et prenez l’engagement, personnellement et envers Dieu, dès cet instant, de vous efforcer diligemment de garder votre cœur, vos mains et votre esprit purs et non souillés par quelque forme de transgression morale que ce soit. Décidez de vous abstenir de la pornographie comme vous le feriez de la maladie la plus insidieuse, car c’est précisément ce qu’est la pornographie. Décidez de vous abstenir complètement de tabac, d’alcool et de drogue. Décidez d’être honnêtes. Décidez d’être de bons citoyens et d’obéir aux lois du pays dans lequel vous habitez. Décidez dès ce soir de ne jamais souiller votre corps ni d’utiliser de mots grossiers et qui sont déplacés pour un détenteur de la prêtrise.

    Et ce n’est pas tout ce qui est attendu de vous, mes jeunes frères. Nous attendons de vous que vous compreniez l’Évangile rétabli de Jésus-Christ et que vous en ayez un témoignage solide. Nous attendons de vous que vous travailliez dur. Nous attendons de vous que vous contractiez et gardiez les alliances. Nous attendons de vous que vous soyez des missionnaires à la hauteur de notre message sublime.

    Ce sont des normes élevées. Nous le comprenons bien, mais nous ne nous en excusons pas. Elles sont le reflet des principes du Seigneur que vous devez suivre pour recevoir la Prêtrise de Melchisédek, pour vous rendre au temple, pour être missionnaires et pour être des maris et des pères justes. Elles ne sont pas nouvelles ; vous en avez déjà entendu parler. Mais ce soir, nous faisons appel à vous, nos jeunes frères de la Prêtrise d’Aaron, pour que vous progressiez, que vous soyez à la hauteur et que vous soyez pleinement préparés à servir le Seigneur.

    Beaucoup d’entre vous sont déjà sur cette voie et nous les félicitons de leur dignité et de leur détermination. Vous qui n’y êtes pas, que ce soir marque le début de votre processus de préparation. Si vous avez des problèmes de dignité, décidez de procéder aux changements nécessaires, en commençant dès maintenant. Si vous croyez avoir besoin de parler avec votre père et avec votre évêque de quelque péché que vous auriez commis, n’attendez pas, faites-le dès maintenant. Ils vous aideront à vous repentir et à changer, de manière à prendre place au sein de la plus grande génération de missionnaires.

    Comprenez ceci : La barre pour partir en mission est placée plus haut. L’époque où les missionnaires se repentaient pour partir est passée. Vous savez de quoi je parle, n’est-ce pas, mes jeunes frères ? Certains d’entre vous s’imaginent à tort qu’ils peuvent avoir une conduite pécheresse, puis se repentir quand ils atteignent l’âge de 18 ans et demi afin de pouvoir partir en mission à 19 ans. Il est vrai que vous pouvez vous repentir de vos péchés, mais vous risquez de ne pas vous qualifier pour servir. Il vaut beaucoup mieux rester pur et vaillant en faisant les choses simples qui suivent :

    • Établissez une bonne relation de prière avec votre Père céleste.

    • Sanctifiez le jour du sabbat.

    • Travaillez et épargnez une partie de vos gains sur un compte d’épargne.

    • Payez complètement et honnêtement la dîme.

    • Passez moins de temps à jouer à des jeux informatiques. Le nombre d’adversaires que vous pouvez tuer en une minute dans un jeu informatique n’aura aucun effet sur votre capacité d’être un bon missionnaire.

    • Accordez davantage de votre temps au Seigneur en étudiant les Écritures et en comprenant le message remarquable du Rétablissement que nous devons transmettre au monde.

    • Servez vos semblables et rendez-leur votre témoignage.

    Et vous, pères, vous avez un rôle essentiel dans ce processus de préparation. Nous savons que c’est au foyer que s’exerce l’influence la plus profonde pour aider les jeunes gens à se préparer à la Prêtrise de Melchisédek, au mariage et à leur rôle de père. Si vos fils comprennent les principes de base nécessaires pour devenir des pères fidèles, ils seront certainement prêts à être missionnaires à plein temps. Malheureusement, beaucoup trop de pères renoncent à cette responsabilité éternelle. Vous pensez peut-être que l’évêque, les instructeurs et les dirigeants du séminaire, de l’École du Dimanche et des Jeunes Gens sont mieux placés qu’eux pour motiver et inspirer leurs fils. C’est tout simplement faux. Les dirigeants ecclésiastiques sont importants pour la préparation de votre fils à la prêtrise et à la mission, mais l’Église est là pour vous aider. Elle n’est pas faite pour remplacer vos enseignements inspirés ni vos directives ni vos remises au pas.

    Si donc nous plaçons la barre plus haut pour le service missionnaire de vos fils, cela veut dire que nous la plaçons plus haut également pour vous. Si nous attendons davantage d’eux, cela implique que nous attendons également davantage de vous et de votre femme. Rappelez-vous que les 2000 jeunes guerriers d’Hélaman étaient fidèles « car on leur avait enseigné à garder les commandements de Dieu et à marcher en droiture devant lui » (Alma 53:21), et qu’ils ont appris cela dans leur foyer.

    Certains pères pensent qu’ils n’ont pas le droit de poser des questions de dignité à leurs enfants. Ils croient que c’est le droit et la responsabilité de l’évêque. Pères, vous avez non seulement le droit de savoir si vos enfants sont dignes, mais vous en avez également la responsabilité. Il est de votre devoir de vous tenir au courant du bien-être et de la progression de vos enfants. Vous devez traiter avec soin les questions qu’ils vous posent et les inquiétudes qu’ils vous expriment. Posez des questions précises à vos enfants au sujet de leur dignité et refusez de vous contenter de quoi que ce soit d’autre que de réponses précises.

    Nos évêques doivent trop souvent donner l’instruction aux jeunes de parler avec leurs parents des problèmes qu’ils rencontrent. Ce processus devrait en réalité se faire en sens inverse. Les parents doivent être profondément conscients de ce qui arrive à leurs enfants au point de connaître leurs problèmes avant l’évêque. Ils doivent discuter avec leurs enfants et aller avec eux consulter leur évêque si cela devient nécessaire pour obtenir un repentir complet. En juges appelés de Dieu en Israël, l’évêque et le président de pieu déterminent la dignité et apportent une solution aux problèmes au nom de l’Église, mais vous, pères, vous avez la responsabilité éternelle du bien-être spirituel de vos enfants. Veuillez assumer la place qui vous revient de droit en tant que conseiller, consultant et dirigeant de la prêtrise pour préparer vos fils à détenir la Prêtrise de Melchisédek et à servir comme missionnaires.

    Maintenant, je m’adresse à vous, les évêques. Je sais qu’il y a beaucoup de jeunes gens qui n’ont pas de père fidèle chez eux. Dans ce cas, servez-vous des moyens de l’Église pour veiller à ce que ces détenteurs de la Prêtrise d’Aaron soient instruits par des frères de la Prêtrise de Melchisédeck qui peuvent les aider à se préparer à leur service à venir dans la prêtrise. C’est à vous, évêques et présidents de pieu, qu’incombe la responsabilité de recommander uniquement les jeunes gens et les jeunes filles que vous jugez spirituellement, physiquement, mentalement et émotionnellement prêts à affronter les réalités de l’œuvre missionnaire de notre époque. Mes frères, jugez avec sagesse et rappelez-vous que les jeunes gens ne doivent pas tous être appelés à servir loin de chez eux. Certains peuvent mieux servir sous votre direction comme missionnaires de paroisse.

    Nous remercions de ce qu’ils font ceux d’entre vous qui sont actuellement en mission à plein temps. Ce soir, c’est le moment que chacun de vous analyse en détail ses accomplissements, et si vous n’êtes pas à la hauteur de ces normes, votre président de mission vous aidera à procéder aux changements nécessaires pour servir le Seigneur Jésus-Christ avec efficacité et dévouement.

    Enfin, vous qui avez déjà fait une mission, veuillez vous rappeler que vous avez été relevés de votre mission mais pas de l’Église. Vous avez passé deux ans à représenter le Seigneur Jésus-Christ. Nous attendons de vous que vous ayez toujours la présentation et le comportement de ses disciples. Ayez l’aspect d’un disciple. Comportez-vous comme un disciple. Ne suivez pas les tendances et les modes du monde. Vous valez mieux que cela. Si vous avez fait un faux pas, alors faites le nécessaire pour retrouver votre équilibre spirituel. Les règles du bonheur et de la réussite après votre mission sont très proches de celles de votre mission : priez intensément, travaillez dur et soyez obéissants. Soyez actifs dès maintenant et trouvez votre conjoint éternel avec qui connaître le bonheur dans la vie. Servez le Seigneur ensemble, et élevez la grande génération suivante.

    Mes frères, je vous ai parlé ouvertement ce soir. J’espère que vous sentez la sollicitude et l’amour de la Première Présidence, du Collège des douze apôtres et des autres dirigeants de l’Église lorsque nous vous demandons de vous préparer dès maintenant à vous joindre à nous pour apporter les bénédictions de l’Évangile rétabli à tous les habitants de la terre. Chacun de vous a une grande valeur et nous voulons que vous réussissiez et trouviez la sécurité dans la bataille pour les âmes des enfants de notre Père céleste. Je prie pour que Dieu vous donne le courage d’être « fidèles en tout temps » (Alma 53:20) et la vision pour que vous puissiez comprendre qui vous êtes et ce que le Seigneur veut que vous fassiez, au nom de Jésus-Christ. Amen.