Chapitre 5 : Joseph Smith, prophète du Rétablissement
    Notes de bas de page

    Chapitre 5

    Joseph Smith, prophète du Rétablissement

    « Je rends solennellement témoignage que Joseph Smith, le prophète, a été le serviteur oint du Seigneur dans ces derniers jours. »

    Épisodes de la vie de Howard W. Hunter

    Nancy Powell, qui était l’une des arrière-arrière-grand-mères paternelles de Howard W. Hunter, s’installa à Lapeer (Michigan) au milieu des années 1830. En 1842, un missionnaire de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours arriva de Nauvoo (Illinois). Nancy écouta son message. Elle pria à son sujet et reçut le témoignage de la véracité de ce qui lui avait été enseigné. Elle alla à Nauvoo afin d’en apprendre plus sur l’Église et, dans son journal, elle fit ce récit de son expérience :

    « Avec beaucoup de prudence, je suis allée entendre le prédicateur mormon [Joseph Smith], espérant ne pas être trompée. Son sujet était la seconde venue du Christ. J’ai eu le témoignage qu’il disait la vérité et qu’il était un vrai prophète, appelé et ordonné de Dieu pour accomplir une grande œuvre parce qu’il avait exposé la vérité telle qu’elle avait été enseignée par Jésus-Christ. J’ai demandé à me faire baptiser1. »

    Comme son arrière-arrière-grand-mère, Howard W. Hunter avait le témoignage certain de la mission prophétique de Joseph Smith. Trois semaines après être devenu président de l’Église, il se rendit à à Nauvoo pour commémorer le cent cinquantenaire du martyre de Joseph et Hyrum Smith. Au cours d’une réunion qui se tint sur le site du temple, le président Hunter dit :

    « La responsabilité que je ressens vis-à-vis de l’œuvre que Joseph, le prophète, a commencée, me remplit de la détermination de faire tout ce que je peux dans le temps qui m’est imparti. Il ne fait aucun doute que Joseph a été fidèle et loyal en son temps. […] Je rends solennellement témoignage que Joseph Smith, le prophète, a été le serviteur oint du Seigneur dans ces derniers jours. À son témoignage de la divinité et de la réalité de Jésus-Christ, j’ajoute le mien2. »

    Plus tard dans la même journée, lors d’une réunion qui se tenait à côté de la prison de Carthage, le président Hunter a témoigné : « Joseph Smith, qui a donné sa vie ici, a été l’instrument que le Seigneur a utilisé pour rétablir la plénitude de son Évangile et l’autorité de sa prêtrise3. »

    Joseph Smith

    « Joseph Smith n’était pas seulement un grand homme, c’était également un serviteur inspiré du Seigneur, un prophète de Dieu. »

    Enseignements de Howard W. Hunter

    1

    Dieu le Père et son Fils, Jésus-Christ, sont apparus à Joseph Smith afin d’amorcer le Rétablissement.

    L’Évangile fut donné de nombreuses fois au monde par l’intermédiaire des prophètes et à chaque fois, il fut perdu à cause de la désobéissance. En l’an 1820, le silence fut brisé et le Seigneur apparut de nouveau à un prophète. Ce prophète, Joseph Smith, put témoigner qu’il avait la connaissance certaine que Dieu vit, que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, qu’il est un être ressuscité, séparé et distinct du Père. Il ne rendit pas témoignage de ce qu’il croyait ou de ce que pensaient ou supposaient d’autres personnes, mais de ce qu’il savait. Il obtint cette connaissance parce que Dieu le Père et Jésus-Christ, son Fils, lui apparurent en personne et lui parlèrent4.

    Dieu se révéla [à Joseph Smith] en tant que personne. En outre, le Père et le Fils démontrèrent de manière indéniable qu’ils sont des personnages séparés et distincts. En fait, la relation qui existe entre le Père et le Fils fut réaffirmée quand Dieu présenta Jésus-Christ au jeune prophète : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoute-le ! » [Joseph Smith, Histoire 1:17]5.

    Quand ils apprirent que le jeune Joseph Smith affirmait que Dieu s’était manifesté à lui, les hommes se moquèrent de lui et se détournèrent de lui, tout comme au début de l’ère chrétienne, à Athènes, des hommes sages et capables s’étaient détournés d’un homme étrange qui prêchait parmi eux. Il n’en demeure pas moins que Paul, lors de cette expérience, était le seul homme dans cette capitale de l’érudition à savoir qu’une personne peut mourir et ressusciter. Il était le seul à Athènes à pouvoir faire clairement la différence entre le rite sans âme de l’idolâtrie et le culte sincère du seul Dieu vrai et vivant. [voir Actes 17:19-20, 22-23]6.

    Les personnes qui rejetèrent le Sauveur quand il vint sur terre en déclarant qu’il était le Fils de Dieu dirent de lui : « N’est-ce pas le fils du charpentier ? » (Matthieu 13:55). Quand Joseph annonça qu’il avait eu une vision et avait vu le Père et le Fils, la question qui vint à l’esprit et sur les lèvres des voisins, des ecclésiastiques et des gens de la ville fut : « N’est-ce pas le fils du fermier ? » Le Christ fut persécuté et mis à mort mais le temps lui a rendu justice. Il en fut pour le fils du fermier comme pour le fils du charpentier7.

    Joseph Smith n’était pas seulement un grand homme, il était également un serviteur inspiré du Seigneur, un prophète de Dieu. Ce qui fait sa grandeur, c’est qu’il disait vrai quand il affirmait avoir vu le Père et le Fils, et qu’il agissait en conséquence de cette révélation divine. […]

    Je témoigne […] que le Père et le Fils sont apparus à Joseph Smith, le prophète, pour donner le départ de l’œuvre des derniers jours.

    Je témoigne que le jeune prophète qui, à tant d’égards, reste le grand miracle […] de l’expérience de l’Église, est la preuve vivante que, dans les mains de Dieu et sous la direction du Sauveur du monde, les choses faibles et simples du monde s’avanceront et abattront les puissantes et les fortes8.

    2

    Jésus-Christ a rétabli son Église par l’intermédiaire de Joseph Smith, le prophète.

    Le 6 avril 1830, un groupe d’hommes et de femmes, obéissant à un commandement de Dieu, se réunissait chez Peter Whitmer pour organiser l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. […] Aucun d’entre eux n’était particulièrement instruit ni n’occupait de poste de direction. C’étaient des hommes honorables et des citoyens respectables, mais ils étaient inconnus en dehors de leur voisinage immédiat. […]

    Ces hommes humbles et ordinaires, se réunirent parce que l’un d’entre eux, Joseph Smith, fils, un très jeune homme, avait fait une affirmation remarquable. Il leur avait déclaré, ainsi qu’à tous ceux qui voulaient l’entendre, qu’il avait reçu à plusieurs reprises de grandes révélations des cieux, entre autres, une vision de Dieu le Père et de son Fils bien-aimé, Jésus-Christ. À la suite de ces révélations, Joseph Smith avait déjà publié le Livre de Mormon, récit des rapports du Christ avec les anciens habitants de l’Amérique. De plus, le Seigneur avait commandé à ce jeune homme, à présent âgé de vingt-quatre ans seulement, de rétablir l’Église qui existait à l’époque du Nouveau Testament et qui, dans sa pureté rétablie, serait de nouveau désignée par le nom de sa pierre d’angle, son chef éternel, le Seigneur Jésus-Christ lui-même.

    C’est ainsi que s’ouvrit, dans des conditions modestes, mais de manière importante, le premier épisode de la grande épopée de l’Église qui allait finir par affecter non seulement cette génération-là, mais tout le genre humain. […] De modestes débuts, certes, mais la proclamation que Dieu avait parlé, que l’Église du Christ était de nouveau organisée et que ses enseignements étaient réaffirmés par la révélation divine était la déclaration la plus remarquable adressée au monde depuis l’époque du Sauveur lui-même, quand il parcourait les chemins de Judée et les collines de Galilée9.

    En conséquence de cette révélation divine [Joseph Smith] devait, entre autres, rétablir l’Église vraie et vivante, restaurée à l’époque moderne telle qu’elle existait à l’époque du ministère mortel du Sauveur. Joseph Smith a dit : « L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours est organisée selon les commandements et les révélations qu’il nous a donnés en ces derniers jours, ainsi que conformément à l’ordre de l’Église tel qu’il est rapporté dans le Nouveau Testament » [voir Enseignements des Présidents de l’Église : Joseph Smith, 2007, p. 147-148]. […]

    […] Les gens qui se firent baptiser dans l’Église le 6 avril 1830 croyaient que Dieu est une personne ; ils croyaient que sa réalité et celle de son Fils, Jésus-Christ, constituent la fondation éternelle sur laquelle l’Église repose10.

    Grâce à [Joseph Smith] et aux événements qui suivirent, la prêtrise et l’Évangile dans sa plénitude ont été rétablis une fois de plus sur la terre pour ne plus jamais en être enlevés [voir D&A 64:2]. L’Église du Christ, le royaume de Dieu sur terre, a été rétablie et est destinée, selon les Écritures, à rouler et à remplir toute la terre [voir Daniel 2:35]11.

    Joseph Smith et son secrétaire

    La vie de Joseph Smith, le prophète, était guidée par la révélation.

    3

    Joseph Smith était un prophète, voyant et révélateur.

    La venue au monde de Joseph Smith, le prophète, était l’accomplissement d’une prophétie annoncée de nombreux siècles auparavant par Joseph qui fut vendu en Égypte.

    « Le Seigneur, mon Dieu, suscitera un voyant qui sera un voyant de choix pour le fruit de mes reins. […] Il sera appelé du même nom que moi et ce sera le même nom que son père » (2 Néphi 3:6, 15).

    Joseph Smith, fils, reçut le nom de Joseph qui autrefois fut emmené captif en Égypte, nom qui était aussi celui de son père, Joseph Smith, père, accomplissant ainsi cette prophétie. Il est connu sous le nom de Joseph Smith, le prophète, et on l’appelle « Joseph, le voyant ». Il est souvent appelé « prophète, voyant et révélateur ».

    Les termes « prophète », « voyant » et « révélateur » sont souvent utilisés indifféremment et beaucoup pensent qu’il s’agit d’une seule et même chose. Mais ce n’est pas le cas et chacun de ces trois termes a un sens séparé et distinct.

    John A. Widtsoe, définit un prophète comme étant un instructeur, quelqu’un qui expose la vérité. Il enseigne la vérité telle qu’elle a été révélée par le Seigneur à l’homme et, sous l’inspiration, il l’explique pour que le peuple la comprenne. Le terme « prophète » est souvent utilisé pour désigner la personne qui reçoit la révélation et la direction du Seigneur. Nombreux sont les gens qui pensent qu’un prophète est essentiellement quelqu’un qui prédit des événements futurs mais ce n’est que l’une de ses nombreuses fonctions. C’est un porte-parole du Seigneur.

    Un voyant est quelqu’un qui voit. Cela ne veut pas dire qu’il voit avec ses yeux naturels mais plutôt avec des yeux spirituels. Le don du voyant est surnaturel. Joseph était semblable à Moïse, le voyant de jadis, qui vit Dieu face à face et qui expliqua l’événement en ces termes :

    « Mais mes propres yeux ont vu Dieu ; mais pas mes yeux naturels, mais mes yeux spirituels, car mes yeux naturels n’auraient pu voir, car je me serais desséché et serais mort en sa présence ; mais sa gloire était sur moi, et j’ai vu sa face, car j’étais transfiguré devant lui » (Moïse 1:11).

    Nous ne devons pas supposer que voir spirituellement ne soit pas voir littéralement. Ce genre de vision n’est pas de l’imagination. Le sujet est véritablement vu mais pas par des yeux naturels. Chacun de nous a des yeux spirituels qui sont la contrepartie de ses yeux naturels. Nous avons d’abord été créés spirituellement et ensuite notre corps a été créé pour être l’enveloppe de notre esprit. On nous dit que, dans notre premier état, nous marchions par la vue. Nous voyions par nos yeux spirituels parce que nous n’avions pas encore reçu notre corps avec ses yeux naturels. Tous les hommes ont des yeux spirituels mais ils n’ont la possibilité de voir grâce à eux que s’ils sont vivifiés par l’Esprit du Seigneur. […]

    Par le pouvoir du Saint-Esprit, certaines personnes, envoyées sur terre dans ce but, sont capables de voir et de contempler les choses qui ont trait à Dieu. Un voyant est quelqu’un qui voit et connaît les choses qui sont passées, et aussi celles qui sont à venir, et c’est par lui que tout sera révélé (voir Mosiah 8:15-17). En bref, c’est quelqu’un qui voit, qui marche dans la lumière du Seigneur, les yeux spirituels ouverts, et qui est vivifié par le pouvoir du Saint-Esprit. Moïse, Samuel, Ésaïe, Ézéchiel et de nombreux autres étaient des voyants parce qu’ils ont eu le privilège de voir de plus près que d’autres mortels la gloire et le pouvoir divins.

    Une révélation fait connaître quelque chose qui est inconnu ou qui était précédemment connu de l’homme mais qui avait disparu de sa mémoire. La révélation traite toujours de la vérité et s’accompagne toujours du sceau de l’approbation divine. La révélation se reçoit de diverses façons, mais cela présuppose toujours que le révélateur a vécu et s’est conduit de manière à être en harmonie avec l’esprit divin de révélation, l’esprit de vérité, et est donc à même de recevoir des messages divins.

    Pour résumer, nous pouvons dire qu’un prophète enseigne la vérité divine, qu’il est un voyant dans tous les sens du terme. La faculté de vision spirituelle de [Joseph Smith] a été vivifiée à un degré remarquable et rendue spirituelle par le Saint-Esprit. C’est grâce à ce don qu’il a vu le Père et le Fils lorsqu’il est allé dans les bois pour prier. Quand nous regardons le déroulement de sa vie et de son œuvre à partir de ce moment, nous voyons qu’il n’a pas essayé d’agir en s’appuyant sur ses propres pouvoirs. Il dépendait du Seigneur et a par conséquent reçu son aide et ses instructions. Sa vie était guidée par la révélation12.

    4

    Gloire à celui qui a vu Dieu le Père.

    Quand nous chantons en l’honneur de Joseph le cantique « Au grand prophète » (Cantiques, 1985, n° 16), tant de choses louables à son sujet nous reviennent à l’esprit !

    Nous le louons parce qu’il a pu communier non seulement avec Jéhovah mais aussi avec d’autres personnages célestes. Tant d’êtres célestes sont venus visiter et instruire « ce voyant de choix » suscité dans ces derniers jours et lui remettre des clés (2 Néphi 3:6-7) ! En 1834, dans une bénédiction que Joseph Smith, père, donna à son fils, il lui dit que Joseph, qui vécut autrefois en Égypte, avait vu ce voyant des derniers jours. Ce Joseph d’Égypte pleura quand il comprit quelle bénédiction l’œuvre de Joseph, le prophète, serait pour sa nombreuse postérité.

    Nous louons aussi Joseph Smith pour sa diligence et sa capacité de traduire des centaines de pages d’Écritures reçues par révélation. Il fut le canal de la révélation. On évalue que, par son intermédiaire, plus de merveilleuses pages des saintes Écritures ont été transmises que par n’importe qui d’autre dans l’histoire de l’homme.

    Nous louons Joseph non seulement pour son aptitude à supporter, mais aussi à « supporter bien » (D&A 121:8). Déjà, quand il n’était qu’un jeune garçon, il dut subir une opération douloureuse à la jambe, sans laquelle il n’aurait pas pu participer plus tard à cette marche pénible que fut celle du Camp de Sion, d’Ohio au Missouri. Au cours de cette expédition, Joseph marcha « la plupart du temps les pieds pleins d’ampoules, ensanglantés et douloureux » [Enseignements des Présidents de l’Église : Joseph Smith, p. 308]. Nous louons de même Joseph et Emma pour avoir supporté dans la douleur la perte en bas âge de six de leurs enfants, tant ceux de sang que ceux qu’ils avaient adoptés. Les parents qui ont perdu ne serait-ce qu’un enfant peuvent comprendre ce qu’ils ont enduré.

    Nous louons Joseph pour sa capacité d’endurer les afflictions, entre autres les longues et graves privations dans la prison de Liberty. Tout semblait alors désespéré pour beaucoup. Mais le Seigneur du Ciel rassura Joseph dans sa prison et lui dit : « Les extrémités de la terre s’informeront de ton nom » (D&A 122:1). Nous vivons à une époque où l’on cherche de plus en plus à savoir qui était Joseph Smith et ce qu’est l’Évangile rétabli.

    Il y a bien longtemps que Joseph a satisfait son désir de peser autant que les anciens dans la balance [voir Enseignements des Présidents de l’Église : Joseph Smith, p. 246]. Nous pouvons chanter maintenant que « comme prophète il sera couronné » (Cantiques, 1985, n° 16).

    Nous louons Joseph parce qu’il a supporté de multiples trahisons et déceptions amères. Il s’est rendu à Carthage « comme un agneau à l’abattoir, […] calme comme un matin d’été » et « libre de toute faute envers […] tous les hommes » (D&A 135:4). Il n’est pas allé à Carthage avec rancœur. Il n’y est pas allé en se plaignant. Quelle magnifique capacité de bien endurer !

    Joseph savait dans quelle direction il allait. C’était vers le Seigneur Jésus-Christ, qu’il écoutait depuis que son Père céleste l’avait instruit alors qu’il était jeune, en disant : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoute-le ! » [Joseph Smith, Histoire 1:17]13.

    5

    La vie et la mission de Joseph Smith, le prophète, nous aident à emprunter les chemins qui mènent à la vie éternelle.

    Je suis reconnaissant envers cet homme, reconnaissant de ses enseignements, de ses révélations, de ce qu’il nous a laissé, car c’est grâce à lui que l’Évangile a été rétabli sur la terre. Je pense qu’il n’y a pas de plus beau récit dans toute l’histoire que celui, simple et beau, de ce jeune garçon qui est allé dans les bois près de chez lui, s’est agenouillé pour prier et a reçu des visiteurs célestes.

    Regardons maintenant sa vie et ses œuvres. De nombreuses personnes les ont fouillées dans le but de trouver ce que les écrits pouvaient bien cacher, mais il n’y avait rien de caché. […] C’était la foi simple, la foi d’un jeune garçon qui allait être formé aux choses qui ont trait à Dieu. Avec le temps, ce jeune homme, qui n’avait rien d’un savant, qui n’avait pas fait d’études, fut instruit par le Seigneur sur les choses qui étaient à venir.

    Nous avons reçu une intelligence et un esprit. Nous devons seulement les former et les cultiver comme le Seigneur l’a demandé à Joseph, avoir une foi simple comme la sienne et être disposés à suivre des instructions simples. Quand nous agissons ainsi, que nous suivons le chemin que [le Seigneur] veut que nous suivions et que nous apprenons les leçons qu’il veut que nous apprenions, nous constatons que notre vie est purifiée de tout ce qui est contraire aux desseins de Dieu, comme ce fut le cas de Joseph. Il s’est rapproché de la perfection parce qu’il avait purifié son âme et son esprit, qu’il vivait proche du Seigneur, pouvait parler avec lui et l’entendre lui dire les choses qu’il nous a laissées par ses révélations. Grâce à ses yeux spirituels, il a été capable de voir ce qui était passé et ce qui était à venir, et nous avons obtenu la preuve de la véracité de ce qu’il a vu. […]

    Je suis reconnaissant d’être membre de l’Église et mon témoignage de sa divinité repose sur l’histoire simple d’un jeune garçon qui, sous les arbres, s’est agenouillé et a reçu des visiteurs célestes : pas un Dieu unique, mais deux personnages séparés, le Père et le Fils, révélant à nouveau à la terre les membres de la Divinité. Ma foi et mon témoignage reposent sur cette histoire simple car, si elle n’était pas vraie, le mormonisme tomberait. Si elle est vraie, ce dont je rends témoignage, c’est l’un des événements les plus grands de l’histoire.

    Je prie pour que, lorsque nous rendons hommage à ce grand prophète et que nous réfléchissons à sa vie, nous soyons profondément reconnaissants des choses qui se sont produites dans notre vie grâce à ses qualités de voyant et à ce qu’il nous a révélé : un voyant de choix, suscité par le Seigneur pour nous guider dans ces derniers jours afin que nous puissions ramener nos pas sur les sentiers qui nous conduiront à l’exaltation et à la vie éternelle14.

    Idées pour l’étude et l’enseignement

    Questions

    • Méditez sur les enseignements du président Hunter sur la première vision de Joseph Smith (voir la partie 1). Comment votre témoignage de la Première Vision vous a-t-il influencé ? Pourquoi est-il vital pour les saints des derniers jours d’avoir le témoignage que Joseph Smith était un prophète de Dieu ?

    • Qu’est-ce qui vous impressionne quand vous relisez les enseignements du président Hunter au sujet de l’organisation de l’Église ? (Voir la partie 2). Quelles bénédictions votre famille et vous avez-vous reçues grâce à l’Église rétablie de Jésus-Christ ?

    • Pourquoi est-il important de comprendre ce que signifient les titres de prophète, voyant et révélateur ? (Voir la partie 3). En quoi les prophètes, voyants et révélateurs ont-ils été une bénédiction pour vous ?

    • Dans la partie 4, le président Hunter indique certaines des raisons pour lesquelles nous louons Joseph Smith. Comment ces enseignements ont-ils augmenté votre reconnaissance pour le prophète Joseph ? Que pouvez-vous retirer de l’exemple de Joseph Smith ?

    • Revoyez les enseignements du président Hunter sur la foi de Joseph Smith, son éducation spirituelle et son obéissance (voir la partie 5). En quoi ces enseignements s’appliquent-ils à nous ? Comment pouvons-nous montrer notre reconnaissance pour les bénédictions que nous avons reçues grâce à Joseph Smith, le prophète ?

    Écritures apparentées

    Traduction de la Bible par Joseph Smith, Genèse 50:25-33 ; Daniel 2:44 ; Éphésiens 2:19-22 ; 4:11-14 ; D&A 1:17-32 ; 5:9-10 ; 122:1-2 ; 135 ; Joseph Smith, Histoire

    Aide pédagogique

    « En ressentant la joie que procure la compréhension de l’Évangile, vous aurez le désir d’appliquer ce que vous apprenez. Efforcez-vous de vivre conformément à la compréhension que vous avez acquise. Cela fortifiera votre foi, votre connaissance et votre témoignage » (Prêchez mon Évangile, 2005, p. 19).

    Notes

    1. Dans Eleanor Knowles, Howard W. Hunter, 1994, p. 7 ; voir aussi page 6.

    2. « The Temple of Nauvoo », Ensign, septembre 1994, p. 63-64.

    3. « Come to the God of All Truth », Ensign, septembre 1994, p. 73.

    4. Conference Report, oct. 1963, p. 100-101.

    5. « Le six avril 1830 », L’Étoile, juillet 1991, p. 61.

    6. « Le six avril 1830 », p. 60-61.

    7. The Teachings of Howard W. Hunter, compilés par Clyde J. Williams, 1997, p. 228.

    8. « Le six avril 1830 », p. 61, 62.

    9. « Le six avril 1830 », p. 60-61.

    10. « Le six avril 1830 », p. 61.

    11. Dans Conference Report, octobre 1963, p. 101.

    12. « Joseph Smith the Seer », dans The Annual Joseph Smith Memorial Sermons, 2 tomes, 1966, tome 2, p. 193-194.

    13. « Le temple de Nauvoo », p. 63-64.

    14. « Joseph Smith the Seer », tome 2, p. 197-198.