Chapitre 18 : Nous croyons que nous devons être honnêtes
    Notes de bas de page

    Chapitre 18

    Nous croyons que nous devons être honnêtes

    « Si nous voulons la compagnie du Seigneur et du Saint-Esprit, nous devons être honnêtes envers nous-mêmes, envers Dieu et envers nos semblables. »

    Épisodes de la vie de Howard W. Hunter

    Pendant qu’ils attendaient pour faire une visite guidée du domaine de Hearst Castle, en Californie, frère et sœur Hunter et un autre couple allèrent dans un petit magasin. Après avoir fait le tour de la boutique, « frère Hunter alla au comptoir, prit des réglisses qu’il paya dix centimes au caissier ». Les deux couples retournèrent à la voiture et se mirent en route pour aller visiter le château. En chemin, « frère Hunter distribua les réglisses une première fois, puis une deuxième et soudain, il se rendit compte qu’il avait dû mal compter puisqu’il y en avait onze au total au lieu des dix qu’il avait payés.

    « Il aurait pu facilement passer outre. Après tout, ce n’était qu’un centime et nous commencions à être un peu pressés pour faire la visite. Qui verrait la différence ou s’en soucierait ? Mais il n’y réfléchit même pas à deux fois. Il fit demi-tour et reprit la direction du magasin. Il expliqua le problème à un autre vendeur, s’excusa de l’erreur et paya le centime manquant au vendeur surpris1. »

    Pour Howard W. Hunter, il était important d’être honnête dans les petites choses comme dans les grandes.

    Il enseigna l’intégrité à ses fils en montrant l’exemple. Richard Hunter dit : « Ce que je sais de l’honnêteté et de l’intégrité vient en grande partie de ce que les gens m’ont dit sur mon père. » Un jour, Richard accompagna son père à une réunion d’affaires au cours de laquelle un projet complexe devait être discuté. Au moment d’une pause, Richard et un des hommes parlèrent de la réunion. Richard lui dit qu’il allait falloir probablement attendre longtemps avant que le projet ne démarre parce qu’il allait nécessiter une immense paperasserie juridique. L’homme le reprit en disant que le projet pourrait commencer avant la fin des formalités parce que les gens savaient qu’Howard W. Hunter ferait exactement ce qu’il avait dit2.

    En 1962, le président Hunter s’adressa aux jeunes de l’Église et exprima ses convictions concernant l’importance de l’honnêteté.

    « Chacun de nous aura une vie heureuse s’il est honnête – honnête avec son père et sa mère, que ce soit concernant ses fréquentations, son travail scolaire, les copains qu’il fréquente ou son assistance à l’Église ; honnête avec son évêque – en écoutant ses conseils, en lui disant la vérité sur lui-même, en payant une dîme honnête, en menant une vie saine et pure ; honnête dans ses études – en ne trichant jamais dans aucune facette de ses activités, que ce soit en cours ou sur le campus ; honnête à payer ce qui est dû, que ce soit pour les places de sport ou de cinéma, ou en s’acquittant de sa part de responsabilité lors de fêtes ; honnête avec son petit ami ou sa petite amie – en ne profitant jamais de lui ou d’elle, en ne les trompant jamais, en ne les entraînant jamais dans la tentation ; honnête avec le Seigneur lui-même3. »

    Moïse tenant les tables

    Les dix commandements incluent l’exhortation suivante : « Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain » (Exode 20:16).

    Enseignements de Howard W. Hunter

    1

    Le Seigneur nous exhorte à être honnêtes.

    Les Écritures sont remplies d’exhortations à être honnête et les commandements qui nous le demandent sont nombreux. Nous les considérons en majuscules : TU NE… POINT – tu ne voleras point, tu ne porteras point de faux témoignage, tu ne convoiteras point [voir Exode 20:15-17]. […]

    Parmi les exemples fréquents de malhonnêteté, il y a :

    1. Le vol. Je lis rarement le journal sans tomber sur des cambriolages, des vols, des vols à l’arraché, des vols à l’étalage, des vols de voitures et mille autres choses. Même dans nos églises il y a des larcins.

    2. La tricherie. Les journaux font état de récits du même genre concernant des transactions frauduleuses portant sur des opérations boursières, des transactions commerciales, des escroqueries dans des investissements et d’autres choses qui sont portées à l’attention du public. Il y a des personnes qui trichent dans leurs études et d’autres à leurs examens.

    3. Infractions aux principes de la Parole de Sagesse. Ce sont des principes de l’Église. Leur violation n’est pas une violation des règles du monde. Mais vous avez reçu la parole du Seigneur à ce sujet.

    4. Infraction au code de la route. On ne peut pas être fondamentalement honnête et enfreindre des lois établies par la société et le gouvernement pour le bien des autres4.

    « Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain » [Exode 20:16]. Ce commandement concerne principalement le faux témoignage lors d’une action judiciaire mais il s’étend en fait à toute fausse déclaration. Tout mensonge qui lèse autrui dans ses biens, dans sa personne ou dans sa réputation est contraire à l’esprit et à la lettre de cette loi. Toute dissimulation de la vérité qui provoque les mêmes torts est aussi une infraction à ce commandement.

    « Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain » [Exode 20:17]. Convoiter signifie désirer, désirer ardemment ce qui appartient à autrui. Le désir d’acquérir de bonnes choses n’est pas une violation mais celui de les soustraire illégalement à quelqu’un d’autre est mal. À cet égard, il est bon de comprendre que le bien et le mal ne commencent pas au moment où l’acte se produit mais dès que l’on veut à tout prix quelque chose5.

    Le Seigneur hait le regard hautain, la langue menteuse, le cœur qui médite des projets iniques, les pieds qui se hâtent de courir au mal, le faux témoin qui dit des mensonges [et] celui qui excite des querelles [voir Proverbes 6:16-19]. Nous, les saints des derniers jours, pouvons-nous nous permettre de faire quelque chose que le Seigneur hait ? Combien de fois n’a-t-il pas dénoncé la malhonnêteté !6

    2

    Nous cultivons l’honnêteté dans les petites choses ordinaires de la vie.

    Si nous sommes sensibles à notre relation avec le Sauveur, nous devons être honnêtes dans les petites choses comme dans les grandes7.

    Dans nos efforts pour avoir de l’accomplissement et de la réussite, nous consacrons tant de notre temps à penser et à étudier des choses complexes que nous prenons rarement le temps pour ce qui est simple : les choses simples, les petites choses qui sont en réalité la base sur laquelle nous construisons et sans lesquelles il ne peut exister de fondement ferme. Un édifice peut se dresser vers le ciel et nous pouvons être impressionnés par sa stature et sa grande hauteur ; cependant, il ne pourrait pas tenir sans des fondations ancrées dans la roche ou l’acier et le béton.

    La personnalité doit avoir de telles fondations. J’attire votre attention sur le principe de l’honnêteté. Pourquoi tant de personnes croient-elles aux principes élevés et nobles de l’honnêteté quand si peu d’entre elles sont prêtes à être strictement honnêtes ?

    Il y a plusieurs années de cela, il y avait des affiches dans les couloirs et les entrées de nos salles de Sainte-Cène avec pour titre « Soyez honnête envers vous-même ». La plupart d’entre elles avaient trait aux petites choses ordinaires de la vie. C’est là que le principe de l’honnêteté se cultive.

    Il y a des gens qui admettent volontiers qu’il est moralement mauvais d’être malhonnête dans les grandes choses, mais qui croient par contre que c’est excusable quand il s’agit de choses de moindre importance. […]

    Je me souviens d’un jeune homme de mon pieu lorsque j’en étais le président. Il fréquentait un groupe qui pensait que c’était bien vu de faire des choses qui n’étaient pas bien. À plusieurs occasions, il s’était fait prendre pour des infractions mineures. Un jour, j’ai reçu un appel du commissariat de police et on m’a informé qu’il y était retenu pour infraction au code de la route. Il s’était fait prendre en excès de vitesse, chose qui lui était déjà arrivée plusieurs fois. Sachant que ce qu’il faisait pouvait l’empêcher de partir en mission, il s’est ressaisi et, à dix-neuf ans, il a reçu son appel.

    Je n’oublierai jamais la discussion que nous avons eue à son retour. Il m’a dit qu’en mission, il avait souvent repensé aux problèmes qu’il avait causés en s’étant laissé croire que les petites infractions étaient sans importance. Un changement s’était produit dans sa vie. Il s’était rendu compte qu’il n’y a pas de bonheur ou de plaisir à enfreindre la loi, que ce soit la loi de Dieu ou celle que nous impose la société8.

    3

    Nous pouvons servir Dieu en étant honnêtes et justes dans nos relations personnelles et professionnelles.

    La religion peut faire partie de notre travail quotidien, de nos affaires, de nos achats et ventes, de nos déplacements, de ce que nous fabriquons, de notre métier ou de tout ce que nous faisons. Nous pouvons servir Dieu en étant honnêtes et justes dans la conduite de nos affaires professionnelles comme nous le sommes pendant les services de culte du dimanche. Les vrais principes du christianisme ne peuvent pas être séparés et écartés du monde professionnel et de nos affaires quotidiennes9.

    Si la religion signifie quelque chose pour nous, elle doit motiver notre conduite dans la vie. Je ne crois pas que la religion puisse être reléguée au sermon d’un ecclésiastique pendant une heure le dimanche et avoir un impact quelconque dans notre vie. Si elle ne pénètre pas dans notre vie personnelle, dans notre vie familiale ou notre vie professionnelle, et dans tout ce que nous faisons, la religion signifie peu de choses pour nous et n’est qu’une simple idole que l’on place sur un lieu élevé et que l’on vénère à l’occasion seulement10.

    Il se produirait un grand changement dans le monde si nous pouvions tous compter les uns sur les autres en ce qui concerne l’honnêteté. Les hommes auraient parfaitement confiance les uns envers les autres dans les relations personnelles et professionnelles. Il n’y aurait pas […] de méfiance entre le personnel et la direction. L’intégrité régnerait dans les offices publics et dans le gouvernement et les nations seraient en paix et non dans l’agitation que nous connaissons aujourd’hui dans le monde. […]

    Dans les relations professionnelles, il y a des gens qui profitent de chaque occasion qui se présente de rouler les autres. Ils se justifient en disant que, dans les affaires, il est attendu que l’on profite de toutes les occasions qui se présentent. Ces transactions peuvent représenter de grosses sommes d’argent mais, sur le principe, ce n’est pas autre chose que ne pas rendre le centime que le caissier n’a pas compté au profit de celui qui remarque l’erreur. C’est une forme de tricherie11.

    Je vous propose la définition d’un « emploi honorable ». Un emploi honorable est un emploi honnête. C’est payer ce qui est dû sans escroquerie, sans tricherie, sans tromperie. Le produit ou le service est de haute qualité et l’employeur, le client ou le patient reçoit davantage que ce à quoi il s’attendait. Un emploi honorable est moral. Il n’implique rien qui puisse saper le bien ou la morale publique. Par exemple, il n’implique pas le trafic d’alcool, des stupéfiants ou les jeux de hasard. L’emploi honorable est utile. Il fournit des biens ou des services qui font du monde un endroit où il fait meilleur vivre12.

    Job priant

    Job a dit : « Je défendrai mon intégrité » (Job 27:5, traduction littérale de la version du roi Jacques. Segond dit: Je défendrai mon innocence, NDT).

    4

    L’intégrité nous protège du mal, nous aide à réussir et sauvera notre âme.

    Les tentations du malin nous entourent de toutes parts. Sans la protection de l’intégrité, nous sommes à la merci de toutes sortes de péchés et de mauvaises actions.

    Job n’avait pas de difficulté à faire face à ces problèmes. Il était protégé par son intégrité. Voici ce qu’il ressentait :

    « Aussi longtemps que j’aurai ma respiration, et que le souffle de Dieu sera dans mes narines,

    « mes lèvres ne prononceront rien d’injuste, ma langue ne dira rien de faux. […]

    « Je tiens à me justifier, et je ne faiblirai pas ; Mon cœur ne me fait de reproche sur aucun de mes jours » (Job 27:3-4, 6).

    Voilà quelque chose d’inspirant ! Du fait de sa force, il ne se souciait pas des tentations sans importance auxquelles la plupart des gens succombent. Il avait acquis une force et une satisfaction que Satan lui-même ne pouvait pas écraser. Il est aussi intéressant de voir à quel point Dieu était heureux de lui : « As-tu remarqué mon serviteur Job ? Il n’y a personne comme lui sur la terre ; c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu, et se détournant du mal. Il demeure ferme dans son intégrité » (Job 2:3).

    Cette grande qualité qu’est l’intégrité nous est parfaitement accessible. Utilisée efficacement, elle résoudrait tous nos problèmes politiques, religieux, industriels et personnels. Elle balayerait le fléau odieux du crime, du divorce, de la pauvreté et de la misère. Elle nous permettrait de réussir ici-bas et de sauver notre âme dans l’au-delà.

    L’une des plus grande réussites de la vie est d’acquérir une intégrité honnête et sincère. Cela signifie que nous devenons spirituellement sains, intellectuellement sincères, moralement honnêtes et toujours personnellement responsables devant Dieu. L’intégrité est la clé d’or qui ouvre la porte de presque toutes les réussites13.

    5

    La vraie joie c’est être honnêtes envers nous-mêmes, envers nos semblables et envers Dieu.

    Nous citons souvent le passage scripturaire suivant : « les hommes sont pour avoir la joie » [2 Néphi 2:25]. Il y a une joie qui découle de l’honnêteté. Je vais vous expliquer comment. En étant honnête, vous pouvez avoir la compagnie du Seigneur et vous pouvez avoir l’Esprit du Saint-Esprit. Les infractions au code de l’honnêteté vous priveront de ces deux grandes bénédictions. Pourriez-vous croire que quelqu’un qui ment ou triche […] puisse bénéficier de la compagnie du Seigneur ou avoir l’Esprit du Saint-Esprit ?

    […] Nous ne devrions jamais oublier que nous ne sommes jamais seuls. Il n’y a aucun acte qui passe inaperçu ; aucune parole prononcée qui ne soit entendue ; aucune pensée conçue dans l’esprit de l’homme qui ne soit connue de Dieu. Aucune obscurité ne peut dissimuler ce que nous faisons. Nous devons réfléchir avant d’agir.

    Pensez-vous que vous pouvez être seul quand vous commettez quelque chose de malhonnête ? Pensez-vous que vous pouvez passer inaperçu quand vous trichez à un examen, même si vous êtes la seule personne dans la pièce ? Nous devons être honnêtes envers nous-mêmes. Si nous voulons la compagnie du Seigneur et l’Esprit du Saint-Esprit, nous devons être honnêtes envers nous-mêmes, envers Dieu et envers nos semblables. De là découle la vraie joie14.

    Le Seigneur connaît nos pensées les plus intimes [voir D&A 6:16]. Il connaît chacun de nos actes. Nous le rencontrerons un jour et nous le regarderons en face. Serons-nous fiers du journal de notre vie ?

    Nous écrivons ce journal tous les jours. Chaque acte, chaque pensée y est consigné. En serons-nous fiers ? Nous le serons si nous avons fait de notre mieux, si nous avons été honnêtes envers nous-mêmes, envers nos êtres chers, envers nos amis et envers toute l’humanité. […]

    Bienheureux ceux qui sont honnêtes. […]

    Bienheureux ceux qui obéissent au Seigneur.

    Ce sont ceux qui sont libres, qui sont heureux, qui peuvent marcher la tête haute. Ils ont l’estime d’eux-mêmes. Ils ont le respect des personnes qui les connaissent le mieux.

    Et, par-dessus tout, ils ont le respect et la bénédiction de notre Père céleste. Jésus-Christ nous invite à le suivre. Sa voie est droite, pure, digne et honnête. Suivons-le dans la vie abondante du bonheur. C’est le seul chemin15.

    Idées pour l’étude et l’enseignement

    Questions

    • Examinez les exemples de malhonnêteté que le président Hunter mentionne dans la première partie. Quelles sont les conséquences de ces pratiques malhonnêtes ? Que peuvent nous enseigner ces conséquences sur les raisons pour lesquelles le Seigneur insiste autant sur l’honnêteté ?

    • Réfléchissez aux enseignements du président Hunter concernant l’honnêteté dans les petites choses et l’honnêteté envers nous-mêmes (voir la deuxième partie). Pourquoi devons-nous être honnêtes dans les « petites choses » ? Que signifie être honnêtes envers nous-mêmes ? Comment pouvons-nous surmonter la tentation de trouver des excuses à des actes de malhonnêteté apparemment minimes ?

    • Le président Hunter souligne la nécessité d’intégrer la religion à tout ce que nous faisons dans la vie quotidienne (voir la partie 3). Comment pouvons-nous mieux appliquer les enseignements de la troisième partie ? Comment pouvons-nous enseigner efficacement l’honnêteté chez nous ?

    • Dans la quatrième partie, le président Hunter mentionne plusieurs bénédictions qui sont accordées aux personnes intègres. Comment acquiert-on l’intégrité ? Quelles bénédictions avez-vous reçues en étant fidèle aux principes du Seigneur ?

    • En quoi l’honnêteté nous apporte-t-elle la joie ? (voir la cinquième partie). Pourquoi est-il nécessaire d’être honnête pour avoir la compagnie du Saint-Esprit ? En quoi l’honnêteté nous rend-elle libres ?

    Écritures apparentées

    Job 27:5 ; 31:5-6 ; Psaumes 15 ; Proverbes 20:7 ; Alma 53:20-21 ; D&A 10:25-28 ; 42:20-21, 27 ; 51:9 ; 124:15 ; 136:20, 25-26 ; 13e article de foi

    Aide pédagogique

    Pendant votre lecture, « soulignez et marquez les mots et les expressions de manière à pouvoir distinguer les différentes idées d’un [passage] donné. […] Dans les marges, écrivez les références d’Écriture qui éclairent les passages que vous étudiez » (Prêchez mon Évangile, 2005, p. 23).

    Notes

    1. Doug Brinley, « President Hunter Taught Value of a Penny’s Worth of Integrity », Church News, 3 décembre 1994, p. 11 ; voir aussi « Loved by All Who Knew Him: Stories from Members », Ensign, avril 1995, p. 19-20.

    2. Voir Don L. Searle, « President Howard W. Hunter: Acting President of the Quorum of the Twelve Apostles », Ensign, avril 1986, p. 24.

    3. « We Believe in Being Honest » (transcription d’un discours donné dans le cadre de la Série de veillées pour les jeunes, 10 avril 1962), p. 8-9, bibliothèque d’histoire de l’Église, Salt Lake City.

    4. « Basic Concepts of Honesty », New Era, février 1978, p. 4-5.

    5. Dans Conference Report, avril 1965, p. 57-58 ; voir aussi « And God Spake All These Words », Improvement Era, juin 1965, p. 511-512.

    6. « We Believe in Being Honest », p. 8.

    7. « Basic Concepts of Honesty », p. 5.

    8. « Basic Concepts of Honesty », p. 4-5.

    9. Dans Conference Report, octobre 1961, p. 108.

    10. The Teachings of Howard W. Hunter, compilés par Clyde J. Williams, 1997, p. 261-262.

    11. The Teachings of Howard W. Hunter, p. 90-91.

    12. « Prepare for Honorable Employment », Ensign, novembre 1975, p. 122-123.

    13. The Teachings of Howard W. Hunter, p. 92.

    14. « Basic Concepts of Honesty », p. 5.

    15. The Teachings of Howard W. Hunter, p. 88.