Chapitre 14 : Hâter l’histoire familiale et l’œuvre du temple
    Notes de bas de page

    Chapitre 14

    Hâter l’histoire familiale et l’œuvre du temple

    « Le Seigneur nous soutiendra sans aucun doute si nous consacrons tous nos efforts à appliquer le commandement de faire des recherches d’histoire familiale et l’œuvre du temple. »

    Épisodes de la vie de Howard W. Hunter

    Howard W. Hunter a toujours pris l’histoire familiale très à cœur. Quand il était enfant, il écoutait avec beaucoup d’intérêt les histoires concernant ses ancêtres. Plus tard, il consacra un temps considérable à faire des recherches sur son histoire familiale1. En 1972, au cours d’un déplacement en Europe pour l’Église, sa femme, Claire, et lui visitèrent au Danemark les endroits où ses ancêtres avaient vécu. Dans un des villages, ils trouvèrent l’église où l’arrière-grand-père du président Hunter, qui s’appelait Rasmussen, fut baptisé, et que sa famille fréquentait. Cette expérience renforça la reconnaissance du président Hunter pour ses ancêtres maternels. Il fit des visites similaires en Norvège et en Écosse d’où provenaient d’autres branches de ses ancêtres2.

    Richard, le fils du président Hunter, a évoqué l’amour qu’avait son père pour l’histoire familiale.

    « Toute sa vie, il fut un chercheur avide. Il prenait souvent des pauses à son cabinet d’avocat pour aller faire des recherches à la bibliothèque publique de Los Angeles, qui avait une importante section de généalogie. Il conservait le résultat de ses recherches, ses feuilles de groupement de famille, ses tableaux d’ascendance et les récits historiques qu’il avait personnellement écrits dans de grands registres.

    « Il m’arrivait de l’accompagner aux conférences où il devait se trouver. Il mettait quelques registres dans le coffre de la voiture et, une fois la conférence terminée, il disait : ‘Allons chez le cousin [untel] pendant quelques minutes. Il y a certaines dates que j’aimerais vérifier.’ Nous allions chez le cousin en question. Il sortait les registres du coffre et, peu de temps après, la table de la salle à manger était recouverte de feuilles de groupement de famille.

    « Si un membre de notre famille voulait s’assurer que le renseignement qu’il avait concernant l’un de ses ancêtres était bon, il passait un coup de fil à mon père ou lui envoyait une lettre lui demandant une vérification parce qu’il savait que tout serait exact. Le travail qu’il avait accompli était prodigieux3. »

    Un jour, alors que le président Hunter était membre du Collège des Douze, ses visiteurs au foyer vinrent le voir et lui dirent : « Nous voudrions vous montrer nos feuilles de groupement de famille remplies. […] Nous n’avons pas le temps de voir les vôtres ce soir mais la prochaine fois que nous viendrons, nous aimerions le faire. »

    Le président Hunter dit : « J’ai trouvé cela fort intéressant. J’ai passé un mois à me préparer pour la prochaine visite de mes instructeurs au foyer4. »

    De 1964 à 1972, Howard W. Hunter présida la Société généalogique d’Utah (voir page 19). En 1994, lors d’une réunion en l’honneur du président Hunter et commémorant le centenaire de cette organisation, il dit :

    « À la veille de mon quatre-vingt-septième anniversaire, je regarde en arrière et je contemple avec émerveillement ce que le Seigneur a accompli pour faire avancer l’œuvre du temple et de l’histoire familiale. Quand j’étais président de la Société généalogique d’Utah, nous avions la vision de son extraordinaire développement. Aujourd’hui, nous voyons quelque chose de glorieux se produire dans le monde entier. L’Évangile va de l’avant et englobe toute nation, famille, langue et peuple. On trouve des temples sur toute la terre et l’esprit d’Élie touche le cœur de nombreux membres qui font leur histoire familiale et l’œuvre du temple à un rythme sans précédent5. »

    John et Nellie Hunter

    Les parents de Howard W. Hunter : John William (Will) Hunter et Nellie Marie Rasmussen Hunter

    Enseignements de Howard W. Hunter

    1

    Les temples sont construits pour qu’on y accomplisse les ordonnances qui sont indispensables au salut et à l’exaltation des enfants de Dieu.

    Les temples sont sacrés pour la communion la plus intime entre le Seigneur et les membres qui reçoivent les ordonnances les plus élevées et les plus sacrées de la sainte prêtrise. C’est dans le temple que les choses de la terre sont unies aux choses des cieux. […] La grande famille de Dieu sera unie grâce aux ordonnances salvatrices de l’Évangile. L’œuvre par procuration pour les morts et les ordonnances pour les vivants sont la raison d’être des temples6.

    L’Évangile proclamé au monde par les saints des derniers jours est l’Évangile de Jésus-Christ rétabli sur terre en cette dispensation. Il est destiné à la rédemption de tout le genre humain. Le Seigneur lui-même a révélé ce qui est essentiel pour le salut et l’exaltation de ses enfants. L’une de ces conditions essentielles est que des temples soient érigés pour qu’y soient accomplies des ordonnances qui ne peuvent se faire nulle part ailleurs.

    Lorsque nous expliquons cela aux gens du monde entier qui viennent regarder nos temples, ce qu’ils veulent le plus souvent savoir, c’est quelles sont les ordonnances qu’on y accomplit.

    Baptême pour les morts

    Dans notre réponse, nous expliquons d’abord l’ordonnance qu’on appelle le baptême pour les morts. Nous faisons remarquer que beaucoup de chrétiens croient qu’au moment de la mort, notre situation vis-à-vis du Seigneur est déterminée à tout jamais, car le Christ n’a-t-il pas dit à Nicodème : « En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu » (Jean 3:5) ? Cependant nous savons que beaucoup de gens sont morts sans l’ordonnance du baptême ; or, selon la déclaration du Christ à Nicodème, ils se verraient refuser l’accès au royaume de Dieu. Cela soulève la question : Dieu est-il juste ?

    La réponse est bien sûr : « Oui, Dieu est juste. » Il est évident que la déclaration du Sauveur à Nicodème présuppose que des baptêmes puissent être faits pour les défunts qui ne se sont pas fait baptiser. Les prophètes de notre époque nous ont dit que le baptême est une ordonnance terrestre qui ne peut être accomplie que par les vivants. Comment les personnes qui sont mortes peuvent-elles être baptisées si seuls les vivants peuvent effectuer l’ordonnance ? C’était le thème de l’épître de Paul aux Corinthiens dans laquelle il pose cette question :

    « Autrement que feraient ceux qui se font baptiser pour les morts ? Si les morts ne ressuscitent absolument pas, pourquoi se font-ils baptiser pour eux ? » (1 Corinthiens 15:29)7.

    Semble-t-il raisonnable que des personnes qui ont vécu sur la terre et y sont mortes sans avoir l’occasion d’être baptisées soient lésées à toute éternité ? Y a-t-il quoi que ce soit de déraisonnable à ce que les vivants accomplissent le baptême pour les morts ? Le plus grand exemple d’œuvre par procuration pour les morts est sans doute le Maître lui-même. Il donna sa vie comme expiation par procuration, afin que tous ceux qui meurent vivent de nouveau et aient la vie éternelle. Il a fait pour nous ce que nous ne pouvions pas faire pour nous-mêmes. D’une manière semblable, nous pouvons accomplir les ordonnances pour les personnes qui n’ont pas eu l’occasion de les accomplir de leur vivant8.

    La dotation

    Dans nos temples, on accomplit également l’ordonnance de la dotation. Elle comporte deux parties : premièrement, une série d’enseignements, et deuxièmement, des promesses ou alliances que fait la personne recevant la dotation – promesses de mener une vie droite et de satisfaire aux conditions de l’Évangile de Jésus-Christ. La dotation est une ordonnance destinée à apporter de grandes bénédictions aux saints, vivants et morts. C’est donc aussi une ordonnance accomplie par les vivants en faveur des morts ; elle est accomplie pour ceux pour qui le baptême a déjà été effectué.

    Le mariage céleste

    Le mariage céleste est, lui aussi, une ordonnance du temple. Par elle, les conjoints sont scellés l’un à l’autre pour l’éternité. Nous savons, bien sûr, que le mariage civil prend fin à la mort ; mais le mariage éternel accompli dans le temple peut durer à jamais. Les enfants nés après le mariage éternel de leurs parents leur sont automatiquement scellés pour l’éternité. Si des enfants sont nés avant le scellement de leurs parents, il existe une ordonnance de scellement au temple par laquelle ces enfants peuvent être scellés à leurs parents pour l’éternité. Ainsi, des enfants peuvent être scellés par procuration à leurs parents décédés. […]

    Toutes les ordonnances de la prêtrise sont indispensables au salut et à l’exaltation des enfants de notre Père céleste9.

    couple devant le temple

    « En réalité, il n’y a pas d’œuvre qui égale celle qui s’accomplit au temple. »

    2

    L’objectif de l’histoire familiale est d’apporter les bénédictions du temple à tous.

    C’est certain, nous qui sommes de ce côté-ci du voile, avons une grande œuvre à accomplir. […] La construction de temples a une grande importance pour nous-mêmes et pour le genre humain, et nos responsabilités deviennent claires. Nous devons accomplir dans le temple les ordonnances de la prêtrise nécessaires à notre propre salut ; nous devons ensuite les accomplir pour les personnes qui n’ont pas eu la possibilité d’accepter l’Évangile de leur vivant. Nous accomplissons les ordonnances pour les autres en deux étapes : premièrement, en faisant des recherches généalogiques pour identifier nos ancêtres ; deuxièmement, en accomplissant les ordonnances du temple pour leur donner les mêmes possibilités que celles offertes aux vivants […]

    Pourtant il y a beaucoup de membres qui ont peu de possibilités d’aller au temple. Ils font de leur mieux. Ils font leurs recherches généalogiques et font accomplir les ordonnances du temple par d’autres. Inversement, il y a des membres qui effectuent les ordonnances du temple mais qui ne font pas de recherches généalogiques sur leurs propres lignées familiales. Bien qu’ils accomplissent un service divin en aidant autrui, ils se privent d’une bénédiction en ne recherchant pas leurs ancêtres décédés comme le commandement divin en a été donné par les prophètes modernes […]

    Je me souviens d’une expérience qui date de quelques années et qui est analogue à cette situation. À la fin d’une réunion de jeûne et de témoignages, l’évêque a déclaré : « Nous avons vécu une expérience spirituelle aujourd’hui en écoutant les témoignages rendus par les uns et les autres, et cela parce que nous avons jeûné conformément à la loi du Seigneur. Mais n’oublions jamais que la loi comporte deux parties : que nous jeûnions en nous abstenant de manger et de boire et que nous donnions ce que nous avons ainsi économisé au magasin de l’évêque pour le bénéfice des défavorisés. » Il a ajouté ensuite : « J’espère qu’aucun d’entre nous ne repartira aujourd’hui avec uniquement la moitié de la bénédiction. »

    J’ai appris que les membres qui se livrent aux recherches [d’histoire familiale] puis accomplissent les ordonnances du temple pour les personnes dont ils ont trouvé les noms connaissent la joie de recevoir les deux moitiés de la bénédiction.

    De plus, les morts attendent impatiemment que les saints des derniers jours retrouvent leur nom et aillent au temple pour officier en leur faveur, afin d’être délivrés de leur prison dans le monde des esprits. Nous devons tous trouver de la joie dans cette magnifique œuvre d’amour10.

    L’objectif de l’histoire familiale est d’apporter les bénédictions du temple à tous, vivants et morts. Lorsque nous nous rendons au temple et accomplissons l’œuvre pour les morts, nous atteignons une profondeur d’alliance avec Dieu et une meilleure compréhension de son plan pour le salut de l’espèce humaine. Nous apprenons à aimer notre prochain comme nous-mêmes. En réalité, il n’y a pas d’œuvre qui égale celle qui s’accomplit au temple11.

    3

    Puissions-nous être vaillants dans notre histoire familiale et l’œuvre du temple.

    Lorsque nous accomplissons les ordonnances du temple pour les personnes qui sont de l’autre côté du voile, nous nous souvenons des conseils inspirés de Joseph F. Smith qui a dit : « Grâce aux efforts que nous faisons en leur faveur, les chaînes de leur esclavage tomberont et les ténèbres qui les entourent se dissiperont, afin que la lumière brille sur eux, qu’ils apprennent dans le monde des esprits l’œuvre qui a été accomplie pour eux par leurs enfants ici-bas et qu’ils se réjouissent » [dans Conference Report, octobre 1916, p. 6]12.

    Cette œuvre sacrée [l’histoire familiale et l’œuvre du temple] tient une place importante dans le cœur et l’esprit des membres de la Première Présidence et du Collège des Douze. Je parle en leur nom à tous lorsque je remercie les membres qui ont apporté leur précieuse contribution pour accomplir les ordonnances salvatrices en faveur des personnes qui sont de l’autre côté du voile. […] Nous remercions l’armée de bénévoles qui fait que cette grande œuvre va de l’avant dans le monde entier. Merci à tous de ce que vous faites si bien.

    Joseph Smith, le prophète, a dit : « La plus grande responsabilité que Dieu nous ait confiée ici-bas est de rechercher nos morts » [Enseignements des présidents de l’Église, Joseph Smith, 2007, p. 509]. Il a dit aussi : « […] Les saints qui négligent d’œuvrer en faveur de leur parenté décédée le font au péril de leur propre salut » (Enseignements des présidents de l’Église, Joseph Smith, 2007, p. 507).

    Brigham Young, qui avait la même vision de cette révélation importante, a dit : « Nous avons une œuvre à accomplir qui est tout aussi importante dans sa sphère que l’œuvre du Sauveur l’était dans la sienne. Nos pères ne peuvent être rendus parfaits sans nous ; nous ne pouvons être rendus parfaits sans eux. Ils ont accompli leur œuvre et dorment maintenant. Nous sommes maintenant appelés à faire la nôtre, qui sera la plus grande que l’homme ait jamais accomplie sur la terre » (Discourses of Brigham Young, sél. John A. Widtsoe, Salt Lake City : Deseret Book Co., 1941, p. 406).

    Chacun des prophètes qui ont dirigé cette Église depuis l’époque de Joseph Smith jusqu’à nos jours a répété cette vérité sublime. Depuis le début de cette dispensation, guidée par ces vérités, l’Église est engagée dans l’œuvre du salut et de l’exaltation de tous les fils et filles de Dieu, quelle que soit l’époque où ils ont vécu sur terre.

    Nous, qui vivons en ces derniers jours, nous sommes ceux que Dieu a désignés avant la naissance pour être ses représentants sur terre au cours de cette dispensation. Nous sommes de la maison d’Israël. Nous avons entre les mains le pouvoir sacré d’être des sauveurs sur la montagne de Sion dans les derniers jours [voir Abdias 1:21].

    À propos de l’œuvre du temple et de l’histoire familiale, j’ai un message d’une importance suprême : Cette œuvre doit s’accélérer. L’œuvre qui reste à accomplir est énorme et dépasse la compréhension humaine. L’année dernière [1993], nous avons accompli des dotations du temple par procuration en faveur d’environ cinq millions et demi de personnes, mais au cours de cette même année, une cinquantaine de millions de personnes sont décédées. Cela pourrait laisser penser que l’œuvre qui est devant nous est vaine, mais nous ne pouvons pas penser de la sorte. Le Seigneur nous soutiendra sans aucun doute si nous consacrons tous nos efforts à appliquer le commandement de faire des recherches d’histoire familiale et l’œuvre du temple. La grande œuvre des temples et tout ce qui la sous-tend doivent se développer. C’est impératif ! […]

    Mes frères et sœurs bien-aimés, puissions-nous être vaillants dans notre histoire familiale et l’œuvre du temple. Le Seigneur a dit : « Que l’œuvre de mon temple et toutes les œuvres que je vous ai assignées soient poursuivies et ne cessent pas. Redoublez de diligence, de persévérance, de patience et d’œuvres, et vous ne perdrez pas votre récompense, dit le Seigneur des armées » (D&A 127:4).

    Pour vous encourager dans vos efforts je vous cite les paroles de Joseph Smith, le prophète : « Frères, ne persévérerons-nous pas dans une si grande cause ? Allez de l’avant et pas en arrière. Courage, frères ; et en avant, en avant, vers la victoire ! Que votre cœur se réjouisse et soit dans l’allégresse ! Que la terre éclate en chants. Que les morts chantent des hymnes de louanges éternelles au roi Emmanuel, qui a ordonné, avant que le monde fût, ce qui nous permettrait de les racheter de leur prison, car les prisonniers seront libérés » (D&A 128:22).

    J’aime cette œuvre. Je sais que le Seigneur fournira tout ce qui est nécessaire pour qu’elle s’accomplisse si nous faisons notre part avec dévouement. Que le Seigneur nous bénisse tous dans notre contribution à cette œuvre merveilleuse, œuvre que nous devons accomplir à notre époque13.

    Idées pour l’étude et l’enseignement

    Questions

    • Méditez sur la phrase d’ouverture de la première partie. En quoi le fait d’accomplir les ordonnances dans le temple vous a-t-il aidé à vous rapprocher de Dieu ? Quel élément de cette partie pourrait vous aider à expliquer les buts du temple à quelqu’un qui ne les comprend pas ?

    • Comment avez-vous ressenti « les deux moitiés de la bénédiction » de l’œuvre du temple et de l’histoire familiale ? (voir la deuxième partie). Comment pouvons-nous faire participer les enfants et d’autres membres de notre famille à cette œuvre importante ?

    • En relisant les enseignements du président Hunter rapportés dans la troisième partie, réfléchissez à l’importance que le Seigneur accorde à l’histoire familiale et à l’œuvre du temple. Comment cette œuvre s’accélère-t-elle aujourd’hui ? Comment pouvons-nous y participer davantage ?

    Écritures apparentées

    Ésaïe 42:6-7 ; Malachie 4:5-6 ; 1 Pierre 3:18-20 ; 4:6 ; D&A 2 ; 110:12-15 ; 124:28-30 ; 128:15-18 ; 138:57-59

    Aide pédagogique

    Pour appliquer les paroles d’un prophète à vous-même, pensez au rapport que ses enseignements ont avec vous (voir L’enseignement, pas de plus grand appel, 2000, p. 176). Pendant votre étude, vous pourriez vous interroger sur la manière dont ces enseignements peuvent vous aider à faire face aux soucis, à répondre aux questions et à résoudre les difficultés de votre vie.

    Notes

    1. Voir Eleanor Knowles, Howard W. Hunter, 1994, p. 186.

    2. Voir Francis M. Gibbons, Howard W. Hunter: Man of Thought and Independence, Prophet of God, 2011, p. 16-18.

    3. Manuscrit inédit de Richard A. Hunter.

    4. Dans Knowles, Howard W. Hunter, p. 192.

    5. « We Have a Work to Do », Ensign, mars 1995, p. 64.

    6. « Le grand symbole de notre appartenance à l’Église », L’Étoile, novembre 1994, p. 40.

    7. « Un peuple motivé par le temple », Le Liahona, mars 2004, p. 6.

    8. « Élie, le prophète », L’Étoile, juin 1972, p. 229.

    9. « Un peuple motivé par le temple », p. 42.

    10. « Un peuple motivé par le temple », p. 43.

    11. « We Have a Work to Do », p. 65.

    12. Texte de la prière de consécration du temple de Bountiful (Utah), tiré de « ‘Magnificent Edifice’ Consecrated to [the] Lord », Church News 14 janvier 1995, p. 4.

    13. « We Have a Work to Do », p. 64-65.