2012
Des transformations sacrées
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Des transformations sacrées

Le temple de San Salvador, au Salvador, a fait plus que transformer le paysage : son influence change les cœurs, les familles et une nation tout entière.

La transformation d’une colline

Le 20 septembre 2008, à San Salvador, au Salvador, quelque six cents saints des derniers jours se sont réunis sur une colline trempée par la pluie. Le terrain sur lequel ils se tenaient avait été utilisé pendant de nombreuses années comme plantation. Sous la direction de la présidence de l’interrégion d’Amérique Centrale, ils ont prié ensemble et rendu témoignage. Quelques-uns ont enfoncé des pelles neuves dans cette vieille terre, préparant ainsi le changement qui allait bientôt se produire en ce lieu choisi.

Le 21 août 2011, des milliers de saints des derniers jours enthousiastes, mais pleins de révérence, se sont rencontrés sur cette même colline. L’ancienne plantation avait été transformée pour devenir le lieu le plus sacré du Salvador. Les saints se rassemblent autour d’un temple. Ils attendaient avec impatience l’arrivée d’un prophète, Henry B. Eyring, de la Première Présidence, qui allait consacrer ce temple au Seigneur. Un membre de l’Église de longue date déclara, chuchotant presque, qu’il avait l’impression que cet endroit était séparé des alentours, que c’était « un petit coin des cieux sur terre ».

La transformation d’une famille

En avril 2010, Evelyn Vigil se faisait du souci pour son mari, Amado, qui était en train de perdre la foi. Cela faisait onze ans qu’il n’avait pas mis les pieds dans une église, quelle qu’elle soit, car il était arrivé à la conclusion que la vraie Église du Christ n’existait pas. Pendant cette période, Evelyn n’avait jamais cessé de croire en Dieu et était allée d’une église à l’autre, avec le désir ardent d’entendre sa parole, mais sans jamais être satisfaite de ce qu’elle trouvait. Il lui arrivait de se réveiller en larmes, le matin. Quand cela se produisait, elle suppliait son Père céleste de la guider. Elle lui demandait pourquoi elle ne se sentait bien dans aucune des églises auxquelles elle allait, alors qu’elle voulait à tout prix apprendre à le connaître. Elle priait aussi pour que sa famille soit un jour unie dans une même foi.

Le 23 août 2011, Amado et Evelyn Vigil avaient déjà vécu une transformation du genre de celle qui s’était produite sur cette colline de leur capitale. Vêtus de blanc, ils entrèrent dans une salle de scellement avec leur fille de neuf ans, Michelle, et leur fils de trois ans, Christian. Ce fut la première famille à être scellée pour le temps et pour l’éternité dans le temple de San Salvador. Tout comme le temple dans lequel ils avaient pénétré, ils étaient consacrés au service du Seigneur, unis dans cet engagement.

L’histoire des Vigil

Amado se souvient : « Notre histoire a commencé quand nous avons trouvé deux missionnaires, ou plutôt quand ils nous ont trouvés. » Nous partions de chez les parents d’Evelyn, des sacs à provisions à la main. Nous avons remarqué que les missionnaires nous avaient vus et traversaient la rue dans notre direction. L’un d’eux nous a gentiment demandé s’ils pouvaient nous aider.

« Ils nous ont aussi demandé si nous accepterions de les recevoir. J’ai accepté, surtout par curiosité. Jusqu’à ce moment-là, je ne connaissais pas grand-chose sur l’Église, à part quelques commentaires entendus à son sujet.

« Après avoir accepté de recevoir la visite des missionnaires, j’ai dit à ma femme : ‘Ne te réjouis pas trop. Ne t’imagine pas que je vais décider de devenir membre d’une Église. Je suis simplement curieux de savoir ce qu’ils ont à dire.’

« Les missionnaires ont commencé à nous rendre visite. J’étais prêt à leur demander poliment de partir s’ils disaient quoi que soit qui m’aurait paru incorrect. Mais ils étaient très gentils et j’étais impressionné parce qu’ils ne disaient jamais rien de mal sur les autres Églises. Ils enseignaient avec un tel amour et une telle diligence et ils répondaient toujours à mes nombreuses questions avec patience. Nous nous sommes bientôt pris d’affection pour eux. »

Peu à peu, Amado et Evelyn se sont préparés à se faire baptiser et confirmer membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Le plus grand défi d’Evelyn était la Parole de Sagesse. Elle a été triste d’apprendre qu’elle devrait renoncer à son envie de boire du café. Amado n’avait aucune mauvaise habitude dont il devait se débarrasser ; il devait simplement apprendre à s’accrocher à la vérité. Il croyait ce que les missionnaires enseignaient et reconnaissait même beaucoup de points de doctrine et de pratiques qui, selon sa femme et lui, manquaient dans les autres Églises, comme la famille éternelle, le baptême pour les morts, la fraternité et l’organisation de l’Église. Il hésitait toutefois à s’engager au baptême. Il craignait de se rendre compte, une fois membre de l’Église, qu’il avait pris une mauvaise décision.

Ces préoccupations se sont vite estompées. Evelyn a prié pour recevoir de l’aide et a surmonté son envie de boire du café. Elle a dit : « Je ne laisserai pas cela me priver de bénédictions. » Après environ deux mois d’hésitation, Amado s’est engagé à se faire baptiser. Maintenant, Evelyn raconte qu’il dit souvent : « Nous devons embrasser la doctrine. »

Changements et bénédictions

Amado, Evelyn et Michelle se sont fait baptiser et confirmer au début du mois de juin 2011. Evelyn déclare : « À partir du moment de notre baptême, j’ai senti que tout commençait à changer. Ma famille était unie dans l’Église. Nous avions trouvé l’Évangile rétabli. Depuis lors, nous avons connu les épreuves et la maladie, mais notre Père céleste a déversé sur nous d’abondantes bénédictions. »

Amado explique : « Le premier changement que j’ai remarqué a été l’unité dans notre famille. Ce n’est pas que nous avions des problèmes avant cela, mais nous sommes devenus plus unis. La doctrine de l’Évangile nous a aidés. Les enseignements des dirigeants de l’Église sur le caractère sacré de la famille nous ont fait prendre conscience de la valeur que nous devions accorder à notre famille.

César Orellana, évêque de la famille Vigil, a, lui aussi, constaté des changements dans leur vie. Peu de temps après leur baptême, Amado s’est adressé à frère Orellana et lui a dit : « Nous voulons payer la dîme mais nous ne savons pas comment faire. »

Frère Orellana a expliqué que la dîme représentait dix pour cent de leurs revenus. Amado était un peu inquiet. À cette époque, Evelyn avait un travail, mais pas lui. Amado a expliqué à son évêque : « Nous avons toujours du mal à finir le mois, mais nous voulons payer la dîme. »

Frère Orellana a répondu : « Frère, le Seigneur nous a fait beaucoup de promesses. » Ils ont lu ensemble des Écritures sur les bénédictions qui découlent de la fidélité au paiement de la dîme, entre autres les paroles du Seigneur transmises par le prophète Malachie : « Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, … Mettez-moi de la sorte à l’épreuve, dit l’Éternel des armées. Et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance » (Malachie 3:10).

Après avoir lu ces passages avec lui, frère Orellana a regardé le nouveau converti et lui a dit : « Même si cela veut dire que vous n’aurez pas assez d’argent pour payer l’eau et l’électricité, payez la dîme. Même si cela veut dire que vous n’aurez pas assez d’argent pour payer votre loyer, payez la dîme. Même si cela veut dire que vous n’aurez pas assez d’argent pour nourrir votre famille, payez la dîme. Le Seigneur ne vous abandonnera pas. »

Le dimanche suivant, Amado a abordé de nouveau frère Orellana. Cette fois-ci, il n’a pas posé de questions. Il a simplement tendu une enveloppe à son évêque en disant : « Frère, voici notre dîme. »

En repensant à cette expérience, frère Orellana dit : « Depuis, ils ont toujours payé fidèlement leur dîme. » Dans les moments de difficultés financières, la famille a reçu des denrées provenant du magasin épiscopal. Mais en plus de cela, le Seigneur leur a donné la capacité de subvenir à leurs besoins. Evelyn a reçu une promotion et Amado a trouvé un bon travail. Plus tard, Evelyn a perdu son travail, mais ils ont continué à payer leur dîme et ont reçu des bénédictions spirituelles et temporelles du fait de leur fidélité. Un jour, frère Orellana a demandé à Amado si sa famille s’en sortait financièrement. Amado a répondu : « Tout va bien. Parfois nous n’avons pas grand-chose à manger, mais nous avons assez. Et plus que tout, nous faisons confiance au Seigneur. »

Après avoir payé la dîme pendant un certain temps, Evelyn et Amado ont parlé à frère Orellana des bénédictions qu’ils avaient reçues. Ils ont fait allusion à Malachie 3:10 en disant : « Nous avons mis le Seigneur à l’épreuve. » Et, conformément à la promesse de frère Orellana, le Seigneur ne les a jamais abandonnés.

Une perspective nouvelle

Evelyn et Amado parlent avec tendresse du jour où leur famille s’est réunie dans la salle de scellement. Ils craignaient qu’une fois qu’ils auraient reçu leur dotation et seraient prêts pour l’ordonnance du scellement ce même jour, leurs enfants soient agités. Ils s’inquiétaient surtout pour leur fils de trois ans, Christian, qui était plein d’énergie. Mais les enfants sont entrés dans la salle de scellement avec calme et respect, ce qui laissait penser qu’ils comprenaient la raison pour laquelle ils étaient là. Quand le moment est venu où les enfants devaient participer à l’ordonnance du scellement, Christian, sans qu’on le lui demande ou qu’on le lui suggère, est venu à l’autel et s’est agenouillé près de ses parents.

Evelyn se rappelle avoir regardé le reflet de sa famille dans les miroirs. Amado dit aussi qu’il voit ce reflet, non seulement dans le temple, mais aussi dans la vie quotidienne. Il est reconnaissant de la perspective éternelle qui guide maintenant sa vie, perspective que Michelle et Christian ont semblé percevoir quand ils étaient dans la maison du Seigneur. Depuis, cette perspective s’est élargie encore plus, notamment avec l’arrivée dans leur famille d’une nouvelle fille dans la famille, Andrea, née dans l’alliance au mois d’août.

Une lumière sur une colline

La famille Vigil sera transformée à jamais grâce au sacrifice expiatoire de Jésus-Christ et à l’influence de son temple dans leur pays. Parce qu’une plantation a été transformée en un sol sacré, leur foyer est devenu plus sacré.

De bien des façons, ils représentent la promesse faite à une nation tout entière. Le Salvador est la patrie de millions de braves gens, des gens honnêtes qui sont chaque jour agressés par le bruit et les séductions du monde. Les saints du Salvador aiment leur pays et le fait d’y voir un temple du Seigneur renouvelle leur espérance. Ces mots prononcés par le président Eyring dans la prière de consécration du temple leur donnent confiance :

« Que tes bénédictions reposent sur la nation du Salvador. Touche le cœur des dirigeants qui gouvernent ce pays, afin que le peuple ait la liberté et des possibilités. Que la paix règne dans le pays.

« Fais prospérer ton œuvre dans ce pays. Que le message de l’Évangile touche le cœur des habitants dans tout le pays. Qu’ils descendent dans les eaux du baptême et te restent fidèles et loyaux…

« … Le cœur reconnaissant, nous consacrons ce bâtiment béni et ses environs, afin que s’accomplissent ta volonté et ton œuvre éternelle. Nous prions pour que l’influence du temple soit ressentie dans tout le pays comme une lumière sur une colline1. »

Cette influence se fera certainement sentir grâce au service et à l’exemple de personnes comme les membres de la famille Vigil. Refoulant ses larmes et luttant pour maîtriser son émotion, Amado Vigil parle maintenant avec amour des missionnaires qui leur ont permis, à sa famille et à lui, d’aller au Christ et de recevoir les bénédictions du temple. Amado confie : « Nous espérons que nos enfants iront en mission, pour qu’ils apportent ainsi ces bénédictions à d’autres familles, tout comme ces jeunes gens l’ont fait pour nous. »

Photo Zach Gray, reproduction interdite

Photos Aaron L. West