2012
Vos chants venaient du cœur
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Vos chants venaient du cœur

Dafne Analia Romero de Tau, Misiones, Argentine

En décembre 2000, notre chœur de pieu était en train de se préparer à accueillir un festival choral. Plusieurs chœurs de grand renom de la ville de Posadas, en Argentine, avaient confirmé leur participation et le public allait être nombreux. Nous espérions, par nos chants, transmettre notre témoignage de la naissance du Sauveur.

J’étais la directrice du chœur et j’étais un peu inquiète. Je l’étais d’autant plus que j’étais enceinte de huit mois et que j’attendais des jumeaux. Lors de notre répétition générale, une semaine avant le concert, j’ai eu des douleurs qui m’ont obligée à diriger assise.

À la fin de la répétition, je ne pouvais plus me tenir debout. Mon mari, Carlos, et mon père m’ont donné une bénédiction. Carlos m’a ensuite emmenée à l’hôpital et les médecins ont jugé que les bébés allaient naître ce jour-là. J’avais peur, mais Carlos m’a dit de faire confiance au Seigneur.

Bientôt, le cri d’un nouveau-né s’est élevé dans la salle. Mon cœur a bondi de joie quand j’ai entendu ce cri, mais le médecin s’est approché de moi et a dit : « C’est Kira qui pleure, mais Abril n’a pas survécu. »

Il n’y a pas de mots pour décrire les sentiments qui m’ont envahie. Peu de temps après, on m’a emmenée dans une autre salle, où mon mari m’attendait. Nous sommes tombés dans les bras l’un de l’autre et nous avons pleuré.

« Dafne, nous ne savons pas pourquoi le Seigneur a repris Abril, a dit Carlos. Mais nous devons rester forts, accepter sa volonté et aller de l’avant avec foi. »

Un peu plus tard, Carlos a pris dans ses bras le corps minuscule de Kira et l’a bénie pour qu’elle vive. Elle a survécu mais, à cause de complications, elle a dû rester à l’hôpital pendant dix jours.

Je suis rentrée à la maison la semaine suivante. Les visites fréquentes à l’hôpital pour voir et nourrir Kira m’ont fait oublier le chœur. Le soir avant le festival, mon père m’a demandé si je voulais toujours diriger. Il a dit : « Prie à ce sujet, Dafne, et, quelle que soit la décision que tu prendras, ce sera sûrement la bonne. »

J’ai pensé à Kira, qui était toujours à l’hôpital. J’ai pensé aux membres du chœur, qui avaient travaillé dur pour préparer le concert. J’ai pensé au Sauveur et à sa naissance, à sa vie et à son sacrifice. Je savais ce que je devais faire.

Le lendemain soir, les marques d’amour que les membres du chœur ont témoignées à notre famille nous ont profondément émus et l’harmonie qui régnait parmi eux a créé un désir sincère de toucher le public.

Comme c’est nous qui organisions le festival, c’est notre chœur de pieu qui a chanté en dernier. Quand le piano et le violon ont joué l’introduction de « Premier Noël », des larmes ont coulé sur mes joues. Puis, quand les voix se sont jointes aux instruments, j’ai été submergée par la sensation que j’étais dans un endroit magnifique.

Quand je me suis retournée, à la fin du concert, j’ai vu que, dans le public, la plupart des gens avaient les larmes aux yeux. Des gens qui n’avaient peut-être jamais entendu le message de paix et d’amour de l’Évangile avaient ressenti, à travers nos chants, la beauté et le caractère merveilleux de la naissance du Fils de Dieu.

Plus tard, le chef d’un des autres chœurs nous a dit : « Nous avions une bonne technique, mais vos chants à vous venaient du cœur. »

La veille de Noël, mon mari et moi avons remercié Dieu d’avoir envoyé Kira dans notre foyer et d’avoir envoyé son Fils sur la terre. Nous savons que, grâce à l’expiation du Fils et à notre scellement au temple, Abril sera de nouveau à nous un jour.