2012
La veille de Noël idéale
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Jeunes

La veille de Noël idéale

Quand j’étais jeune, un de mes moments favoris, chaque année, était la veille de Noël. Ma famille et moi faisions des pizzas, allions chanter des chants de Noël et nous rassemblions ensuite pour une veillée de Noël. Nous chantions des cantiques à quatre voix mal assurées et jouions fortissimo des chants de Noël sur notre drôle d’assortiment instrumental. Papa terminait toujours la soirée par une pensée de Noël qui nous faisait pleurer de bonheur. La vie ne pouvait pas être meilleure qu’à la veille de Noël.

Lorsque j’ai été un peu plus âgée, ma mère a commencé à s’occuper d’une jeune voisine appelée Kelly. Kelly venait chez nous tous les jours après l’école, pendant que sa mère, Patty, travaillait. Elle me suivait partout comme un chiot, bruyante et ayant toujours besoin de quelque chose. C’était toujours un soulagement quand Patty récupérait sa fille et laissait ma famille et mon foyer en paix.

Une année, en décembre, j’ai été horrifiée quand ma mère a invité Patty et Kelly à se joindre à nous pour le réveillon de Noël. Mon réveillon de Noël. Maman a souri et m’a dit : « Ça ne va rien changer. » Mais je savais que ce n’était pas vrai. Elles allaient manger toutes nos pizzas. Kelly allait se moquer de notre façon de chanter. J’étais résignée : j’allais vivre le pire réveillon de Noël de toute ma vie.

Le soir venu, Patty et Kelly nous ont rejoints et nous avons parlé, ri et chanté. Ma mère avait raison. C’était vraiment parfait. À minuit, elles nous ont remercié et sont parties à contrecœur. Je suis allée me coucher le cœur débordant de joie et de reconnaissance. J’avais découvert que les cadeaux de Noël qui sont véritablement précieux ne diminuent pas quand on les partage. Au contraire, ils sont encore meilleurs et se multiplient quand on les donne.