Préparation à la Seconde Venue
    Notes de bas de page

    Préparation à la Seconde Venue

    Nous devons nous préparer… spirituellement aux événements prophétisés pour le temps de la Seconde Venue.

    La révélation moderne contient la promesse que, si nous sommes préparés, nous n’avons pas besoin de craindre (D&A 38:30). Ce principe m’a été présenté il y aura 60 ans cet été, quand je suis devenu scout et que j’ai appris la devise : « Toujours prêt. » Aujourd’hui, je me suis senti poussé à parler de l’importance de la préparation à un événement futur d’une importance capitale pour chacun de nous : la seconde venue du Seigneur.

    Les Écritures abondent en références sur la Seconde Venue, événement que les justes attendent avec ferveur et que les méchants redoutent ou nient. Les fidèles de toutes les époques ont médité sur l’enchaînement et le sens des nombreux événements qui, selon la prophétie, précéderont et suivront ce point clé de l’histoire.

    Pour les saints des derniers jours, les quatre points suivants sont indiscutables : (1) Le Sauveur reviendra sur la terre en puissance et en grande gloire pour régner en personne pendant un millénaire de justice et de paix. (2) Lors de sa venue, le méchants seront détruits et les justes ressusciteront. (3) Personne ne connaît la date de la venue du Christ mais (4) il est enseigné aux fidèles d’étudier ses signes et de s’y tenir prêts. Je vais parler de la quatrième de ces grandes réalités : Les signes de la Seconde Venue et ce que nous devons faire pour nous y préparer.

    I.

    Le Seigneur a déclaré : « Celui qui me craint s’attendra à la venue du grand jour du Seigneur, oui, aux signes de la venue du Fils de l’Homme », signes qui paraîtront « dans les cieux en haut et sur la terre en bas » (D&A 45:39-40).

    Le Seigneur a enseigné cela dans la parabole du figuier dont les nouvelles branches tendres annoncent la venue de l’été. « De même » quand les élus verront les signes de sa venue, « ils sauront que le Fils de l’homme est proche, à la porte » (Joseph Smith, Matthieu 1:38-39 ; voir aussi Matthieu 24:32-33 ; D&A 45:37-38).

    Les prophéties bibliques et modernes donnent de nombreux signes de la Seconde Venue. Par exemple :

    1. La plénitude de l’Évangile rétabli et sa prédication dans le monde entier en témoignage à toutes les nations.

    2. De faux Christs et de faux prophètes, qui trompent beaucoup de gens.

    3. Des guerres et des bruits de guerre, des pays s’élèvent les uns contre les autres.

    4. Des tremblements de terre en divers lieux.

    5. La famine et la peste.

    6. Un fléau débordant et une maladie dévastatrice couvrent le pays.

    7. L’iniquité s’accroît.

    8. La terre entière est en commotion.

    9. Le cœur des hommes leur manque.

    (Voir Matthieu 24:5-15 ; Joseph Smith, Matthieu 1:22, 28-32 ; D&A 45:26-33.)

    Dans une autre révélation, le Seigneur déclare que certains de ces signes sont sa voix qui appelle son peuple à se repentir :

    « Écoutez, ô nations de la terre, et entendez les paroles de ce Dieu qui vous a faites…

    « Combien de fois ne vous ai-je pas appelées par la bouche de mes serviteurs, par le ministère d’anges, par ma propre voix, par la voix des tonnerres, par la voix des éclairs, par la voix des tempêtes, par la voix des tremblements de terre et des grandes tempêtes de grêle, par la voix des famines, des pestes de toutes sortes… et je vous aurais sauvées dans un salut éternel, mais vous ne l’avez pas voulu ! » (D&A 43:23, 25).

    Tous ces signes de la Seconde Venue nous environnent et semblent devenir plus fréquents et plus intenses. Par exemple, la liste des principaux tremblements de terre de The World Almanac and Book of Facts, 2004 montre qu’il y a eu deux fois plus de tremblements de terre dans les décennies de 1980 et 1990 que dans les deux décennies précédentes (p.189-190). Elle indique également un net accroissement dans les premières années de ce siècle. La liste des inondations et des raz-de-marée importants ainsi que celle des ouragans, des typhons et des tempêtes de neige, dans le monde entier, indique une augmentation similaire ces dernières années (p. 188-189). On peut dire que les augmentations par rapport à la situation d’il y a cinquante ans ne sont dues qu’à des changements dans les normes des comptes rendus, mais l’accélération du rythme des catastrophes naturelles dans les dernières décennies est inquiétante.

    II.

    Un autre signe des temps est le rassemblement des fidèles (voir D&A 133:4). Dans les premières années de cette dernière dispensation, un rassemblement en Sion a concerné divers lieux des États-Unis : À Kirtland, au Missouri, à Nauvoo et aux sommets des montagnes. Il s’agissait toujours de rassemblement vers de futurs temples. Avec la création de pieux et la construction de temples dans la plupart des pays comptant une population assez importante de fidèles, le commandement actuel n’est pas de nous rassembler en un seul endroit mais de nous rassembler dans les pieux de notre pays natal. Les fidèles peuvent y recevoir toutes les bénédictions de l’éternité dans la maison du Seigneur. Dans leur pays natal, ils peuvent y obéir au commandement du Seigneur d’élargir les frontières de son peuple et d’affermir ses pieux (voir D&A 101:21 ; 133:9, 14). Les pieux de Sion sont ainsi « pour la défense, le refuge contre la tempête, et contre la colère lorsqu’elle sera déversée sans mélange sur toute la terre » (D&A 115:6).

    III.

    Nous sommes impuissants à changer la réalité de la Seconde Venue et incapables d’en connaître la date exacte, mais nous pouvons hâter notre préparation et essayer d’influencer la préparation des personnes qui nous entourent.

    La parabole des dix vierges contient un enseignement important et stimulant à ce sujet. Le Seigneur a dit de cette parabole : « Et en ce jour-là où je viendrai dans ma gloire, la parabole que j’ai dite au sujet des dix vierges sera accomplie » (D&A 45:56).

    Dans le 25e chapitre de Matthieu, cette parabole compare la situation des cinq vierges folles à celle des cinq vierges sages. Les dix vierges ont toutes été invitées à la noce, mais seule la moitié d’entre elles étaient prêtes et avaient de l’huile dans leur lampe quand l’époux est venu. Les cinq vierges qui étaient prêtes sont allées au festin du mariage et on a fermé la porte. Les cinq autres, qui avaient tardé à se préparer, sont arrivées trop tard. La porte avait été fermée et le Seigneur leur a refusé l’entrée disant : « Je ne vous connais pas » (verset 12). « Veillez donc », a conclu le Seigneur, « puisque vous ne savez ni le jour, ni l’heure de la venue du Fils de l’homme » (verset 13).

    Les chiffres de cette parabole font frémir. Les dix vierges représentent visiblement les membres de l’Église du Christ car toutes étaient invitées au festin de noce et toutes savaient ce qui était requis pour être admises quand l’époux viendrait. Mais une moitié seulement était prête à sa venue.

    La révélation moderne contient cet enseignement que le Seigneur a adressé aux premiers dirigeants de l’Église :

    « Et après votre témoignage viennent la colère et l’indignation sur le peuple.

    « Car après votre témoignage vient le témoignage des tremblements de terre…

    « Viendra aussi le témoignage de la voix des tonnerres, de la voix des éclairs, de la voix des tempêtes et de la voix des vagues de la mer se soulevant au-delà de leurs limites.

    « Et tout sera en tumulte, et assurément le cœur des hommes leur manquera, car la crainte s’abattra sur tous les peuples.

    « Des anges voleront par le milieu du ciel, criant d’une voix forte, sonnant de la trompette de Dieu, disant : Préparez-vous, préparez-vous, ô habitants de la terre; car le jugement de notre Dieu est venu. Voici, l’Époux vient, sortez à sa rencontre » (D&A 88:88-92).

    IV.

    Mes frères et sœurs, le Livre de Mormon enseigne : « Cette vie est le moment où les hommes doivent se préparer à rencontrer Dieu… le jour de cette vie est le jour où les hommes doivent accomplir leurs œuvres » (Alma 34:32). Sommes-nous en train de nous préparer ?

    Dans sa préface de notre compilation de la révélation moderne, le Seigneur déclare : « Préparez-vous, préparez-vous pour ce qui va arriver, car le Seigneur est proche » (D&A 1:12).

    Le Seigneur a également lancé l’avertissement suivant :

    « Oui, que ce cri aille chez tous les peuples : Éveillez-vous, levez-vous et allez à la rencontre de l’Époux; voici, l’Époux vient, sortez à sa rencontre. Préparez-vous pour le grand jour du Seigneur » (D&A 133:10 ; voir aussi D&A 34:6).

    Il nous est toujours rappelé que nous ne pouvons connaître ni le jour ni l’heure de sa venue. Au chapitre 24 de Matthieu, Jésus enseigne :

    « Veillez donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra.

    « Sachez-le bien, si le maître de la maison savait à quelle veille de la nuit le voleur doit venir, il veillerait et ne laisserait pas percer sa maison » (Matthieu 24:42-43). « Mais il aurait été prêt » (Joseph Smith, Matthieu 1:47).

    « C’est pourquoi, nous aussi, tenons-nous prêts, car le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y penserez pas » (Matthieu 24:44 ; voir aussi D&A 51:20).

    Et si le jour de sa venue était demain ? Si nous savions que nous devons rencontrer le Seigneur demain, par notre mort ou par sa venue inattendue, que ferions-nous aujourd’hui ? Quelles confessions ferions-nous ? Quelles actions cesserions-nous de commettre ? Quels comptes règlerions-nous ? À qui accorderions-nous le pardon ? Quel témoignage rendrions-nous ?

    Si nous sommes disposés à faire ces choses, alors pourquoi pas maintenant ? Pourquoi ne pas rechercher la paix pendant qu’on peut l’obtenir ? Si le niveau du réservoir de notre lampe de la préparation a baissé, commençons immédiatement à le remplir.

    Nous devons nous préparer matériellement et spirituellement aux événements prophétisés pour le temps de la Seconde Venue. Et la préparation que l’on néglige le plus est vraisemblablement la moins visible et la plus difficile : la préparation spirituelle. Pour les difficultés temporelles, il peut s’avérer précieux d’avoir un sac de réserves matérielles pour tenir 72 heures mais, comme les vierges folles l’ont appris à leurs dépens, une trousse de préparation spirituelle de 24 heures est encore plus précieuse et a des effets plus durables.

    V.

    Nous vivons dans les temps prophétisés « où la paix sera enlevée de la terre » (D&A 1:35), où « tout sera en tumulte » et où « le cœur des hommes leur manquera » (D&A 88:91). Il y a de nombreuses causes matérielles de commotion, entre autres les guerres et les catastrophes naturelles, mais la « commotion » actuelle a surtout une cause spirituelle.

    Quand nous regardons le monde qui nous entoure avec l’œil de la foi et une perspective éternelle, nous y voyons l’accomplissement de la prophétie que « le diable aura pouvoir sur ses possessions » (D&A 1:35). Un de nos cantiques décrit les innombrables bataillons des partisans du Malin (voir « Ô vaillants guerriers d’Israël », n° 169, 2e verset) et c’est ce qui se passe.

    Le mal qui était auparavant localisé et recouvert comme un furoncle est maintenant devenu légal et affiché au grand jour comme un étendard. Les fondements et les remparts essentiels de notre civilisation sont remis en cause ou attaqués. Les nations renient leur patrimoine religieux. Les responsabilités conjugales et familiales sont abandonnées parce qu’elles sont une gêne pour l’abandon aux passions. Les films, les magazines et la télévision qui déterminent notre attitude sont remplis d’histoires ou d’images qui représentent les enfants de Dieu comme des animaux prédateurs ou, au mieux, comme de vulgaires créatures à la poursuite presque exclusivement de leur plaisir personnel. Et trop d’entre nous acceptent cela comme un divertissement.

    Les hommes et les femmes qui ont fait des sacrifices héroïques pour lutter contre les mauvais régimes du passé ont été façonnés par des valeurs qui disparaissent de notre enseignement public. On remplace le bien, le vrai et le beau, par ce qui n’est pas bon, par « n’importe quoi » et par le fourrage sans valeur que sont les caprices personnels. Il n’est pas surprenant que beaucoup de nos jeunes et de nos adultes soient pris au piège de la pornographie, des piercings païens, de la recherche égoïste du plaisir, des attitudes malhonnêtes, des vêtements indécents, du langage grossier et de l’abandon dégradant aux pulsions sexuelles.

    Un nombre croissant de faiseurs d’opinion et de leurs partisans nient l’existence du Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob et ne révèrent que les dieux du monde profane. Beaucoup de gens qui occupent des postes de pouvoir et d’influence nient le bien et le mal définis par décret divin. Même parmi les gens qui professent croire au bien et au mal, il y en a « qui appellent le mal bien, et le bien mal » (Ésaïe 5:20 ; 2 Néphi 15:20). Beaucoup nient également la responsabilité individuelle et dépendent des autres, cherchant, comme les vierges folles, à vivre sur des biens et une lumière d’emprunt.

    Tout cela est abominable aux yeux de notre Père céleste qui aime tous ses enfants et interdit les agissements qui empêchent qui que ce soit d’entre eux de retourner en sa présence.

    Où en sommes-nous de notre préparation à la vie éternelle ? Le peuple de Dieu a toujours été un peuple d’alliance. Dans quelle mesure respectons-nous les alliances, entre autres les promesses sacrées que nous avons faites dans les eaux du baptême, lorsque nous avons reçu la sainte prêtrise et dans les temples de Dieu ? Sommes-nous des gens qui promettent mais qui ne tiennent pas, et des croyants qui n’accomplissent pas ?

    Suivons-nous le commandement du Seigneur : « Tenez-vous en des lieux saints et ne vous laissez pas ébranler jusqu’à ce que le jour du Seigneur vienne ; car voici, il vient rapidement » ? (D&A 87:8). Quels sont ces « lieux saints » ? Ils comprennent sûrement le temple, et ses alliances lorsqu’on les respecte fidèlement. Ils comprennent sûrement un foyer où les enfants sont chéris et les parents respectés. Les lieux saints comprennent sûrement les postes de responsabilité que nous ont confiés les autorités de la prêtrise, entre autres les missions et les appels fidèlement remplis dans les branches, les paroisses et les pieux.

    Le Sauveur a enseigné dans sa prophétie de la Seconde Venue : Bénis « le serviteur fidèle et prudent » qui sera trouvé s’acquittant de son devoir quand le Seigneur viendra (voir Matthieu 24:45-46). Le prophète Néphi a également enseigné à propos de ce jour-là : « Les justes n’ont rien à craindre » (1 Néphi 22:17 ; voir aussi 1 Néphi 14:14 ; D&A 133:44). Et la révélation moderne promet que « Le Seigneur aura pouvoir sur ses saints » (D&A 1:36).

    Les difficultés nous environnent de toutes parts (voir 2 Corinthiens 4:8-9). Mais avec la foi en Dieu, nous faisons confiance aux bénédictions qu’il a promises aux personnes qui gardent ses commandements. Nous avons foi en l’avenir et nous nous y préparons. Pour emprunter une métaphore au monde de la compétition sportive que nous connaissons bien, nous ne savons pas quand le match prendra fin et nous ne connaissons pas le score final mais nous savons que, quand le match se terminera, notre équipe gagnera. Nous continuerons d’aller de l’avant « jusqu’à ce que les desseins de Dieu soient accomplis et que le grand Jéhovah dise que l’œuvre est accomplie » (History of the Church, 4:540).

    «C’est pourquoi », nous dit le Sauveur, « soyez fidèles, priant toujours, tenant votre lampe prête et allumée et ayant de l’huile avec vous afin d’être prêts au moment de la venue de l’Époux ; car voici, en vérité, en vérité, je vous dis que je viens rapidement » (D&A 33:17-18).

    Je témoigne de Jésus-Christ, je témoigne qu’il viendra comme il l’a promis. Et je prie pour que nous soyons prêts à le rencontrer, au nom de Jésus-Christ. Amen.