O Jésus, quand je pense à toi
    Notes de bas de page
    Theme

    O Jésus, quand je pense à toi

    Jésus, quand je pense à toi, une joie inexprimable emplit mon cœur. Cette pensée influence tout mon être.

    Récemment, on a entendu le président Hinckley dire à un jeune couple qui venait de se marier au temple : « C’est vraiment merveilleux de vivre et d’être amoureux à cette époque. » Sa conception des choses et sa nature optimiste sont rassurantes. Elles sont porteuses d’espoir dans un monde sombre par ailleurs. Elles sont néanmoins plus que le simple reflet d’une personnalité optimiste. Je vais illustrer ce que je veux dire par une brève référence au passé.

    Au début du douzième siècle, l’ecclésiastique Bernard de Clairvaux, « homme d’une foi intense et vibrante1 », a écrit :

    O Jésus, quand je pense à toi,

    La paix emplit mon cœur.

    Puissé-je vivre sous ta loi,

    Près de toi, mon Sauveur2 !

    Ces vers parlent d’espérance, de joie et de paix, bien qu’ils aient été écrits à une époque où une grande partie du monde était frappée par l’ignorance, la pauvreté et le désespoir. Ces mots traduisent l’assurance paisible qui accompagne toujours le témoignage de Jésus. C’est cette même assurance qui donne de l’entrain et de l’optimisme à notre cher prophète et à tous les disciples fidèles du Christ.

    Qu’est-ce donc que ce témoignage de Jésus, comment peut-on l’acquérir et que fait-il pour les personnes qui le reçoivent ? Le témoignage de Jésus est la connaissance sûre et certaine, révélée à l’esprit d’une personne par l’intermédiaire du Saint-Esprit, que Jésus est le fils vivant du Dieu vivant3.

    Puisque le témoignage de Jésus est donné par Dieu, il est un facteur primordial, essentiel de bonheur. C’est le principe de base de notre religion et tout ce qui concerne notre foi est le corollaire de ce témoignage4. Le président Hinckley nous rappelle :

    « Tous les saints des derniers jours ont la bénédiction, la possibilité et l’obligation d’acquérir pour eux-mêmes la connaissance certaine… que Jésus est le Christ, le fils de Dieu, le Rédempteur de toute l’humanité… Ce témoignage… est le bien le plus précieux que nous puissions posséder…

    « Je suis persuadé… que lorsqu’un homme a, dans le cœur, le témoignage véritable que le Seigneur Jésus-Christ vit, tout le reste s’imbrique comme il se doit5. »

    Nourri par une vie de droiture, ce témoignage de Jésus devient le moteur de tout ce qu’on accomplit. De plus, tout le monde peut l’acquérir, car « Dieu ne fait point acception de personnes6. »

    Cependant, ce témoignage ne s’acquiert pas sans effort personnel. Il faut avoir le désir de savoir, étudier pour apprendre, vivre de façon à le mériter et prier pour le recevoir. Quand on la recherche de cette manière, avec humilité et foi, on obtient cette connaissance et elle apporte la douce assurance que tout ira bien ainsi que la force intérieure de faire en sorte que tout aille bien.

    Avoir le désir de savoir

    Le désir de savoir est la première étape de la quête du témoignage de Jésus. Les Écritures nous font la recommandation suivante : « Si vous voulez vous éveiller et donner de l’essor à vos facultés, jusqu’à faire l’expérience de mes paroles, et faire preuve d’un tout petit peu de foi, oui, même si vous ne pouvez faire plus que désirer croire, laissez ce désir agir en vous jusqu’à ce que vous croyiez de manière à pouvoir faire place à une partie de mes paroles7. »

    Étudier pour apprendre

    L’obtention du témoignage de Jésusexige de celui qui le recherche qu’il étudie pour apprendre. Le Seigneur a dit :

    « Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage de moi8. »

    De la première à la dernière page, la Sainte Bible parle et témoigne du Christ. Il est le Jéhovah de l’Ancien Testament et le Messie du Nouveau9. Le Livre de Mormon, autre témoignage du Christ, a été rédigé, préservé et est paru dans le but exprès de : « convaincre Juif et Gentil que Jésus est le Christ, le Dieu Éternel, qui se manifeste à toutes les nations10. »

    Vivre de façon à le mériter

    En plus de désirer et d’étudier, il faut vivre de façon à mériter ce témoignage. La personne qui fait ce que Jésus dit, découvre qui il est. Il a dit :

    « Ma doctrine n’est pas de moi, mais de celui qui m’a envoyé. Si quelqu’un veut faire sa volonté, il connaîtra si ma doctrine est de Dieu, ou si je parle de mon chef11. »

    Prier pour le recevoir

    Pour finir, le témoignage de Jésus s’acquiert en priant pour le recevoir. « Demandez et l’on vous donnera12. » Cette invitation permet aux humbles et aux pénitents d’obtenir cette connaissance. En plus de cette connaissance, les personnes qui recherchent un témoignage acquièrent la compréhension de l’origine et du but de la vie, ce qui leur ouvre des perspectives qui sinon leur resteraient cachées.

    Par exemple, la vie du Seigneur n’a pas commencé à Bethléhem13 et la nôtre n’a pas commencé à notre naissance. Dans le monde prémortel, il était l’avocat vaillant et inébranlable du plan éternel que Dieu a prévu pour ses enfants14, et nous étions présents. Lors de la grande guerre dans les cieux, c’est par le pouvoir du Premier-né que Lucifer a été chassé15, et nous avons soutenu cette cause. C’est par le Fils unique de Dieu que « les mondes sont et furent créés16 », et que nous pouvons donc atteindre notre potentiel divin. J. Reuben Clark, ancien membre de la Première Présidence, a dit :

    « Ce n’est pas un novice, ni un amateur, ni un Être qui en était à ses premiers essais, qui est descendu au commencement… et qui a fait ce monde…

    « Pensez à notre galaxie, qui compte, depuis le commencement peut-être… un million de mondes, et multipliez par le nombre des millions de galaxies… qui nous entourent : vous aurez alors une petite idée de qui est [Jésus-Christ]17. »

    Avec admiration, nous nous exclamons comme Bernard de Clairvaux jadis : O Jésus, quand je pense à toi, La paix emplit mon cœur.

    Fils de Dieu dans le sens littéral du terme et né d’une mère mortelle, le Christ prémortel est devenu le Fils Unique du Père dans la chair. La plénitude de sa majesté, de sa mission messianique et de sa nature divine ne vint pas dès l’abord mais il « continua de grâce en grâce, jusqu’à ce qu’il reçût une plénitude ». Nous aussi nous pouvons progresser de la sorte18.

    Des anges l’on servi, le Saint-Esprit est descendu sur lui, il a porté les maux de toute l’humanité et nos péchés peuvent être pardonnés grâce à lui.19

    Ce Jésus, qui est appelé le Christ, a accompli l’Expiation parfaite pour toute l’humanité par sa vie sans pareille, par ses souffrances à Gethsémané, par l’effusion de son sang, par sa mort sur la croix et par sa glorieuse résurrection. Il a vaincu la mort et, grâce à lui, nous la vaincrons aussi20. « Il est le plus grand être qui soit jamais venu au monde… Il est le Seigneur des seigneurs, le Roi des rois… le Sauveur… et l’étoile brillante du matin. Son nom… est le seul nom donné sous le ciel par lequel l’homme puisse être sauvé21. » Il est l’Oint. Nous nous exclamons de nouveau : O Jésus, quand je pense à toi, la paix emplit mon cœur.

    Le monde n’a pas pu le vaincre au midi des temps, le monde ne peut pas non plus se passer de lui à notre époque et nous ne le pouvons pas non plus. Son but est de « réaliser l’immortalité et la vie éternelle de l’homme22 ». Il est donc apparu à Joseph Smith, le prophète, a rétabli la prêtrise et son Église et a de nouveau proclamé le plan de rédemption. Joseph l’a vu, a conversé avec lui et nous a laissé ce témoignage poétique et sublime :

    Je vis autour du trône, de saints anges, des armées,

    Et des êtres sanctifiés de mondes qui ont été,

    Adorant, en sainteté, Dieu et l’Agneau,

    Pour toujours et à jamais. Amen et amen !

    Et maintenant, après les nombreux témoignages qui ont été rendus de lui,

    Par de vrais témoins, par lesquels il a été connu,

    Voici le mien, le dernier de tous : qu’il vit. Oui, il vit !

    Et il est assis à la droite de Dieu, sur son trône.

    Et j’entendis une voix forte, témoignant depuis les cieux,

    Il est le Sauveur et le Fils unique de Dieu ;

    Par lui, en lui et à travers lui, les mondes furent tous faits,

    Oui, tous ceux qui sillonnent les cieux si étendus.

    Dont les habitants aussi, du premier jusqu’au dernier,

    Sont sauvés par le même Sauveur que nous ;

    Et, bien sûr, sont les filles et les fils de Dieu,

    En vertu des mêmes vérités et des mêmes pouvoirs23.

    Aujourd’hui, nous avons avec nous les apôtres du Seigneur qui ont été dûment ordonnés. Fidèles à leur mission sacrée de « témoins spéciaux du nom du Christ dans le monde entier24 », ils déclarent :

    « Jésus est le Christ vivant, le Fils immortel de Dieu. Il est le grand roi Emmanuel qui se tient aujourd’hui à la droite de son Père. Il est la lumière, la vie et l’espoir du monde. Ses voies mènent au bonheur dans cette vie et à la vie éternelle dans le monde à venir. Dieu soit loué pour le don sans pareil de son Fils divin25 ! »

    Jésus, quand je pense à toi, une joie inexprimable emplit mon cœur. Cette pensée influence tout mon être. Ma vie, mes amours et mes ambitions sont façonnées, vivifiées et trouvent leur raison d’être parce que je sais que tu es le Christ, le Saint.

    Je remercie Dieu de mon témoignage de Jésus et je prie pour que tous puissent être bénis de la sorte. Au nom de Jésus-Christ. Amen.