Oh, quel amour, amour sans fin
    Notes de bas de page
    Theme

    Oh, quel amour, amour sans fin

    L’Évangile est vrai. Je le sais; j’en suis un témoin.

    Je me tiens ici, le cœur humble et plein d’amour pour cette œuvre, pour vous qui êtes ici et qui écoutez. Lors de notre dernière conférence, il y a six mois, lorsque j’étais à cet endroit, à côté du président Hinckley, il m’a encouragé à vous faire signe de la main et j’ai utilisé toute l’énergie que j’avais. J’ai entendu dire que certaines personnes ont pensé que c’était un geste d’adieu. Mais je suis ici aujourd’hui pour vous montrer et vous dire que je suis de retour. Et je n’ai personne qui m’agite le bras à ma place. Je comprends le pouvoir de la prière, de la foi et de la dévotion, et j’ai reçu de grands témoignages des cieux. Je suis donc ici aujourd’hui uniquement pour vous rendre témoignage et vous dire bonjour. J’espère que d’ici la prochaine conférence, je serai totalement guéri et capable de faire ce qu’on me demandera.

    Dieu vit. Il est notre Père, notre Père céleste.

    Eliza R. Snow, qui a écrit une partie de nos cantiques célèbres, surtout des cantiques de Sainte-Cène, a écrit les paroles suivantes :

    Oh, quel amour, amour sans fin,

    le ciel montra pour nous,

    Réfléchissez-y une seconde. Parce que nous avons été dans les cours célestes.

    Oh, quel amour, amour sans fin,

    le ciel montra pour nous,

    En envoyant l’Agneau divin

    Le Christ mourir pour tous !

    (« Oh, quel amour, amour sans fin », Cantiques, n° 113.)

    Nous avons choisi de venir sur terre. Et nous sommes ici, assemblés dans ce vaste centre de conférence où nous pouvons nous parler et rendre témoignage. Je vous assure que lors des nuits blanches qu’il m’arrive d’avoir, celles où l’on essaie de résoudre tous ses problèmes et de prendre de nouvelles résolutions pour ce qui doit être fait, j’ai ces pensées célestes qui m’édifient. Dieu, notre Père céleste, nous aime et nous devons l’aimer. Il a choisi son Fils pour venir ici-bas apporter son Évangile, l’Église porte son nom, et c’est de lui que nous rendons témoignage. C’est un honneur pour moi d’être ici et de rendre témoignage de l’établissement de l’Église et de notre amour pour le président Hinckley, qui nous dirige aujourd’hui.

    L’Évangile est vrai. Je le sais ; j’en suis un témoin. Au nom de notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ. Amen.