Écritures
1 Samuel 21

Chapitre 21

David obtient l’aide du prêtre, Achimélec. Il mange les pains de proposition. Il se rend à Gath, où il fait semblant d’être fou.

1 David se rendit à Nob, chez le prêtre Achimélec, qui accourut effrayé au-devant de lui et lui dit : Pourquoi es-tu seul et n’y a-t-il personne avec toi ?

2 David répondit au prêtre Achimélec : Le roi m’a donné un ordre et m’a dit : Que personne ne sache rien de l’affaire pour laquelle je t’envoie et de l’ordre que je t’ai donné. J’ai fixé un rendez-vous à mes gens.

3 Maintenant qu’as-tu sous la main ? Donne-moi cinq pains, ou ce que tu trouveras.

4 Le prêtre répondit à David : Je n’ai pas de pain ordinaire sous la main mais il y a du pain consacré ; si du moins tes gens se sont abstenus de femmes !

5 David répondit au prêtre : Nous nous sommes abstenus de femmes depuis trois jours que je suis parti et tous mes gens sont purs ; d’ailleurs, si c’est là un acte profane, il sera certainement aujourd’hui sanctifié par celui qui en sera l’instrument.

6 Alors le prêtre lui donna du pain consacré car il n’y avait pas là d’autre pain que du pain de proposition, qu’on avait ôté de la présence de l’Éternel pour le remplacer par du pain chaud au moment où on l’avait pris.

7 Là, ce même jour, un homme d’entre les serviteurs de Saül se trouvait enfermé devant l’Éternel ; c’était un Édomite, nommé Doëg, chef des bergers de Saül.

8 David dit à Achimélec : N’as-tu pas sous la main une lance ou une épée ? car je n’ai pris avec moi ni mon épée ni mes armes parce que l’ordre du roi était pressant.

9 Le prêtre répondit : Voici l’épée de Goliath, le Philistin, que tu as tué dans la vallée des térébinthes ; elle est enveloppée dans un drap derrière l’éphod ; si tu veux la prendre, prends-la, car il n’y en a pas d’autre ici. Et David dit : Il n’y en a pas de pareille ; donne-la-moi.

10 David se leva et s’enfuit le même jour loin de Saül. Il arriva chez Akisch, roi de Gath.

11 Les serviteurs d’Akisch lui dirent : N’est-ce pas là David, roi du pays ? n’est-ce pas celui pour qui l’on chantait en dansant : Saül a frappé ses mille, Et David ses dix mille ?

12 David prit à cœur ces paroles et il eut une grande crainte d’Akisch, roi de Gath.

13 Il se montra comme fou à leurs yeux et fit devant eux des extravagances ; il faisait des marques sur les battants des portes et il laissait couler sa salive sur sa barbe.

14 Akisch dit à ses serviteurs : Vous voyez bien que cet homme a perdu la raison ; pourquoi me l’amenez-vous ?

15 Est-ce que je manque de fous pour que vous m’ameniez celui-ci et me rendiez témoin de ses extravagances ? Faut-il qu’il entre dans ma maison ?