Faire connaître l’Évangile

Chapitre 24

Faire connaître l’Évangile

Nous devons allonger la foulée en faisant connaître l’Évangile autour de nous.

Épisodes de la vie de Spencer W. Kimball

Au cours d’un voyage à Quito (Équateur), alors qu’il était membre du Collège des douze apôtres, Spencer W. Kimball se trouvait dans un hôtel restaurant avec d’autres personnes dont quatre jeunes missionnaires. « Il a fait remarquer à ses compagnons que leur serveur semblait être un jeune homme bien qui ferait un bon missionnaire pour l’Église. Frère Kimball a commandé du pain et du lait, puis il a demandé au serveur s’il avait des enfants. ‘J’ai un fils’, a répondu le serveur. ‘Du pain et du lait lui donneront une bonne santé’, a dit frère Kimball, ‘mais il aura une santé encore meilleure si vous lui donnez la nourriture que ces jeunes gens ont à donner.’ Le serveur a eu l’air surpris. Alors frère Kimball lui a expliqué que les jeunes gens étaient des missionnaires qui devaient enseigner l’Évangile de Jésus-Christ. Le serveur s’est montré intéressé à recevoir les enseignements des missionnaires 1. »

Le président Kimball a souvent parlé du commandement du Sauveur de porter l’Évangile « par tout le monde » (Marc 16:15). Il a demandé davantage de missionnaires à plein temps, particulièrement des jeunes gens et des couples d’âge mûr et a rappelé à tous les membres de l’Église de participer à cette tâche confiée par Dieu. « Notre grand besoin et notre grand appel », a-t-il enseigné, « est d’apporter aux gens de ce monde la bougie de la compréhension pour éclairer leur chemin et les faire passer de l’obscurité et des ténèbres à la joie, à la paix et aux vérités de l’Évangile 2. »

Enseignements de Spencer W. Kimball

Le Seigneur nous promet de grandes bénédictions si nous faisons connaître l’Évangile

Participer à l’oeuvre missionnaire est une aventure spirituelle chaque fois que nous donnons des coordonnées aux missionnaires et que nous les accompagnons quand ils donnent des leçons. C’est passionnant et enrichissant. Les heures, les efforts, les questions, tout cela en vaut la peine quand même une seule âme exprime son repentir, sa foi et le désir d’être baptisée. Imaginez votre bonheur si quelqu’un dit : « Quand vous êtes là et que nous parlons de ces choses, il me semble me souvenir de choses que j’ai sues auparavant », ou bien : « Vous ne pouvez pas partir avant de nous avoir dit tout ce que vous savez au sujet de l’Église rétablie 3. »

Faire connaître l’Évangile apporte la paix et la joie dans notre vie, développe notre capacité d’aimer les autres et de nous intéresser à eux, augmente notre foi, affermit nos relations avec le Seigneur et accroît notre compréhension des vérités de l’Évangile 4.

Le Seigneur nous a promis de grandes bénédictions à la mesure de notre diligence à faire connaître l’Évangile. Nous recevrons de l’aide venant de l’autre côté du voile et des miracles spirituels se produiront. Le Seigneur nous a dit qu’il nous pardonnerait plus facilement nos péchés si nous lui amenions des âmes et si nous rendions fermement témoignage au monde, et il est certain que nous avons besoin d’aide supplémentaire pour recevoir le pardon de nos péchés (voir D&A 84:61). Dans l’une des plus importantes Écritures missionnaires, à la section 4 des Doctrine et Alliances, on nous dit que, si nous servons le Seigneur en participant à l’oeuvre missionnaire « de tout [notre] cœur, de tout [notre] pouvoir, de tout [notre] esprit et de toutes [nos] forces », alors nous serons « innocents devant Dieu au dernier jour » (verset 2).

Le Seigneur a également ajouté :

« Et si vous travaillez toute votre vie à appeler ce peuple au repentir et que vous m’amenez ne fût-ce qu’une seule âme, comme votre joie sera grande avec elle dans le royaume de mon Père !

« Or, si votre joie est grande avec cette seule âme que vous m’aurez amenée dans le royaume de mon Père, comme elle sera grande si vous m’en amenez beaucoup ! » (D&A 18:15-16).

Si l’on travaille toute sa vie et qu’on amène ne fût-ce qu’une seule âme ! Quelle joie ! Une âme ! Comme elle est précieuse ! Oh, j’aimerais que Dieu nous donne un tel amour pour les âmes 5 !

Le Seigneur a confié à tous les membres de l’Église la responsabilité d’être ses messagers.

Je souhaite que nous puissions établir plus fidèlement et plus efficacement dans le cœur de tous les membres de l’Église, la compréhension que, si quelqu’un est assez âgé pour être membre de l’Église, il est assez âgé pour être missionnaire et qu’il n’a pas besoin d’être spécialement mis à part pour cet appel. Chaque membre a pour obligation et pour appel d’apporter l’Évangile aux gens qui l’entourent. Nous voulons que chaque homme, chaque femme et chaque enfant assume sa juste responsabilité. C’est très important car c’est là le message de l’Évangile : Nous recevons des bénédictions provenant de l’Évangile, puis nous allons partager ces bénédictions avec les autres.

Mais nous sommes des gens très occupés. Cependant le Seigneur n’a pas dit : « Si cela ne vous dérange pas, pourriez-vous penser à prêcher l’Évangile ? » Il a dit : « Que chaque homme s’instruise de son devoir » (D&A 107:99) et « Voici… il convient que quiconque a été averti avertisse son prochain » (D&A 88:81).

Nous devons nous rappeler que Dieu est notre allié en la matière. Il nous aide. Il ouvrira le chemin car c’est lui qui a donné ce commandement 6.

Que c’est merveilleux, mes chers frères et sœurs qui êtes concitoyens du royaume de Dieu, de recevoir du Seigneur la tâche d’être messagers de sa parole auprès de nos frères et sœurs qui ne sont pas membres de l’Église ! Supposons un instant que les rôles soient inversés, que vous ne soyez pas membre de l’Église mais que votre voisin actuellement non-membre soit un saint des derniers jours. Voudriez-vous qu’il vous fasse connaître l’Évangile ? Vous réjouiriez-vous alors des nouvelles vérités que vous auriez apprises ? Votre amour et votre respect pour votre voisin qui vous a communiqué ces vérités n’augmenteraient-ils pas ? Bien entendu, la réponse à toutes ces questions serait : Oui 7 !

Je me demande, mes frères et sœurs, si nous faisons tout notre possible. Est-ce que nous faisons de l’autosatisfaction dans notre tâche d’enseigner l’Évangile aux autres ? Sommes-nous prêts à allonger la foulée ? À élargir notre perspective 8 ?

C’est dès maintenant que nous devons apporter l’Évangile à de plus en plus d’endroits et de gens. Nous devons penser à notre obligation de faire connaître le message plutôt qu’à notre commodité. Les appels du Seigneur sont rarement commodes. Le temps est venu où le sacrifice doit devenir un élément encore plus important dans l’Église. Nous devons devenir plus dévoués afin de pouvoir faire le travail que le Seigneur a prévu pour nous… Voici quelles furent les paroles d’adieu du Maître à ses apôtres juste avant son ascension : « Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création.

« Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné » (Marc 16:15-16).

Nous ne devons ni hésiter ni nous lasser de bien agir. Nous devons allonger la foulée. Il en va non seulement de notre bien-être éternel mais aussi du bien-être éternel d’un grand nombre de nos frères et sœurs qui actuellement ne sont pas membres de cette Église, qui est la vraie Église Mon cœur vibre à ces paroles de Joseph Smith, le prophète, dans une lettre qu’il a envoyée de Nauvoo à l’Église, le 6 septembre 1842 : « Ne persévèrerons-nous pas dans une si grande cause ? Allez de l’avant… Courage… et en avant, en avant, vers la victoire ! » (D&A 128:22) 9.

Par notre droiture, notre influence et nos efforts, nous pouvons aider les autres à recevoir l’Évangile rétabli.

Les efforts missionnaires des membres sont la clé de la croissance future de l’Église 10.

Je ressens que le Seigneur a placé, de manière très naturelle, dans le cercle de nos connaissances et de nos amis, de nombreuses personnes qui sont prêtes à entrer dans son Église. Nous vous demandons de trouver ces personnes en priant, puis de demander l’aide du Seigneur pour leur présenter l’Évangile 11.

Il nous faut bien comprendre que nous devons habituellement devenir les amis de nos voisins avant de pouvoir les avertir convenablement. Ils doivent ressentir que nous sommes vraiment leurs amis. Nous voulons que les membres persuadent leurs voisins, non qu’ils les réprimandent ou leur fassent peur 12.

L’Évangile est vrai. Quiconque cherche honnêtement peut savoir personnellement qu’il est vrai en l’étudiant, en en vivant les principes et en recherchant l’aide du Saint-Esprit. Mais il est bien plus facile de comprendre et d’accepter, si celui qui recherche la vérité peut aussi voir les principes de l’Évangile en action dans la vie d’autres croyants ! On ne peut mieux rendre service à l’œuvre missionnaire de l’Église qu’en donnant l’exemple des vertus chrétiennes dans sa vie 13.

Les membres fidèles, qui vivent l’Évangile par l’exemple aussi bien que par le précepte, sont la meilleure publicité pour l’Église 14.

Chaque membre devrait, par son exemple et son témoignage, montrer aux non-membres les joies que l’on reçoit en vivant et en comprenant l’Évangile et contribuer ainsi à les amener à accepter de recevoir un enseignement plus formel 15.

Le but véritable du prosélytisme efficace est que les membres trouvent les gens et que les missionnaires à plein temps les instruisent… Lorsque les membres trouvent les personnes, ils s’intéressent personnellement à leur intégration, moins d’amis de l’Église sont perdus avant le baptême et ceux qui sont baptisés ont tendance à rester pratiquants 16.

Notre but doit être de découvrir le plus vite possible quels sont ceux des enfants de notre Père qui sont spirituellement préparés pour aller jusqu’au baptême et entrer dans le royaume. Une des meilleures manières de le découvrir est de permettre à vos amis, vos parents, vos voisins et vos connaissances de rencontrer le plus tôt possible les missionnaires à plein temps 17.

Parfois, nous oublions qu’il vaut mieux risquer que notre relation avec un ami ait quelque difficulté plutôt que de le priver de la vie éternelle en gardant le silence 18.

N’attendez pas une longue intégration ni le moment précis et parfait. Ce que vous devez faire c’est trouver s’ils sont les élus. « Mes élus entendent ma voix et ne s’endurcissent pas le cœur » (D&A 29:7). S’ils entendent et ont le coeur ouvert à l’Évangile, ce sera immédiatement manifeste. S’ils ne veulent pas écouter et que leur coeur est endurci par le scepticisme ou des commentaires négatifs, ils ne sont pas prêts. Dans ce cas, continuez à les aimer et à leur offrir votre amitié, et attendez la prochaine occasion de voir s’ils sont prêts. Vous ne perdrez pas leur amitié. Ils continueront à vous respecter.

Bien entendu, il y a des moments décourageants, mais rien n’est jamais perdu. Personne ne perd jamais un ami simplement parce qu’il ne veut pas continuer à recevoir les missionnaires. Vous pouvez continuer à le fréquenter sans que son amitié ou vos relations privilégiées avec lui et sa famille ne soient menacées. Il faut parfois plus de temps à certains qu’à d’autres pour entrer dans l’Église. Vous devez continuer à fréquenter votre ami et essayer à nouveau, plus tard, de le convertir. Ne vous découragez pas à cause d’une absence temporaire de progrès. Des centaines d’histoires illustrent la valeur de la persévérance dans l’oeuvre missionnaire 19.

L’oeuvre missionnaire inclut l’intégration aimante et persistante des nouveaux convertis et des membres non pratiquants.

Quand nous baptisons quelqu’un, c’est un crime de le laisser glisser hors de l’Église et de l’Évangile à cause d’un manque d’intégration. L’intégration est une responsabilité importante. Nous devons être capable d’intégrer quiconque entre dans l’Église. C’est la raison pour laquelle nous voulons que les membres participent à l’oeuvre missionnaire autant qu’ils obtiennent l’aide des missionnaires. Nous voulons que les membres… le fassent parce qu’ils sont ceux qui restent auprès de la personne une fois qu’elle est baptisée. Ils peuvent intégrer les nouveaux membres ; ils peuvent les appeler et les emmener à la réunion de la prêtrise ; ils peuvent les encourager, les aider à faire leurs soirées familiales et ainsi de suite 20.

Nous ne pouvons trop insister sur la nécessité de participer à l’oeuvre missionnaire dans le cadre de la coordination de la prêtrise pour que les amis de l’Église soient intégrés et insérés dans les programmes de l’Église d’une telle manière qu’ils deviennent rapidement des membres pratiquants et fidèles. C’est donc une nouvelle manière de permettre à tous les membres de l’Église d’être activement et constamment engagés dans le service missionnaire en intégrant, en se liant d’amitié et en encourageant les nouveaux membres de l’Église 21.

Il est impérieux que les convertis baptisés se voient immédiatement désigner des instructeurs au foyer qui les intégreront de manière très personnelle et avec sollicitude. Ces instructeurs au foyer, travaillant avec leurs officiers de la prêtrise, doivent veiller à ce que chaque converti adulte reçoive une tâche exigeante ainsi qu’une occasion et un encouragement à augmenter sa connaissance de l’Évangile. On devra l’aider à établir des relations amicales avec les membres de l’Église afin qu’il ne se sente pas seul au moment où il commence sa vie de saint des derniers jours pratiquant 22.

C’est une inspiration et une joie que de voir… les membres embrasser et aider les gens qui entrent quotidiennement dans le royaume de notre Seigneur, et prier pour eux. Continuez à vous tendre mutuellement la main, ainsi qu’aux nombreuses autres personnes qui entreront dans l’Église. Accueillez-les, aimez-les et intégrez-les 23.

En tant que frères et sœurs, nous avons la responsabilité d’aider ceux qui ont pu se perdre, à retrouver leur chemin, et d’aider ceux qui ont perdu ce qui est précieux à retrouver leur trésor. Les Écritures nous enseignent clairement que chaque membre se trouve dans l’obligation de fortifier les autres membres.

Avec amour mais avec insistance, le Sauveur a mis l’accent sur ce point en disant à Pierre: « Quand tu seras converti, affermis tes frères » (Luc 22:32). Je dis la même chose à chacun de vous : quand vous serez convertis, affermissez vos frères et sœurs. Tant de gens sont spirituellement affamés, parfois sans connaître la cause de leur faim. Il y a des vérités et des principes spirituels qui peuvent être un fondement ferme pour leur vie, une source de sécurité pour leur âme, et leur apporter la paix du cœur et de l’esprit, si seulement nous voulons bien prier pour eux et nous soucier activement d’eux…

Quelqu’un pourra dire : « Eh bien, nous connaissons un homme ou une femme que rien ne touche. » Bien sûr qu’ils peuvent être touchés. Ils peuvent toujours recevoir des bénédictions et être aidés ! Les Écritures font cette promesse : « La charité ne périt jamais » (1 Corinthiens 13:8). Jamais ! La charité, quand elle est mise suffisamment longtemps en application, ne manque jamais de faire des miracles soit chez un individu, soit en nous, soit chez les deux ou chez l’entourage de cette personne.

… Je crois que tout le monde peut être converti, ou ramené à l’Église, dirais-je, si la bonne personne entreprend la bonne approche, au bon moment, de la bonne façon, dans l’esprit qui convient. Je sais que les bénédictions de notre Père céleste accompagneront nos efforts si nous nous préparons, si nous vivons avec bonheur selon les principes de l’Évangile et si nous demandons l’aide de notre Père céleste…

Que les instructeurs au foyer des collèges de la prêtrise, les instructrices visiteuses de la Société de Secours, les maris et les femmes, les parents et les enfants et les membres du monde entier qui aiment le Seigneur et désirent faire sa volonté, tendent la main et accomplissent avec amour et inspiration l’œuvre juste nécessaire, en aidant les personnes qui sont dans le besoin. Des élans temporaires d’intérêt et d’enthousiasme n’atteindront pas les résultats désirés. Mais ces résultats seront atteints plus souvent qu’aucun de nous ne l’imagine, si nous redoublons d’efforts avec l’aide de la prière. Non seulement les bénédictions spéciales du Seigneur nous seront accordées, à nous et à d’autres, mais nous nous rapprocherons du Seigneur et nous ressentirons la présence de son amour et de son Esprit 24.

Les parents doivent aider leurs enfants à se préparer au service missionnaire à plein temps.

Nous avons besoin que les jeunes gens de l’Église en âge de remplir une mission se manifestent en plus grand nombre qu’ils ne le font actuellement de manière à assumer cette responsabilité qui est la leur, cet honneur et cette bénédiction d’être les serviteurs du Seigneur dans la cause missionnaire. Comme nous en serions affermis, nous comme eux, si tous les jeunes gens se préparaient à accomplir l’œuvre du Seigneur 25 !

Lorsque je demande des missionnaires, je ne demande pas des missionnaires sans témoignage ou des missionnaires qui ne sont pas dignes. Je demande que nous commencions plus tôt et que nous formions mieux nos missionnaires dans toutes les branches et toutes les paroisses du monde. C’est là un autre défi : que les jeunes comprennent que c’est un grand privilège d’aller en mission et qu’ils doivent être physiquement en bonne santé, mentalement en bonne santé, spirituellement en bonne santé et que « le Seigneur ne peut considérer le péché avec la moindre indulgence » [Alma 45:16].

Je demande des missionnaires qui ont été soigneusement instruits dans la doctrine et formés par la famille et les organisations de l’Église et qui arrivent en mission animés d’un grand désir de servir. Je demande… que nous formions beaucoup mieux, beaucoup plus tôt, et beaucoup plus longtemps les futurs missionnaires pour que chacun attende sa mission avec une grande joie 26.

Nous devons voir plus grand. Nous devons mieux préparer nos missionnaires, non seulement en ce qui concerne la langue mais en ce qui concerne les Écritures et par-dessus tout veiller à ce qu’ils acquièrent un témoignage et un feu intérieur qui donnent de la force à leurs paroles 27.

Envoyez vos fils en mission. Dès leur naissance, quand vous les prenez dans vos bras, vous commencez à les instruire. Ils entendent vos prières soir et matin. Ils vous entendent prier pour que le Seigneur aide à ouvrir les portes de toutes les nations. Ils entendent parler de l’oeuvre missionnaire. Ils vous entendent prier pour votre évêque et votre président de mission ainsi que pour tous les autres frères et soeurs qui vous servent, et tout cela s’imprègne progressivement dans leur esprit 28.

Presque chaque fois que je vois un petit garçon, je lui demande : « Tu vas devenir un grand missionnaire, n’est-ce pas ? » Vous plantez une graine dans son esprit. C’est exactement comme pour les plantes. Cela ne cesse de grandir et si le père et la mère parlent à leurs petits garçons… d’aller en mission, dès leur plus jeune âge, cette petite graine ne cessera de pousser 29.

Il est bon que les parents préparent leurs fils à épargner de l’argent tôt dans la vie. Inculquez-leur l’esprit d’économie. Qu’ils pensent aussi à étudier l’Évangile et à prier à son sujet, à voir par eux-mêmes comment l’Évangile opère dans leur propre vie et dans celle des gens qui les entourent. Qu’ils aient l’esprit de service tout au long de leur jeunesse et qu’ils aient l’expérience d’aider les autres à discuter des joies du message de l’Évangile dans leur vie. Qu’ils utilisent leurs classes et leurs expériences du séminaire et de l’institut comme formation pour acquérir une connaissance spirituelle d’une grande valeur pour eux-mêmes et pour les autres. Qu’ils se préparent en restant purs et dignes et en souhaitant de tout leur cœur aider le Seigneur à apporter l’Évangile aux gens qui sont prêts à le recevoir 30.

J’espère que chaque famille tiendra la soirée familiale tous les lundis sans exception. L’oeuvre missionnaire sera l’un des points importants qui y seront abordés ; le père, la mère et les enfants, à tour de rôle prieront pour cet élément très important : que les portes des nations nous soient ouvertes et qu’ensuite les missionnaires, les jeunes gens et les jeunes filles de l’Église, aient le désir de faire une mission et d’amener des personnes dans l’Église 31.

L’Église a besoin de couples missionnaires.

Si leur santé et leur situation le permettent, les parents peuvent envisager le jour où, eux aussi, pourront faire une mission 32.

Nous l’avons passablement oublié, nous les personnes âgées, qui sommes en retraite et qui avons trouvé un endroit où il est facile d’aller avec notre équipement de camping et nos autres commodités. Nous avons trouvé une manière facile de satisfaire nos pensées et notre conscience qui nous disent que le travail doit continuer. Nous nous disons : nous enverrons nos garçons.

Nous avons tous cette responsabilité. Nous ne sommes pas tous en mesure de l’accomplir, mais beaucoup d’entre nous le sont 33.

Nous pourrions employer des centaines de couples âgés, comme certains d’entre vous, qui ont élevé leurs enfants, qui sont à la retraite et qui peuvent partir enseigner l’Évangile. Nous pourrions employer des centaines de couples. Allez parler à votre évêque, c’est tout ce que vous devez faire. Dites-lui : « Nous sommes prêts à partir, si nous pouvons vous être utiles. » Je pense que vous recevrez probablement un appel 34.

C’est l’œuvre du Seigneur. Nous sommes à son service. Il nous a donné un commandement précis et pourtant beaucoup de peuples ne nous connaissent pas. Il est temps de nous ceindre les reins et d’avancer avec un dévouement accru pour cette grande œuvre. Nous avons tous fait alliance de le faire. Puissions-nous dire, comme cet adolescent, que ses parents anxieux ont trouvé dans le temple, assis au milieu des docteurs de la loi : « Il faut que je m’occupe des affaires de mon Père » [Luc 2:49] 35.

Conseils pour l’étude et la discussion

Réfléchissez à ces idées pendant votre étude du chapitre ou pour vous préparer à enseigner. Vous trouverez des aides supplémentaires aux pages v-ix.

  • En quoi l’œuvre missionnaire est-elle « une aventure spirituelle» ? (page 259). En faisant connaître l’Évangile, quelles expériences « passionnantes et enrichissantes » pouvons-nous avoir ? (Consultez comme exemple, l’histoire de la page 258)

  • Relisez les pages 259-260, pour trouver les bénédictions que nous recevons quand nous faisons connaître l’Évangile. Quand avez-vous reçu certaines de ces bénédictions ?

  • Lisez le quatrième paragraphe entier de la page 261. Selon vous, que veut dire « allonger la foulée » et « élargir notre perspective » ? Comment pouvons-nous suivre ce conseil dans le domaine de l’oeuvre missionnaire ?

  • Relisez la section commençant à la page 262. Pensez au conseil qui est donné concernant le fait de faire connaître l’Évangile aux membres de notre famille et nos amis ou bien discutez-en. Par exemple : (a) Que pouvons-nous faire pour « devenir les amis de nos voisins » ? (b) de quelle façon pouvons-nous être une « publicité » pour l’Église ? (c) Quels inconvénients peut-il y avoir à attendre « le moment précis et parfait » pour faire connaître l’Évangile ? (d) Comment devons-nous répondre si les membres de notre famille et nos amis n’acceptent pas notre invitation d’entendre parler de l’Évangile ?

  • Quels sont certains des besoins des nouveaux membres ? des membres non pratiquants ? Que pouvons-nous faire pour les aider ? (Voir pages 264-266.)

  • Quelles qualités les dirigeants de l’Église cherchent-ils chez les missionnaires à plein temps ? (Consultez les exemples des pages 266-268.) Que peuvent faire les parents et d’autres personnes pour aider les enfants à acquérir ces qualités ? De quelles façons les parents et les enfants peuvent-ils suivre la recommandation du président Kimball d’économiser de l’argent pour la mission ?

  • Le président Kimball a exhorté les couples plus âgés à aller en mission (pages 268-269). Quelles options ou possibilités l’Église donne-t-elle aux couples missionnaires ? Que peuvent faire les couples pour se préparer à servir ? De quelle façon participez-vous à l’oeuvre missionnaire à cette époque-ci de votre vie ?

Écritures en rapport avec le sujet : Mosiah 3:20 ; Alma 26:1-16 : Hélaman 6:3 ; Moroni 6:3-4 ; D&A 84:88