3. L’expiation de Jésus-Christ
précédent suivant

3. L’expiation de Jésus-Christ, Maîtrise de la doctrine, document de référence, 2018

3. L’expiation de Jésus-Christ

3.1. Dans le conseil prémortel, Jésus-Christ a été préordonné pour être notre Sauveur et notre Rédempteur. Il est venu sur terre et a accepté de souffrir et de mourir pour racheter toute l’humanité des effets négatifs de la Chute et pour payer le prix de nos péchés. La victoire de Jésus-Christ sur la mort physique et la mort spirituelle par ses souffrances, sa mort et sa résurrection s’appelle l’Expiation. Son sacrifice profite à tous et montre la valeur infinie de chaque enfant de notre Père céleste (voir D&A 18:10-11).

3.2. Ce n’est que par Jésus-Christ que nous pouvons être sauvés, parce qu’il était le seul capable d’accomplir une expiation infinie et éternelle pour toute l’humanité (voir Alma 34:9-10). Il était le seul à avoir le pouvoir de vaincre la mort physique. De sa mère mortelle, Marie, il a hérité la capacité de mourir. De Dieu, son Père immortel, il a hérité le pouvoir de vivre pour toujours ou de donner sa vie et de la reprendre. Il était le seul à pouvoir nous racheter de nos péchés. Comme sa vie était parfaite et sans péché, il n’avait aucune dette envers la justice et pouvait payer la dette des personnes qui se repentent.

3.3. L’expiation de Jésus-Christ comprend ses souffrances pour les péchés de l’humanité dans le jardin de Gethsémané, l’effusion de son sang, ses souffrances et sa mort sur la croix et sa résurrection. Il a été la première personne à ressusciter. Il s’est levé du tombeau avec un corps de chair et d’os, immortel et glorifié (voir Luc 24:36-39). Grâce à son expiation, tout le monde ressuscitera avec un corps parfait et immortel et sera ramené en présence de Dieu pour être jugé. Le sacrifice expiatoire de Jésus-Christ est le seul moyen qui nous est donné d’être purifiés et pardonnés de nos péchés afin de pouvoir demeurer éternellement en présence de Dieu (voir Ésaïe 1:18 ; D&A 19:16-19).

3.4. Dans le cadre de son expiation, Jésus-Christ n’a pas seulement souffert pour nos péchés, il a aussi pris sur lui les souffrances, les tentations, les maladies et les infirmités de tout le genre humain (voir Ésaïe 53:3-5 ; Alma 7:11-13). Il comprend nos souffrances parce qu’il les a vécues. Lorsque nous allons à lui avec foi, le Sauveur nous donne la force de porter nos fardeaux et d’accomplir les tâches que nous ne pourrions pas accomplir seuls (voir Matthieu 11:28-30 ; Éther 12:27).

3.5. En payant le prix de nos péchés, Jésus-Christ n’a pas éliminé notre responsabilité personnelle. Afin d’accepter son sacrifice, d’être purifiés de nos péchés et d’hériter la vie éternelle, nous devons avoir foi en lui, nous repentir, être baptisés, recevoir le Saint-Esprit et persévérer fidèlement jusqu’à la fin de notre vie.

Écritures apparentées : Jean 3:5 ; 1 Corinthiens 15:20-22 ; Mosiah 3:19 ; 3 Néphi 11:10-11 ; 3 Néphi 27:20 ; D&A 76:22-24

Sujets apparentés : La Divinité : Jésus-Christ ; Le plan du salut : la Chute ; Les ordonnances et les alliances

La foi en Jésus-Christ

3.6. Le premier principe de l’Évangile est la foi au Seigneur Jésus-Christ. Notre foi ne peut conduire au salut que si elle est centrée sur Jésus-Christ (voir Hélaman 5:12).

3.7. Quand nous avons foi en Jésus-Christ, nous croyons fermement qu’il est le Fils unique de Dieu et le Sauveur du monde. Nous reconnaissons que le seul moyen de retourner vivre avec notre Père céleste est de se reposer sur l’expiation infinie de son Fils, d’avoir confiance en Jésus-Christ et de respecter ses enseignements. Plus qu’une croyance passive, la véritable foi en Jésus-Christ conduit à l’action et s’exprime par la façon dont nous vivons (voir Jacques 2:17-18). Notre foi peut grandir lorsque nous prions, étudions les Écritures et obéissons aux commandements de Dieu.

Écritures apparentées : Proverbes 3:5-6 ; Éther 12:6 ; D&A 6:36

Sujet apparenté : Acquérir la connaissance spirituelle

Le repentir

3.8. La foi en Jésus-Christ et notre amour pour lui et pour notre Père céleste nous conduisent à nous repentir. Le repentir fait partie du plan de notre Père céleste pour tous ses enfants, qui sont responsables de leurs choix. Ce don est rendu possible grâce à l’expiation de Jésus-Christ. Le repentir est un changement d’esprit et de cœur. Il consiste à se détourner du péché et à tourner nos pensées, nos actions et nos désirs vers Dieu et à mettre notre volonté en accord avec la sienne (voir Mosiah 3:19).

3.9. Le repentir consiste aussi à reconnaître nos péchés, à éprouver du remords (ou de la tristesse selon Dieu) pour les péchés commis, à nous confesser à notre Père céleste et à d’autres personnes si nécessaire, à abandonner le péché, à nous efforcer de réparer autant que possible tous les préjudices causés par nos péchés et à mener une vie d’obéissance aux commandements de Dieu (voir D&A 58:42-43). Le Seigneur promet de nous pardonner nos péchés lors du baptême et nous renouvelons cette alliance chaque fois que nous prenons sincèrement la Sainte-Cène dans le but de nous souvenir du Sauveur et de respecter ses commandements.

3.10. Par le repentir sincère et la grâce que l’expiation de Jésus-Christ nous offre, nous pouvons recevoir le pardon de Dieu et nous sentir en paix. Nous ressentons davantage l’influence de l’Esprit et nous sommes mieux préparés à vivre éternellement avec notre Père céleste et son Fils.

Écritures apparentées : Ésaïe 1:18 ; Jean 14:15 ; 3 Néphi 27:20 ; D&A 19:16-19

Sujet apparenté : Les ordonnances et les alliances