Menu Jeunes

    Ton guide de survie en neuf points pour les temps difficiles

    David Dickson Church Magazines

    Accroche-toi ! Des jours meilleurs sont à venir.

    Déchirer accidentellement ta chemise toute neuve ou perdre ton devoir de maths est une chose. Perdre un être cher en est une toute autre. Nous savons qu’il y a toutes sortes d'épreuves et qu’elles varient en durée et en degré de difficulté. Certaines sont faciles à surmonter. D’autres, pas autant.

    Voici quelques conseils pour les moments où une épreuve te semble trop difficile à supporter.

    Garçon en prière

    1. N’oublie-pas de prier

    « Et quand arriva l’épreuve, frère, as-tu prié ? » (« La prière est comme un phare » Cantiques, n° 75).
    Notre Père céleste sait quand les choses deviennent difficiles pour toi. Chose plus importante encore, il sait comment t’aider à les traverser.
    Il est prêt à écouter, n’importe quand, n’importe où (voir Alma 34:19-27).

    Fille portant des écouteurs

    2. Sois positif, littéralement

    Tu as probablement entendu un million de fois : « sois optimiste » ou « reste positif ». Mais parfois, c’est plus facile à dire qu’à faire. Voici une autre façon d’envisager le fait d’être positif.

    Dans un bâtiment, on maintient souvent une « pression positive » dans certaines pièces. Cela signifie que de l’air est injecté dans la pièce afin que les ouvertures (comme les portes et les fenêtres) ne puissent pas y laisser entrer d‘air. Pourquoi ? Eh bien, par exemple, dans un hôpital, certains patients peuvent être mis dans une pièce à pression positive, ainsi il est plus difficile pour les bactéries présentes dans l’air ou pour des produits chimiques dangereux d’y pénétrer.

    Tu peux être comme cette pièce. Si tu verses constamment de bonnes choses dans ton esprit, ton cœur et ton âme—des choses comme l’étude des Écritures, de la musique édifiante ou les paroles des prophètes—tu en es tellement imprégné qu’il est bien plus difficile aux pensées négatives ou aux situations difficiles de t’affecter. Les jours où sourire t’es trop difficile, essaie de consacrer dix minutes de plus aux Écritures. Continue de créer cette pression positive.

    Mains formant des cœurs en joignant les doigts

    3. Change ce que tu peux changer, ne te soucie pas du reste

    Des millions de personnes de différentes religions et de différents milieux ont trouvé du réconfort dans la prière suivante, souvent appelée la Prière de la sérénité : « Dieu, accorde-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux pas changer, le courage de changer celles que je peux et la sagesse de différencier les unes des autres » (adapté d’une prière de Reinhold Niebuhr ; voir The Essential Reinhold Niebuhr : Selected Essays and Addresses, 1987, p. 251).

    Si une chose vraiment difficile se produit, par exemple si l’un de tes plus proches amis se retourne contre toi, il peut s’avérer impossible de changer ses sentiments envers toi maintenant et peut-être que ça ne se fera jamais. Mais tu peux changer d’autres choses. Tu peux, par exemple, modifier ta façon de voir ou de traiter cet ami, chercher à trouver un nouveau cercle d’amis ou décider de passer plus de temps en famille. (Consulte l’article « Comment puis-je me faire de bons amis ? J’essaie d’être gentil mais ils m’évitent ! »)

    Garçon assis près d’un pont

    4. Examine ta vie

    En ce qui concerne changer ce que nous pouvons changer, les premières choses à examiner sont tes choix. Si tu enfreins les commandements, des épreuves peuvent s’ensuivre.

    Richard G. Scott a enseigné : « Toute votre vie vous avez vu les conséquences terribles des choix malavisés de personnes qui gâchent leur vie et font souvent du mal aux autres. […] Quand on jette sur eux un regard honnête, on s’aperçoit que ce ne sont que des violations des commandements de Dieu entraînant les conséquences tragiques dont il nous a prévenus qu’elles suivraient les transgressions graves » (« Le pouvoir de la justice », conférence générale d’octobre 1998). Souviens-toi : avec l’aide de Jésus-Christ, tu peux te repentir et changer. (Consulte l’article « Comment changer ».)

    Garde cependant ceci à l’esprit. Le fait de traverser une épreuve ne signifie pas nécessairement que tu as fait quelque chose de mal. Le plus souvent, ce n’est pas le cas. Jörg Klebingat, des soixante-dix, a enseigné : « Certaines épreuves résultent de votre désobéissance ou de votre négligence. D’autres résultent de la négligence d’autres personnes ou sont dues au fait que ce monde est déchu. Quand ces épreuves surviennent, les sbires de l’adversaire commencent à diffuser le message que vous avez fait quelque chose de mal, que c’est un châtiment, un signe que votre Père céleste ne vous aime pas. Ignorez ce message ! » (« S’approcher du trône de Dieu avec confiance », conférence générale d’octobre 2014).

    Oui, ignore ces messages. Mets les choses en ordre là où c’est nécessaire mais ne laisse pas l’adversaire transformer une épreuve en sentiment de culpabilité lorsque tu n’as rien fait de mal. Tu as déjà suffisamment à gérer.

    Saladier de légumes

    5. Prends soin de ton temple

    Dans les moments difficiles, cela aide énormément de prendre soin de son corps, comme dormir suffisamment, manger des aliments sains et faire régulièrement de l’exercice. Par exemple, il est beaucoup plus facile de te concentrer à l’école après une bonne nuit de sommeil que lorsque tu t’es couché tard. Si c’est déjà vrai dans les moments où tout va bien, il est d’autant plus important (et même crucial) de prendre soin de toi quand tu gères quelque chose de difficile. Fais tout ce qui est dans ton intérêt et pas ce qui te désavantage pendant que tu traverses cette épreuve.

    Russell M. Nelson, président du Collège des douze apôtres, a enseigné : « L’esprit et le corps, une fois réunis, deviennent une âme vivante de valeur divine. En effet, nous sommes enfants de Dieu—physiquement et spirituellement » (« Nous sommes enfants de Dieu », conférence générale d’octobre 1998).

    Fille tirant à l’arc

    6. Trouve des moyens de déstresser

    Dans la discipline du tir à l’arc, un arc toujours tendu finit par perdre de son élasticité. La puissance d’un arc repose sur sa capacité à reprendre rapidement sa forme initiale après avoir été bandé. Mais s’il est toujours bandé et tendu, cette puissance diminue et peut même disparaître.

    De même, il n’est pas sain pour nous d’être constamment stressés. Nous devons trouver des moyens de nous débarrasser des mauvais sentiments, particulièrement dans les moments difficiles. (Consulte l’article « 5 moyens d’apaiser l’anxiété ».)

    Trouve quelques activités qui t’aident à décompresser puis prévois de les faire régulièrement. Par exemple, dans la plupart des cas, le fait d’aller te promener ou courir quand tes émotions sont trop fortes est un bon moyen de te remettre les idées en place. Essaye de faire des puzzles. Apprends peut-être à jouer d’un instrument. Ou note toutes tes idées sur une feuille de papier puis déchire-la en mille morceaux. Quel que soit ce qui marche pour toi, efforce-toi de trouver de bons moyens de te débarrasser des émotions indésirables afin de faire de la place à celles qui sont meilleures. (Consulte l’article « Soyez forts, soyez en bonne santé, soyez intelligents ».)

    Personnes enlacées

    7. Ne reste pas seul, reste fort avec d’autres

    Les Écritures nous enseignent de prendre sur nous le joug du Christ (voir Matthieu 11:29) ou, en d’autres termes, de laisser le Christ nous fortifier et prendre une partie de nos fardeaux.

    Il en va de même pour les personnes qui t’aiment et s’occupent de toi. Laisse les personnes qui veulent t’aider le faire. Et fais la même chose pour elles. Nous sommes plus forts quand sommes unis.

    Jeunes filles regardant une tablette

    8. Rends service à quelqu’un d’autre

    De prime abord, ça n’a pas l’air logique mais quand on traverse péniblement des moments difficiles, l’un des meilleurs moyens de se remonter le moral consiste à aider quelqu’un. Tu n’as même pas besoin de faire quelque chose d’énorme ou d’impressionnant. L’un de nos cantiques le dit magnifiquement : « Une action sincère peut réconforter ; dans toute misère, un rien peut aider. »

    9. Cherche la leçon à apprendre

    Lorsque la vie devient vraiment dure, ce n’est pas toujours facile de voir le bon côté des choses. En particulier, sur le moment. Pourtant, quand tu cherches attentivement, il y a toujours quelque chose à retirer de chaque épreuve ; ne serait-ce que le fait de développer l’empathie qui te permettra d’aider les autres à traverser des épreuves similaires dans le futur.

    Un garçon marchant sur une plage

    Dans 2 Néphi 2:2, Léhi enseigne à son fils Jacob : « Tu connais la grandeur de Dieu, et il consacrera tes afflictions à ton avantage. »

    Tu ne traverses pas ces épreuves pour rien ! L’épreuve qui est si douloureuse en ce moment te donnera sans doute la force et la sagesse dont tu auras besoin pour faire quelque choses d’incroyablement important dans le futur. Quelque chose, en fait, que tu aurais été totalement incapable de faire si tu n’avais pas vécu l’épreuve que tu connais actuellement.

    Souviens-toi que Dieu est avec toi à chacun de tes pas. Alors, continue d’avancer. Tu t’en sortiras grâce à lui.

    Raconte ton expérience

    Quelles leçons as-tu apprises dans les moments difficiles ? Raconte ton expérience ci-dessous.

    Erreur lors de l’envoi du formulaire. Veillez à ce que tous les champs soient remplis correctement et réessayez.

     
    1000 caractères restants

    Raconte ton expérience

    ou Annuler