Le Liahona
Maris, aimez vos femmes


MESSAGE DE LA PRÉSIDENCE D’INTERRÉGION

Maris, aimez vos femmes

En 1995, la Première Présidence et le Conseil des douze apôtres ont publié « La famille – Une proclamation au monde ». Le paragraphe introductif de ce document inspiré déclare :

« Nous, la Première Présidence et le Conseil des douze apôtres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, déclarons solennellement que le mariage de l’homme et de la femme est ordonné de Dieu et que la famille est au cœur du plan du Créateur pour la destinée éternelle de ses enfants. »1

L’ennemi, connaissant l’importance de la famille dans le plan de Dieu, attaque sans relâche à la fois l’institution et la nature sacrée de la famille. Il sait qu’il ne connaîtra jamais l’amour d’une femme ou la joie d’avoir et d’élever des enfants. Il lui est interdit à jamais de donner ou de recevoir des mots d’amour, et il ne saura jamais ce que c’est que d’être appelé « papa ». Dans sa déception et sa colère éternelles, il cherche donc à empêcher ou à détruire les mariages, en particulier ceux célébrés dans les maisons sacrées du Seigneur.

En revanche, le Seigneur et ses prophètes ont toujours accordé la plus haute estime au caractère sacré du mariage, le partenariat partagé entre mari et femme. Alors que les enseignements du Seigneur sur le mariage ont été constants et clairs, le monde offre des approches alternatives et des nuances culturelles qui peuvent nuire à la norme divine. Dans les cultures matriarcales, les femmes dominent la vie familiale tandis que les hommes dominent dans les cultures patriarcales. Dans la maison du Seigneur, dans les foyers des saints des derniers jours justes et convertis, les maris et les femmes forment un partenariat égal, bien que leurs rôles spécifiques puissent différer.

« Le mari et la femme ont la responsabilité solennelle de se chérir et d’aimer et de chérir leurs enfants. […]

« on a le plus de chance d’atteindre le bonheur en famille lorsque celle-ci est fondé sur les enseignements du Seigneur Jésus-Christ. La réussite conjugale et familiale repose, dès le départ et constamment sur les principes de la foi, la prière, le repentir, le pardon, le respect, l’amour, la compassion, le travail et les divertissements sains. Par décret divin, le père doit présider sa famille dans l’amour et la droiture et a la responsabilité de pourvoir aux besoins vitaux et à la protection de sa famille. La mère a pour première responsabilité d’élever ses enfants. Dans ces responsabilités sacrées, le père et la mère ont l’obligation de s’entraider en tant que partenaires égaux »2 (c’est nous qui soulignons).

Indépendamment de leurs propres cultures ou de l’exemple donné par leurs propres parents ou grands-parents, les maris justes ne doivent jamais mal interpréter ce que signifie présider leur famille. Ceux qui manquent de compréhension doctrinale utilisent l’exhortation de Paul aux femmes de « se soumettre à leurs maris » ou la déclaration que « le mari est le chef de la femme » pour suggérer que c’est le droit inhérent d’un homme de régner sur une femme soumise.

Une lecture attentive de ces versets suggère le contraire : « Car le mari est la tête de la femme, tout comme le Christ est le chef de l’église […]

« Maris, aimez vos femmes, tout comme le Christ a aimé l’Église et s’est donné pour elle. »3

Les attentes du Seigneur à l’égard de ses fils, en particulier de ceux qui détiennent la prêtrise, sont claires : nous devons nous efforcer d’aimer nos femmes de la même manière que le Christ aime l’Église. Et tout comme le Christ s’est donné pour nous, nous, maris, devons nous donner au service de nos femmes.

En 2006, en tant que membre du Collège des douze apôtres, Russell M. Nelson a enseigné :

« Le mariage apporte de plus grandes possibilités de bonheur que toute autre relation humaine. Pourtant, certains couples mariés n’atteignent pas leur plein potentiel. Ils laissent leur romance perdre son éclat, se prennent pour acquis, permettent à d’autres intérêts ou à des nuages de négligence d’obscurcir la vision de ce que leur mariage pourrait vraiment être. Les mariages seraient plus heureux s’ils étaient nourris plus soigneusement […]

« Lorsque vous, en tant que mari et femme, reconnaîtrez le dessein divin dans votre union – lorsque vous sentirez profondément que Dieu vous a amenés l’un à l’autre – votre vision sera élargie et votre compréhension améliorée. »4

Frères et sœurs, il n’y a pas de mariages parfaits. Construire et maintenir des mariages forts demande des efforts quotidiens. C’est un travail difficile. Et oui, « on a le plus de chance d’atteindre le bonheur en famille lorsque celle-ci est fondé sur les enseignements du Seigneur Jésus-Christ. » C’est le travail le plus important que nous puissions faire en ce qui concerne notre exaltation individuelle et conjugale. C’est peut-être la raison pour laquelle Harold B. Lee a dit que « l’œuvre la plus importante du Seigneur que vous et moi ferons jamais sera à l’intérieur des murs de nos propres maisons ».5 Et David O. McKay a déclaré : « Aucun autre succès ne peut compenser l’échec à la maison. »6

Je vous invite, individuellement et en couple, mais aussi vous tous qui êtes encore célibataires, à étudier et à méditer sur les doctrines qui sous-tendent les mariages éternels et à faire les ajustements nécessaires pour vous rapprocher de la norme divine du Seigneur. Les mariages éternels sont bâtis sur terre chaque heure et chaque jour alors que les deux partenaires choisissent de suivre le chemin de des alliances. En plus des Écritures et des paroles des prophètes et apôtres vivants, je vous encourage à étudier les documents concernant le mariage éternel qui se trouvent dans la bibliothèque de l’Évangile : Bibliothèque de l’Évangile – Livres et leçons – Ressources familiales.

Un mot de conclusion pour vous, maris, d’un mari à l’autre :

C’est parfaitement normal que vous balayiez et nettoyiez la maison. Vous êtes un homme bon si vous aidez à faire la lessive ou à faire des emplettes. Aider dans la cuisine et nettoyer après un repas est la façon dont vous montrez au Seigneur et à votre conjointe que vous comprenez la vraie doctrine. Dire fréquemment « merci » et « je t’aime » à votre femme et à vos enfants vous qualifie pour être affectueusement appelé « mari » et « père ». Passer du temps de qualité avec votre conjointe et vos enfants peut vous aider à devenir un saint. Participer à la création d’une progéniture vous accorde le privilège et le devoir d’apporter votre soutien aux conséquences, y compris le changement de couches !

Frères, laissez Dieu prévaloir dans votre vie. Soyez le genre de mari qui peut un jour se tenir devant le Seigneur et déclarer avec confiance : « J’ai fait de mon mieux pour aimer, chérir et respecter ta fille que tu m’as donnée. »

Références

  1. « La famille – Une proclamation au monde », ChurchofJesusChrist.org.

  2. « La famille – Une proclamation au monde », ChurchofJesusChrist.org.

  3. Voir Éphésiens 5:22-23.

  4. Russell M. Nelson, « Nourrir le mariage », Le Liahona, mai 2006, 36, 38.

  5. Enseignements des présidents de l’Église : Harold B. Lee [2000], 134.

  6. Enseignements des présidents de l’Église : David O. McKay [2003], 154.