Le rôle essentiel des membres dans l’œuvre missionnaire
    Notes de bas de page

    Le rôle essentiel des membres dans l’œuvre missionnaire

    Nous devons nous préparer à aider les missionnaires à trouver les enfants de notre Père céleste qui accepteront le message du Rétablissement.

    Mes frères et sœurs, à Pâques, le monde chrétien met l’accent sur la résurrection de notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ, et s’en réjouit. Cet événement a tout changé à jamais. Le Sauveur a brisé la barrière qui nous empêchait de retourner en présence de notre Père céleste aimant. En retour, il nous demande : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (Matthieu 28:19-20).

    Une version plus personnalisée de ce même message figure dans l’évangile de Jean. Sur la rive de la mer de Galilée, Jésus demanda trois fois à Pierre : « M’aimes-tu ? » À chaque fois, Pierre fit la même réponse : « Tu sais que je t’aime. » Et à chaque fois, le Seigneur donna l’instruction suivante à Pierre : « Pais mes agneaux… Pais mes brebis… Pais mes brebis » (Jean 21:15-17).

    L’injonction insistante du Sauveur de « paître ses brebis » est toujours en vigueur de nos jours. Comme Pierre et ses frères autrefois, les apôtres du Sauveur Jésus-Christ ont aujourd’hui le devoir d’apporter l’Évangile au monde entier. Il est rare que nous n’ayons pas ce devoir à l’esprit. Chaque Autorité générale a la responsabilité d’être missionnaire.

    Mais le Sauveur ne s’adressait pas uniquement aux apôtres. Il s’adressait également à chaque personne qui a la bénédiction d’avoir entendu l’Évangile et qui est membre de son Église. Dans une révélation adressée à Joseph Smith, le prophète, le Seigneur a dit cela très simplement : « Il convient que quiconque a été averti avertisse son prochain » (D&A 88:81).

    Pendant la dernière conférence générale, nous avons exhorté nos jeunes gens à mieux se préparer à servir le Seigneur Jésus-Christ. Nous leur avons demandé d’être des missionnaires dignes, qualifiés et spirituellement énergiques. Étant donné le déséquilibre du monde actuel, ils doivent être « la plus grande génération de missionnaires de l’Église » (voir M. Russell Ballard, « La plus grande génération de missionnaires », Le Liahona, novembre 2002, p. 46). Nous n’attendons pas d’eux qu’ils soient parfaits, mais ils doivent vouloir servir et s’engager à le faire pour pouvoir atteindre des niveaux supérieurs de spiritualité dans leur appel d’instructeurs de l’Évangile. Ils doivent connaître et enseigner le message du rétablissement de l’Évangile de Jésus-Christ en leurs propres termes sous l’influence directrice du Saint-Esprit.

    Dans toute l’Église, nous nous efforçons réellement d’aider tous nos missionnaires à être plus dignes et plus mûrs spirituellement. On a dit de cet effort mondial qu’il consistait à relever la barre ou à relever les normes. Nous vous remercions, parents, évêques et présidents de pieu, de votre soutien dans cet effort. Nous remercions également les jeunes fidèles de l’Église de leur volonté d’être à la hauteur de la norme du Seigneur. Puisse notre Père céleste vous bénir tandis que vous vous préparez à le servir dans ce monde troublé.

    Mais en élevant le niveau qui est attendu de nos missionnaires dans leur ministère, nous devons aussi élever le niveau qui est attendu de tous les membres dans l’accomplissement de leurs devoirs missionnaires. Nous avons besoin de votre aide, chers frères et sœurs, pour soutenir et aider nos missionnaires à trouver et à baptiser beaucoup plus d’enfants de notre Père céleste. Nous avons besoin que vous veilliez sur les missionnaires du Seigneur, que vous les protégiez et que vous les inspiriez. S’il faut élever la barre, elle sera élevée pour nous tous. Nous devons être plus fidèles. Nous devons être plus en accord spirituellement. Nous devons nous préparer à aider les missionnaires à trouver les enfants de notre Père céleste qui accepteront le message du Rétablissement.

    Rappelez-vous, mes frères et sœurs, que nous ne faisons pas la promotion d’un produit. Nous ne vendons rien. Nous n’essayons pas d’impressionner qui que ce soit par notre nombre ni par notre croissance. Nous sommes membres de l’Église rétablie de Jésus-Christ et le Seigneur lui-même nous a donné pouvoir et nous a envoyés pour trouver, édifier et amener dans la sécurité de son Église les personnes qui recherchent la vérité.

    Dans cette perspective éternelle, ce que nous devons faire paraît très simple et clair, mais je sais que l’œuvre missionnaire des membres peut être éprouvante et parfois effrayante. Je vais vous suggérer trois choses simples que nous pouvons faire dans cette responsabilité divine.

    Premièrement, nous devons exercer notre foi et prier personnellement et en famille pour demander d’être aidés à savoir comment proclamer l’Évangile rétabli de Jésus-Christ. Demandez au Seigneur d’ouvrir la voie. En vous aidant de la prière, fixez une date avec votre famille à laquelle vous aurez chez vous quelqu’un que les missionnaires instruiront. Rappelez-vous, mes frères et sœurs, que l’Église est celle du Seigneur. Laissez-le vous guider, en le priant constamment. Avec une prière au cœur, parlez à tous les gens que vous pouvez. N’ayez aucun préjugé. N’empêchez personne de recevoir la bonne nouvelle. Parlez à tout le monde et faites confiance au pouvoir de l’Esprit qui vous est promis, il vous donnera les paroles que vous devrez prononcer. Laissez aux personnes la décision d’accepter ou de rejeter votre invitation. Avec le temps, le Seigneur mettra sur votre route les personnes qui recherchent la vérité. Il est le Bon Berger. Il connaît ses brebis, elles reconnaîtront sa voix dans ce que vous exprimerez,et elles le suivront (voir Jean 10).

    Le président Hinckley a dit : « Ce sera un grand jour quand nos membres non seulement prieront pour les missionnaires dans le monde entier mais quand ils demanderont au Seigneur de les aider à assister les missionnaires qui travaillent dans leur propre paroisse » (« La mission », Première réunion mondiale de formation des dirigeants, 19 janvier 2003).

    Deuxièmement, les dirigeants doivent diriger par l’exemple. L’Esprit vous murmurera et vous guidera pour que vous trouviez les personnes intéressées par notre message. Votre dignité personnelle vous donnera le courage et la force spirituelle d’inspirer à vos membres d’aider activement les missionnaires.

    Il y a quelques années, un converti fidèle, George McLaughlin, a été appelé comme président d’une petite branche de vingt membres à Farmingdale, dans le Maine. C’était un homme humble qui gagnait sa vie en conduisant une camionnette de livraison de lait. En réponse à ses jeûnes et à ses prières sincères, l’Esprit lui a enseigné ce que lui et les membres de sa branche devaient faire pour aider l’Église à progresser dans leur région. Par sa grande foi, ses prières constantes et son exemple puissant, il a enseigné à ses membres comment proclamer l’Évangile. C’est une histoire merveilleuse, l’une des grandes histoires missionnaires de cette dispensation. En une année à peine, il y a eu 450 baptêmes de convertis dans cette branche. L’année suivante, il y en a eu encore 200. Le président McLauglin a dit : « Mon travail de président de branche a été d’apprendre [aux nouveaux convertis] comment être mormons. J’ai dû leur apprendre à faire des discours et des leçons à l’église. J’ai dû leur apprendre comment enseignerl’Évangile à leurs enfants. J’ai formé les nouveaux membres pour qu’ils deviennent des membres forts. » C’est simple.

    Cinq années plus tard, le pieu d’Augusta a été créé dans le Maine. Une partie importante des dirigeants du nouveau pieu étaient des convertis de la branche de Farmingdale. Nous pourrions maintenant nous demander la raison d’une telle réussite à cette époque. La réponse est peut-être le besoin urgent de fortifier l’Église. Il y a, aujourd’hui autant qu’alors, la même urgence dans toutes les unités de l’Église.

    La Première Présidence et le Collège des douze apôtres ont expliqué clairement que l’œuvre missionnaire doit être centrée sur la paroisse. Les présidents de pieu et les évêques ont la responsabilité d’aider les membres à trouver les personnes qui ont le cœur pur et de les préparer au baptême et à une vie de service au sein de leurs paroisses et de leurs pieux. « Je propose à chaque évêque de l’Église de donner à ses membres la devise suivante : ‘Efforçons-nous tous d’agrandir la paroisse » (« Cherchez les agneaux, paissez les brebis », Le Liahona, juillet 1999, p. 120).

    Un évêque de l’État de Washington a suivi ce conseil en s’aidant de la prière. Voici ce qu’il fait. Par les dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires, le conseil de paroisse coordonne l’œuvre missionnaire de la paroisse. Les missionnaires sont invités aux réunions de conseil de paroisse pour discuter de leurs efforts. Des membres sont chargés de rendre visite aux amis de l’Église avec les missionnaires. Les membres et les missionnaires rendent également visite ensemble aux familles non pratiquantes et partiellement membres. L’année dernière, cette paroisse a baptisé et confirmé 46 nouveaux membres et le taux de maintien de ces membres dans l’Église est très élevé. Les personnes qui entrent dans l’Église ou redeviennent pratiquantes dans cette paroisse ont déjà des amis parce que la prêtrise et les auxiliaires participent à la conversion sous la direction de l’évêque par l’intermédiaire du conseil de paroisse (voir « Ward Council Is Secret of Centralia Ward Success », Church News, 1er février2003, p. 5).

    Les évêques doivent engager toute la paroisse dans la proclamation de l’Évangile. Vous verrez que le Seigneur vous accordera, à vous et à vos membres, beaucoup plus de convertis et beaucoup plus de personnes qui redeviendront pratiquantes. L’œuvre missionnaire ne doit pas seulement figurer à l’ordre du jour du conseil de paroisse mais aussi à l’ordre du jour du collège des anciens, de la Société de Secours, ainsi que des autres collèges, groupes et auxiliaires. L’accent doit être mis sur le baptême et sur le maintien dans l’Église des pères et des mères ainsi que de leurs enfants. L’œuvre missionnaire des dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires doit donc être coordonné par le dirigeant de mission de paroisse et l’évêque à l’aide du conseil de paroisse. Et ainsi, les convertis seront pleinement pratiquants dans leur paroisse.

    Dès maintenant, les membres ont la possibilité spéciale de proclamer l’Évangile en utilisant le DVD « Trouver la foi au Christ » qui figure dans l’Ensign d’avril 2003. Invitez vos voisins et vos amis à une soirée avec vous pendant la période de Pâques pour parler de la vie, du ministère et de la résurrection glorieuse de notre Seigneur Jésus-Christ. Il peut aussi être bon de demander aux missionnaires d’y assister avec vous, et d’enseigner comment le Seigneur a rétabli son Église par l’intermédiaire de Joseph Smith, le prophète.

    Troisièmement, l’œuvre missionnaire des membres ne nécessite pas d’élaborer des stratégies ou des systèmes compliqués. Elle demande de la foi, une foi et une confiance réelles au Seigneur. Elle demande aussi de l’amour sincère. Le premier grand commandement est d’aimer le Seigneur, notre Dieu, de tout notre cœur, de toute notre âme et de toute notre pensée… Le second commandement, qui lui est semblable, est d’aimer notre prochain comme nous-même (voir Matthieu 22:37, 39).

    Laissons donc le pouvoir de l’amour nous guider quand nous faisons part de l’Évangile aux membres de notre famille, à nos amis, à nos voisins, à nos collègues de travail et à toutes les autres personnes que nous rencontrons au fil de la vie. Presque tout le monde veut connaître la paix et le bonheur. C’est un désir humain naturel. Les gens veulent trouver des réponses aux problèmes qu’ils rencontrent. C’est de plus en plus vrai dans le monde où nous vivons.

    La promotion professionnelle, l’augmentation du revenu, une maison plus grande ou une voiture et de l’équipement de loisirs tout neufs n’apportent ni la paix ni le bonheur durables. On trouve le bonheur quand on comprend qui est Dieu et qu’on sait qu’il a un plan pour notre joie et notre paix éternelles. On trouve le bonheur quand on connaît et qu’on aime le Sauveur et qu’on vit en accord avec ses enseignements. On trouve le bonheur dans une famille stable avec des liens dans l’Église, le tout fondé sur les valeurs de l’Évangile.

    Certains membres de l’Église disent : « J’ai peur de parler de l’Évangile parce je risque d’offenser quelqu’un. » L’expérience a montré que les gens ne s’offensent pas lorsqu’on leur fait connaître l’Évangile par l’esprit d’amour et de sollicitude. Comment quiconque pourrait-il s’offenser lorsque nous disons : « Je suis heureux de ce que mon Église m’apporte », puis lorsque nous ajoutons ce que l’Esprit nous pousse à dire. C’est quand nous donnons l’impression de ne faire que nous acquitter d’une tâche et que nous n’exprimons pas notre intérêt et notre amour sincères que les gens s’offensent. N’oubliez jamais, mes frères et sœurs, que nous possédons, vous et moi, les points de doctrine qui amèneront les gens au Seigneur. L’Évangile rétabli de Jésus-Christ a le pouvoir d’apporter un bonheur profond et durable à l’âme humaine, quelque chose que les gens apprécieront et chériront pour le reste du temps et pendant toute l’éternité. Nous ne faisons pas qu’essayer de faire entrer des gens dans notre Église, mais nous leur faisons part de la plénitude de l’Évangile rétabli de Jésus-Christ. Mais pour aussi beau et puissant que soit notre message, nous ne pouvons pas l’imposer aux gens. On ne peut qu’en parler, de cœur à cœur, d’âme à âme, d’esprit à esprit, en étant de bons voisins et en faisant preuve de sollicitude et d’amour. Nous devons être attentifs aux besoins des autres et leur tendre la main. Et ainsi, nous donnerons l’exemple de l’Évangile et des bénédictions qu’il a à offrir.

    Suivons l’exhortation de Joseph Smith, le prophète : « En fin de compte, [notre] devoir le plus grand et le plus important est de prêcher l’Évangile » (History of the Church vol. 2, p. 478).

    Nous pouvons et devons faire mieux. Je prie pour que Dieu accorde à chacun de nous la foi et le courage d’aider davantage nos missionnaires à plein temps à faire part de l’Évangile rétabli dans le monde entier. Au nom de Jésus-Christ. Amen.