Écritures
Néhémie 5

Chapitre 5

De nombreux Juifs sont réduits à la servitude par d’autres Juifs. Sur l’ordre de Néhémie, ils sont libérés, leurs terres leur sont rendues et ils n’ont plus d’intérêts à rembourser.

1 Il s’éleva de la part des gens du peuple et de leurs femmes de grandes plaintes contre leurs frères les Juifs.

2 Les uns disaient : Nous, nos fils et nos filles, nous sommes nombreux ; qu’on nous donne du blé afin que nous mangions et que nous vivions.

3 D’autres disaient : Nous engageons nos champs, nos vignes et nos maisons pour avoir du blé pendant la famine.

4 D’autres disaient : Nous avons emprunté de l’argent sur nos champs et nos vignes pour le tribut du roi.

5 Et pourtant notre chair est comme la chair de nos frères, nos enfants sont comme leurs enfants ; et voici, nous soumettons à la servitude nos fils et nos filles, et plusieurs de nos filles y sont déjà réduites ; nous sommes sans force et nos champs et nos vignes sont à d’autres.

6 Je fus très irrité lorsque j’entendis leurs plaintes et ces paroles-là.

7 Je résolus de réprimander les notables et les magistrats, et je leur dis : Quoi ! vous prêtez à intérêt à vos frères ! Et je rassemblai autour d’eux une grande foule

8 et je leur dis : Nous avons racheté selon notre pouvoir nos frères les Juifs vendus aux nations ; et vous vendriez vous-mêmes vos frères et c’est à nous qu’ils seraient vendus ! Ils se turent, ne trouvant rien à répondre.

9 Puis je dis : Ce que vous faites n’est pas bien. Ne devriez-vous pas marcher dans la crainte de notre Dieu pour n’être pas insultés par les nations nos ennemies ?

10 Moi aussi, et mes frères et mes serviteurs, nous leur avons prêté de l’argent et du blé. Renonçons à ce qu’ils nous doivent !

11 Rendez-leur donc aujourd’hui leurs champs, leurs vignes, leurs oliviers et leurs maisons, et le centième de l’argent, du blé, du moût et de l’huile que vous avez exigé d’eux comme intérêt.

12 Ils répondirent : Nous les rendrons et nous ne leur demanderons rien, nous ferons ce que tu dis. Alors j’appelai les prêtres devant lesquels je les fis jurer de tenir parole.

13 Et je secouai mon manteau en disant : Que Dieu secoue de la même manière hors de sa maison et de ses biens tout homme qui n’aura pas tenu parole, et qu’ainsi cet homme soit secoué et laissé à vide ! Toute l’assemblée dit : Amen ! On célébra l’Éternel. Et le peuple tint parole.

14 Dès le jour où le roi m’établit leur gouverneur dans le pays de Juda, depuis la vingtième année jusqu’à la trente-deuxième année du roi Artaxerxès, pendant douze ans, ni moi ni mes frères n’avons vécu des revenus du gouverneur.

15 Avant moi, les premiers gouverneurs accablaient le peuple et recevaient de lui du pain et du vin, outre quarante sicles d’argent ; leurs serviteurs mêmes opprimaient le peuple. Je n’ai pas agi de la sorte, par crainte de Dieu.

16 Au contraire, j’ai travaillé à la réparation de cette muraille et nous n’avons acheté aucun champ, et mes serviteurs tous ensemble étaient à l’ouvrage.

17 J’avais à ma table cent cinquante hommes, Juifs et magistrats, outre ceux qui venaient à nous des nations des alentours.

18 On m’apprêtait chaque jour un bœuf, six moutons choisis et des oiseaux ; et tous les dix jours on préparait en abondance tout le vin nécessaire. Malgré cela, je n’ai pas réclamé les revenus du gouverneur parce que les travaux étaient à la charge de ce peuple.

19 Souviens-toi favorablement de moi, ô mon Dieu, à cause de tout ce que j’ai fait pour ce peuple !