Conférence générale
Entrer dans la bergerie de Dieu


Entrer dans la bergerie de Dieu

Dans la bergerie de Dieu, nous recevons les soins bienveillants du bon Berger et avons la bénédiction de ressentir son amour rédempteur.

Quand ils étaient jeunes parents, frère et sœur Samad ont découvert l’Évangile de Jésus-Christ dans leur petit deux-pièces de Semarang, en Indonésie1. Assis autour d’une petite table, à la faible lueur d’une lampe qui attirait davantage les moustiques qu’elle n’éclairait la pièce, deux jeunes missionnaires leur ont enseigné des vérités éternelles. Grâce à des prières sincères et au Saint-Esprit, ils ont cru ce qui leur était enseigné, et ont choisi de se faire baptiser et de devenir membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Cette décision et leur mode de vie ont été une bénédiction dans tous les domaines pour frère et sœur Samad, et leur famille2.

Ils font partie des pionniers de l’Église en Indonésie. Plus tard, ils ont reçu les ordonnances du temple et frère Samad a été président de branche puis président de district, sillonnant le Java central pour s’acquitter de ses responsabilités. Il a été le premier patriarche du pieu de Surakarta, appel qu’il remplit depuis dix ans.

Image

Il y a quarante-neuf ans, j’étais l’un des missionnaires dans cet humble foyer rempli de foi, et j’ai été témoin des paroles du roi Benjamin dans le Livre de Mormon : « Je désirerais que vous méditiez sur l’état béni et bienheureux de ceux qui gardent les commandements de Dieu. Car voici, ils sont bénis en tout, tant dans le temporel que dans le spirituel3. » Les bénédictions qui se déversent dans la vie des personnes qui suivent l’exemple et les enseignements de Jésus-Christ et qui choisissent d’être comptées parmi ses disciples sont nombreuses, joyeuses et éternelles4.

La bergerie de Dieu

L’invitation au baptême que lance Alma au peuple rassemblé aux eaux de Mormon commence ainsi : « Maintenant, puisque vous désirez entrer dans la bergerie de Dieu5. »

Image

Un enclos ou une bergerie est une grande enceinte, souvent entourée de murs de pierre, dans laquelle les moutons sont à l’abri la nuit. Elle n’a qu’une entrée. À la fin de la journée, le berger appelle ses brebis. Elles connaissent sa voix et passent par la porte pour retrouver la sécurité de l’enclos.

Le peuple d’Alma savait que les bergers se tenaient près de l’entrée étroite de la bergerie afin de compter les brebis6, pour voir si elles étaient blessées ou malades, et si elles avaient besoin de soins. La sécurité et le bien-être des brebis dépendaient de leur disposition à entrer dans l’enclos et à y rester.

Certains parmi nous peuvent avoir le sentiment d’être en marge du troupeau, se disant qu’on a peut-être moins besoin d’eux, qu’ils ont moins de valeur ou ne font pas partie du groupe. Comme dans une bergerie, nous nous bousculons parfois dans l’enclos de Dieu et devons nous repentir ou pardonner.

Mais le bon Berger7, notre véritable berger, est toujours bon. Dans la bergerie de Dieu, nous recevons ses soins bienveillants et avons la bénédiction de ressentir son amour rédempteur. Il a dit : « Je t’ai gravée sur mes mains ; tes murs sont toujours devant mes yeux8. » Sur la paume de ses mains, notre Sauveur a gravé nos péchés, nos souffrances et nos afflictions9, et toutes les injustices de la vie10. Chacun peut recevoir ces bénédictions, s’il a le désir d’entrer11 et s’il choisit de faire partie du troupeau. Le don du libre arbitre n’est pas seulement le droit de choisir, c’est la possibilité de choisir le bien. Les murs de l’enclos ne sont pas une contrainte, mais une source de sécurité spirituelle.

Jésus a enseigné qu’il y a « un seul troupeau, un seul berger12 ». Il a dit :

« Celui qui entre par la porte est le berger des brebis. […]

« Et les brebis entendent sa voix […] ;

« […] et les brebis le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix13. »

Jésus a ensuite déclaré : « Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé14 », enseignant clairement qu’il n’existe qu’une seule façon d’entrer dans la bergerie de Dieu et qu’une seule façon d’être sauvé. C’est grâce à Jésus-Christ et par son intermédiaire15.

Ceux qui sont dans la bergerie de Dieu reçoivent des bénédictions

Nous apprenons comment entrer dans la bergerie grâce à la parole de Dieu qui est la doctrine enseignée par Jésus-Christ et ses prophètes16. Si nous suivons la doctrine du Christ et entrons dans la bergerie grâce à la foi en Jésus-Christ, au repentir, au baptême et à la confirmation, et à une fidélité constante17, Alma a promis quatre bénédictions précises et personnelles. Vous pouvez (1) « être rachetés par Dieu » (2) « être comptés avec ceux de la première résurrection » (3) avoir « la vie éternelle » et (4) le Seigneur déversera « plus abondamment son Esprit sur vous18 ».

Quand Alma a enseigné cela, le peuple a applaudi de joie. Voici pourquoi :

Premièrement, racheter signifie payer une dette ou une obligation, ou se libérer de ce qui fait souffrir ou nous fait du mal19. Sans l’expiation de Jésus-Christ, aucun effort personnel pour nous améliorer ne peut nous purifier des péchés que nous avons commis ou nous guérir de nos blessures. Il est notre Rédempteur20.

Deuxièmement, grâce à la résurrection du Christ, tout le monde ressuscitera21. Lorsque notre esprit quittera notre corps mortel, il ne fait aucun doute que nous aurons hâte de serrer nos êtres chers dans nos bras grâce à notre corps ressuscité. Nous serons impatients d’être parmi ceux qui feront partie de la première résurrection.

Troisièmement, la vie éternelle signifie que nous vivrons avec Dieu et comme lui. C’est « le plus grand de tous les dons de Dieu22 » et il nous apportera une plénitude de joie23. C’est le but ultime et l’objectif de notre vie.

Quatrièmement, la compagnie d’un membre de la divinité, le Saint-Esprit, nous procure les directives et le réconfort dont nous avons tant besoin au cours de notre vie dans la condition mortelle24.

Réfléchissez aux causes du chagrin : la détresse vient du péché25, de la tristesse et de la solitude après la perte d’un être cher, et de la peur de ne pas savoir ce qui se passe après la mort. Mais lorsque nous entrons dans la bergerie de Dieu et respectons nos alliances avec lui, nous ressentons la paix du fait de savoir et de croire que le Christ nous rachètera de nos péchés, que la séparation du corps et de l’esprit ne durera pas, et que nous vivrons éternellement avec Dieu dans une gloire extrême.

Avoir confiance en Christ et agir avec foi

Frères et sœurs, les Écritures regorgent d’exemples du pouvoir majestueux du Sauveur, de sa miséricorde et de sa grâce compatissantes. Pendant son ministère terrestre, les personnes qui avaient confiance en lui et qui agissaient avec foi ont reçu ses bénédictions de guérison. Par exemple, le paralytique de la piscine de Béthesda s’est mis à marcher après avoir suivi avec foi le commandement du Sauveur de se lever et de marcher26. Dans le pays d’Abondance, les personnes malades ou autrement affligées ont été guéries quand, « d’un commun accord » elles se sont avancées27.

De la même façon, pour recevoir les merveilleuses bénédictions promises à ceux qui entrent dans la bergerie de Dieu, nous devons tout simplement choisir d’y entrer. Alma le Jeune a enseigné : « Et maintenant, je vous dis que le bon Berger vous appelle ; et si vous voulez écouter sa voix, il vous amènera dans sa bergerie28. »

Il y a quelques années, un ami proche est mort du cancer. Lorsque sa femme, Sharon, nous a annoncé le diagnostic, elle a dit : « Nous choisissons la foi. La foi en notre Sauveur, Jésus-Christ. La foi dans le plan de notre Père céleste, et la foi qu’il connaît nos besoins et tient ses promesses29. »

J’ai rencontré de nombreux saints des derniers jours comme Sharon qui ressentent la paix intérieure car ils se sentent en sécurité dans la bergerie de Dieu, surtout lorsque les tentations, l’opposition ou l’adversité se manifestent30. Ils ont choisi d’avoir foi en Jésus-Christ et de suivre son prophète. Notre prophète bien-aimé, le président Nelson, a enseigné : « Toute bonne chose dans la vie, toute bénédiction potentielle d’importance éternelle, commence par la foi31. »

Entrer pleinement dans la bergerie de Dieu

Mon arrière-arrière-arrière-grand-père, James Sawyer Holman, est arrivé en Utah en 1847, mais ne faisait pas partie de ceux qui accompagnaient Brigham Young en juillet. Il est arrivé plus tard dans l’année et, d’après nos annales familiales, il avait la responsabilité des troupeaux de moutons. Il n’a atteint la vallée du lac Salé qu’en octobre, mais lui et les moutons y sont parvenus32.

Symboliquement parlant, certains d’entre nous sont encore dans les plaines. Tout le monde ne fait pas partie des premiers arrivés. Mes chers amis, continuez le voyage et aidez les autres afin de tous entrer pleinement dans la bergerie de Dieu. Les bénédictions de l’Évangile de Jésus-Christ sont impossibles à mesurer parce qu’elles sont éternelles.

Je suis reconnaissant d’être membre de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Je rends témoignage de l’amour de notre Père céleste et de notre Rédempteur, Jésus-Christ, ainsi que de la paix qui émane d’eux seuls : la paix intérieure et les bénédictions que l’on trouve dans la bergerie de Dieu. Au nom de Jésus-Christ. Amen.

Notes

  1. Comme beaucoup d’Indonésiens de sa génération, frère Samad n’a qu’un nom. Sa femme, Sri Katoningsih, et leurs enfants utilisent Samad comme nom de famille.

  2. Frère et sœur Samad rapportent qu’au moins quarante-quatre parents proches et éloignés sont aujourd’hui membres de l’Église. De nombreux autres profitent des bénédictions de l’Évangile grâce à leur exemple et à leur service.

  3. Mosiah 2:41.

  4. Voir Doctrine et Alliances 59:23.

  5. Mosiah 18:8.

  6. Voir Moroni 6:4.

  7. Voir Jean 10:14 » ; voir aussi Gerrit W. Gong, « Bon berger, Agneau de Dieu », Le Liahona, mai 2019, p. 97.

  8. Ésaïe 49:16.

  9. Voir Alma 7:11-13.

  10. Voir Dale G. Renlund, « Injustices révoltantes », Le Liahona, mai 2021, p. 41-44.

  11. Mosiah 18:8.

  12. Jean 10:16.

  13. Jean 10:2-4.

  14. Jean 10:9.

  15. Voir 2 Néphi 31:21 ; Hélaman 5:9.

  16. Voir Henry B. Eyring, « Le pouvoir d’enseigner la doctrine », L’Étoile, juillet 1999, p. 85. Lorsque nous cherchons a aller au Christ, nous devons le faire selon les paroles du Christ, « car il y a un seul Dieu et un seul Berger de toute la terre » (voir 1 Néphi 13:40-41).

  17. En termes simples, la doctrine du Christ est qu’en tout lieu, les gens doivent exercer leur foi en Jésus-Christ et en son expiation, se repentir, se faire baptiser, recevoir le Saint-Esprit et persévérer jusqu’à la fin sinon, comme le Sauveur l’enseigne dans 3 Néphi 11:38, ils ne pourront « en aucune façon hériter le royaume de Dieu ».

  18. Mosiah 18:9, 10.

  19. Voir Merriam Webster.com Dictionary, « redeem » ; voir aussi D. Todd Christofferson, « Rédemption », Le Liahona, mai 2013, p. 109.

  20. Voir Alma 11:40.

  21. Voir 2 Néphi 2:8 ; 9:12.

  22. Doctrine et Alliances 14:7.

  23. Voir 2 Néphi 9:18.

  24. Voir 1 Néphi 4:6 ; Moroni 8:26.

  25. Voir Mosiah 3:24-25 ; Alma 41:10.

  26. Jean 5:8.

  27. 3 Néphi 17:9.

  28. Alma 5:60. Dans Moïse 7:53, le Messie a également dit : « Quiconque entre par la porte et monte par moi ne tombera jamais. »

  29. Sharon Jones, « Diagnosis », wechoosefaith.blogspot.com, 18 mars 2012.

  30. Prêchez mon Évangiledéfinit l’expression « persévérer jusqu’à la fin » comme suit : « Rester fidèle aux commandements de Dieu toute notre vie malgré les tentations, l’opposition et l’adversité » (2019, p 72). Cela sous-entend que nous subirons des tentations, de l’opposition et de l’adversité tout au long de la vie.

  31. Russell M. Nelson, « Le Christ est ressuscité ; la foi en lui déplacera les montagnes », Le Liahona, mai 2021, p. 102.

  32. Voir les courtes biographies de James Sawyer Holman et Naomi Roxina LeBaron Holman par leur petite-fille, Grace H. Sainsbury, détenues par l’orateur (Journal de Charles C. Rich, 28 septembre 1847, Bibliothèque d’histoire de l’Église, Salt Lake City ; Journal History of The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, 21 juin 1847, p. 49, Bibliothèque d’histoire de l’Église). En 1847, James Holman était capitaine de la compagnie Charles C. Rich.