Conseils d’un prophète
Ô vaillants guerriers d’Israël
Téléchargements
Cette page (mp3)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Ô vaillants guerriers d’Israël

Russell M. Nelson : Les mots me manquent pour exprimer notre gratitude à ce chœur du séminaire. Vous avez très bien chanté. Merci. Merci beaucoup. En regardant ce centre de conférence remplis de magnifiques saints des derniers jours, j’ai l’impression d’avoir enfin la grande famille que j’espérais. Vous êtes 22 000 ici ce soir et de nombreux autres milliers sont avec nous grâce à cette diffusion.

Ma femme et moi nous réjouissons vraiment d’être vous ce soir. Nous aimons être avec vous, les jeunes de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, et avec vos instructeurs et vos parents

Nous aimerions pouvoir entendre chacun de vous parler de votre expérience tandis que vous vous prépariez pour notre rassemblement mondial, en lisant quotidiennement le Livre de Mormon et en priant pour entendre ce que le Seigneur est désireux de vous enseigner.

À nouveau, j’exprime nos remerciements au chœur du séminaire pour leur interprétation de notre cantique d’ouverture avec autant de cœur. Ce cantique, « Seigneur, merci pour le prophète », tourne toujours notre cœur vers Joseph Smith, le prophète. Comme nous lui sommes redevables ! Il est le prophète de cette dernière dispensation ! Rendez-vous compte ! Il avait votre âge quand il a été inspiré par les paroles de l’apôtre Jacques : « Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu1. »

Ces paroles l’ont fortement poussé à se rendre dans un bosquet voisin, où il a exprimé les sentiments de son cœur à Dieu.

Les cieux se sont ouverts ! Joseph a vu le Père et le Fils et a appris par lui-même où chercher la réponse à ses questions.

Maintenant, j’exhorte chacun de vous à faire ce que Joseph a fait quand il était adolescent. Adressez vos questions directement à votre Père céleste en prière. Demandez-lui, au nom de Jésus-Christ, de vous guider. Vous pouvez apprendre par vous-mêmes, maintenant, à votre âge, comment recevoir la révélation personnelle. Et rien ne changera davantage votre vie que cela !

Je vous promets – pas à la personne assise à côté de vous, mais à vous – que, où que vous soyez dans le monde, où que vous soyez sur le chemin des alliances – même si, en ce moment, vous n’êtes pas centré sur le chemin – je vous promet que si vous faites sincèrement et avec persistance le travail spirituel nécessaire pour acquérir la capacité spirituelle cruciale d’apprendre à entendre les murmures du Saint-Esprit, vous aurez toute l’aide dont vous aurez besoin dans votre vie. Vous recevrez des réponses à vos questions à la manière du Seigneur et selon son calendrier. Et n’oubliez pas les conseils de vos parents et de vos dirigeants de l’Église. Ils cherchent aussi à recevoir des révélations en votre nom.

Quand vous saurez que votre vie est dirigée par Dieu, quelles que soient les difficultés et les déceptions que vous puissiez rencontrer, vous ressentirez la joie et la paix.

À présent, nous aimerions parler avec vous de la plus grande difficulté, de la plus grande cause et de la plus grande œuvre sur la terre. Et nous voulons vous inviter à y prendre part !

J’ai demandé à sœur Nelson de vous donner le contexte de ce message important. S’il te plaît, Wendy.

Wendy W. Nelson : Mes chers jeunes frères et sœurs, que nous aimons et en qui nous avons confiance, j’aimerais commencer par vous raconter ce que mon mari et moi avons vu un jour tandis que nous parcourions les collines d’Utah à bord d’un véhicule tout terrain.

C’était une belle journée d’automne. Nous aimions nous trouver au milieu des arbres, dorés et magnifiques, grands et droits, pointant tous vers le ciel.

Aspen Trees

Puis nous avons pris un virage et j’ai vu un arbre qui m’a fait penser à moi, et à ce que j’éprouve souvent dans de nombreuses situations.

Aspen Trees

Connaissez-vous ce sentiment ? Vous regardez autour de vous et tout le monde, à part vous, est grand, droit et pointe vers le ciel, pour ainsi dire.

Ils ont tout compris. Ils portent les vêtements parfaits, ils semblent toujours dire ce qu’il faut, ils n’ont aucun problème, sont parfaitement obéissants et semblent n’avoir jamais commis d’erreurs dans leur vie.

Et puis, il y a vous et moi !

Mes chers jeunes frères et sœurs, il est temps de cesser de nous comparer aux autres. Il est temps de nous débarrasser de ces façons erronées de nous voir et de voir les autres. Le fait est que nous n’avons pas désespérément autant de défauts que nous le pensons et les autres ne sont pas aussi parfaits qu’ils le paraissent, mis à part notre Sauveur, Jésus-Christ, bien-sûr.

La seule chose qui importe vraiment, c’est que vous et moi fassions exactement ce à quoi nous nous sommes engagés par alliance avec notre Père céleste dans la vie prémortelle : faire sa volonté pendant que nous sommes ici-bas.

Alors, permettez-moi de vous demander : Pourquoi êtes-vous nés ?

Comme j’aimerais que nous puissions trouver sur YouTube une vidéo de dix minutes sur votre vie prémortelle.

Joseph Smith, le prophète, a dit que si l’on pouvait regarder dans les cieux pendant cinq minutes, on en saurait plus sur un sujet que si on l’étudiait pendant toute sa vie2. Alors, imaginez si vous pouviez regarder votre vie prémortelle pendant dix minutes !

Bien sûr, nous comprenons que dans sa sagesse, le Seigneur a placé un voile sur ces souvenirs. Mais imaginez un instant l’effet que cela aurait tout de suite sur votre vie s’il vous était permis de contempler dix minutes de votre vie prémortelle.

Je crois que si vous pouviez vous voir vivant avec vos parents célestes et Jésus-Christ ; si vous pouviez observer ce que vous avez fait dans la vie prémortelle et voir les engagements que vous avez pris, et même les alliances que vous avez contractées avec d’autres personnes, notamment vos mentors et vos instructeurs ; si vous pouviez vous voir répondant avec courage aux attaques contre la vérité et défendant vaillamment Jésus-Christ, je crois que chacun d’entre vous aurait un plus grand pouvoir, un engagement renforcé et une perspective éternelle qui vous aideraient à surmonter toute votre confusion, toutes vos difficultés, tous vos doutes et tous vos problèmes. Absolument tous !

Je crois que si vous pouviez vous souvenir des personnes que vous vous êtes engagées à aider pendant que vous seriez ici-bas, ou les expériences angoissantes que vous avez accepté de vivre, aussi difficile que soit la situation dans laquelle vous êtes actuellement – ou serez – vous diriez : « Oh, je me souviens, à présent. À présent, je comprends. À présent, je comprends la raison de cette situation difficile. Avec l’aide du Seigneur, je peux y arriver ! »

À présent, il y a une autre chose à laquelle je vous invite à réfléchir. J’aime imaginer que chacun d’entre nous est venu sur terre avec un rouleau attaché à notre esprit intitulé « Les choses à faire pendant que je suis sur la terre ».

Parlons de ce qui pourrait se trouver sur ce rouleau. Parlons de cinq des choses qui sont assurément écrites sur votre rouleau, selon l’Évangile de Jésus-Christ.

Premièrement, vous êtes venus pour recevoir un corps mortel. Et ceci, mes amis, est vraiment très important.

Deuxièmement, vous êtes venus pour être mis à l’épreuve.

À ce sujet, avez-vous remarqué que notre mise à l’épreuve implique souvent d’apprendre à contrôler les appétits et les passions de notre corps, qui peuvent échapper à notre contrôle ? Si vous luttez présentement contre les effets résiduels d’addictions, quelles qu’elles soient, ou contre des péchés graves dont vous ne vous êtes pas repentis, je vous exhorte à vous débarrasser de votre fardeau en parlant avec votre évêque, aujourd’hui. Il détient des clés de la prêtrise qui peuvent vous aider.

La troisième chose à faire pendant que vous êtes sur terre est de choisir de suivre Jésus-Christ et de prendre position pour lui, comme vous l’avez fait dans la vie prémortelle.

Quatrième point, choisissez de vous repentir quotidiennement et de prendre la Sainte-Cène chaque semaine. En le faisant, vous serez guéris spirituellement, fortifiés et magnifiés, et au final sanctifié et exalté grâce à l’expiation de Jésus-Christ.

Et maintenant le cinquième point de votre liste : trouver et accomplir votre mission dans la condition mortelle. Mes chers jeunes amis, dans la vie prémortelle, vous et moi, nous sommes vu confier une mission merveilleuse à accomplir pendant que nous sommes sur la terre,

Nous avons la possibilité d’accomplir notre mission terrestre, mais nous ne sommes pas obligés de le faire. Personne ne nous y forcera. Nous sommes libres de choisir la façon dont nous employons notre temps, notre énergie, nos talents et nos ressources. En fait, ce que ce que nous choisissons de faire fait partie de notre mise à l’épreuve.

Le choix nous appartient. Allons-nous choisir de faire tout ce qui est nécessaire pour accomplir la mission merveilleuse pour laquelle nous avons été envoyés sur la terre ?

Pendant que cette question fait son chemin dans votre esprit, parlons des raisons pour lesquelles vous êtes ici sur la terre à cette époque si particulière, qui est une époque si extraordinaire de l’histoire de la terre.

Pourquoi êtes-vous sur terre à ce moment précis ?

Pourquoi n’êtes-vous pas nés dans les années 1880 ? Ou bien dans trente ans ?

Je vais vous raconter une expérience qui m’a aidée à comprendre personnellement que l’époque à laquelle nous vivons est historique.

Nous parlons souvent du fait que nous sommes dans les derniers jours. Après tout, nous sommes des saints des derniers jours. Mais ces jours sont peut-être plus les « derniers » que nous ne l’avions imaginé.

Cette vérité s’est imposée à moi en raison de ce que j’ai vécu en l’espace de vingt-quatre heures, le 15 juin 2013. Mon mari et moi étions à Moscou (Russie).

Pendant que mon mari se réunissait avec dirigeants de la prêtrise, j’ai eu le l’honneur de rencontrer une centaine de nos sœurs. J’aime nos sœurs russes. Elles sont spectaculaires !

Quand je suis allée à la chaire pour prendre la parole, je me suis entendu dire quelque chose que je n’avais pas prévu. J’ai dit aux femmes : « J’aimerais faire votre connaissance selon votre lignage. Veuillez vous lever quand je nommerai la tribu d’Israël qui représente le lignage déclaré dans votre bénédiction patriarcale. »

« Benjamin ? » Deux femmes se sont levées.

« Dan ? » Deux autres femmes se sont levées.

« Ruben ? » Quelques autres femmes se sont levées.

« Nephtali ? » D’autres se sont levées.

Quand les femmes se sont levées à l’annonce des noms des douze tribus d’Israël, d’Aser à Zébulon, nous avons toutes été surprises de ce que nous avons vu, ressenti et appris.

À votre avis, combien des douze tribus d’Israël étaient représentées dans cette petite réunion de moins de cent femmes ce samedi-là à Moscou ?

Onze ! Onze des douze tribus d’Israël étaient représentées, juste dans cette salle ! La seule tribu manquante était celle de Lévi. J’étais stupéfaite. Cela a été pour moi une expérience spirituelle très émouvante.

Tout de suite après ces réunions, mon mari et moi sommes partis pour Yerevan, en Arménie. Les premières personnes que nous avons rencontrés à notre descente d’avion étaient le président de mission et sa femme. D’une manière ou d’une autre, celle-ci avait entendu parler de l’expérience de Moscou et, avec une grande joie m’a dit : « Je suis de la tribu de Lévi ! »

Imaginez notre enthousiasme quand mon mari et moi avons rencontré leurs missionnaires le lendemain, dont un qui était de la tribu de Lévi et qui venait de Gilbert, en Arizona.

Quand j’étais petite et que j’allais à la Primaire à Raymond, Alberta, Canada, j’ai appris que, dans les derniers jours, avant la seconde venue du Sauveur, les douze tribus d’Israël seraient rassemblées. Cette vérité m’enthousiasmait, mais, en même temps, mon esprit avait du mal à l’assimiler. Imaginez ce que cela a été pour moi d’être avec des membres de chacune des douze tribus d’Israël en l’espace de 24 heures seulement !

J’ai appris depuis que je n’aurais pas dû demander à ces sœurs de faire connaître leur lignage car les bénédictions patriarcales sont sacrées et le lignage qui y est déclarée est personnel. Je suis néanmoins reconnaissante du privilège que j’ai eu de voir, de mes yeux, les fruits du rassemblement d’Israël. L’impact de cette expérience est toujours aussi présent dans mon cœur et dans mon esprit.

Mes chers frères et sœurs, nous sommes vraiment dans les derniers jours ! Il n’y a jamais eu d’époque comme celle-ci dans toute l’histoire de cette terre. Jamais ! Dans la vie prémortelle, vous et moi avons pris l’engagement de faire une grande œuvre ici-bas. Et, avec l’aide du Seigneur, nous la ferons ! Au nom de Jésus-Christ. Amen.

Le président Nelson : Merci, Wendy. Je t’aime ! N’est-elle pas merveilleuse ?

Mes chers jeunes frères et sœurs, nous sommes dans les derniers jours, et le Seigneur accélère son œuvre de rassemblement d’Israël. Ce rassemblement est la chose la plus importante qui se produise sur la terre aujourd’hui. Rien d’autre n’est comparable en magnitude, rien d’autre n’est comparable en importance, rien d’autre n’est comparable en majesté. Et si vous choisissez de le faire, si vous le voulez, vous pouvez y jouer un rôle important. Vous pouvez jouer un grand rôle dans quelque chose d’important, dans quelque chose de grandiose, dans quelque chose de majestueux !

Quand nous parlons du rassemblement, nous exprimons simplement cette vérité fondamentale, que chacun des enfants de notre Père céleste, des deux côtés du voile, mérite d’entendre le message de l’Évangile rétabli de Jésus-Christ Ils décident pour eux-mêmes s’ils veulent en savoir plus.

Les personnes dont le lignage est issu des diverses tribus d’Israël sont celles dont le cœur sera le plus disposé à se tourner vers le Seigneur. Il a dit : « Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent3. » Les personnes qui sont de la maison d’Israël reconnaîtront plus facilement le Seigneur Jésus-Christ comme étant leur Sauveur et désireront être rassemblées au sein de son troupeau. Elles voudront devenir membres de son Église, faire alliance avec lui et avec notre Père céleste et recevoir leurs ordonnances essentielles.

Le Seigneur a dit à Joseph Smith, le prophète, que nous sommes maintenant – c’est-à-dire, à notre époque – à la onzième heure, et que c’est la dernière fois qu’il appellera des ouvriers dans sa vigne, dans le seul but de rassembler les élus des quatre coins de la terre4.

Ce soir, la question que je pose à chacun de vous, qui avez entre douze et dix-huit ans, est la suivante : Aimeriez-vous jouer un rôle important dans le plus grand défi, la plus grande cause et la plus grande œuvre sur la terre aujourd’hui ?

Aimeriez-vous aider à rassembler Israël pendant ces précieux derniers jours ? Seriez-vous disposés, vous qui êtes les élus, à aider à trouver les élus qui n’ont pas entendu le message de l’Évangile rétabli ? Aimeriez-vous être les « messagers rapides » dont a parlé le prophète Ésaïe5 ?

Quoi qu’il en soit, participer au rassemblement d’Israël exigera un sacrifice de votre part. Cela peut même nécessiter des changements dans votre vie. Cela nécessitera à coup sûr que vous consacriez de votre temps, de votre énergie et les talents que Dieu vous a donnés. Êtes-vous intéressés ?

Pensez à l’enthousiasme et à l’urgence de tout ceci : chaque prophète depuis Adam a vu notre époque. Et chacun d’eux a parlé de notre époque, où Israël serait rassemblé et où le monde serait préparé pour la seconde Venue du Sauveur. Réfléchissez-y ! De tous les gens qui ont vécu sur la planète terre, nous sommes ceux à qui l’occasion est donnée de participer à ce grand événement final de rassemblement. N’est-ce pas formidable ?

Notre Père céleste a réservé beaucoup de ses esprits les plus nobles – je peux peut-être dire : sa meilleure équipe – pour cette phase finale. Ces esprits nobles, ces meilleurs joueurs, c’est vous !

Je témoigne que le rétablissement s’accomplit maintenant et qu’il est réel. L’année où je suis né, le nombre total de membres de l’Église était de moins de 600 000 membres, et il n’y avait pas de membres en Amérique du Sud. Aujourd’hui, il y a plus de seize millions de membres dans le monde entier, dont près de trois millions en Amérique du Sud.

Je vais vous parler d’une expérience que j’ai vécue en 1979. J’étais alors président générale de l’école du dimanche. J’ai été invité à assister à une réunion de dirigeants de l’Église, au cours de laquelle Spencer W. Kimball, qui était alors président de l’Église, a pris la parole. Il a nous demandé de prier pour que les portes des nations s’ouvrent, afin que l’Évangile de Jésus-Christ puisse être porté à tous les peuples de la terre. Il a spécifiquement fait mention de la Chine et a demandé de prier pour le peuple chinois. Il a aussi déclaré : « Nous devons être au service du peuple chinois. Nous devons apprendre leur langue. Nous devons prier pour eux et les aider. »

Je suis rentré chez moi et j’ai dit à ma femme, Dantzel (qui est décédée il y a plus de treize ans) : « Lors de notre réunion, le président Kimball nous a demandé d’apprendre le chinois ! Et je ne l’ai pas entendu dire : ‘Tous sauf frère Nelson !’ Alors, serais-tu d’accord pour étudier le mandarin avec moi ? » Bien sûr, elle a accepté, et on nous a enseigné le mandarin.

Six semaine après la demande de Président Kimball, je participais à la réunion annuelle de l’association américaine de chirurgie thoracique. Elle avait lieu à Boston (Massachusetts). Ce matin-là, j’avais prié dans ma chambre d’hôtel pour le peuple chinois, comme le président Kimball l’avait demandé. Puis j’ai assisté à la première réunion de la journée et je me suis assis là où je m’asseyais toujours à ces réunions professionnelles : à l’avant de la salle. Toutefois, au cours de la réunion, je me suis senti de plus en plus mal à l’aise sur ma chaise. Et quand on a éteint les lumières pour présenter des diapositives, j’ai quitté mon siège et je me suis rendu au fond de la salle, où je ne m’asseyais jamais d’ordinaire. Quand on a rallumé les lumières, j’ai découvert que j’étais assis à côté d’un médecin chinois. Il m’a dit qu’il était le professeur Wu Ying-Kai, de Pékin, en Chine !

Après une conversation agréable avec lui, je l’ai invité à visiter Salt Lake City et à faire une présentation à l’école de médecine de l’université d’Utah. Il a accepté avec joie et il s’en est remarquablement bien sorti. Puis, il est rentré en Chine.

Peu de temps après, il m’a demandé d’être professeur invité de chirurgie à l’université de médecine Shandong de Jinan (Chine). Par la suite, on m’a de nouveau demandé d’être professeur invité de deux autres universités de Chine.

Ces merveilleuses expériences professionnelles, antérieures à mon appel à l’apostolat, ont atteint leur plus haut degré quand des chirurgiens chinois m’ont demandé de réaliser une opération à cœur ouvert pour sauver la vie de leur plus grande vedette d’opéra. J’ai accepté et cette opération a été un énorme succès. C’était aussi la dernière de ma carrière professionnelle.

Cela fait presque quarante ans maintenant que je prie pour le peuple de la Chine. Je me réjouis de mon association avec des collègues de médecine et d’autres chers amis en Chine. Quelle joie c’est pour moi d’être à présent désigné officiellement comme un « vieil ami de la Chine » !

Je témoigne que, quand nous faisons tout ce que le prophète de Dieu nous demande de faire, la voie est ouverte et des vies changent.

À présent, j’espère que vous vous demandez : « Que puis-je faire, en tant qu’adolescent, pour aider au rassemblement d’Israël ? » Et bien, sœur Nelson et moi avons posé cette question et quelques autres à un groupe de jeunes âgés de douze à dix-huit ans.

Nous leur avons d’abord demandé : « Qu’est-ce que le rassemblement d’Israël ? » Et qu’est-ce que cela signifie pour vous ? » Ils ont donné des réponses très diverses, mais la majorité d’entre elles ont montré qu’ils n’étaient pas très sûrs de ce que c’était. Ce soir, nous voulons que vous sachiez que le rassemblement d’Israël consiste en définitive à offrir l’Évangile de Jésus-Christ aux enfants de Dieu, des deux côtés du voile, qui n’ont pas fait avec lui des alliances essentielles, ou reçu leurs ordonnances.

Chaque enfant de notre Père céleste mérite d’avoir la possibilité de choisir de suivre Jésus-Christ, d’accepter de recevoir son Évangile avec toutes ses bénédictions ; oui, toutes les bénédictions que Dieu a promises à la lignée d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, que l’on appelle Israël.

Vous, mes chers jeunes extraordinaires, avez été envoyés sur terre à ce moment précis, à cette époque absolument cruciale de l’histoire de la terre, pour aider à rassembler Israël ! Rien de ce qui se passe sur terre en ce moment n’est plus important que cela. Rien n’a de conséquences plus grandes. Absolument Rien.

Ce rassemblement devrait être de première importance pour vous. C’est la mission pour laquelle vous avez été envoyés sur terre.

Alors, la question que je vous pose est la suivante : « Êtes-vous disposés à vous enrôler dans le bataillon de jeunes du Seigneur pour aider à rassembler Israël ? » Réfléchissez-y. N’y répondez pas encore.

Revenons aux questions que sœur Nelson et moi avons posé à nos jeunes amis. Nous avons aussi demandé : « Si le prophète invitait chaque membre de l’Église âgé de douze à dix-huit ans à s’enrôler pour aider à rassembler Israël, que seriez-vous disposés à faire ? »

Les jeunes ont répondu par des commentaires inspirants et inspirés, tels que : « Si le prophète nous invitait à nous enrôler pour aider à rassembler Israël, il est absolument certain que j’y prendrais part. » Un autre a dit : « Je laisserais tomber ce que je suis en train de faire et j’aiderais ! » Et un autre : « J’irais faire ce qu’il me demande de faire, quoi que cela puisse être, parce que le prophète est un prédicateur envoyé par Dieu. »

Leurs réponses comprenaient également : « Je serais prêt à faire plus dans l’œuvre de histoire familiale. Je serais plus ouvert et je ferais plus d’efforts pour parler de l’Évangile. Je serais un bon exemple de vertus chrétiennes. Je ferais plus de baptêmes pour les morts ; je changerais des aspects de ma façon de vivre et des choix que je fais ; j’irais où il a besoin que j’aille, j’apprendrais une nouvelle langue, je ferais connaissance avec de nouvelles personnes ; je prêterais mon exemplaire du Livre de Mormon aux gens qui ne l’ont jamais lu. Et je serais la personne la plus gentille possible. »

Nous avons aussi demandé à ces jeunes quels sacrifices ils seraient disposés à faire pour pouvoir aider à rassembler Israël. Là encore, ils nous ont émerveillés. Ils ont répondu : « Je passerais moins de temps à faire du sport pour pouvoir aider une personne qui a besoin de la vérité. Je cesserais de perdre du temps avec mes amis et à la place, je les inviterais à venir au temple. Pour sûr, je réduirais le temps passé sur mon téléphone. Je réduirais mon temps passé devant un écran. Je serais [même] disposé à sacrifier mes siestes du dimanche après-midi ! »

Nous avons demandé : « si vous vouliez vous enrôler pour aider à rassembler Israël, que voudriez-vous commencer à faire ou cesser de faire ? » Ils ont donné des réponses comme celles-ci : « J’étudierais davantage les Écritures, et avec plus d’ardeur, pour pouvoir répondre aux questions que l’on pourrait me poser. Je passerais moins de temps sur les réseaux sociaux ; je serais plus engagé à œuvrer avec les missionnaires par de petites choses simples, y compris des actes de service quotidiens. Je passerais moins de temps sur mon téléphone, et quand je l’utiliserais, je publierais des passages des Écritures ou d’autres messages spirituels sur les réseaux sociaux. J’étudierais les discours de la conférence générale parce qu’ils sont super importants. Je mangerais sainement pour rester en forme. Je cesserais de ne penser qu’à moi. » Merci, frères et sœurs, pour vos réponses à nos questions.

Réfléchissez à ceci, mes chers jeunes frères et sœurs, je veux que vous sachiez que, dès aujourd’hui, je me prépare au jour où je devrai rendre compte à Joseph Smith, le prophète, à Brigham Young et à d’autres, – et finalement au Seigneur – de mon intendance en tant que prophète de Dieu sur la terre aujourd’hui. Je ne veux pas qu’on me demande : « Frère Nelson, pourquoi n’avez-vous pas été plus clair avec les jeunes au sujet de leur rôle dans le rassemblement d’Israël ? Pourquoi n’as-tu pas été plus hardi pour les engager à participer ? »

J’invite donc maintenant toutes les jeunes filles et tous les jeunes gens de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours âgés de douze à dix-huit ans à s’enrôler dans le bataillon de jeunes du Seigneur pour aider à rassembler Israël.

Il vous aidera. Tandis que vous continuez à lire quotidiennement le Livre de Mormon, vous apprendrez la doctrine concernant le rassemblement6 ainsi que les vérités concernant Jésus-Christ, son expiation et la plénitude de son évangile qui ne se trouve pas dans la Bible. Le Livre de Mormon est l’instrument pour accomplir le rassemblement d’Israël7. En fait, le rassemblement d’Israël ne pourrait pas s’accomplir sans le Livre de Mormon.

Je vous invite à vous préparer, dès maintenant, en faisant cinq choses ; cinq choses qui vous changeront et qui vous aideront à changer le monde.

Premièrement, désengagez-vous de votre recours constant aux réseaux sociaux, afin de réduire leur influence profane sur vous.

Je vais vous parler d’un jeune homme de votre âge, qui est le petit-fils d’un ami qui m’est cher. Il est populaire auprès de ses amis et c’est un meneur dans son lycée. Récemment, ses parents ont trouvé sur son téléphone des choses inconvenantes pour un disciple de Jésus-Christ. Ils ont insisté pour qu’il se déconnecte des réseaux sociaux pour un temps. Ils ont échangé son smartphone contre un téléphone à clapet, et il a paniqué. Comment allait-il rester connecté avec ses amis ?

Au départ, il était furieux contre ses parents, mais au bout de quelques jours seulement, il les a remerciés de lui avoir confisqué son téléphone. Il a dit : « Je me sens libre pour la première fois depuis longtemps. » Maintenant, il appelle ses amis sur son téléphone à clapet pour se connecter avec eux. Il leur parle réellement plutôt que d’envoyer constamment des textos !

Quels autres changements se sont produits dans la vie de ce jeune homme ? Il dit qu’à présent, il aime être libre de la fausse vie que créent les réseaux sociaux. Il est activement engagé dans la vie au lieu d’avoir tout le temps la tête dans son téléphone. Il participe à des activités récréatives en plein air au lieu de jouer à des jeux vidéo. Il est plus positif et il se rend plus utile dans son foyer. Il cherche des occasions de servir. Il écoute mieux à l’église, il a meilleure mine, il est beaucoup plus heureux et il se prépare activement à partir en mission ! Tout cela parce qu’il s’est soustrait à l’influence négative des réseaux sociaux.

Donc, la première invitation que je vous adresse aujourd’hui, c’est de vous désengager de votre recours constant aux réseaux sociaux, en vous abstenant des réseaux sociaux pendant sept jours. Je reconnais qu’il y a du bon dans les réseaux sociaux. Mais si vous y êtes plus attentifs à votre fil d’actualité sur les réseaux sociaux que vous ne l’êtes aux murmures du Saint-Esprit, vous vous mettez en danger spirituel, et vous courez le risque d’éprouver une solitude intense et de faire une dépression. Vous et moi connaissons des jeunes qui ont été influencés à faire et à dire des choses, sur les réseaux sociaux, qu’ils ne feraient jamais en personne. Le harcèlement en est un exemple.

L’un des inconvénients des réseaux sociaux est qu’ils créent une impression de fausse réalité. Tout le monde publie ses photos les plus agréables, aventureuses et enthousiasmantes, ce qui crée la fausse impression que tout le monde, vous excepté, mène une vie agréable, aventureuse et enthousiasmante. Une grande partie de ce qui apparaît dans vos divers fils d’actualités de réseaux sociaux est fausse. Alors, accordez-vous une retraite de sept jours de ce qui est faux !

Choisissez sept jours consécutifs et commencez ! Voyez si vous remarquez une quelconque différence dans ce que vous ressentez, ce que vous pensez, et même votre façon de penser au cours de ces sept jours. Au bout de sept jours, remarquez s’il y a des choses que vous voulez cesser de faire et des choses que vous voulez maintenant commencer à faire.

Ce jeûne spécial des médias sociaux ne doit être qu’entre vous et le Seigneur. Ce sera le signe que vous lui adresserez, que vous êtes disposés à vous éloigner du monde afin de vous enrôler dans son bataillon de jeunes.

Ma deuxième invitation est de faire un sacrifice hebdomadaire de temps en faveur du Seigneur, pendant trois semaines de suite, pour lui faire savoir que vous voulez faire partie de son bataillon de jeunes, plus que toute autre chose. Pendant trois semaines, renoncez à quelque chose que vous aimez faire et utilisez ce temps pour aider à rassembler Israël.

Chaque fois que vous faites quoi que ce soit qui aide qui que ce soit, d’un côté ou de l’autre du voile, à faire un pas vers les alliances avec Dieu et à recevoir ses ordonnances essentielles du baptême et du temple, vous aidez à rassembler Israël. C’est aussi simple que cela.

Si vous priez au sujet de ce sacrifice de temps, vous serez guidés pour savoir à la fois ce à quoi vous pouvez renoncer et ce que vous pouvez faire pour aider au rassemblement d’Israël. Par exemple, un jeune golfeur pourrait renoncer à une partie de golf et passer ce temps dans le baptistère du temple.

Ma troisième invitation est de faire une évaluation minutieuse de votre vie avec le Seigneur, et peut-être avec vos parents et votre évêque, pour vous assurer que vos pieds sont fermement ancrés sur le chemin des alliances. Si vous vous êtes éloigné du chemin des alliances, ou s’il y a des choses que vous avez besoin d’abandonner pour aider votre esprit et votre cœur à être plus purs, ce jour est le moment idéal pour vous repentir.

Si vous ne savez pas comment vous repentir, parlez-en à votre évêque ou à vos parents. Ils vous aideront à comprendre l’expiation de Jésus-Christ. Ils vous aideront à connaître la joie que le vrai repentir apporte toujours.

S’il vous plaît, ne restez pas hors du chemin des alliances une minute de plus. Je vous en prie, revenez-y par la route du repentir, maintenant. Nous avons besoin de vous à nos côtés dans le bataillon de jeunes du Seigneur. Ce ne sera pas la même chose sans vous !

Ma quatrième invitation est de prier chaque jour pour que tous les enfants de Dieu puissent recevoir les bénédictions de l’Évangile de Jésus-Christ. Vous et moi vivons actuellement pour voir, et continuerons de voir, Israël rassemblé avec puissance. Et vous pouvez faire partie de la puissance qui sous-tendra ce rassemblement !

La cinquième invitation que je vous adresse est de vous démarquer et d’être différents du monde. Vous et moi savons que vous devez être une lumière pour le monde. Par conséquent, le Seigneur a besoin que votre apparence, votre langage, vos actes et votre tenue vestimentaire soient ceux d’un vrai disciple de Jésus-Christ. Oui, vous vivez dans le monde, mais vous avez des principes très différents de ceux du monde, pour vous aider à vous préserver de la souillure du monde.

Avec le Saint-Esprit pour compagnon, vous pouvez voir au-delà de la culture de la célébrité qui s’est abattue sur notre société. Vous pouvez être plus intelligents que ne l’ont été les générations précédentes. Et si l’on vous dit parfois que vous êtes « bizarre », portez cette étiquette avec honneur et réjouissez-vous que votre lumière brille avec éclat dans ce monde qui s’enténèbre de plus en plus !

Montrez l’exemple au reste du monde ! Prenez le parti d’être différent ! La brochure intitulée Jeunes, soyez forts est votre norme. Le Seigneur attend de vous que vous en respectiez les principes. Moi qui suis son prophète, je vous supplie d’étudier encore cette brochure. Lisez-la en vous aidant de la prière, comme vous ne l’avez jamais lue auparavant. Faites-y des annotations. Parlez-en. Parlez de ces principes à vos amis. Décidez de la façon dont vous pouvez vivre avec plus d’exactitude ces principes, vos principes.

Vous avez votre propre exemplaire. Alors, ce soir, à la fin de la réunion, si vous choisissez de vous enrôler, prenez un exemplaire de Jeunes, soyez forts et, pour aider à rassembler Israël, offrez-le à un ami qui ne connaît pas vos principes, ou qui ne les applique pas.

Priez pour savoir qui a besoin de cette brochure. Vous serez guidés. Et ce sera formidable.

Revoyons maintenant mes cinq invitations pour vous enrôler dans le bataillon de jeunes du Seigneur pour rassembler Israël :

  1. Faites un jeûne des réseaux sociaux pendant sept jours.

  2. Faites un sacrifice hebdomadaire de temps pour le Seigneur pendant trois semaines.

  3. Restez sur le chemin des alliances. Si vous vous en êtes écartés, revenez-y.

  4. Priez quotidiennement pour que tous les enfants de Dieu puissent recevoir les bénédictions de l’Évangile de Jésus-Christ.

  5. Démarquez-vous. Soyez différents. Soyez une lumière. Offrez un exemplaire de la brochure Jeunes, soyez forts à un ami.

Mes chers jeunes frères et sœurs, vous êtes les meilleurs que le Seigneur ait jamais envoyés sur cette terre. Vous avez la capacité d’être plus intelligents et plus sages que n’importe quelle génération antérieure, et d’avoir une plus grande influence sur le monde !

Pour terminer, je vous invite à vous lever avec les jeunes du monde entier et à ressentir l’émotion que représente le fait d’être membre du bataillon de jeunes du Seigneur dans « l’armée de Sion », en chantant notre cantique de clôture, « Ô vaillants guerriers d’Israël ».

De toute mon âme, je vous témoigne que ceci est l’œuvre du Dieu Tout-Puissant. Il vit. Jésus est le Christ. Cette Église est son Église, rétablie pour accomplir sa destinée divine, qui comprend le rassemblement d’Israël promis.

Vous êtes les vaillants guerriers d’Israël, « [l’]espoir de notre salut8 » ! J’en témoigne au nom de Jésus-Christ. Amen.