Le grande apostasie
    Notes de bas de page

    Le grande apostasie

    Après la mort de Jésus-Christ, des méchants ont persécuté et tué de nombreux membres de l’Église. D’autres membres de l’Église se sont éloignés peu à peu des principes enseignés par Jésus-Christ et ses apôtres. Les apôtres ont été tués et l’autorité de la prêtrise, comprenant les clés pour diriger et recevoir les révélations pour l’Église, a été enlevée de la terre. Du fait que l’Église n’était plus dirigée par l’autorité de la prêtrise, des erreurs se sont glissées dans les enseignements de l’Église. Il est resté des personnes sincères et une grande part de vérité, mais l’Évangile tel qu’il avait été institué par Jésus-Christ était perdu. Cette période est appelée la grande apostasie.

    Cette apostasie a donné naissance à de nombreuses Églises dont les enseignements sont en désaccord. Pendant cette période, beaucoup d’hommes et de femmes ont cherché la vérité, mais sans pouvoir la trouver. De nombreuses personnes bonnes croyaient en Dieu et en Jésus-Christ. Elles essayaient de comprendre la vérité et de l’enseigner mais elles n’avaient pas tout l’Évangile ni l’autorité de la prêtrise. Il en est résulté que chaque génération a hérité d’un état d’apostasie car les gens étaient influencés par ce que les générations précédentes avaient trans-mis, y compris les changements dans l’Évangile du Christ.

    Dieu savait qu’une apostasie se produirait. Il a dit, par l’intermédiaire d’un prophète de l’Ancien Testament :

    « Voici, les jours viennent… où j’enverrai la famine dans le pays, non pas la disette du pain et la soif de l’eau, mais la faim et la soif d’entendre les paroles de l’Éternel.

    Ils seront errants d’une mer à l’autre, du septentrion à l’orient, ils iront ça et là pour chercher la parole de l’Éternel, et ils ne la trouveront pas. »

    Des personnes inspirées, comme Martin Luther et Jean Calvin, ont pris conscience que les pratiques et la doctrine avaient été changées ou perdues. Elles ont tenté de réformer les Églises auxquelles elles appartenaient. Mais, hélas, sans l’autorité de la prêtrise, l’Évangile du Christ ne pouvait pas être ramené à sa forme originelle. Un rétablissement était nécessaire.