Principe n° 4

« Approchez-vous de moi », Guide de soutien : Aide pour les conjoints et les familles des personnes en voie de guérison, 2014.

« Approchez-vous de moi », Guide de soutien : Aide pour les conjoints et les familles des personnes en voie de guérison.

Praying

Principe n° 4

Approchez-vous de moi

« Approchez-vous de moi et je m’approcherai de vous ; cherchez-moi avec diligence et vous me trouverez ; demandez et vous recevrez, frappez et l’on vous ouvrira. » (D&A 88:63).

S’en remettre à Dieu pour nous guider

En de nombreuses occasions, nous faisons face à des problèmes qui semblent dépasser notre capacité de les comprendre et de les surmonter. Notre besoin d’aide peut nous conduire à demander à notre Père céleste de nous guider et de nous diriger. Il nous a été conseillé : « Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu » (Jacques 1:5). Le Seigneur souhaite répondre à nos prières et il nous parlera par l’intermédiaire du Saint-Esprit. Richard G. Scott a enseigné : « Les inspirations de l’Esprit peuvent venir en réponse à une prière urgente ou sans qu’on les demande, en cas de besoin. Il arrive que le Seigneur vous révèle des vérités quand vous ne les recherchez pas, par exemple quand vous êtes en danger sans le savoir » (« Apprendre à être guidé spirituellement », Le Liahona, novembre 2009, p. 8).

Recevoir des révélations nécessite un effort de notre part. Harold B. Lee a dit : « Nous développons notre être spirituel par la pratique. […] Nous devons entraîner notre esprit avec le même soin que nous entraînons notre corps physique. » Il nous a donné ce conseil : « Prenez le temps de vous sanctifier chaque jour de votre vie » (Enseignements des présidents de l’Église : Harold B. Lee, 2000, p. 175-176). Il est important de prendre du temps pour méditer, réfléchir et tourner notre cœur vers les cieux. Cela nous aidera à recevoir, à reconnaître et à comprendre les inspirations du Saint-Esprit.

Les situations avec nos êtres chers peuvent nécessiter notre attention immédiate et nous amener à rechercher désespérément des réponses ou des directives. Notre sentiment d’urgence nous pousse alors à attendre une aide spirituelle immédiate. Bien que les réponses du Seigneur viennent parfois rapidement, les Écritures nous enseignent que la révélation est donnée « ligne sur ligne » (Ésaïe 28:10). Nous pouvons nous confier au Seigneur (Ésaïe 40:31) et avoir l’assurance qu’il nous parlera. C’est l’un des moyens de raffiner notre patience et notre caractère. Tout comme le peuple de Néphi ne comprit la voix qu’il entendait que la troisième fois (voir 3 Néphi 11:3), de même nous pouvons mettre du temps à reconnaître la révélation personnelle.

  • De quelles manières le Seigneur vous a-t-il guidé dans votre relation avec votre être cher ?

  • Qu’allez-vous faire pour rechercher la révélation du Seigneur pour vous guider ?

Étudier la parole de Dieu

Lorsque nous désirons savoir ce que le Seigneur veut que nous fassions, nous pouvons examiner et sonder les Écritures. Comme Néphi l’a enseigné dans le Livre de Mormon, « les paroles du Christ vous diront tout ce que vous devez faire » (2 Néphi 32:3). Richard G. Scott a dit : « Les Écritures sont comme des colonnes de lumière qui illuminent notre esprit et nous permettent d’être dirigés et inspirés d’en haut. Elles peuvent devenir la clé pour ouvrir le canal de la communion avec notre Père céleste et son Fils bien-aimé, Jésus-Christ » (« Le pouvoir des Écritures », Le Liahona, novembre 2011, p. 6). Les Écritures sont un moyen par lequel le Seigneur nous parle et nous aide pendant notre voyage vers la paix et la guérison. En méditant les Écritures et leurs enseignements, nous pouvons rechercher la direction de l’Esprit pour comprendre comment trouver la guérison auprès du Sauveur.

Prendre la Sainte-Cène

La Sainte-Cène est un moment de réflexion. Nous prenons la Sainte-Cène en souvenir du sacrifice expiatoire de Jésus-Christ, ainsi que pour renouveler nos alliances. La Sainte-Cène peut être pour nous un moment sacré au cours duquel nous concilions notre volonté avec celle de Dieu, nous y soumettons et sommes fortifiés spirituellement. Cela nécessite que nous cessions de penser à nos êtres chers pour nous concentrer sur notre propre force spirituelle. Il est naturel que nos pensées soient tournées vers les personnes que nous aimons et vers la manière dont leurs difficultés nous affectent, toutefois nous devons prendre le temps de renforcer notre relation avec Dieu et avec le Sauveur pendant la Sainte-Cène. En contrepartie, nous sommes spirituellement renforcés grâce au pouvoir habilitant du Sauveur Jésus-Christ. Il est important de ne pas nous laisser distraire pendant le renouvellement de nos alliances avec le Seigneur, même par les actions et les choix de nos êtres chers.

Nous désirons qu’ils aillent au Christ et soient guéris, mais c’est quelque chose qu’ils doivent faire par eux-mêmes. Notre Père céleste attend patiemment qu’ils exercent leur foi en Christ et prennent les décisions nécessaires pour être guéris. Nous devons nous aussi nous montrer patients et concilier notre volonté avec celle de Dieu. La Sainte-Cène nous donne l’occasion de montrer que nous sommes disposés à nous soumettre à notre Père céleste tout en persévérant avec foi. En remplaçant nos désirs par la confiance en sa volonté, nous prenons sur nous le nom du Christ et nous souvenons toujours de lui (voir D&A 20:77, 79).

  • Comment l’ordonnance de la Sainte-Cène vous fortifie-t-elle ?

Aller au temple

Nous pouvons avoir des difficultés à aller au temple lorsque certains de nos êtres chers ne peuvent pas y être avec nous. Cependant, les faiblesses et les choix d’un être cher n’affectent pas le droit d’un conjoint ou d’un membre de sa famille d’aller au temple et ils ne devraient pas influencer notre perception de notre dignité. Aller au temple et y servir nous fournit la force et les bénédictions dont nous avons besoin pour aller de l’avant et garder une perspective éternelle. Boyd K. Packer a dit : « Les temples sont le centre même de la force spirituelle de l’Église. Nous devons nous attendre à ce que l’adversaire tente de se mettre en travers du chemin de l’Église aussi bien que du nôtre individuellement lorsque nous cherchons à participer à cette œuvre sacrée et inspirée » (« Le saint temple », Le Liahona, octobre 2010, p. 35). En dépit des difficultés que nous rencontrons pour aller au temple, nous nous rapprocherons du Seigneur dans sa maison et recevrons sa force pour aller de l’avant avec foi et espérance.

Il poursuit : « Quand les membres de l’Église rencontrent des difficultés ou quand ils ont à prendre des décisions cruciales, il est fréquent qu’ils se rendent au temple. C’est un bon endroit où emporter nos soucis. Dans le temple, nous pouvons recevoir une perspective spirituelle. […] Parfois, notre esprit est tellement assailli de problèmes et il y a tant de choses qui réclament immédiatement notre attention que nous ne pouvons pas penser ni voir les choses clairement. Au temple, la poussière de nos préoccupations retombe, le brouillard et la brume se dissipent et nous pouvons ‘voir’ des choses que nous ne pouvions pas voir précédemment » (« Le saint temple », Le Liahona, octobre 2010, p. 35).

  • Quelles bénédictions avez-vous reçues à travers votre culte au temple ? Comment le culte au temple peut-il vous fortifier dans vos difficultés actuelles ?

Rechercher la compagnie du Saint-Esprit

Le Saint-Esprit nous guide dans nos décisions et nous protège de dangers physiques et spirituels. Par son intermédiaire, nous pouvons recevoir les dons de l’Esprit pour notre profit et pour celui des personnes que nous aimons et que nous servons (voir D&A 46:9-11). Il est véritablement le Consolateur (voir Jean 14:26). Tout comme la voix apaisante d’un parent aimant a le pouvoir de calmer un enfant qui pleure, de même les chuchotements de l’Esprit peuvent apaiser nos craintes, faire taire nos soucis persistants et nous consoler quand nous sommes dans le chagrin. Le Saint-Esprit nous remplit « d’espérance et d’amour parfait » (Moroni 8:26) et nous enseigne « les choses paisibles du royaume » (D&A 36:2).

Il peut être difficile de discerner les murmures de l’Esprit, en particulier dans les situations émotionnellement pesantes que nous affrontons parfois avec nos êtres chers. De temps en temps, nous nous demandons si les inspirations que nous recevons sont nos propres sentiments ou bien les murmures de l’Esprit. David A. Bednar a enseigné : « Si vous et moi avons le désir sincère d’avoir la compagnie constante du Saint-Esprit, invitons son influence dans notre vie par notre obéissance et nos actions, apprenons à écouter les murmures doux et légers et agissons en conséquence, alors je témoigne et je promets que nous serons capables de faire la différence entre nos propres émotions qui nous disent ce que nous voulons entendre et le Saint-Esprit qui nous dit ce que nous avons besoin d’entendre » (« Receiving, Recognizing, and Responding to the Promptings of the Holy Ghost » [veillée à l’université Brigham Young-Idaho, 31 août 1999, seulement en anglais] ; byui.edu). Le Saint-Esprit nous apporte la paix et nous guide quand nous recherchons son aide et avançons avec foi.

  • Comment le Saint-Esprit vous a-t-il réconforté dans vos afflictions ?

  • Comment avez-vous appris à reconnaître les inspirations du Saint-Esprit ?

  • Quelles inspirations avez-vous reçues du Saint-Esprit ? Comment les suivrez-vous ?

Family life

Tout comme la voix apaisante d’un parent aimant a le pouvoir de calmer un enfant qui pleure, de même les chuchotements de l’Esprit peuvent apaiser nos craintes, faire taire nos soucis persistants et nous consoler quand nous sommes dans le chagrin.