L’instruction et les saints des derniers jours
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

L’instruction et les saints des derniers jours

L’acquisition de connaissances est l’activité sacrée de toute une vie qui plaît à notre Père céleste et qui est favorisée par ses serviteurs.

Dans un discours prononcé lors de l’investiture d’un nouveau président de l’université Brigham Young, J. Reuben Clark, fils, (1871-1961), membre de la Première Présidence, a déclaré : « Quiconque veut pénétrer dans le domaine des connaissances doit l’aborder comme Moïse s’est approché du Buisson ardent ; il se tient sur un sol sacré ; il veut acquérir des choses sacrées. Nous devons entreprendre cette quête de la vérité – dans tous les domaines des connaissances humaines, quelles qu’elles soient, non seulement avec respect mais aussi dans un esprit d’adoration1. »

Nous, saints des derniers jours, croyons aux études et nous avons une conception de la manière et de la raison d’en faire. Notre religion enseigne que nous devons chercher la connaissance par l’Esprit et que nous avons pour intendance d’utiliser notre connaissance au profit du genre humain.

Notre quête de la vérité

Brigham Young (1801-1877) a enseigné : « [Notre] religion… [nous] pousse à rechercher diligemment à acquérir des connaissances. Aucun autre peuple n’est plus avide de voir, d’apprendre et de comprendre la vérité2. »

Notre quête de la vérité doit être aussi vaste que les activités de notre vie et aussi profonde que notre situation le permet. Un saint des derniers jours instruit doit chercher à comprendre les problèmes religieux, physiques, sociaux et politiques importants du jour. Plus nous avons la connaissance des lois célestes et des choses terrestres, plus nous pouvons exercer une influence bénéfique autour de nous et plus nous sommes à l’abri des influences vulgaires et néfastes qui peuvent nous tromper et nous détruire.

Dans notre quête de la vérité, nous devons rechercher l’aide de notre Père céleste aimant. Son Esprit peut diriger et intensifier nos efforts pour apprendre et magnifier notre capacité d’assimiler la vérité. Cet apprentissage avec l’aide de l’Esprit ne se limite pas aux salles de cours ni à la préparation d’examens scolaires. Il s’applique à tout ce que nous faisons dans la vie et partout où nous le faisons – chez nous, au travail et à l’église.

Si nous cherchons à recevoir et à appliquer la direction de l’Esprit dans un monde mené par les tendances et les problèmes de notre époque, nous sommes face à une avalanche d’informations souvent fausses et futiles offertes par la technologie moderne. Nous risquons de devenir ce qu’un observateur a appelé ‘des panneaux solaires humains’ – prêts à tout absorber lorsque nous nous connectons à ce vaste réseau d’information auquel on accède par le simple fait d’appuyer sur un bouton3. »

Nous subissons également le bombardement d’animateurs de débats télévisés, de psychologues de la télévision, de magazines de mode et de commentateurs de médias dont les valeurs faussées et les pratiques discutables peuvent orienter notre opinion et influencer notre comportement. Par exemple, Spencer W. Kimball (1895-1985) a dit : « Il n’y a jamais eu d’époque où le rôle de la femme ait été plus confus4. »

Dans ces conditions, la confusion, le découragement ou le doute vis-à-vis de soi peuvent commencer à éroder notre foi et à nous détourner du Sauveur et de l’édification de son royaume ici-bas. Si nous concentrons nos décisions sur les tendances et les directives du monde, nous flotterons et serons « emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction » (Éphésiens 4:14).

L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours n’est pas influencée par l’opinion publique ; elle enseigne des principes. La différence est profonde. Les tendances, la mode et l’idéologie pop sont fugaces et éphémères. Les principes servent d’ancres de sécurité, de direction et de vérité. Si nous amarrons nos idéaux et notre direction à la doctrine et aux principes, par exemple la foi au Seigneur Jésus-Christ et l’obéissance aux prophètes, nous aurons un guide totalement fiable et immuable pour les décisions de notre vie5. »

Nous ne devons pas avoir peur. Henry B. Eyring, premier conseiller dans la Première Présidence, a enseigné : « Le Seigneur sait ce que vous devez faire et ce que vous devez savoir. Il est bon et omniscient. Vous pouvez donc, avec confiance, vous attendre à ce qu’il ait préparé des occasions d’apprendre à vous préparer au service que vous rendrez. Vous ne reconnaîtrez pas parfaitement ces occasions… Mais quand vous donnerez la priorité aux choses spirituelles dans la vie, vous aurez la bénédiction de vous sentir guidés vers certaines connaissances et vous serez motivés pour travailler plus dur6. »

Dignité personnelle

Nos efforts pour apprendre doivent être associés à la dignité personnelle si nous voulons recevoir la direction du Saint-Esprit. Nous devons éviter l’impureté sexuelle, la pornographie et la drogue ainsi que les sentiments négatifs envers les autres ou nous-mêmes. Le péché chasse l’Esprit du Seigneur. Alors, la lumière spéciale de l’Esprit ne nous éclaire plus et la lampe de la connaissance vacille.

Dans la révélation moderne, il nous est promis que, si nous avons l’œil fixé uniquement sur la gloire de Dieu, ce qui inclut la dignité personnelle, notre « corps tout entier sera rempli de lumière, et il n’y aura pas de ténèbres en [nous] ; et ce corps qui est rempli de lumière comprend tout » (D&A 88:67).

Nous pouvons vérifier l’exactitude de ce principe éternel par expérience personnelle directe. Rappelez-vous une occasion où vous avez éprouvé du ressentiment ou que vous avez eu un esprit de querelle. Pouviez-vous étudier efficacement ? Avez-vous alors reçu de la lumière ?

Le péché et la colère enténèbrent l’esprit. Ils produisent un état opposé à la lumière et à la vérité qui caractérisent l’intelligence, qui est la gloire de Dieu (voir D&A 93:36). Le repentir, qui peut nous purifier du péché par le sacrifice expiatoire de Jésus-Christ, est donc une étape essentielle sur le chemin de la connaissance pour toutes les personnes qui sont à la recherche de la lumière et de la vérité grâce au pouvoir d’enseignement du Saint-Esprit.

Nous sommes des êtres imparfaits mais chacun de nous peut s’efforcer d’être plus digne de la compagnie de l’Esprit, ce qui multipliera notre discernement personnel et nous préparera à mieux défendre la vérité, à tenir bon face à la pression sociale et à apporter quelque chose de positif.

Études

Dans nos choix en matière d’études, nous devons nous préparer à subvenir à nos besoins et à ceux des personnes qui peuvent devenir dépendantes de nous. Il est nécessaire d’avoir des compétences recherchées sur le marché du travail . Les études sont indispensables à la sécurité et au bien-être personnels.

Notre Père céleste attend de nous que nous utilisions notre libre arbitre et l’inspiration pour nous analyser et analyser nos compétences puis décider des études que nous devons poursuivre. C’est surtout important pour les jeunes qui ont terminé leurs études secondaires, qui sont revenus de mission et qui doivent maintenant prendre une décision quant à la poursuite de leurs études et à leur vie professionnelle future. Le choix pouvant être sensiblement différent pour les hommes et les femmes, nous commençons par nous appuyer sur nos expériences comparatives en croyant qu’elles sont typiques de nombreux saints des derniers jours.

Frère Oaks : Comme la plupart des jeunes gens, j’ai fait des études approfondies, suivies et motivées par le besoin de me qualifier afin de subvenir aux besoins d’une famille. Après le deuxième cycle, j’ai fait le troisième. Je l’ai financé par un travail à temps partiel et par un emprunt remboursable grâce à ma capacité d’avoir des revenus supérieurs du fait de mes études. Entre-temps, je me suis marié et nous avons commencé à avoir des enfants. Le soutien de ma femme et la responsabilité de subvenir aux besoins d’une famille grandissante ont amélioré mes résultats scolaires et m’ont énormément motivé pour réussir mes études et pour avancer dans ma vie professionnelle. Après la fin de mes études, j’ai consacré une part du temps libre que je commençais à avoir alors à poursuivre ma formation professionnelle et à lire davantage dans les domaines de l’histoire de l’Église et de la culture générale que je souhaitais étudier depuis longtemps.

Sœur Oaks : Les études et les expériences éducatives des femmes sont souvent très différentes de celles des hommes. J’ai grandi à une époque où les femmes semblaient n’avoir que deux possibilités pour subvenir à leurs besoins – : l’enseignement ou la garde d’enfants. Mon « problème » était que je n’ai jamais envisagé de choisir l’une d’elles. Je ne trouvais pas possible ni nécessaire de subvenir à mes besoins. J’aimais apprendre et je savais travailler ; en fait, j’aimais travailler. J’ai eu de nombreux emplois d’été et de bons résultats scolaires. Quand j’ai commencé à comprendre que je devais subvenir complètement à mes besoins, j’ai été effrayée, presque paralysée par les difficultés imprévues qui me semblaient s’annoncer pour moi. Je n’avais pas de réelles compétences professionnelles. Mes études de culture générale avaient nourri mon âme mais il me fallait maintenant remplir mon porte-feuille.

J’ai fait des études de troisième cycle pour acquérir les compétences nécessaires pour subvenir à mes besoins. J’ai aimé chaque instant de ces études et non seulement j’ai appris de nouvelles idées mais j’ai aussi découvert mes propres capacités. Là où je m’étais sentie timide et quelque peu vulnérable, je me sentais maintenant capable et compétente pour affronter seule la vie.

Croisées de chemin

Nous savons que rien n’est plus embarrassant que de ne pas savoir quoi faire plus tard, mais rien n’est plus satisfaisant que de découvrir nos propres capacités. Lisez votre bénédiction patriarcale, voyez quelles sont vos aptitudes et vos talents et allez de l’avant. Faites le premier pas et des portes s’ouvriront. Par exemple, quand sœur Oaks a commencé à étudier la littérature anglaise, elle n’a jamais imaginé que cela la conduirait à une maison d’édition à Boston. Quand frère Oaks a étudié la comptabilité, il ne se doutait pas que cela le conduirait à des études juridiques, à l’université Brigham Young puis à la Cour suprême d’Utah. Pour le Seigneur, « toutes choses concourent [à notre] bien » (Romains 8:28) et l’instruction que nous recevons nous est donnée par étapes successives au fur et à mesure du déroulement de notre vie.

Nous devons choisir avec soin notre apprentissage car il a une rémanence éternelle et, quels que soient la connaissance utile, la sagesse ou « le degré d’intelligence » que nous acquérons dans cette vie, « ils se lèveront avec nous dans la résurrection » (D&A 130:18).

Il est inquiétant que tant de personnes, particulièrement de femmes, doutent d’elles-mêmes et de leur capacité de réussir. S’adressant à des étudiantes en mathématiques, en science et en informatique en mars 2005, Cecil O. Samuelson, fils, président de l’université Brigham Young, membre des soixante-dix, a déclaré : « L’un de vos professeurs m’a dit… que certaines d’entre vous manquent plus de confiance en leurs capacités et en leur avenir que les hommes qui font les mêmes études, bien que tout montre que ce n’est pas justifié. Vous devez être conscientes de vos talents, de vos compétences, de vos capacités et de vos points forts et bien comprendre le don que Dieu vous a fait7. »

Les femmes surtout peuvent essuyer des commentaires négatifs quand elles aspirent à avoir une vie professionnelle. Une jeune sœur approchant de la trentaine et devant subvenir à ses besoins a écrit pour demander conseil. Elle a confié qu’elle avait parlé à un représentant de l’autorité ecclésiastique de son projet de faire des études de droit et qu’il le lui avait déconseillé. Nous ne savons pas quelles étaient ses capacités et ses défaillances ; le conseil qu’elle a reçu était peut-être fondé là-dessus ou sur une inspiration en rapport avec sa situation. Mais on pouvait sentir sa détermination dans toutes les pages de sa lettre et il était clair qu’il fallait lui conseiller d’atteindre son plein potentiel.

Dans son message délivré lors de la réunion générale de la Société de Secours du 29 septembre 2007, Thomas S. Monson a dit aux femmes : « Ne priez pas pour avoir des tâches à la hauteur de vos capacités mais priez pour avoir la capacité d’être à la hauteur de vos tâches. Ensuite, l’accomplissement de vos tâches ne sera pas un miracle mais vous serez le miracle8. »

Nous mettons en garde les hommes et les femmes contre la tentation de ne pas donner la bonne priorité au mariage à cause du besoin de terminer leurs études et de s’établir financièrement. C’est un manque de clairvoyance éternel de poursuivre des études qui font obstacle au mariage, qui est une valeur éternelle, parce qu’il ne cadre pas avec notre calendrier professionnel, qui est une valeur du monde.

Une amie a accompagné sa fille dans sa recherche de programmes de troisième cycle dans l’Est des États-Unis. Sa fille, très motivée et très douée, savait qu’en entrant dans l’établissement numéro un de son choix, elle contracterait des dettes énormes pour financer ses études. La meilleure instruction vaut souvent les frais qu’elle entraîne mais, dans ce cas, la fille a prié et a estimé que, même si des dettes importantes ne l’empêcheraient pas de se marier, elles risquaient plus tard de l’empêcher de s’arrêter de travailler pour pouvoir rester chez elle avec ses enfants. Soyez sages. Chacun de nous est différent. Si vous lui demandez conseil, le Seigneur vous dira ce qui est le mieux pour vous.

Ayez soif d’apprendre

Jay J. Jensen, de la présidence des soixante-dix, a enseigné que nous devons toujours « conserver l’envie d’apprendre et de progresser9. Cette envie doit être aiguisée par le désir d’apprendre suscité par des priorités éternelles.

En plus d’accroître nos qualifications professionnelles, nous devons désirer apprendre à nous accomplir émotionnellement, à être plus experts dans nos relations personnelles et à être de meilleurs parents et de meilleurs citoyens. Il y a peu de choses qui soient plus épanouissantes et plus réjouissantes que d’acquérir de nouvelles connaissances. On en tire un grand bonheur, une grande satisfaction et des avantages financiers. L’instruction ne se limite pas aux études officielles. La pratique d’apprendre notre vie durant peut accroître notre capacité d’apprécier et de savourer le fonctionnement et la beauté du monde qui nous entoure. Ce genre de connaissances dépasse de loin les livres et l’utilisation sélective de la nouvelle technologie, par exemple l’Internet. Elle comprend les projets artistiques. Elle comprend aussi l’expérience des gens et des lieux : les conversations avec des amis, les visites de musées, les concerts et les occasions de servir. Nous devons nous développer et jouir du voyage.

Nous aurons peut-être des difficultés à atteindre nos buts mais nos efforts nous feront peut-être autant progresser que notre instruction. Les points forts que nous acquérons en surmontant les difficultés nous accompagneront dans les éternités à venir. Nous ne devons pas envier les personnes dont les ressources financières ou intellectuelles leur facilitent cette tâche. La progression n’a jamais été faite de facilité et les personnes pour qui les choses sont faciles devront progresser au prix d’autres sacrifices ou ne pas connaître la progression qui est l’objectif de la vie.

Le plus important est que nous sommes dans l’obligation de poursuivre notre instruction spirituelle en étudiant les Écritures et les ouvrages de l’Église et en nous rendant aux réunions de l’Église et au temple. En nous faisant un festin des paroles de vie, nous nous enrichissons, nous développons notre capacité d’instruire nos proches et nous nous préparons à la vie éternelle.

Le but ultime de l’instruction est de faire de nous de meilleurs parents et de meilleurs serviteurs dans le Royaume. À la longue, ce sont la croissance, la connaissance et la sagesse que nous acquérons qui développent notre âme et qui nous préparent à l’éternité, et non nos résultats à l’université. Les choses de l’Esprit sont celles qui sont éternelles et nos relations familiales, scellées par le pouvoir de la prêtrise, sont les fruits suprêmes de l’Esprit. L’instruction est un don de Dieu ; elle est l’une des pierres angulaires de notre religion quand nous l’utilisons au profit des autres.

À gauche : Photo Craig Dimond ; à droite : Illustrations photographiques John Luke, Matthew Reier et Christina Smith

Illustrations photographiques Robert Casey, Marina Lukach et Craig Dimond

Illustrations photographiques Matthew Reier, Craig Dimond et Christina Smith

Cet apprentissage avec l’aide de l’Esprit ne se limite pas aux salles de cours ni à la préparation des examens scolaires. Il s’applique à tout ce que nous faisons dans la vie et à tous les lieux où nous le faisons – chez nous, au travail et à l’église.

L’instruction ne se limite pas aux études officielles. La pratique d’apprendre notre vie durant peut accroître notre capacité d’apprécier et de savourer le fonctionnement et la beauté du monde qui nous entoure.