J’ai demandé à Dieu de toucher lecœur de ma mère
précédent suivant

J’ai demandé à Dieu de toucher lecœur de ma mère

Un jour d’octobre 1992, en revenant chez moi de l’école, au Cap-Vert, j’ai remarqué deux hommes en chemise blanche et cravate. J’ai décidé de leur parler. En leur parlant, j’ai ressenti beaucoup d’amour qui émanait d’eux. Ils m’ont dit leur nom et le nom de leur Eglise : l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Ils m’ont ensuite montré des photos de leur famille. Ils m’ont également demandé s’ils pouvaient venir chez moi et rencontrer ma famille.

Lorsqu’ils sont venus chez moi, ma mère les a reçus gentiment mais n’a pas été intéressée par leur message. Pourtant, j’ai énormément apprécié les leçons ; chacune semblait meilleure que la précédente. Le témoignage de Joseph Smith, le prophète, et la bonne nouvelle de l’Evangile rétabli étaient les messages les plus merveilleux que j’avais jamais entendu. Ils ont vraiment changé mon cœur. Par la suite, les missionnaires ont parlé de baptême. Ma mère n’était pas contente que je veuille entrer dans cette Eglise et ne voulait pas me laisser me faire baptiser.

J’ai continué à étudier les principes de l’Eglise et à assister à toutes les réunions et les activités. Mais, j’ai également obéi à ma mère. Les missionnaires lui ont souvent expliqué l’importance de mon baptême, mais elle ne voulait pas changer d’avis.

Un jour, en réunion de Sainte-Cène, une sœur missionnaire a parlé de la prière. Ses paroles m’ont profondément touché et, plus tard, j’ai médité chez moi sur ce qu’elle avait dit. Poussé par le Saint-Esprit, j’ai décidé de prier. Je suis sorti sur le perron de notre maison et j’ai prié à haute voix en ouvrant mon cœur à mon Père céleste. Je lui ai exprimé avec ferveur mon désir d’entrer dans son Eglise et je lui ai demandé de toucher le cœur de ma mère pour qu’elle accepte de me laisser me faire baptiser.

C’est une prière que je n’oublierai jamais ! Je suis rentré dans la maison et j’ai commencé à parler du baptême à ma mère. Sans faire la moindre objection, elle a répondu : « Si tu en as le désir, tu peux te faire baptiser. » J’avais le cœur plein de joie et de louanges pour le Seigneur. Je savais sans le moindre doute qu’il avait entendu et exaucé ma prière.

Je me suis fait baptiser le 13 février 1993 dans l’île de São Tiago, au Cap-Vert. Un peu plus d’un an plus tard, après de nombreuses prières ferventes, j’ai baptisé deux membres de ma famille, ma tante Edna et ma tante Ana. En juin 1994, j’ai reçu l’une des plus grandes bénédictions de ma vie, lorsque j’ai baptisé ma mère.

Notre Père céleste est bon et plein d’amour. Et il répond toujours à nos prières de la manière qu’il sait être la meilleure pour nous.

Adilson José Horta est membre de la première branche de Praia, du district de Praia (Cap-Vert)