Cherchez la connaissance: vous avez une œuvre à accomplir
    Notes de bas de page

    Cherchez la connaissance : vous avez une œuvre à accomplir

    Bénissez vos enfants et votre futur foyer en apprenant autant que vous le pouvez.

    Mes chères jeunes filles, comme nous aimons chacune de vous ! Nous vous voyons vous lever et briller courageusement dans un monde où de grandes difficultés accompagnent de grandes possibilités. Vous vous demandez peut-être : « Qu’est-ce que l’avenir me réserve ? » Je vous assure que vous êtes des filles fidèles de Dieu, vous avez un brillant avenir ! Vous vivez à une époque où les vérités de l’Évangile ont été rétablies et ces vérités se trouvent dans les Écritures. Vous avez reçu le don du Saint-Esprit au moment de votre baptême et le Saint-Esprit vous enseignera la vérité et vous préparera pour les difficultés de la vie.

    Dieu vous a donné le libre arbitre et l’occasion d’apprendre pendant votre séjour sur terre, et il a une œuvre à vous faire accomplir. Pour accomplir cette œuvre, vous avez la responsabilité personnelle de chercher la connaissance. La clé de votre avenir, votre « lueur d’espoir1», se trouve : dans le nouveau livret Jeunes, soyez forts, sous le principe de l’instruction, et dans Mon progrès personnel, dans le domaine de la connaissance.

    « L’instruction… vous ouvrira des portes2. » En suivant l’exhortation du Seigneur : « Cherchez la connaissance par l’étude et aussi par la foi3 », vous obtenez non seulement la connaissance par votre étude mais également une lumière nouvelle si vous apprenez par la foi.

    Recherchez la connaissance en étudiant diligemment. Vous pourrez rarement passer autant de temps à étudier que vous le pouvez actuellement. Gordon B. Hinckley a donné les sages conseils suivants aux jeunes de l’Église : « Les habitudes que vous prenez pendant vos études influenceront grandement la soif de connaissances que vous aurez pendant toute votre vie4. » « Vous devez acquérir toute l’instruction que vous pouvez… Sacrifiez tout ce qu’il faudra pour vous qualifier pour travailler dans [ce] monde… Entraînez votre esprit et vos mains afin d’exercer une bonne influence pendant le reste de votre vie5. »

    En s’adressant spécifiquement aux femmes, Thomas S. Monson a dit : « L’avenir est souvent inconnu ; nous devons donc nous préparer à des incertitudes… Je vous exhorte à faire des études et à suivre des formations demandées sur le marché du travail afin que, si vous vous trouvez dans cette obligation, vous soyez préparées à gagner votre vie6. »

    Jeunes filles, suivez les conseils de ces prophètes sages et inspirés. Soyez une bonne élève. Levez-vous et brillez dans vos établissements scolaires en travaillant dur et en étant honnêtes et intègres. Si vous avez des difficultés scolaires, demandez de l’aide à vos parents, vos professeurs et des membres de l’Église qui peuvent vous aider. N’abandonnez jamais !

    Faites la liste de ce que vous voulez apprendre puis « faites part de vos buts en matière d’instruction à votre famille, vos amis et vos dirigeants afin qu’ils puissent vous soutenir et vous encourager7 ». C’est la méthode du programme Mon progrès personnel.

    Grâce à la technologie, vous êtes les témoins d’une explosion de connaissances. Vous êtes constamment bombardées de sons, de vidéos et de réseaux. Sachez les sélectionner et ne laissez pas cette vague de renseignements vous distraire ou ralentir votre progression. Levez-vous, jeunes filles ! C’est vous qui déterminez vos objectifs. C’est vous qui décidez de ce qui entre dans votre esprit et votre cœur.

    Certaines des choses les plus importantes, c’est en dehors des salles de classe que vous les apprendrez. Entourez-vous de femmes exemplaires qui peuvent vous enseigner des talents ménagers, artistiques, musicaux ou sportifs ainsi que d’histoire familiale, de rédaction ou d’expression orale. Faites leur connaissance et demandez-leur d’être votre guide. Lorsque vous apprenez quelque chose de nouveau, enseignez-le aux activités d’échange ou devenez le guide d’autres jeunes filles comme cela est stipulé dans les conditions pour obtenir votre Abeille d’honneur.

    En plus d’une mère merveilleuse, j’ai eu de nombreux guides dans ma vie. J’ai tout d’abord découvert ce qu’est le rôle d’un guide quand je n’avais que neuf ans. Mon instructrice de la Primaire m’a appris à broder au point de croix « J’apporterai la lumière de l’Évangile dans mon foyer », ce tableau a été accroché dans ma chambre pendant toute mon adolescence. Pendant que je faisais cette broderie, mon instructrice m’a guidée, m’a reprise et m’a toujours encouragée. Il y a eu ensuite d’autres guides. Deux excellentes couturières de ma paroisse m’ont appris la couture. Grâce à leurs conseils, leur patience et leurs encouragements, j’ai présenté une robe à un concours de couture lorsque j’avais quatorze ans et j’ai gagné un prix ! Ce processus à également augmenté ma soif de connaissances et d’excellence dans d’autres domaines.

    Les connaissances acquises maintenant porteront de nombreux fruits lorsque vous deviendrez mère. « Le niveau d’instruction d’une mère a une profonde influence sur les choix scolaires de ses [enfants]8. » L’instruction d’une mère peut être la « clé pour stopper [le] cycle de la pauvreté9 ». « En général, les femmes ayant fait plus d’études… donnent naissance à des bébés en meilleure santé, ont des enfants en meilleure santé, ont plus confiance en elles, sont plus aptes à surmonter les épreuves, raisonnent mieux et ont un meilleur jugement10. »

    Nous apprenons dans la déclaration au monde sur la famille que « la mère a pour première responsabilité d’élever ses enfants11. » Permettre à vos enfants de s’instruire fait partie de votre responsabilité sacrée de les élever. Comme pour les jeunes guerriers qui avaient été « instruits par leurs mères12 », vous serez l’enseignante la plus importante que vos enfants auront jamais ; par conséquent, choisissez soigneusement vos études. Soyez une bénédiction pour vos enfants et votre futur foyer en apprenant maintenant le plus de choses possible.

    Recherchez la connaissance par la foi. Nous apprenons par la foi lorsque nous acquérons diligemment la connaissance spirituelle par la prière, l’étude des Écritures et l’obéissance et lorsque nous cherchons à être guidés par le Saint-Esprit qui témoigne de toute vérité. Si vous faites votre part pour acquérir la connaissance, le Saint-Esprit peut éclairer votre intelligence. Si vous vous efforcez de rester dignes, le Saint-Esprit vous guidera et vous éclairera.

    Lorsque j’étais jeune fille, j’ai emprunté des skis beaucoup trop longs et des chaussures beaucoup trop grandes et un ami m’a appris à skier ! Nous sommes partis par un magnifique jour de printemps ensoleillé, avec une neige parfaite et un ciel bleu sans un nuage. Tandis que j’apprenais à skier, l’inquiétude concernant les pentes raides a fait place à de la joie. Bien que je sois tombée plusieurs fois avec ces longs skis, je me suis relevée et j’ai continué à essayer. J’ai appris à aimer ce sport !

    Cependant, j’ai vite découvert que les journées de ski et les conditions météorologiques n’étaient pas toutes aussi idéales. Les jours où le ciel était couvert, nous skiions avec une luminosité laiteuse. La luminosité laiteuse est produite par la diffusion de la lumière du soleil au travers des nuages. Ces jours-là, quand on regarde la neige blanche devant soi, la notion de relief disparaît et il est difficile d’évaluer le dénivelé d’une piste ou de voir les bosses sur une pente.

    Jeunes filles, vous regardez peut-être votre avenir comme j’ai regardé cette piste de ski pentue. Vous avez peut-être parfois l’impression de vivre dans une lumière laiteuse et de ne pas pouvoir voir ce qui vous attend. L’acquisition de connaissances par la foi vous donnera confiance et vous aidera à trouver votre chemin dans les moments d’incertitude.

    Dans le vingt-cinquième chapitre de Matthieu, la parabole des dix vierges nous enseigne que la préparation spirituelle est essentielle et doit être faite par chacun. Vous vous souvenez que les dix vierges ont toutes été invitées à accompagner l’époux à la noce mais que seules les cinq vierges sages étaient prêtes et avaient de l’huile dans leur lampe.

    « Les folles dirent aux sages : Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent.

    « Les sages répondirent : Non ; il n’y en aurait pas assez pour nous et pour vous ; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous.

    « Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva ; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée13. »

    Peut-être pensez-vous que c’était égoïste de la part des cinq vierges sages de ne pas avoir partagé leur huile, mais c’était impossible. La préparation spirituelle doit être faite par chacun, goutte après goutte, et elle ne peut pas être partagée.

    Le moment est venu de vous appliquer diligemment à accroître votre connaissance spirituelle, goutte après goutte, par la prière, l’étude des Écritures et l’obéissance. Le moment est venu de poursuivre vos études, goutte après goutte. Chaque pensée et chaque action vertueuses ajoutent aussi de l’huile à votre lampe et vous qualifient pour être guidées par le Saint-Esprit, notre instructeur divin.

    Le Saint-Esprit vous guidera sur votre chemin, dans la condition mortelle, même lorsque vous aurez l’impression d’être dans une luminosité laiteuse, incertaines de ce qui vous attend. Vous ne devez pas avoir peur. Si vous restez sur le chemin qui mène à la vie éternelle, le Saint-Esprit vous guidera dans vos décisions et dans votre apprentissage.

    Je témoigne, par expérience personnelle, que, si vous recherchez la connaissance non seulement par l’étude mais aussi par la foi, vous serez guidées dans ce que « le Seigneur… aura besoin que vous fassiez et ce que vous devrez savoir14 ».

    J’ai reçu ma bénédiction patriarcale lorsque j’étais jeune fille et il m’a été conseillé de me préparer en recevant une bonne formation et en apprenant tôt dans la vie les vertus nécessaires pour édifier un foyer et élever des enfants. Je désirais tant la bénédiction d’avoir une famille ; mais cette bénédiction ne m’a été accordée qu’à l’âge de trente-sept ans, lorsque je me suis finalement mariée. Mon mari était veuf ; ainsi le jour où nous avons été scellés au temple j’ai soudain eu non seulement un mari mais aussi une famille de quatre enfants.

    Longtemps auparavant, il y avait eu de nombreux jours où j’avais eu l’impression de skier dans cette luminosité laiteuse, me posant la question : « Qu’est-ce que l’avenir me réserve ? » J’ai essayé de suivre les exhortations de ma bénédiction patriarcale. J’ai étudié diligemment pour devenir enseignante et j’ai continué mes études pour devenir directrice d’école. J’ai prié mon Père céleste et cherché à être guidée par le Saint-Esprit. J’ai continué à croire ardemment aux promesses des prophètes qui m’assuraient que, si je restais fidèle, respectais mes alliances, servais Dieu, aimais mon Père céleste et le Seigneur Jésus-Christ, aucune bénédiction éternelle que notre Père céleste a en réserve pour ses enfants fidèles ne me serait refusée15.

    Je sais que mon instruction m’a préparée pour une vie qui n’a rien à voir avec ce que j’avais imaginé lorsque j’étais jeune fille. Je pensais que je faisais des études pour devenir enseignante et pour instruire mes futurs enfants mais je ne savais pas que le Seigneur me préparait aussi à enseigner l’anglais en Mongolie en mission avec mon mari et à instruire les jeunes filles de l’Église à travers le monde, ou encore à enseigner à mes petits-enfants la valeur de la connaissance. Ce sont toutes de merveilleuses bénédictions que je n’aurais jamais pu imaginer.

    Je témoigne que notre Père céleste vous connaît et vous aime réellement. Il a une grande confiance en vous et il a une œuvre que vous seules pouvez accomplir. Je tiens à vous assurer que vous serez prêtes pour cette grande œuvre si vous recherchez la connaissance par l’étude et aussi par la foi. J’en témoigne au nom de Jésus-Christ. Amen.