Menu Jeunes

    Les témoins spéciaux témoignent du Christ vivant

    Les membres de la Première Présidence et du Collège des douze apôtres témoignent du Sauveur.

    Les membres de la Première Présidence et du Collège des douze apôtres sont les prophètes, les voyants et les révélateurs actuels « témoins spéciaux du Christ dans le monde entier » (D&A 107:23). Comme tels, ils ont la responsabilité de témoigner de la divinité de Jésus-Christ et de sa mission de Sauveur et Rédempteur du monde.

    Dans les citations suivantes, ces hommes choisis et mandatés rendent témoignage de l’expiation du Sauveur, de sa résurrection et de sa réalité vivante.

    Jésus est notre Rédempteur

    « De tout mon cœur et de toute l’ardeur de mon âme, j’élève la voix pour attester en témoin spécial et déclarer que Dieu vit. Jésus est son Fils, le Fils unique du Père dans la chair. Il est notre Rédempteur, il est notre Médiateur auprès du Père. Il est mort sur la croix pour expier nos péchés. Il est devenu les prémices de la résurrection. Parce qu’il est mort, tous revivront. ‘Que ces mots réchauffent le cœur : Je sais qu’il vit mon Rédempteur !’ » [« Je sais qu’il vit, mon Rédempteur », Cantiques, no. 73].

    Thomas S. Monson, « Je sais que mon Rédempteur est vivant » ! Voir Le Liahona, mai 2007, p. 25)

    Je suis un témoin

    « Je suis un témoin de la résurrection du Seigneur aussi sûrement que si j’avais été là le soir avec [les] deux disciples dans la maison sur le chemin d’Emmaüs. Je sais qu’il vit aussi sûrement que le savait Joseph Smith quand il a vu le Père et le Fils dans la lumière d’un matin radieux dans un bosquet à Palmyra. [...]

    J’en témoigne, en tant que témoin du Sauveur ressuscité, notre Rédempteur. »

    Henry B. Eyring, premier conseiller dans la Première Présidence, « Venez à moi », Le Liahona, mai 2013, p. 25.

    L’Expiation et le salut

    « Dieu le Père est l’auteur de l’Évangile ; c’est l’élément clé de son plan du salut ou plan de rédemption. Il s’appelle l’Évangile de Jésus-Christ parce que c’est par l’expiation de Jésus-Christ que la rédemption et le salut sont possibles. Grâce à l’Expiation, tous les hommes, toutes les femmes et tous les enfants sont inconditionnellement rachetés de la mort physique et seront rachetés de leurs péchés à condition qu’ils acceptent l’Évangile de Jésus-Christ et y obéissent. […].

    J’en rends témoignage de tout mon cœur et de tout mon esprit. »

    Dieter F. Uchtdorf, deuxième conseiller dans la Première Présidence, « N’avons-nous pas raison de nous réjouir ? » Le Liahona, novembre 2007, p. 19, 21

    Jésus est le Christ

    « Je sais que Dieu est notre Père. Il a présenté son Fils, Jésus-Christ, à Joseph Smith. Je vous déclare que je sais que Jésus est le Christ. Je sais qu’il vit. Il est né au midi des temps. Il a enseigné son Évangile et il a été mis à l’épreuve. Il a souffert et a été crucifié et est ressuscité le troisième jour. Comme son Père, il un corps de chair et d’os. Il a accompli son expiation. Je témoigne de lui. Je suis son témoin. »

    Boyd K. Packer, président du Collège des douze apôtres, « Les Douze », Le Liahona, mai 2008, p. 87.

    Une rançon pour la famille humaine

    « [Jésus-Christ] est la pièce maîtresse du plan éternel du Père, le Sauveur donné en rançon pour l’humanité. Dieu a envoyé son Fils bien-aimé pour vaincre les effets de la chute d’Adam et Ève. Il est venu sur la terre pour être notre Sauveur et notre Rédempteur. Il a surmonté l’obstacle de la mort physique pour nous en donnant sa propre vie. Quand il est mort sur la croix, son esprit s’est séparé de son corps. Le troisième jour, son esprit et son corps ont été réunis éternellement, pour ne plus jamais être séparés ».

    Voir L. Tom Perry, du Collège des douze apôtres, « Le plan du salut », Le Liahona, novembre 2006, p. 71.

    L’acte essentiel de l’histoire humaine

    « L’expiation [du Sauveur] a été accomplie à Gethsémané, où sa sueur devint comme des grumeaux de sang (voir Luc 22:44), et sur le Golgotha (ou Calvaire), où son corps fut élevé sur la croix ‘au lieu du crâne’, signifiant la mort (Marc 15:22 ; Matthieu 27:33 ; voir également 3 Néphi 27:14). Cette expiation infinie allait libérer l’homme de l’infinité de la mort (voir 2 Néphi 9:7). L’expiation du Sauveur a fait de la résurrection une réalité et de la vie éternelle une possibilité pour tous. Son expiation est l’acte essentiel de toute l’histoire humaine ».

    Russell M. Nelson, du Collège des douze apôtres, « La paix et la joie de savoir que le Sauveur vit », Le Liahona, décembre 2011, p. 22.

    Un sacrifice pour le péché

    « Jésus-Christ a enduré une souffrance incompréhensible pour s’offrir en sacrifice pour les péchés de tous. Ce sacrifice offrait le bien absolu, l’Agneau pur et sans défaut, pour la mesure absolue du mal : les péchés du monde entier. [...]

    Ce sacrifice, l’expiation de Jésus-Christ, est au centre du plan du salut. [...]

    Je sais que Jésus-Christ est le Fils unique de Dieu, le Père éternel. Je sais que, grâce à son sacrifice expiatoire, nous avons l’assurance d’accéder à l’immortalité et la possibilité d’avoir la vie éternelle. Il est notre Seigneur, notre Sauveur et notre Rédempteur. »

    Dallin H. Oaks, du Collège des douze apôtres, « Le sacrifice », Le Liahona, mai 2012, p. 19, 22.

    Le Sauveur guide son Église aujourd’hui

    « L’expiation de Jésus-Christ était un élément indispensable du plan de notre Père céleste pour la mission terrestre de son Fils et pour notre salut. Nous devrions être extrêmement reconnaissants que notre Père céleste ne soit pas intervenu, mais qu’il ait retenu son instinct paternel, qui aurait été d’aller au secours de son Fils bien-aimé. En raison de son amour éternel pour vous et pour moi, il a permis que Jésus mène à bien la mission à laquelle il était préordonné qui était de devenir notre Rédempteur. [...]

    Jésus-Christ, le Sauveur et Rédempteur de toute l’humanité, n’est pas mort. Il vit, le Fils de Dieu ressuscité vit, c’est là mon témoignage, et il guide les affaires de son Église aujourd’hui. »

    M Russell Ballard, du Collège des douze apôtres, « L’Expiation et la valeur d’une seule âme », Le Liahona, mai 2004, p. 85, 86.

    Notre espérance, notre Médiateur, notre Rédempteur

    « C’est en [notre Père céleste] et en son Fils bien-aimé, Jésus-Christ, que repose notre sécurité. Je sais que le Sauveur vous aime. Pour vos efforts, il vous donnera une confirmation pour fortifier votre témoignage, afin que cela devienne dans votre vie une extraordinaire puissance bénéfique, une puissance qui vous soutiendra dans tous les moments de besoin, et qui vous apportera la paix et l’assurance dans ces temps incertains.

    Moi, l’un de ses apôtres, autorisé à témoigner de lui, je témoigne solennellement que je sais que le Sauveur vit, qu’il est un personnage ressuscité, glorifié, à l’amour parfait. Il est notre espérance, notre Médiateur, notre Rédempteur ».

    Richard G. Scott, du Collège des douze apôtres, « La puissance d’un grand témoignage », Le Liahona, janvier 2002, p. 103.

    Boire la coupe amère

    « Dans le jardin de Gethsémané, notre Sauveur et Rédempteur n’a pas hésité à boire la coupe amère de l’Expiation [voir D&A 19:16-19]. Et sur la croix, il a de nouveau souffert pour accomplir la volonté de son Père, jusqu’à ce qu’il puisse enfin dire : ‘Tout est accompli’ [Jean 19:30]. Il a persévéré jusqu’à la fin. En réponse à la parfaite obéissance du Sauveur qui est resté ferme, notre Père céleste a déclaré : ‘Voici mon Fils bien aimé, en qui je me complais, en qui j’ai glorifié mon nom’ [3 Néphi 11:7].

    […] Glorifions le nom de Dieu en restant forts aux côtés de notre Sauveur, Jésus-Christ. Je témoigne solennellement qu’il vit. »

    Voir Robert D. Hales, du Collège des douze apôtres, « Restez forts en des lieux saints », Le Liahona, mai 2013, p 51.

    Le seul enfant parfait de Dieu

    « Je sais que Dieu est en tout temps, de toutes les façons et en toutes circonstances notre Père céleste aimant et clément. Je sais que Jésus est son seul Enfant parfait, dont la vie a été donnée avec amour par la volonté du Père et du Fils pour notre rédemption à nous tous, qui sommes imparfaits. Je sais qu’il est ressuscité des morts afin de vivre de nouveau, et que, grâce à cela, vous et moi ressusciterons aussi ».

    Voir Jeffrey R. Holland, du Collège des douze apôtres, « Je crois, Seigneur », Le Liahona, mai 2013, p. 95.

    Je sais que le Sauveur vit

    « Je proclame mon témoignage et ma reconnaissance pour le sacrifice infini et éternel du Seigneur Jésus-Christ. Je sais que le Sauveur vit. J’ai fait l’expérience et de son pouvoir rédempteur et de son pouvoir habilitant, et je témoigne que ces deux pouvoirs sont réels et que chacun de nous peut les utiliser. ‘Avec la force du Seigneur’, nous pouvons véritablement tout faire et tout surmonter tandis que nous avançons résolument dans notre voyage de la condition mortelle. »

    David A. Bednar, du Collège des douze apôtres, « L’Expiation et le voyage de la condition mortelle », Le Liahona, avril. 2012, p00 19.

    Le Christ s’est acquitté de sa mission

    « [Le Sauveur] a pris sur lui ‘le fardeau des péchés de l’humanité’ et les ‘horreurs que Satan… pouvait infliger’ [James E. Talmage, Jésus le Christ, p. 659-660]. Il a ainsi subi les simulacres de procès et les événements terribles et tragiques qui ont mené à sa crucifixion. Tout cela a mené au point culminant qu’a été la résurrection triomphante du Christ le dimanche de Pâques. Le Christ s’était acquitté de sa mission sacrée de Sauveur et de Rédempteur. Nous allons ressusciter ; notre esprit et notre corps seront réunis. […]

    Je rends mon témoignage apostolique que Jésus-Christ vit et qu’il est le Sauveur et le Rédempteur du monde. Il a ouvert le chemin qui mène au vrai bonheur. »

    Voir Quentin L. Cook, du Collège des douze apôtres, « Nous suivons Jésus-Christ », Le Liahona, mai 2010, p. 83–84, 86.

    Le Sauveur nous a rachetés

    « La souffrance du Sauveur à Gethsémané et son agonie sur la croix nous rachètent du péché en satisfaisant aux exigences que la justice nous impose. Il accorde la miséricorde et pardonne aux personnes qui se repentent. L’Expiation satisfait aussi la dette que la justice nous doit en nous guérissant et en compensant toutes les souffrances que nous subissons alors que nous sommes innocents. ‘Car voici, il subit les souffrances de tous les hommes, oui, les souffrances de tous les êtres vivants, tant des hommes que des femmes et des enfants, qui appartiennent à la famille d’Adam’ (2 Néphi 9:21 ; voir également Alma 7:11-12). […]

    La rédemption ultime est en Jésus-Christ et en lui seul. Je le reconnais humblement et avec gratitude comme le Rédempteur. »

    D. Todd Christofferson, du Collège des douze apôtres, « Rédemption », Le Liahona, mai 2013, p. 110, 112.

    La résurrection et la vie

    « Par-dessus tout, nous proclamons notre Sauveur et Rédempteur, Jésus-Christ. Tout ce que nous sommes, tout ce que nous serons jamais, c’est à lui que nous le devons. […]

    Ses paroles se font entendre à travers les siècles :

    ‘Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort ;

    Et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais’ (Jean 11:25-26).

    Mes frères et sœurs, il vit. Il est ressuscité. Il guide sa sainte œuvre sur la terre. »

    Neil L. Andersen, du Collège des douze apôtres, « Allez au Christ », Le Liahona, mai 2009, p. 80.

    Erreur lors de l’envoi du formulaire. Veillez à ce que tous les champs soient remplis correctement et réessayez.

     
    1000 caractères restants

    Raconte ton expérience

    ou Annuler