Menu Jeunes

    Comment savoir que j’ai reçu le pardon ?

    Tad R. Callister Of the Presidency of the Seventy

    La promesse est sûre, si nous faisons de notre mieux pour nous repentir, nous serons purifiés de nos péchés et notre culpabilité sera finalement balayée.

    Quand j’étais président de mission, les missionnaires m’ont souvent posé ces deux questions : (1) Comment savoir si j’ai reçu le pardon de mes péchés ? et (2) Si j’ai reçu le pardon, pourquoi est-ce que je ressens encore de la culpabilité ?

    Quand on me posait ces questions, je répondais habituellement en disant : « Si vous ressentez l’Esprit — quand vous priez, lisez les Écritures, enseignez, témoignez, ou à n’importe quel autre moment — alors c’est la preuve que vous avez été pardonné ou que le processus de purification est en cours, car l’Esprit ne peut pas demeurer dans un temple impur » (voir Alma 7:21). Dans la plupart des cas, le processus de purification prend du temps car notre changement de cœur prend du temps, mais en attendant, nous pouvons continuer d’avancer avec la confiance que Dieu approuve notre progression, comme la présence de son Esprit le manifeste.

    Certaines personnes sont plus dures avec elles-mêmes que ne l’est le Seigneur. Bien-sûr nous devons nous repentir pour pouvoir prétendre au pardon et au pouvoir purificateur de l’Expiation, mais une fois que nous nous sommes repentis, on ne saurait trouver un repenti souillé dans le royaume de Dieu. Il n’y a pas de marque noire sur notre cheville mentionnant « 2008 : péchés » ou de tache marron derrière notre oreille gauche indiquant « 2010 : offenses ». Le Seigneur a décrit le pouvoir purificateur universel de l’Expiation quand il a déclaré : « Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige » (Ésaïe 1:18). C’est le miracle de l’expiation de Jésus-Christ.

    Je crois que parfois nos péchés sont purifiés avant que la culpabilité ne s’éloigne. Pourquoi cela ? Peut-être que dans la miséricorde de Dieu, le souvenir de cette culpabilité est un avertissement, un panneau « Stop » spirituel qui, quand une tentation similaire se présente devant nous, nous alerte en disant : « N’emprunte pas cette route. Tu connais la souffrance qu’elle peut apporter ». Peut-être que pour les personnes en cours de repentir, sa finalité est d’être une protection et pas une punition.

    Notre culpabilité pourra-t’elle un jour disparaître ? La promesse du Seigneur est sûre à ce sujet. Il a dit aux justes que le temps viendra où « il n’y aura plus […] ni deuil, ni cri, ni douleur : car les premières choses ont disparu » (Apocalypse 21:4 ; italiques ajoutés).

    Il semble qu’il existe deux conditions qui nous libéreront de toute culpabilité et de toute souffrance. La première est notre foi inébranlable en Jésus-Christ et en son expiation. La deuxième est l’acquisition d’une personnalité qui n’a « plus de dispositions à faire le mal, mais à faire continuellement le bien. »

    Mosiah 5:2

    Je ne sais pas si nous oublierons nos péchés, mais le temps viendra où ceux qui se repentent ne seront plus troublés par leur péchés. Comme ce fut le cas pour Énos, dont la culpabilité avait été balayée (voir Énos 1:6), pour les Lamanites convertis, qui avaient témoigné que le Seigneur avait ôté la culpabilité de leur cœur (voir Alma 24:10), et pour Alma, qui s’était exclamé qu’il ne pouvait plus se souvenir de ses souffrances (voir Alma 36:19 ; italiques ajoutés). Il ne fait aucun doute qu’ils se souvenaient tous de leurs péchés, mais qu’ils ne les troublaient plus. Le pouvoir infini de l’Expiation avait guéri miraculeusement chaque blessure et apaisé chaque conscience avec « la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence » (Philippiens 4:7).

    Il semble qu’il existe deux conditions qui nous libéreront de toute culpabilité et de toute souffrance. La première est notre foi inébranlable en Jésus-Christ et en son expiation. Quand Énos a demandé comment sa culpabilité avait été « balayée » (voir Énos 1:6–7), le Seigneur a répondu : « À cause de ta foi au Christ » (Énos 1:8). En conséquence, plus nous en apprenons sur l’Expiation et plus nous avons foi dans le pouvoir guérisseur du Christ, plus notre capacité de recevoir le pardon et de nous pardonner sera grande. La deuxième est l’acquisition d’une personnalité qui n’a « plus de dispositions à faire le mal, mais à faire continuellement le bien » (Mosiah 5:2). Quand cela arrive, nous ne nous voyons plus dans notre « état charnel » (Mosiah 4:2) mais comme des fils et des filles engendrés spirituellement de Dieu. Nous reconnaissons que nous sommes une personne différente que celle qui péchait. Scrooge, le célèbre personnage de Charles Dickens dans Un chant de Noël, avait changé sa vie de telle sorte qu’il pouvait déclarer à juste titre : « Je ne suis pas l’homme que j’étais ».

    Quand nous nous repentons, nous devenons une personne différente de celle que nous étions. La réalisation de notre nouvelle identité, associée à notre foi dans le pouvoir purificateur du Christ, nous aide à atteindre le point où nous pouvons dire comme Alma : « Je ne pus plus me souvenir de mes souffrances ; oui, je n’étais plus déchiré par le souvenir de mes péchés » (Alma 36:19). Donc, nous pouvons être rassurés par la vérité que Dieu nous jugera en fonction de ce que nous serons devenus, et non pas en fonction de ce que nous étions.

    L’apôtre Paul a donné quelques conseils à tous ceux d’entre nous qui ont péché mais qui cherchent à se repentir. Il a dit que nous devions faire une chose : « [oublier] ce qui est en arrière et [se porter] vers ce qui est en avant » (voir Philippiens 3:13). En d’autres termes, nous devons laisser le passé derrière nous et aller de l’avant, confiant dans le pouvoir rédempteur de Dieu. Un tel effort de notre part est une manifestation de notre foi. Plus loin, Paul a donné ce conseil : « Heureux celui qui ne se condamne pas lui-même » (Romains 14:22).

    D’ici là, jusqu’à ce que cette dernière once de culpabilité disparaisse, si nous ressentons l’Esprit du Seigneur nous pouvons progresser avec la confiance que nous avons été purifié et que le processus de purification accomplit son miracle divin dans notre vie. La promesse est sûre, si nous faisons de notre mieux pour nous repentir, nous serons purifiés de nos péchés et notre culpabilité sera finalement balayée, car l’expiation du Sauveur englobe non seulement nos péchés mais aussi notre culpabilité. Nous serons alors en paix avec nous-mêmes et avec Dieu.

    Erreur lors de l’envoi du formulaire. Veillez à ce que tous les champs soient remplis correctement et réessayez.

     
    1000 caractères restants

    Raconte ton expérience

    ou Annuler