Menu Jeunes

    Des réponses à mes questions

    Lors de la conférence générale d’avril 2014, les dirigeants de l’Église ont répondu à beaucoup de questions pertinentes pour les jeunes.

    Pourquoi les femmes ne sont-elles pas ordonnées à la prêtrise ?

    « La nature divine [des limites de l’utilisation des clés de la prêtrise explique un contraste entre les décisions à propos de sujets traitants de l’administration de l’Église et celles concernant la prêtrise]. La Première Présidence et le Conseil de la Première Présidence et du Collège des douze apôtres, qui président l’Église, ont reçu le pouvoir de prendre beaucoup de décisions qui affectent les règles et les modalités de l’Église, dans des domaines tels que l’emplacement des bâtiments de l’Église et l’âge requis pour le service missionnaire. Mais bien que ces autorités présidentes détiennent et exercent toutes les clés de la prêtrise actuellement déléguées à l’homme dans cette dispensation, elles ne sont pas libres de modifier ce que Dieu a décrété, qui veut que seuls les hommes détiennent les offices de la prêtrise [...]

    Le Seigneur a commandé que seuls les hommes seront ordonnés aux offices de la prêtrise. Mais, comme l’ont souligné plusieurs dirigeants de l’Église, les hommes ne sont pas ‘la prêtrise’. Les hommes détiennent la prêtrise, avec un devoir sacré de l’utiliser pour le bien de tous les enfants de Dieu. »

    Voir Dallin H. Oaks, du Collège des douze apôtres, « Les clés et l’autorité de la prêtrise », Le Liahona, mai 2014, p. 50-51.

    Pourquoi continuer d’essayer lorsque je ne peux pas changer certaines choses [tout simplement] parce que je suis comme ça ?

    « Une fois que nous décidons que nous sommes comme ça, nous renonçons à notre capacité de changer. Nous pourrions aussi bien hisser le drapeau blanc et déposer les armes, accepter la défaite et nous rendre, nous avons perdu toute perspective de victoire. Certains parmi nous pourraient penser que ce n’est pas leur cas, nous démontrons probablement chacun par au moins une ou deux mauvaises habitudes que c’est comme ça que nous sommes.

    [...] la personne que nous sommes n’est pas celle que nous pouvons devenir. [...] L’expiation [du Christ] donne à chacun de nous la capacité de changer, quelles que soient nos faiblesses, nos infirmités et nos dépendances. Nous sommes réunis avec l’espoir que, peu importe notre histoire, notre avenir peut être meilleur.

    Quand nous participons à cette réunion avec l’intention réelle de changer (Moroni 10:4), l’Esprit a un accès complet à notre cœur et à notre esprit. »

    Voir Donald L. Hallstrom, de la présidence des soixante-dix, « Quelle sorte d’hommes ? » Le Liahona, mai 2014, p. 53-54).

    Pourquoi les dirigeants de l’Église continuent-ils de parler du soutien à apporter au mariage traditionnel ?

    « De nombreux gouvernements et beaucoup de personnes bien intentionnées ont redéfini le mariage. Le Seigneur, lui, ne l’a pas fait. Au tout début, Dieu a instauré le mariage entre un homme et une femme : Adam et Ève. Il a déterminé que les objectifs du mariage devaient aller bien au-delà de la satisfaction et de l’épanouissement personnels des adultes, et comprendre l’objectif plus important de créer un cadre idéal pour faire naître et élever des enfants. La famille est le trésor des cieux.

    Pourquoi continuons-nous d’en parler ? Comme l’a dit Paul : « Nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles [2 Corinthiens 4:18]. En tant qu’apôtres du Seigneur Jésus-Christ, notre responsabilité est d’enseigner le plan de notre Créateur pour ses enfants et d’avertir des conséquences lorsque l’on ne tient pas compte de ses commandements. »

    Neil L. Andersen, du Collège des douze apôtres, « Tourbillons spirituels », Le Liahona, mai 2014, p. 19.

    Comment puis-je éviter la pornographie ?

    « Les filtres sont des outils utiles, mais le plus grand filtre du monde, et le seul qui en fin de compte fonctionnera, est le filtre interne personnel que constitue un témoignage profond et durable de l’amour de notre Père céleste et du sacrifice expiatoire de notre Sauveur pour chacun d’entre nous ».

    Linda S. Reeves, deuxième conseillère dans la présidence générale de la Société de Secours, « Se protéger de la pornographie — un foyer centré sur le Christ », Le Liahona, mai 2014, p. 16.

    Comment connaître la vérité ?

    « Tout d’abord, nous pouvons connaître la vérité en observant ses fruits. [...]

    Deuxièmement, nous pouvons trouver la vérité en faisant nous-mêmes l’expérience de la parole. [...]

    Il y a encore une troisième façon de connaître la vérité : c’est par la révélation personnelle. »

    Voir Marcos A. Aidukaitis, des soixante-dix, « Si vous manquez de sagesse », Le Liahona, mai 2014, p. 108-109.

    Comment puis-je faire connaître l’Évangile avec efficacité ?

    « Comment chacun de nous peut-il exercer une influence importante ? Nous devons veiller à aimer sincèrement les personnes que nous voulons aider dans le sens du bien afin qu’elles puissent commencer à acquérir de la confiance en l’amour de Dieu. Pour beaucoup dans le monde, la première difficulté pour accepter l’Évangile est d’acquérir la foi en un Père céleste qui les aime parfaitement. Il est plus facile d’acquérir cette foi lorsque nous avons des amis ou des membres de la famille qui nous manifestent ce même genre d’amour.

    Leur donner confiance en votre amour peut les aider à développer leur foi en l’amour de Dieu. Puis par votre communication aimante et attentionnée et en faisant part des leçons que vous avez apprises, des expériences que vous avez eues, et des principes que vous avez suivis pour trouver des solutions à vos difficultés, vous leur apporterez des bienfaits. Montrez que vous vous intéressez sincèrement à leur bien-être ; ensuite rendez votre témoignage de l’Évangile de Jésus-Christ. »

    Richard G. Scott, du Collège des douze apôtres, « Je vous ai donné un exemple », Le Liahona, mai 2014, p. 33.

    Pourquoi les sentiments d’attirance sont-ils si forts ?

    « Une raison de notre venue sur terre est d’apprendre à contrôler les sentiments de notre corps mortel. Ces sentiments que Dieu nous a donné nous permettent d’avoir envie de nous marier et d’avoir des enfants. Les relations intimes dans le mariage entre un homme et une femme, qui donnent accès à la mortalité, sont censées être une belle expérience pleine d’amour qui lie deux cœurs dévoués, unit l’esprit et le corps, et apporte une plénitude de joie et de bonheur quand nous apprenons à mettre les besoins de l’autre en premier. »

    Linda S. Reeves, deuxième conseillère dans la présidence générale de la Société de Secours, « Se protéger de la pornographie — un foyer centré sur le Christ », Le Liahona, mai 2014, p. 15.

    Que signifie être parfait ?

    « Le mot parfait dans ce récit a été traduit d’un mot grec qui signifie ‘complet’. Lorsque nous faisons de notre mieux pour avancer sur le chemin de l’alliance, nous devenons plus complets et plus parfaits dans cette vie. »

    Linda K.Burton, présidente générale de la Société de Secours, « On recherche : des mains et des cœurs pour hâter l’œuvre », Le Liahona, mai 2014, p. 122.

     

    Personne ne sait par quoi je passe. Comment puis-je trouver de l’aide ?

    « Il n’est pas de douleur physique, d’angoisse de l’âme, de souffrance d’esprit, d’infirmité ou de faiblesse que vous et moi connaissions au cours de notre voyage dans la mortalité que le Sauveur n’ait pas connus avant nous. Dans un moment de faiblesse, nous pouvons nous écrier : ‘personne ne sait ce que c’est. Personne ne comprend’. Mais le fils de Dieu sait et comprend parfaitement, car il a senti et porté nos fardeaux personnels. Et, grâce à son sacrifice infini et éternel (voir Alma 34:14), il a une empathie parfaite et il peut nous tendre le bras de sa miséricorde. Il peut aller vers nous, nous toucher, nous secourir, nous guérir et nous fortifier pour que nous soyons plus que ce que nous pourrions jamais être, et nous aider à faire ce que nous ne pourrions jamais faire en nous appuyant seulement sur notre propre pouvoir. Oui, son joug est doux et son fardeau est léger. »

    David A. Bednar, du Collège des douze apôtres, « Supporter leurs fardeaux avec facilité », Le Liahona, mai 2014, p. 90.

    Aimer les autres est le plus grand commandement, alors pourquoi ne pouvons-nous pas simplement laisser les gens vivre leur vie ?

    « Au zénith de son ministère dans la condition mortelle, Jésus a dit : ‘Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés’ [Jean 15:12]. Pour s’assurer que les gens comprenaient exactement de quel genre d’amour il s’agissait, il a dit : ‘Si vous m’aimez, gardez mes commandements’ [Jean 14:15] et ‘Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux’ [Matthieu 5:19 ; italiques ajoutés]. L’amour chrétien est ce dont nous avons le plus besoin sur cette planète, en partie parce que la justice a toujours été censée l’accompagner. Donc si l’amour est notre mot d’ordre, comme il doit l’être, alors par la parole de celui qui est l’amour incarné, nous devons abandonner les transgressions et tout ce qui pourrait aller dans ce sens. Jésus comprenait clairement ce que beaucoup ont l’air d’oublier dans notre culture moderne : il y a une différence essentielle entre le commandement de pardonner le péché (ce qu’il a la capacité infinie de faire) et l’avertissement qu’il ne faut pas le tolérer (ce qu’il n’a jamais fait, pas même une seule fois). »

    Jeffrey R. Holland, du Collège des douze apôtres, « Le prix mais aussi les bénédictions d’une vie de disciple », Le Liahona, mai 2014, p. 8.

    Comment puis-je surmonter une dépendance ?

    « Sachez d’abord qu’il y a de l’espoir. Cherchez l’aide de vos proches, des dirigeants de l’Église et de thérapeutes formés. L’Église offre de l’aide pour guérir de la dépendance par l’intermédiaire des dirigeants locaux de l’Église, d’Internet [voir, par exemple, « Dépendance »] et dans certaines régions, de LDS Family Services.

    Souvenez-vous toujours qu’avec l’aide du Sauveur, vous pouvez vous libérer de la dépendance. Le chemin peut être long et difficile, mais le Seigneur ne vous abandonnera pas. Il vous aime. Jésus-Christ a souffert l’Expiation pour vous aider à changer, pour vous libérer de la captivité du péché.

    Le plus important est de continuer d’essayer. Il faut parfois plusieurs essais avant de réussir. Alors n’abandonnez-pas. Ne perdez pas la foi. Que votre cœur reste proche du Seigneur et il vous donnera le pouvoir de vous délivrer. Il vous rendra libres. »

    Voir Dieter F. Uchtdorf, deuxième conseiller dans la Première Présidence, « Êtes-vous en train de dormir pendant le Rétablissement ? » Le Liahona, mai 2014, p. 60-61.

    Cet article a d’abord été publié dans le numéro de mai 2014 du New Era.

    Erreur lors de l’envoi du formulaire. Veillez à ce que tous les champs soient remplis correctement et réessayez.

     
    1000 caractères restants

    Raconte ton expérience

    ou Annuler