Les femmes de l’Église
    Notes de bas de page

    Chapitre 20

    Les femmes de l’Église

    Les femmes justes qui accomplissent les responsabilités énormes que Dieu leur a confiées sont une grande bénédiction pour leur famille, l’Église et le monde.

    Épisodes de la vie de Spencer W. Kimball

    Spencer W. Kimball a écrit : « Je suis émerveillé par la fidélité de tant de nos sœurs et par leur dévouement inébranlable à la cause de la justice. » Il a ensuite raconté :

    « Le journal de ma merveilleuse mère contient des notes de toute une vie de reconnaissance de la possibilité de servir et de regrets de ne pas avoir pu faire davantage. Récemment, j’ai souri en lisant ce qu’elle a écrit le 16 janvier 1900. Elle était première conseillère de notre Société de Secours, à Thatcher (Arizona), et la présidence s’est rendue chez une sœur qui ne pouvait pas faire sa couture parce que son bébé était malade. Maman a apporté sa machine à coudre, un déjeuner, son bébé et une chaise haute, et elles se sont mises au travail. Ce soir-là, elle a écrit : Nous ‘avons fait quatre tabliers, quatre pantalons et commencé une chemise pour l’un des garçons’. Elles ont dû s’arrêter à 16 heures pour aller à des funérailles, c’est pourquoi elle a ajouté : ‘n’avons pas fait plus que cela’. J’aurais été impressionné par un tel exploit, au lieu de penser : ‘Ce n’est pas grand chose.’

    « Puis, deux jours plus tard, la Société de Secours s’est rassemblée chez nous pour une réunion de travail. Ma mère a écrit : ‘Nous étions assez nombreuses’ et ‘avons accompli beaucoup’. Après cette réunion de travail, elle s’est rendue, sans se plaindre à une réunion de comité.

    « C’est dans ce genre de foyer que je suis né, un foyer dirigé par une femme qui était animée par l’idée de service dans toutes ses actions. C’est le genre de foyer que ma femme a créé. C’est le genre de foyer créé par des milliers de femmes extraordinaires dans toute l’Église 1. »

    Le président Kimball a enseigné l’importance qu’ont toutes les femmes justes dans le plan de notre Père céleste pour ses enfants. Il a dit : « Un jour, lorsque toute l’histoire de cette dispensation et de celles qui l’ont précédée sera connue, elle sera pleine d’histoires courageuses de nos femmes, de leur sagesse et leur dévouement, de leur courage, car on ressent que, peut-être, tout comme les femmes ont été les premières au sépulcre du Seigneur Jésus-Christ après sa résurrection, nos femmes justes ont bien souvent été instinctivement réceptives aux choses d’une portée éternelle 2. »

    Enseignements de Spencer W. Kimball

    Ayant reçu des responsabilités différentes, les femmes et les hommes doivent travailler ensemble dans un partenariat d’égalité et de respect.

    Les Écritures et les prophètes nous enseignent clairement que Dieu, dont la justice est parfaite, « ne fait point acception de personnes » (Actes 10:34)… Nous avions l’égalité complète quand nous étions ses enfants d’esprit. Nous recevons de manière égale l’amour parfait de Dieu pour chacun de nous. Le regretté John A. Widtsoe a écrit :

    « Dans l’Église, la femme doit marcher à côté de l’homme, ni devant ni derrière lui. Dans l’Église, il y a l’égalité entière entre l’homme et la femme. L’Évangile… a été conçu par le Seigneur aussi bien pour les hommes que les femmes » (Improvement Era, mars 1942, p. 161).

    Cependant, dans le cadre de ces grandes assurances, nos rôles et nos tâches varient. Il s’agit de différences éternelles, les femmes reçoivent beaucoup de responsabilités énormes de mères et de sœurs et les hommes les responsabilités énormes de pères et de la prêtrise, toutefois l’homme n’est point sans la femme, ni la femme sans l’homme (voir 1 Corinthiens 11:11). Un homme juste et une femme juste sont l’un et l’autre une bénédiction pour toutes les personnes que leur vie touche.

    Souvenez-vous que dans le monde où nous étions avant notre venue ici, les femmes fidèles ont reçu certaines affectations, tandis que les hommes fidèles ont été préordonnés à certaines tâches de la prêtrise. Le fait que maintenant nous ne nous souvenons pas des détails ne change rien à la réalité sublime de ce que nous avons jadis accepté 3.

    Parfois nous entendons des rapports inquiétants au sujet du traitement des sœurs. Il se peut que cela soit le résultat de l’insensibilité et du manque d’égards, mais cela ne doit pas être, mes frères. Les femmes de l’Église ont une œuvre à accomplir qui, bien qu’elle soit différente, est aussi importante que la nôtre. En réalité, leur travail est le même travail de base que l’on nous demande de faire, bien que nos rôles et nos affectations varient…

    Nos sœurs ne désirent pas être gâtées ou être traitées avec condescendance, elles désirent être respectées et révérées comme nos sœurs et nos égales. Mes frères, j’aborde toutes ces choses, non pas parce que la doctrine ou les enseignements de l’Église concernant les femmes sont mis en doute, mais parce que dans certains situations notre comportement est de qualité douteuse 4.

    La Société de Secours est l’organisation du Seigneur pour les femmes. Elle est le complément de la formation de la prêtrise donnée aux frères. Dans cette organisation il y a un pouvoir qui n’a pas encore été pleinement exercé pour fortifier les foyers de Sion et édifier le royaume de Dieu…

    … Dans sa sagesse et sa miséricorde, notre Père a créé les hommes et les femmes dépendants les uns des autres pour le plein développement de leur potentiel. Parce que leur nature est quelque peu différente, ils peuvent se compléter ; parce qu’ils sont à bien des égards semblables, ils peuvent se comprendre. Qu’ils ne s’envient pas à cause de leurs différences ; qu’ils discernent tous les deux ce qui est superficiel et ce qui est merveilleusement fondamental dans ces différences et qu’ils agissent en conséquence. Et puissent la fraternité de la prêtrise et la fraternité de la Société de Secours être une bénédiction dans la vie de tous les membres de cette grande Église, tandis que nous nous aiderons mutuellement sur le chemin de la perfection 5.

    Dieu a appelé les femmes à contribuer à enrichir, protéger et garder le foyer et la famille.

    Être une femme juste est une chose merveilleuse à n’importe quelle époque. Être une femme juste pendant cette période finale de la terre, avant la seconde venue de notre Sauveur, est un appel particulièrement noble. De nos jours, la force et l’influence de la femme juste peuvent être dix fois plus grandes qu’en des temps plus tranquilles. Elle a été mise ici pour contribuer à enrichir, protéger et garder le foyer, qui est l’institution fondamentale et la plus noble de la société. D’autres institutions peuvent chanceler et même échouer, mais la femme juste peut contribuer à sauver le foyer, qui peut-être le dernier et l’unique sanctuaire que certains mortels connaissent au milieu de la tempête et des conflits 6.

    Vous lisez les journaux, vous regardez la télévision, vous écoutez la radio, vous lisez des livres et des magazines, et une grande partie de ce qui touche votre conscience a pour but de vous détourner du droit chemin… Voici certaines choses que l’on vous dit actuellement : Il n’est pas nécessaire de se marier ; Il n’est pas nécessaire de se marier pour avoir des enfants ; il n’est pas nécessaire d’avoir des enfants ; vous pouvez avoir tous les plaisirs de ce monde sans ces obligations et ces responsabilités. … Il y a [beaucoup de] façons de vous donner cette prétendue liberté mal définie. Ils vous disent que vous êtes enchaînées à votre foyer, à votre mari, à vos enfants, à votre travail ménager. Ils vous parlent d’une liberté à propos de laquelle ils ne savent rien…

    Ève, venue si récemment du trône divin, semblait comprendre la façon de vivre, car elle était heureuse – heureuse ! – qu’ils aient mangé du fruit interdit. … Ève, notre mère bien-aimée, a donné naissance à la race humaine avec joie, voulant des enfants, contente de la joie qu’ils lui apporteraient, prête à assumer les problèmes liés à la famille, mais aussi les joies…

    Le rôle des mères est sacré. Elles sont partenaires de Dieu, ainsi que de leur mari, d’abord en donnant la vie aux enfants d’esprit du Seigneur et ensuite en les élevant afin qu’ils le servent et respectent ses commandements… Le rôle de mère est un appel sacré, un dévouement sacré à accomplir les desseins du Seigneur, une consécration à élever, à développer, à édifier le corps, l’intelligence et l’esprit des êtres qui ont gardé leur premier état et qui sont venus ici-bas pour obtenir leur second état, pour apprendre, pour être mis à l’épreuve et pour progresser vers la divinité 7.

    Trop de femmes passent leur temps à fréquenter des gens, à faire de la politique, à s’engager dans des services publics alors qu’elles devraient être chez elles pour enseigner, former, recevoir et aimer leurs enfants et leur donner la sécurité 8.

    Une femme ne peut pas recevoir d’honneur plus grand que de contribuer à l’accomplissement du plan de Dieu. Je dis sans équivoque qu’une femme ne trouvera pas de satisfaction, de joie et de paix plus grandes et ne fera pas de contribution plus grande à lé qu’en étant une femme sage et digne et en élevant de bons enfants 9.

    Le Seigneur à promis les bénédictions de la vie de famille éternelle à toutes les femmes fidèles.

    Certaines d’entre vous ont perdu leur mari par la mort, d’autres par le divorce. Certaines n’ont pas encore connu la grande bénédiction du mariage. Cependant, à l’échelle de l’éternité, l’absence de ces bénédictions « ne sera que pour un peu de temps » (voir D&A 121:7)…

    Souvenez-vous aussi, quand nous parlons des gloires et de l’importance de la vie de famille ici, que nous appartenons tous à la famille éternelle de notre Père céleste.

    Soyez aussi assurés que toutes les sœurs fidèles qui, sans que cela soit leur faute, n’ont pendant leur second état pas la possibilité d’être scellées à un homme digne, recevront cette bénédiction dans l’éternité. Aux moments où vous désirez de tout votre cœur l’acceptation et l’affection qui font parti de la vie de famille ici-bas, sachez que notre Père céleste connaît votre angoisse et qu’un jour il vous bénira plus que vous ne pourrez l’exprimer.

    Parfois pour être mis à l’épreuve, il nous faut une privation temporaire, mais les femmes et les hommes justes recevront un jour tout, pensez-y, mes sœurs, tout ce que notre Père a ! Cela vaut non seulement la peine d’attendre, mais cela vaut la peine de vivre pour l’obtenir !

    En attendant, on n’a pas besoin d’être mariée ou d’être mère pour respecter les deux grands commandements, aimer Dieu et nos semblables, commandements dont Jésus a dit que dépendent toute la loi et les prophètes 10.

    Celles d’entre vous qui n’ont pas maintenant le rôle traditionnel de la femme, non par choix, mais pour des raisons indépendantes de leur volonté, peuvent cependant faire énormément pour aider les autres 11.

    Chaque femme doit s’efforcer d’accomplir son potentiel divin.

    Nous sommes enchantés et émerveillés par le développement et les expressions appropriées des nombreux talents de nos soeurs 12.

    Nous recommandons à toutes nos sœurs de tirer parti des possibilités qu’elles ont de recevoir la lumière et la connaissance à l’école, dans l’étude personnelle et à la Société de Secours13.

    Jeunes filles, vous pouvez vous fixer vos buts qui vous feront progresser et vous dépasser. Faites votre possible pour les atteindre. Recherchez la sagesse et la connaissance humblement et à l’aide de la prière. Vous êtes à une époque de votre vie qui est destinée à l’étude et à la préparation. Apprenez tout ce que vous pouvez. Vous progresserez en vous fixant des buts élevés et en essayant d’atteindre les étoiles14.

    Chaque fille, et je répète, chaque fille, devrait se préparer au mariage et aux responsabilités du foyer. Ce n’est pas quelque chose que vous lirez actuellement dans les magazines, néanmoins c’est vrai. Elle devrait être encouragée à être fière de se préparer au vrai service féminin. Elle devrait acquérir des capacités dans des domaines enrichissants et utiles pour sa vie de famille. Elle devrait cultiver ses talents, accroître sa connaissance et son témoignage de l’Évangile et avoir le désir de servir les autres. Certaines filles peuvent être appelées en mission à plein temps, et elles auront l’occasion de se rendre très utiles dans le royaume de Dieu si elles se préparent. … Nous voulons que nos femmes aient une bonne instruction, car les enfants peuvent ne pas se remettre de l’ignorance de leur mère 15.

    Nous voulons que vous poursuiviez et terminiez cette instruction… qui vous préparera à l’éternité ainsi qu’au service complet dans la condition mortelle. En plus de ces capacités vitales de base qui concernent les soins du foyer, il y a en d’autres qui peuvent être cultivées de façon appropriée et qui augmenteront votre efficacité chez vous, dans l’Église et dans la collectivité.

    Encore une fois, vous devez faire vos choix avec sagesse, mais nous ne désirons pas que les femmes de l’Église soient mal informées ou inefficaces. Vous serez de meilleures mères et de meilleures épouses, dans cette vie et dans l’éternité, si vous améliorez les capacités que vous avez reçues et utilisez les talents que Dieu vous a accordés16.

    Nous souhaitons que nos sœurs aient tout ce qui est bon. Nous croyons qu’il est important d’avoir toutes ces bénédictions : la culture, le raffinement, l’instruction, la connaissance, la perfection, afin que les mères de nos enfants puissent les élever et les instruire dans la justice 17.

    J’insiste encore sur la profonde nécessité que chaque femme étudie les Écritures. Nous voulons que nos foyers soient bénis par des sœurs qui maîtrisent les Écritures, que vous soyez célibataire ou mariée, jeune ou âgée, veuve ou vivant en famille.

    Quelle que soit votre situation personnelle, en améliorant constamment votre connaissance des vérités des Écritures, vous serez de plus en plus aptes à garder le second grand commandement, d’aimer votre prochain comme vous-mêmes. Devenez des spécialistes des Écritures, non pas pour abaisser les autres, mais pour les élever ! Après tout, qui a plus besoin de « s’amasser un trésor » de vérités de l’Évangile (auquel elles peuvent faire appel dans leurs moments de besoin) que les femmes et les mères qui éduquent et enseignent tellement ?

    Recherchez l’excellence dans toutes vos entreprises justes et dans tous les aspects de votre vie.

    Mes chères sœurs, gardez à l’esprit que les bénédictions éternelles que vous apporte le fait d’être membre de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours dépassent largement toutes les autres bénédictions que vous pourriez recevoir. Vous ne pouvez pas obtenir de reconnaissance plus grande dans ce monde que d’être connue comme femme de Dieu. On ne peut pas vous conférer de position plus grande que celle de fille de Dieu qui vit les vrais rôles de sœur, d’épouse et de mère ou d’autres tâches qui ont une influence bénéfique sur d’autres…

    … Vous avez toutes besoin d’absorber profondément les vérités de l’Évangile concernant la nature éternelle de votre identité individuelle et le caractère unique de votre personnalité. Vous avez de plus en plus besoin de ressentir l’amour parfait que notre Père céleste a pour vous et de vous rendre compte de la valeur qu’il vous confère en tant que personne. Méditez sur ces vérités importantes, surtout dans les moments où (dans l’immobilité de l’anxiété que vous pouvez éprouver) vous pourriez, sans cela, hésiter et être déroutées…

    Il n’y a pas de promesses plus grandes et plus glorieuses données aux femmes que celles qu’apportent l’Évangile et l’Église de Jésus-Christ. De quelle autre source pouvez-vous apprendre qui vous êtes réellement ? Qui d’autre vous donnera les explications et les assurances nécessaires concernant la nature de la vie ? De quelle autre source pouvez-vous apprendre quels sont votre caractère unique et votre identité ? De qui d’autre pourriez-vous apprendre le grand plan du bonheur de notre Père céleste 18 ?

    Les femmes justes peuvent apporter une grande contribution au monde et au royaume de Dieu.

    Il n’y a jamais eu d’époque de l’histoire du monde où le rôle de la femme ait été plus confus. Dans l’Église, il n’y a jamais eu d’époque où les femmes aient pu faire davantage pour montrer quel peut et doit être leur vrai rôle dans le monde. L’influence des femmes et des mères sur notre monde est extrêmement importante. L’idée que « la main qui berce le berceau gouverne le monde » est plus vraie aujourd’hui que jamais auparavant 19.

    Combien il est précieux pour les femmes de l’Église de recevoir les tâches élevées que leur a données notre Père céleste, particulièrement pour celles d’entre vous qui ont eu le privilège de naître dans cette partie de la dernière dispensation. Laissez les autres femmes poursuivre, sans faire attention… leurs intérêts égoïstes. Vous pouvez être une force d’amour, de vérité et de justice dont on a tant besoin sur cette planète…

    … Mes chères sœurs, je vous suggère quelque chose qui n’a pas été dit auparavant ou du moins pas tout à fait de cette façon. Une grande partie de la croissance importante que l’Église connaîtra dans les derniers jours sera due au fait que beaucoup de femmes bonnes du monde (qui ont souvent une spiritualité personnelle) seront attirées en grand nombre vers l’Église. Cela arrivera dans la mesure où les femmes de l’Église se signaleront par leur justice et leur prise de position dans leur vie et dans la mesure où elles seront perçues comme différentes, de façons heureuses, des femmes de l’extérieur. … Ainsi, dans les derniers jours, les femmes exemplaires de l’Église représenteront une force significative dans sa croissance en nombre aussi bien que spirituelle…

    Sœurs, nous vous aimons. Nous avons confiance en vous. Nous nous réjouissons de votre dévouement. Nous sommes énormément encouragés par votre présence… dans cette partie de cette dispensation où l’on a tant besoin de vos talents et de votre force spirituelle 20.

    Conseils pour l’étude et la discussion

    Réfléchissez à ces idées pendant que vous étudiez le chapitre ou pendant que vous vous préparez à enseigner. Pour toute aide supplémentaire, voir les pages v-ix.

    • Lisez l’histoire de la page 214 et le premier paragraphe de la page 215. Quelles histoires inspirantes concernant les femmes de votre famille et de l’Église vous viennent à l’esprit ?

    • Étudiez le troisième paragraphe entier de la page 217. En considérant leur nature et leurs responsabilités différentes, comment les hommes et les femmes peuvent-ils s’aider ? Comment devraient-ils travailler en partenariat en famille ? Dans l’Église ?

    • Pourquoi le fait d’être une femme juste de nos jours est-il un « appel noble » et très important ? (page 217). De quelles façons le monde essaie-t-il de détourner les femmes de cet appel ? Comment pouvons-nous aider les jeunes gens et les jeunes filles à apprécier cet appel noble ?

    • En lisant la page 219 et les trois premiers paragraphes de la page 220, réfléchissez à ce que ces enseignements disent de l’amour de notre Père céleste pour tous ses enfants.

    • De quelles façons les femmes de l’Église peuvent-elles atteindre leur potentiel divin ? (Voir les pages 220-222.) Comment les hommes de l’Église peuvent-ils soutenir les efforts des femmes ? (Voir les pages 216-217.)

    • Réfléchissez au paragraphe qui commence en bas de la page 222. Pourquoi cette déclaration vous impressionne-t-elle ? Comment cette prophétie concernant la croissance de l’Église est-elle en train de s’accomplir de nos jours ?

    Écritures en rapport avec le sujet : Proverbes 31:10-31 ; Éphésiens 5:22-29 ; Alma 56:41-48 ; D&A 25:1, 5-10 ; Moïse 3:18, 21-25

    Notes

    1. « Relief Society - Its Promise and Potential », Ensign, mars 1976, p. 2, 4.

    2. Dans Conference Report, avril 1978, p. 6 ; ou Ensign, mai 1978, p. 5.

    3. « The Role of Righteous Women », Ensign, novembre1979, p. 102.

    4. Dans Conference Report, octobre 1979, p. 71-72 ; ou Ensign, novembre1979, p. 49.

    5. « Relief Society - Its Promise and Potential », Ensign, mars 1976, p. 4, 5.

    6. « Privileges and Responsibilities of Sisters », Ensign, novembre 1978, p. 103.

    7. « The Blessings and Responsibilities of Womanhood », Ensign, mars 1976, p. 71, 72-73.

    8. The Teachings of Spencer W. Kimball, éditeur Edward L. Kimball, 1982, p. 319.

    9. « Sisters, Seek Everything That Is Good », Ensign, mars 1979, p. 4.

    10. Ensign, novembre 1979, p. 102-103.

    11. My Beloved Sisters, 1979, p. 11.

    12. Dans Conference Report, avril 1978, p. 6 ; ou Ensign, mai 1978, p. 6.

    13. « Relief Society - Its Promise and Potential », Ensign, mars 1976, p. 4.

    14. Ensign, novembre 1978, p. 103.

    15. Men of Example (brochure, 1975), p. 9, 10.

    16. Ensign, novembre 1979, p. 103.

    17. Ensign, mars 1979, p. 4.

    18. Ensign, novembre 1979, p. 103.

    19. Intruduction de Woman, 1979, p. 1.

    20. Ensign, novembre 1979, p. 103-104.