Chapitre 16 : Les membres âgés de l’Église
    Notes de bas de page

    Chapitre 16

    Les membres âgés de l’Église

    « Puissiez- vous faire des années de l’âge d’or vos meilleures années, en vivant et en servant avec amour. Que Dieu bénisse ceux qui veillent sur vous : votre famille, vos amis, vos frères et sœurs et vos dirigeants de l’Église. »

    Épisodes de la vie d’Ezra Taft Benson

    Ezra Taft Benson est devenu président de l’Église à l’âge de quatre-vingt-six ans. Il comprenait les joies et les difficultés qui accompagnent la vieillesse. La présence de sa femme, Flora, était une joie pour lui. Le couple célébra son soixantième anniversaire de mariage au cours de la première année de son appel de président. Ils aimaient être ensemble et allaient ensemble au temple presque tous les vendredis matin. Au cours de la fête en l’honneur de son quatre-vingt-septième anniversaire, quelqu’un a demandé au président Benson le secret de sa longue vie heureuse. « Avant qu’il n’ait le temps de répondre, sœur Benson a malicieusement dit cette phrase pleine de sens : ‘Il a une bonne épouse’1. »

    Dans leur âge avancé, frère et sœur Benson aimaient beaucoup passer du temps avec leurs enfants et petits-enfants, et leur famille a continué de tirer des leçons de leur exemple. « L’une des petites-filles a vécu avec ses grands-parents pendant une grande partie des dix-huit premiers mois où frère Benson a été appelé président, et à leur demande, elle a souvent voyagé avec eux pour les aider et s’occuper de leurs besoins personnels. Et elle était aux premières loges pour observer ses grands-parents chez eux, leurs rendez-vous chez le glacier, le temps passé à se remémorer des souvenirs, chanter et rire en se tenant la main sur le canapé, l’accueil chaleureux réservé aux instructeurs au foyer et aux autres personnes qui leur rendaient visite2. »

    Les petits-enfants étaient conscients de la bénédiction qu’ils avaient de jouir de l’influence de grands-parents sages et aimants. « Une petite-fille a écrit une note de remerciement après que le président Benson l’eut conseillée, elle et son mari, au sujet d’une décision difficile. ‘Nous t’avons demandé ce que tu pensais et tu as dit : « Prie à ce sujet. Je suis sûr que tu prendras la bonne décision. » Ta foi en nous nous a donné une plus grande assurance3’. »

    Lors de la conférence générale qui suivit immédiatement son quatre-vingt-dixième anniversaire, le président Benson prépara un discours adressé « aux membres âgés de l’Église, à leur famille et à ceux qui s’occupent d’eux ». Dans l’introduction, il exprima son lien personnel à ce sujet : « J’ai une tendresse particulière pour les personnes âgées, pour ce merveilleux groupe d’hommes et de femmes. Je pense les comprendre assez bien, car j’en fait partie4. »

    « J’ai une tendresse particulière pour les personnes âgées. […] Je pense les comprendre assez bien, car j’en fait partie. »

    Enseignements d’Ezra Taft Benson

    1

    Le Seigneur connaît et aime les personnes âgées et leur a confié beaucoup de ses plus grandes responsabilités.

    Le Seigneur connaît et aime les personnes âgées de son peuple. Il en a toujours été ainsi, et il leur a confié beaucoup de ses plus grandes responsabilités. Dans diverses dispensations, il a guidé son peuple par l’intermédiaire de prophètes d’un âge avancé. Il a fait appel à la sagesse et à l’expérience que donne l’âge, à la direction inspirée de ceux dont les années ont montré la fidélité à l’Évangile.

    Le Seigneur a donné à Sarah, dans sa vieillesse, la bénédiction d’engendrer un enfant à Abraham. Le roi Benjamin a peut-être fait son meilleur sermon quand il était très âgé et près de mourir. Il est indéniable qu’il a été un instrument entre les mains du Seigneur, en dirigeant ses sujets avec compétence et en établissant la paix parmi eux.

    Beaucoup d’autres hommes et d’autres femmes, au cours des siècles, ont accompli de grandes choses en servant le Seigneur et ses enfants, jusqu’à un âge avancé.

    Dans notre dispensation, parmi [ces] prophètes qui ont été appelés par le Seigneur, beaucoup l’ont été quand ils avaient soixante-dix ans, quatre-vingts ans ou plus. Le Seigneur connaît et aime tellement ses enfants qui lui ont tant donné pendant de longues années !

    Nous vous aimons, vous les membres âgés de l’Église. Vous êtes le groupe de notre population qui grandit le plus vite dans le monde aujourd’hui, tout comme dans l’Église.

    Notre souhait est que l’âge d’or de votre vie vous apporte beaucoup de satisfaction. Nous prions pour que vous éprouviez la joie d’une vie bien employée et que vous ayez de merveilleux souvenirs et des espérances plus grandes encore grâce au sacrifice expiatoire du Christ. Nous espérons que vous ressentirez la paix du Seigneur promise à ceux qui continuent de s’efforcer de respecter ses commandements et de suivre son exemple. Nous espérons que vous passez activement vos journées et que vous rendez service à ceux qui sont moins bénis que vous. On s’améliore presque toujours avec l’âge ; votre grande sagesse et votre grande expérience peuvent continuer de croître par les services que vous rendez aux autres5.

    2

    Nous pouvons tirer profit de notre vieillesse.

    Je vais vous indiquer huit domaines dans lesquels vous pouvez le plus profiter de votre vieillesse :

    1. Travaillez dans le temple et allez-y souvent. Nous, les anciens, devons utiliser nos forces non seulement pour apporter des bénédictions à nos prédécesseurs, mais également, dans la mesure du possible, pour que toute notre postérité reçoive les ordonnances de l’exaltation dans le temple. Œuvrez auprès de votre famille, conseillez ceux qui ne seraient pas encore disposés à se préparer et priez pour eux.

    Nous exhortons tous ceux qui le peuvent à aller fréquemment au temple et à accepter un appel à servir dans le temple, quand leur santé, leurs forces et les distances le permettent. Nous comptons sur votre aide pour le service au temple. Avec le nombre croissant de temples, il faut que plus de nos membres se préparent pour ce service d’amour. Sœur Benson et moi sommes reconnaissants de pouvoir aller ensemble au temple presque chaque semaine. Quelle bénédiction cela a été pour nous !

    2 Recueillez et écrivez votre histoire familiale. Nous vous demandons de recueillir et d’écrire votre histoire personnelle ou l’histoire de votre famille, avec diligence. Dans beaucoup de cas, vous êtes les seuls à porter en vous l’histoire, le souvenir d’êtres chers, les dates, les événements. Dans certains cas, vous êtes l’histoire familiale. Je ne vois guère de meilleure façon de sauvegarder votre patrimoine qu’en recueillant et en écrivant votre histoire

    3. Impliquez-vous dans l’œuvre missionnaire. Nous avons besoin de plus en plus de missionnaires d’âge mûr. Nous demandons à des centaines de couples supplémentaires de mettre leur vie et leurs affaires en ordre et de partir en mission si leur santé et leurs moyens le permettent. Combien nous avons besoin de vous dans le champ de la mission ! Vous avez des façons de faire le service missionnaire qui ne sont pas à la portée de nos missionnaires plus jeunes.

    Je suis reconnaissant que deux de mes sœurs, qui sont veuves, aient pu faire une mission ensemble en Angleterre. Elles avaient soixante-huit et soixante-treize ans quand elles ont été appelées, et cela a été une expérience merveilleuse pour toutes les deux.

    Quel exemple et quelle bénédiction c’est pour les enfants quand leurs grands-parents font une mission ! La plupart des couples d’âge mûr qui partent sont fortifiés et rajeunis par le service missionnaire. Grâce à ce service sacré, beaucoup sont sanctifiés et connaissent la joie d’apporter aux autres la connaissance de la plénitude de l’Évangile de Jésus-Christ. […]

    4. Soyez des dirigeants en renforçant l’unité de votre famille. Nous exhortons tous les membres d’âge mûr, quand cela est possible, à réunir leur famille, à en assurer la cohésion. Dirigez les réunions de famille. Établissez l’habitude de réunions familiales, où les membres sentiront qu’ils font partie du groupe et où ils pourront apprendre le patrimoine de la famille. J’ai de merveilleux souvenirs de nos réunions de famille. Encouragez l’établissement de traditions familiales qui vous uniront éternellement. Vous pourrez ainsi créer un coin du ciel ici-bas dans votre famille. Après tout, l’éternité ne sera que l’extension de la vie familiale juste.

    5. Acceptez et remplissez des appels dans l’Église. Nous sommes certains que tous les membres âgés qui le peuvent accepteront des appels dans l’Église et les rempliront avec dignité. Je suis heureux de connaître personnellement des frères de soixante-dix et quatre-vingts ans qui sont évêques et présidents de branche. Combien nous avons besoin de vos conseils et de votre influence, vous qui avez l’expérience de la vie ! Nous avons tous besoin d’apprendre comment vous avez réussi à surmonter les chagrins, la douleur ou les déceptions et que vous en êtes sortis plus forts.

    De belles occasions s’offrent à vous de servir dans la plupart des organisations de l’Église. Le temps dont vous disposez et votre bonne compréhension de l’Évangile vous permettent d’accomplir une belle œuvre. À bien des égards, vous êtes un exemple de fidélité au service de l’Église. Nous vous remercions de tout ce que vous avez fait et prions le Seigneur de vous donner la force de faire davantage.

    6. Prenez des dispositions financières pour votre avenir. Nous vous demandons, vous membres d’âge mûr qui approchez de la retraite, de préparer avec frugalité les années où vous ne serez plus dans la vie professionnelle. Évitez les dettes superflues. Nous vous demandons également de faire preuve de prudence en apportant votre caution à un emprunt, même en faveur de membres de votre famille, si cela risque d’engager les revenus de votre retraite.

    Méfiez-vous encore plus, en avançant en âge, des promesses de profits faciles, des hypothèques sur votre maison ou des investissements dans des entreprises incertaines. Faites preuve de prudence pour que les plans de toute votre vie ne soient pas remis en cause par une ou plusieurs décisions financières malheureuses. Prenez des dispositions financières pour votre avenir suffisamment tôt, et respectez-les.

    7. Rendez des services chrétiens. Servir à la manière du Christ est exaltant. Sachant cela, nous demandons à tous nos membres d’âge mûr qui en sont capables, d’œuvrer au service d’autrui. Cela peut contribuer à la sanctification. Le Seigneur a promis que ceux qui perdront leur vie au service d’autrui la trouveront. Le prophète Joseph Smith nous a dit que nous devons consacrer toute notre vie à accomplir les desseins du Seigneur (D&A 123:13).

    La paix, la joie et des bénédictions sont promises à ceux qui rendent service aux autres. Oui, nous recommandons le service chrétien à tous, mais plus particulièrement aux personnes âgées, à qui il apporte de grandes joies.

    8. Restez en bonne condition physique, en bonne santé et actifs. Nous sommes très heureux des efforts que font beaucoup de personnes âgées pour rester en bonne santé. […]

    Nous sommes très heureux de voir nos membres âgés rester vigoureux et actifs. Quand on reste actif, l’esprit et le corps fonctionnent mieux6.

    « Puissiez-vous faire des années de l’âge d’or vos meilleures années, en vivant et en servant avec amour. »

    3

    Servir les autres aide les personnes qui ont perdu des êtres chers ou qui redoutent la solitude.

    Nous exprimons aussi notre amour à ceux qui ont perdu leur conjoint. Parfois, vous éprouvez un sentiment d’inutilité et de solitude difficile à supporter. Dans beaucoup de cas, vous pouvez réagir. En plus des huit points principaux que je viens de citer, il y a beaucoup d’activités qui se sont révélées salutaires pour d’autres.

    Certaines personnes seules s’occupent en faisant des ouvrages en patchwork pour le mariage de chacun de leurs petits-enfants, ou pour la naissance de chaque enfant de la famille. D’autres envoient des lettres d’anniversaire, suivent des cours, assistent, quand elles le peuvent, aux manifestations scolaires ou sportives auxquelles participent leurs petits-enfants. D’autres font des albums de photos de chacun de leurs petits-enfants comme cadeaux d’anniversaire. […]

    Beaucoup de nos veuves travaillent bénévolement dans les hôpitaux ou rendent d’autres services à leur ville. Beaucoup trouvent un accomplissement en aidant ainsi.

    Le secret pour vaincre le sentiment de solitude et d’inutilité, quand on en a les moyens physiques, est de s’oublier en aidant d’autres personnes qui sont vraiment dans le besoin. Nous promettons à ceux qui rendront ainsi service que cela leur apportera un peu de consolation de la perte d’un être cher ou dissipera quelque peu leur crainte d’être seul. Le moyen de mieux supporter sa situation, c’est d’améliorer la situation de quelqu’un d’autre7.

    4

    Dans la maladie et la souffrance, nous pouvons maintenir une attitude et un état d’esprit forts.

    Aux malades, à ceux qui souffrent physiquement ou qui connaissent des difficultés, nous exprimons notre amour et notre sollicitude. Nous prions pour vous. Rappelez-vous ce que Léhi a dit quand il a béni son fils Jacob, que ses frères Laman et Lémuel avaient fait souffrir. Il a dit : « Tu connais la grandeur de Dieu, et il consacrera tes afflictions à ton avantage » (2 Néphi 2:2). C’est ce qu’il fera pour vous.

    Nous prions pour que vous continuiez de vous efforcer d’être forts. Nous savons que ce n’est pas toujours facile. Nous prions pour que ceux qui accomplissent à présent pour vous des tâches que vous ne pouvez plus faire, le fassent avec amour, gentillesse et compassion.

    Nous espérons que vous continuerez à nourrir de bonnes pensées et de bons sentiments et que vous chasserez sans tarder ceux qui sont néfastes. Nous espérons que vous priez chaque jour, et même chaque heure, si besoin est. Comme l’enseigne le Livre de Mormon, vivez en rendant grâces, chaque jour, pour les miséricordes et les bénédictions nombreuses que Dieu vous accorde (voir Alma 34:38).

    Comme vous vous en apercevrez, la lecture quotidienne du Livre de Mormon vous apportera du courage et du réconfort, vous rapprochera de votre Sauveur, vous permettra de bien connaître l’Évangile et de faire part de ses grandes vérités aux autres8.

    5

    Il est important que les familles donnent à leurs parents et grands-parents âgés l’amour, les soins et l’attention qu’ils méritent.

    À présent, je vais m’adresser pendant quelques minutes aux familles des personnes âgées. On lit dans les Psaumes : « Ne me rejette pas au temps de la vieillesse ; quand mes forces défaillent, ne m’abandonne pas ! » (Psaumes 71:9).

    Nous encourageons les familles à donner à leurs parents et grands-parents âgés l’amour, les soins et l’attention qu’ils méritent. Souvenons-nous du commandement que nous donnent les Écritures d’avoir soin de ceux de notre famille, si nous ne voulons pas être pires que des infidèles (voir 1 Timothée 5:8). Je suis très reconnaissant à mes enfants de tout l’amour et de toute la sollicitude dont ils font preuve à l’égard de leurs parents depuis tant d’années.

    Souvenez-vous que nous avons la responsabilité de nos parents et de nos grands-parents, et que nous devons prendre soin d’eux de notre mieux. Quand les personnes âgées n’ont personne pour prendre soin d’elles, les dirigeants de la prêtrise et de la Société de Secours doivent faire tout leur possible pour répondre à leurs besoins avec amour. Voici quelques suggestions aux familles des personnes âgées.

    Depuis que le Seigneur a gravé les dix commandements sur les tables de pierre, ses paroles, « Honore ton père et ta mère » ont résonné à travers les siècles (Exode 20:12).

    Honorer nos parents signifie que nous devons avoir le plus grand respect pour eux. Nous les aimons et nous les apprécions, et nous nous soucions de leur bonheur et de leur bien-être. Nous les traitons avec courtoisie, prévenance et considération. Nous cherchons à comprendre leur point de vue. Honorer ses parents, c’est bien sûr aussi obéir à leurs désirs justes.

    En outre, nos parents ont droit à notre respect pour nous avoir donné la vie. En plus de cela, ils ont presque tous fait d’innombrables sacrifices pour nous. Ils nous ont élevés, nous ont nourris et vêtus pendant notre petite enfance et notre enfance, ont pourvu à nos besoins essentiels, nous ont soignés quand nous étions malades et nous ont réconfortés quand, plus tard, nous connaissions les tensions émotionnelles de l’adolescence. Dans bien des cas, ils nous ont permis de faire des études et nous ont donné une partie de notre éducation. Beaucoup de ce que nous savons et de ce que nous faisons, c’est de leur exemple que nous l’avons appris. Puissions-nous leur être toujours reconnaissants et le leur montrer.

    Sachons aussi pardonner à nos parents qui, même s’ils ont pu faire des erreurs en nous élevant, ont presque toujours fait de leur mieux. Puissions-nous leur pardonner comme nous aimerions que nos enfants nous pardonnent les erreurs que nous commettons.

    Quand les parents vieillissent, nous devons les honorer en leur donnant le choix et la possibilité d’être indépendants le plus longtemps possible. Ne les privons pas des choix qu’ils sont encore en mesure de faire. Il y a des parents qui sont capables de vivre seuls et de prendre soin d’eux-mêmes jusqu’à un âge très avancé et qui préféreraient le faire. S’ils le peuvent, qu’ils le fassent.

    Quand ils sont moins en mesure de vivre de manière indépendante, alors il peut être utile de faire appel à la famille, à l’Église et aux services publics pour les aider. Quand les personnes âgées ne sont plus capables de prendre soin d’elles-mêmes, même avec une aide extérieure, elles peuvent, quand c’est possible, être accueillies chez un membre de la famille. L’aide de l’Église et des services publics peut également être nécessaire dans cette situation.

    Le rôle de celui qui prend soin de la personne âgée est extrêmement important. Il a besoin d’un grand soutien. Il s’agit généralement d’un conjoint âgé ou d’une fille d’un certain âge qui a aussi des enfants dont elle doit s’occuper9.

    6

    Ceux qui ont la chance de fréquenter leurs grands-parents et d’autres personnes âgées bénéficient de contacts enrichissants.

    Nous espérons également que vous faites participer les personnes âgées aux activités familiales quand c’est possible. Quelle joie nous avons de voir des petits-enfants pleins de vie entourer un grand-père ou une grand-mère aimante. Les enfants aiment cela. Ils aiment que leurs grands-parents leur rendent visite et qu’ils viennent dîner, pour la soirée familiale et pour d’autres occasions spéciales. Cela permet d’apprendre aux enfants à honorer, à aimer et à respecter les personnes âgées.

    Les grands-parents peuvent avoir une grande influence sur leurs petits-enfants. Ils ont généralement plus de temps que les parents. Ils peuvent par conséquent lire des livres, raconter des histoires et apprendre à appliquer les principes de l’Évangile. Les enfants acquièrent ainsi une perspective de la vie, non seulement agréable, mais aussi qui peut leur donner un sentiment de sécurité, de paix et de la force. On peut envoyer des lettres, des [enregistrements] et des photos, surtout quand on vit loin les uns des autres et qu’il n’est pas possible de se voir souvent. Ceux qui ont la chance de fréquenter leurs grands-parents et d’autres personnes âgées bénéficient de contacts enrichissants. Parfois, les anciens auront la possibilité d’assister aux remises de diplômes, aux mariages, aux voyages au temple, […] et à d’autres fêtes avec les membres de la famille.

    Nous sommes heureux de voir nos enfants et nos petits-enfants grandir et progresser. Nous nous réjouissons de leurs succès. Nous sommes heureux quand nos enfants font des efforts et réussissent. Dans 3 Jean 1:4, nous lisons : « Je n’ai pas de plus grande joie que d’apprendre que mes enfants marchent dans la vérité. » Savoir cela peut nous donner un regain d’amour et le courage de continuer à lutter10.

    « Les grands-parents peuvent avoir une grande influence sur leurs petits-enfants. »

    7

    Les dirigeants de l’Église devraient rechercher l’Esprit à l’aide de la prière afin d’aider les membres à répondre aux besoins des personnes âgées.

    Nous exhortons les dirigeants de la prêtrise des personnes âgées à être sensibles à l’Esprit de notre Père céleste pour évaluer les besoins spirituels, physiques, émotionnels et financiers des personnes âgées et pour y répondre. Nous espérons que vous faites appel à vos conseillers, aux dirigeants des collèges de la Prêtrise de Melchisédek, ainsi qu’aux dirigeantes de la Société de Secours, aux instructeurs au foyer et aux instructrices visiteuses pour assumer cette importante responsabilité, car nous devons nous acquitter de ces devoirs sans réticence ni hésitation.

    Nous espérons que les dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires continueront à donner aux personnes âgées des appels qui leur permettront d’utiliser leur sagesse et leur expérience. Nous espérons que, quand c’est possible, chaque personne âgée est instructeur au foyer ou instructrice visiteuse. Ceux qui doivent garder la chambre ou qui ne peuvent sortir de chez eux peuvent, eux aussi, veiller sur leurs frères et sœurs, par téléphone, par lettre, ou par d’autres actions qu’on leur indique.

    Les dirigeants de la prêtrise peuvent faire beaucoup pour aider et encourager les personnes et les couples qui se préparent à partir en mission. Les programmes d’extraction [maintenant appelée indexation] et d’entraide doivent beaucoup aux personnes âgées qui ont l’occasion d’y participer.

    Nous espérons que les personnes âgées ont pour instructeurs au foyer et instructrices visiteuses, des membres sensibles et aimants. C’est un grand réconfort de savoir qu’on à quelqu’un à qui s’adresser en cas d’urgence ou de besoin. Le tact, la diplomatie et la sincérité sont importants quand on évalue ces besoins et qu’on décide des mesures pour y répondre.

    Nous espérons que vous demanderez aux personnes âgées indépendantes de rendre des services compatissants. Faites-les aussi participer, surtout celles qui sont seules ou qui doivent s’occuper constamment de leur conjoint, aux activités récréatives de pieu et de paroisse. Elles sont si souvent oubliées. On peut, en particulier au moment du décès du conjoint, apporter du soutien et de l’amour. C’est une période très difficile pour la plupart des gens.

    Parfois, les familles qui s’occupent constamment d’un membre qui a de grands besoins apprécient qu’on les remplace temporairement. Il est important d’aider la famille à maintenir ses fonctions de famille en la libérant de temps en temps du lourd fardeau que peut imposer une longue maladie ou une maladie incurable. Tous ont besoin d’être soutenus et relevés des lourdes responsabilités de s’occuper de personnes qui ont une grave maladie ou de graves handicaps.

    Le transport est souvent un grand problème pour les personnes âgées. Nous pouvons les aider en leur donnant le moyen d’assister aux réunions du dimanche, de rendre visite à leur famille, de faire leurs courses et d’aller chez le médecin ou à la clinique.

    Je le répète, nous devons prier pour savoir comment aider les personnes âgées. Les personnes et les besoins sont très divers11.

    8

    Nos meilleures années peuvent être les années de notre vieillesse.

    Que Dieu vous bénisse, vous membres âgés de l’Église. Je vous aime de tout mon cœur. Je suis l’un d’entre vous.

    Vous avez tant de choses à faire. Puissiez-vous faire des années de l’âge d’or vos meilleures années, en vivant et en servant avec amour. Que Dieu bénisse ceux qui veillent sur vous : votre famille, vos amis, vos frères et sœurs et vos dirigeants de l’Église.

    Je vous rends témoignage des joies qu’apporte la vie, des joies qu’on ressent en vivant pleinement l’Évangile et en subissant le feu du fondeur et le processus de sanctification qui prend place. Comme l’a si bien dit l’apôtre Paul : « Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu » (Romains 8:28).

    Je vous laisse ma bénédiction. Le Sauveur vit. Cette Église est la sienne. L’œuvre est vraie. Notre Seigneur et Sauveur a dit : « Regardez vers moi et persévérez jusqu’à la fin, et vous vivrez ; car à celui qui persévère jusqu’à la fin, je donnerai la vie éternelle » (3 Néphi 15:9)12.

    Idées pour l’étude et l’enseignement

    Questions

    • Comment avez-vous profité de « la sagesse et [de] l’expérience » de personnes plus âgées que vous ? (Voir la partie 1.)

    • Dans la partie 2, le président Benson énumère huit domaines dans lesquels les personnes âgées « peuvent le plus profiter de leur vieillesse ». Réfléchissez à chaque proposition. Comment ces propositions peuvent-elles enrichir notre vie quel que soit notre âge ?

    • À votre avis, pourquoi le service est-il « le secret pour vaincre le sentiment de solitude et d’inutilité » ? (Voir la partie 3.) Quand avez-vous eu l’occasion de remarquer que cela est vrai ?

    • Méditez les conseils que nous donne le président Benson quand nous sommes malades ou que nous souffrons (voir la partie 4). Comment ces conseils peuvent-ils nous aider à maintenir une attitude et un état d’esprit forts ?

    • Réfléchissez aux enseignements du président Benson dans la partie 5. Comment les enfants et les petits-enfants peuvent-ils honorer leurs parents et grands-parents âgés ?

    • Quand avez-vous vu des jeunes et des personnes âgées avoir plaisir à être ensemble ? (Voir la partie 6.) Que pouvons-nous faire dans notre famille et dans l’Église pour entretenir de telles relations ?

    • Comment les dirigeants et les membres de l’Église peuvent-ils répondre aux besoins des personnes âgées ? (Vous trouverez des exemples dans la partie 7.)

    • Que signifie pour vous le fait de connaître « les joies qu’on ressent en vivant pleinement l’Évangile » ? (Voir la partie 8.) Quels exemples avez-vous vus de gens qui ont persévéré fidèlement jusqu’à la fin ?

    Écritures apparentées

    Proverbes 20:29 ; Ésaïe 46:3-4 ; Luc 2:36-38 ; Éphésiens 6:1-3 ; Tite 2:1-5 ; Jacques 1:27 ; D&A 121:7-8

    Aide à l’étude

    « Le fait d’agir conformément à ce que vous avez appris vous apportera une compréhension durable (voir Jean 7:17) » (Prêchez mon Évangile, 2004, p. 19). Vous pourriez vous demander comment vous pouvez mettre les enseignements de l’Évangile en pratique chez vous, au travail et dans vos responsabilités de l’Église.

    Notes

    1. Sheri L. Dew, Ezra Taft Benson : A Biography, 1987, p. 502.

    2. Sheri L. Dew, Ezra Taft Benson : A Biography, p. 504.

    3. Sheri L. Dew, Ezra Taft Benson : A Biography, p. 504-505.

    4. Dans Conference Report, octobre 1989, p. 3 ; voir aussi L’Étoile, janvier 1990, p. 3.

    5. Dans Conference Report, octobre 1989, p. 3 ; voir aussi L’Étoile, janvier 1990, p. 3.

    6. Dans Conference Report, octobre 1989, p. 3-5 ; voir aussi L’Étoile, janvier 1990, p. 3-5.

    7. Dans Conference Report, octobre 1989, p. 5 ; voir aussi L’Étoile, janvier 1990, p. 5.

    8. Dans Conference Report, octobre 1989, p. 5 ; voir aussi L’Étoile, janvier 1990, p. 5.

    9. Dans Conference Report, octobre 1989, p. 6-7 ; voir aussi L’Étoile, janvier 1990, p. 5-6.

    10. Dans Conference Report, octobre 1989, p. 7 ; voir aussi L’Étoile, janvier 1990, p. 6.

    11. Dans Conference Report, octobre 1989, p. 7-8 ; voir aussi L’Étoile, janvier 1990, p. 6.

    12. Dans Conference Report, octobre 1989, p. 8 ; voir aussi L’Étoile, janvier 1990, p. 6.