Chapitre 14 : Le mariage et la famille sont ordonnés de Dieu
    Notes de bas de page

    Chapitre 14

    Le mariage et la famille sont ordonnés de Dieu

    « La famille est une des plus importantes forteresses de Dieu contre les maux de notre époque. Aidez les membres de votre famille à rester forts, proches les uns des autres et dignes des bénédictions de notre Père céleste. »

    Épisodes de la vie d’Ezra Taft Benson

    Dès le début de leur mariage, Ezra et Flora Benson firent de leur foyer et de leur famille leur première priorité. Quand leurs enfants étaient jeunes, ils commencèrent à mettre l’accent sur le fait qu’ils ne voulaient pas que leur famille compte des « chaises vides » dans l’éternité1. Le président Benson insista sur ce même message durant son service en tant que dirigeant de l’Église. Il a dit :

    « Dieu voulait que la famille soit éternelle. Je témoigne de toute mon âme de la véracité de cette déclaration. Puisse-t-il nous bénir pour affermir notre foyer et la vie de chaque membre de la famille afin qu’au moment voulu, nous puissions tous nous présenter devant notre Père céleste dans son foyer céleste : père, mère, sœur, frère, tous ceux qui sont chers les uns aux autres. Que chaque chaise soit occupée. Que nous soyons tous de retour au foyer2. »

    Pour le président et sœur Benson, l’effort visant à affermir leur famille a commencé par l’édification de leur mariage. Ils étaient aimants et dévoués, loyaux et fidèles. Même s’ils n’étaient pas enclins à la querelle, ils avaient souvent des discussions franches3. Ils avaient une confiance mutuelle totale qu’ils considéraient comme l’un des grands atouts de leur mariage. Le président Benson a dit : « Je n’ai jamais, jamais, remis en question la loyauté de Flora4. »

    Frère et sœur Benson se soutenaient et se fortifiaient mutuellement. « Flora a eu une opinion plus haute de moi et de mon potentiel que qui que ce soit d’autre. Sa foi et son soutien ont été une grande bénédiction, » a dit le président Benson5. Souvent, quand il ne se sentait pas à la hauteur de ses responsabilités exigeantes, sœur Benson lui essuyait ses larmes et le réconfortait6. Elle recherchait l’aide du Seigneur pour le soutenir et elle mobilisait les enfants pour qu’ils fassent de même. Leur fille, Barbara, a dit : « On priait et on jeûnait beaucoup pour papa7. »

    Le président et sœur Benson furent toujours loyaux et fidèles l’un à l’autre.

    S’appuyant sur le fondement solide de leur mariage, le président et sœur Benson enseignèrent à leurs enfants l’importance des relations familiales éternelles. Leur fils Mark a dit : « Nos parents nous inculquèrent de profonds sentiments de loyauté et d’amour les uns pour les autres. Je ne pense pas que ce genre d’ambiance soit créée automatiquement dans un foyer, mais c’est plutôt le résultat des encouragements d’un père et d’une mère soucieux et aimants8. »

    Les règles de conduite que les Benson exigeaient, ainsi que la priorité qu’ils donnaient à la famille, étaient centrées sur l’Évangile. Ils travaillaient à créer un foyer où prévalait l’amour, où les enfants apprenaient et se développaient, et où ils s’amusaient. Les Benson voulaient que leur foyer soit un sanctuaire à l’abri du monde. Leur fils Reed a dit : « Cela ne signifie pas que nous n’avions pas de difficultés. Nous ne nous entendions pas toujours. Nous ne faisions pas toujours nos tâches. Nous poussions la patience de maman à bout parfois. Mais le plus important était que nous essayions de renforcer l’unité familiale9. » Sœur Benson reconnaît : « Nul n’est parfait. Dans notre famille, notre objectif n’est pas de nous appesantir sur les faiblesses des autres, mais de nous encourager mutuellement à nous améliorer10. »

    Les enfants Benson étaient encore jeunes lorsque leur père fut appelé à servir dans le Collège des douze apôtres, et il s’inquiétait de la manière dont son calendrier de voyage pourrait affecter son temps avec eux. Il écrivit dans son journal : « Dans une large mesure, les longs voyages pour l’Église me garderont éloigné de ma famille. […] Je désire sincèrement être fidèle à ma famille, les garder proches de l’Église, et quand même m’acquitter de mes obligations d’Autorité générale. Je sais que cela ne sera pas chose facile11. »

    Cela incitait le président Benson à travailler dur pour rester proche de sa famille. Il a dit : « Les impressions et les expériences les plus douces et les plus satisfaisantes de ma vie sont liées à mon foyer et à mes liens familiaux12. »

    En 1957, en tant que ministre de l’agriculture des États-Unis, le président Benson fit un voyage de quatre semaines autour du monde pour développer les échanges commerciaux. Sœur Benson et ses filles Beverly et Bonnie l’accompagnèrent. Ils allèrent dans douze pays où ils rencontrèrent des dirigeants politiques et visitèrent des sites touristiques, des camps de réfugiés et des exploitations agricoles. Le président Benson eut le sentiment que le voyage fut une réussite au niveau de l’augmentation des perspectives d’échanges commerciaux et également concernant la réputation de l’Église. Quand ils rentrèrent chez eux, leur fille Beth les attendait à l’atterrissage de l’avion. Quand elle a vu ses parents, elle a commencé à courir vers eux les larmes aux yeux. Son père s’est penché et l’a serrée dans ses bras avec amour. Il s’est dit : « De toutes les merveilles du monde [que nous avions vues], cet instant fut soudain le meilleur moment de tout le voyage13. »

    Enseignements d’Ezra Taft Benson

    1

    La famille est l’organisation la plus importante dans le temps et dans l’éternité.

    L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours considère la famille comme l’organisation la plus importante dans le temps et dans toute l’éternité. L’Église enseigne que tout devrait être centré sur la famille et ce qui la concerne. Elle souligne le fait que la préservation de la vie de famille dans le temps et dans l’éternité prend le pas sur tout autre intérêt14.

    Rien ne peut se substituer de façon satisfaisante au foyer. Son fondement est aussi vieux que le monde. Sa mission a été ordonnée de Dieu15.

    Jamais aucun pays ne s’élève au-dessus de ses foyers. Cette Église ne s’élèvera jamais au-dessus de ses foyers. En tant que peuple, notre niveau dépend de celui de nos foyers. […] Un bon foyer est le fondement, la pierre angulaire de la civilisation. Il doit être préservé. Il doit être fortifié16.

    Certaines personnes me demandent, du fait de mon rôle de dirigeant de l’Église, pourquoi nous insistons tant sur le foyer et la famille alors que nous sommes entourés de problèmes tellement plus grands. La réponse est, bien sûr, que les problèmes plus grands ne sont que le reflet des problèmes personnels et familiaux17.

    Le mariage et la famille sont ordonnés de Dieu. Dans un sens éternel, le salut est une affaire familiale. Dieu tient les parents pour responsables de leur intendance dans l’éducation de leurs enfants. C’est une responsabilité des plus sacrées18.

    2

    Dans les mariages heureux, le mari et la femme s’aiment, servent Dieu et se rendent mutuellement service.

    Le mariage, le foyer et la famille ne sont pas de simples institutions sociales. Ils ne sont pas créés par l’homme mais sont divins. Dieu a ordonné le mariage dès le commencement. Dans le récit du premier mariage rapporté dans la Genèse, le Seigneur fait quatre déclarations importantes : premièrement, qu’il n’est pas bon que l’homme soit seul ; deuxièmement, que la femme a été créée pour être une aide semblable à l’homme ; troisièmement, que les deux doivent devenir une seule chair ; et quatrièmement, que l’homme doit quitter son père et sa mère et s’attacher à sa femme (voir Genèse 2:18, 24).

    Plus tard, comme pour étayer la déclaration précédente, le Seigneur a dit : « Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint » (Matthieu 19:6). Il a également dit : « Tu aimeras ta femme de tout ton cœur, et tu t’attacheras à elle et à personne d’autre » (D&A 42:22)19.

    Les Écritures nous disent : « Adam commença à cultiver la terre […] comme moi, le Seigneur, je le lui avais commandé. Et Ève, sa femme, travaillait également avec lui. […] Ils commencèrent à se multiplier et à remplir la terre. […] Et Adam et Ève, sa femme, invoquèrent le nom du Seigneur. […] Et Adam et Ève bénirent le nom de Dieu et révélèrent tout à leurs fils et à leurs filles. […] Et Adam et Ève, sa femme, ne cessèrent pas d’invoquer Dieu » (Moïse 5:1-2, 4, 12, 16).

    Dans ce récit inspiré, nous voyons qu’Adam et Ève nous ont montré l’exemple idéal d’une relation conjugale par alliance. Ils travaillaient ensemble, ils ont eu des enfants, ils priaient ensemble et ils ont enseigné l’Évangile à leurs enfants, ensemble. C’est le modèle que Dieu voudrait que tous les hommes et toutes les femmes justes imitent20.

    Le mariage lui-même doit être considéré comme une alliance sacrée devant Dieu. Un homme et une femme mariés ont une obligation non seulement l’un envers l’autre, mais aussi envers Dieu. Il a promis des bénédictions aux personnes qui honorent cette alliance.

    La fidélité aux vœux du mariage est absolument essentielle pour que règnent l’amour, la confiance et la paix. L’adultère est très clairement condamné par le Seigneur. […]

    La retenue et la maîtrise de soi doivent être des principes directeurs dans la relation conjugale. Les couples doivent apprendre à tenir leur langue en bride, ainsi que leurs passions.

    La prière au foyer et la prière en couple affermiront l’union [du couple]. Progressivement les pensées, les aspirations et les idées fusionneront harmonieusement jusqu’à ce que vous recherchiez les mêmes objectifs et buts.

    Fiez-vous au Seigneur, aux enseignements des prophètes et aux Écritures pour être guidés et aidés, en particulier lorsqu’il y a des désaccords et des problèmes.

    C’est le fait de résoudre les problèmes ensemble, non pas de les fuir, qui amène la croissance spirituelle. L’accent excessif qui est mis aujourd’hui sur l’individualité entraîne l’égoïsme et la séparation. Pour le Seigneur, la norme est toujours deux personnes devenant « une seule chair » (voir Genèse 2:24).

    Le secret d’un mariage heureux, c’est le service de Dieu et le service mutuel. Le but du mariage, c’est l’unité, ainsi que le développement de soi. Paradoxalement, plus nous nous rendons mutuellement service, plus nous nous développons spirituellement et émotionnellement21.

    « L’amour que nous connaissons ici […] [est] la substance même qui lie les familles ensemble pour le temps et pour l’éternité. »

    L’enseignement de l’apôtre Paul est extrêmement beau et pertinent. Il dit simplement : « Maris, aimez vos femmes, comme le Christ a aimé l’Église » (Éphésiens 5:25).

    Dans la révélation moderne, le Seigneur parle de nouveau de cette obligation. Il dit : « Tu aimeras ta femme de tout ton cœur, et tu t’attacheras à elle et à personne d’autre » (D&A 42:22). À ma connaissance, il n’y a qu’un seul autre être dans toutes les Écritures qu’il nous soit commandé d’aimer de tout notre cœur, c’est Dieu lui-même. Pensez à ce que cela signifie !

    Ce genre d’amour, vous pouvez le manifester de nombreuses façons à votre épouse. En tout premier lieu, il n’y a que Dieu qui ait priorité sur votre femme dans votre vie, et pas le travail, ni les distractions, ni vos passe-temps. Votre femme est votre aide précieuse et éternelle, votre compagne.

    Que signifie aimer quelqu’un de tout votre cœur ? Cela signifie aimer de toute votre capacité émotionnelle et de tout votre dévouement. Assurément, quand vous aimez votre femme de tout votre cœur, vous ne pouvez pas la rabaisser, la critiquer, la condamner, ou la maltraiter verbalement, par un comportement désagréable ou en actions.

    Que veut dire « s’attacher à elle » ? Cela signifie rester proche d’elle, lui être loyal et fidèle, communiquer avec elle et exprimer votre amour pour elle22.

    Un mari et son épouse qui s’aiment mutuellement trouveront que l’amour et la loyauté sont partagés. Cet amour créera une atmosphère enrichissante pour la progression émotionnelle des enfants. La vie familiale doit être une période de bonheur et de joie que les enfants auront plaisir à se remémorer23.

    3

    Les familles fortes cultivent l’amour, le respect et le soutien de chaque membre de la famille.

    Fortifions la famille. Nous pouvons recevoir les bénédictions du Seigneur dans notre foyer grâce aux prières personnelles et familiales matin et soir. Les repas sont un moment excellent pour revoir les activités de la journée et pour non seulement nourrir le corps mais également l’esprit, lorsque les membres de la famille lisent à tour de rôle les Écritures, en particulier le Livre de Mormon. Le coucher est un bon moment où un père occupé peut aller au chevet de chacun de ses enfants pour leur parler, pour répondre à leurs questions et pour leur dire combien il les aime24.

    La famille est une des plus importantes forteresses de Dieu contre les maux de notre époque. Aidez les membres de votre famille à rester forts, proches les uns des autres et dignes des bénédictions de notre Père céleste. Ce faisant, vous recevrez une foi et une force qui seront une bénédiction éternelle25.

    L’une des grandes choses que le Seigneur requiert de nous, c’est de créer un foyer où règne une influence bénéfique heureuse et positive. Dans les années à venir, le luxe de l’ameublement ou le nombre de salles de bains importera peu, mais ce qui aura une grande importance, ce sera de savoir si nos enfants se sont sentis aimés et acceptés au foyer. Qu’il y ait eu du bonheur et des rires ou des querelles et des disputes aura une grande importance26.

    Les familles heureuses ont de l’amour et du respect pour chacun de ses membres. Les membres de la famille savent qu’ils sont aimés et appréciés. Les enfants sentent que leurs parents les aiment. Ainsi, ils se sentent en sécurité et ont confiance en eux.

    Les familles fortes entretiennent une communication efficace. Elles expriment leurs problèmes, font des plans ensemble et coopèrent pour atteindre des objectifs communs. Les soirées familiales et les conseils de famille servent efficacement à ces fins.

    Les pères et les mères des familles fortes restent proches de leurs enfants. Ils parlent. Certains pères ont un entretien en bonne et due forme avec chacun de leurs enfants, d’autres le font de manière plus informelle, et d’autres passent régulièrement du temps seul à seul avec chacun d’eux.

    Chaque famille a ses problèmes et ses difficultés. Mais les familles heureuses essaient de collaborer pour trouver les solutions plutôt que de recourir à la critique et à la querelle. Les membres de ces familles prient les uns pour les autres, discutent et s’encouragent. De temps en temps, ces familles jeûnent ensemble pour soutenir l’un des membres de la famille.

    Les membres d’une famille forte se soutiennent mutuellement27.

    4

    Le foyer est le meilleur endroit où enseigner aux enfants les principes et les pratiques de l’Évangile.

    La famille est le lieu le plus efficace pour inculquer des valeurs durables à ses membres. Quand la vie de famille est forte et fondée sur des principes et des pratiques de l’Évangile de Jésus-Christ, […] les problèmes n’apparaissent pas aussi facilement28.

    Les parents qui réussissent ont appris qu’il n’est pas aisé d’élever des enfants dans un environnement pollué par le mal. Ils prennent donc des mesures pour fournir l’environnement le plus sain possible. Ils enseignent des principes moraux. Ils fournissent de bons livres à lire. Ils contrôlent le temps passé devant la télévision. Ils passent une musique bonne et édifiante. Et le plus important, c’est qu’ils lisent les Écritures et en discutent afin d’aider à développer la spiritualité.

    Dans les foyers des saints des derniers jours qui réussissent, les parents enseignent à leurs enfants à comprendre la foi en Dieu, le repentir, le baptême et le don du Saint-Esprit (voir D&A 68:25).

    Dans ces familles, on fait régulièrement la prière familiale. La prière est le moyen de remercier pour les bénédictions et de reconnaître humblement que nous dépendons du Dieu Tout-puissant pour notre force, notre nourriture et notre soutien.

    La maxime qui dit que la famille qui s’agenouille ensemble se tient debout devant le Seigneur, est sage et vraie29 !

    Les enfants ont besoin de savoir qui ils sont du point de vue de leur identité éternelle. Ils doivent savoir qu’ils ont un Père éternel sur qui ils peuvent compter, auquel ils peuvent adresser leurs prières et qui peut les guider. Ils ont besoin de savoir d’où ils sont venus pour que leur vie ait un sens et un objectif.

    Il faut enseigner aux enfants à prier, à compter sur le Seigneur pour qu’il les guide et à exprimer leur appréciation pour les bénédictions qu’ils ont. Je me souviens de m’être agenouillé au chevet de nos jeunes enfants et de les avoir aidés dans leurs prières.

    Il faut enseigner aux enfants à distinguer le bien du mal. Ils peuvent et doivent apprendre les commandements de Dieu. Ils doivent apprendre que c’est mal de voler, de mentir, de tricher ou de convoiter ce qu’ont les autres.

    Les enfants doivent apprendre à travailler au foyer. Ils doivent apprendre qu’un travail honnête développe la dignité et le respect de soi. Ils doivent apprendre le plaisir du travail et du travail bien fait.

    Le temps de loisir des enfants doit être orienté d’une manière positive vers des divertissements sains et bons30.

    Destiné à fortifier et à sauvegarder la famille, le programme des soirées familiales de l’Église stipule qu’une soirée par semaine doit être réservée pour que les parents rassemblent leurs enfants autour d’eux dans leur foyer31.

    On peut enseigner les principes de l’Évangile grâce à des soirées familiales efficaces où les jeunes seront fortifiés de manière à ne pas devoir craindre pour leur avenir. Cet enseignement doit se faire dans la foi, le témoignage et l’optimisme32.

    Mettre sa maison en ordre, c’est respecter les commandements de Dieu. Cela apporte l’harmonie et l’amour. […] C’est avoir une prière familiale, tous les jours. C’est enseigner à sa famille à comprendre l’Évangile de Jésus-Christ. C’est voir chaque membre de la famille respecter les commandements de Dieu. C’est […] être digne de recevoir une recommandation à l’usage du temple, que tous les membres de la famille reçoivent les ordonnances de l’exaltation et que la famille soit scellée pour l’éternité. C’est être sans dettes excessives et voir les membres de la famille payer une dîme et des offrandes honnêtes33.

    5

    Dieu a révélé que la famille peut se prolonger au-delà du tombeau.

    L’amour que nous connaissons ici n’est pas une ombre éphémère, mais la substance même qui lie les familles ensemble pour le temps et pour l’éternité34.

    C’est par l’intermédiaire de Joseph Smith que le Dieu des cieux a révélé la vérité selon laquelle la famille peut se prolonger au-delà du tombeau, que notre compassion, notre affection et notre amour mutuel peuvent exister à jamais35.

    Aucun sacrifice n’est trop grand pour recevoir les bénédictions d’un mariage éternel. Pour beaucoup d’entre nous, il est facile d’aller au temple, si facile peut-être que la bénédiction est prise avec trop de désinvolture. Comme pour les autres sujets portant sur la fidélité à vivre l’Évangile, être marié à la manière du Seigneur demande que l’on soit disposé à se refuser toute impiété, tout attachement aux plaisirs du monde et que l’on soit déterminé à faire la volonté du Père. Par cet acte de foi, nous montrons notre amour pour Dieu et notre considération pour une postérité qui n’est pas encore née. Notre famille est notre plus grande source de joie dans cette vie ; il peut en être de même dans l’éternité36.

    Le foyer et la famille. Quels doux souvenirs déferlent dans notre cœur à la seule mention de ces mots chéris ! Je vous souhaite de connaître la joie et la satisfaction ineffables d’être des parents honorables. Je prie pour cela avec toute la ferveur de mon âme. Vous passerez à côté des joies les plus profondes de cette vie et de l’éternité si vous évitez délibérément les responsabilités parentales et celles de l’édification du foyer. Comme cela a été révélé par l’intermédiaire de Joseph Smith, le prophète, l’idée glorieuse du foyer et des liens familiaux éternels est le fondement même de notre bonheur ici-bas et dans l’au-delà37.

    Idées pour l’étude et l’enseignement

    Questions

    • Le président Benson a enseigné : « Dans un sens éternel, le salut est une affaire familiale. » (partie 1). Qu’est-ce que cela signifie pour vous ? Que peuvent faire les membres de la famille pour le salut de chacun ?

    • En étudiant les conseils du président Benson dans la partie 2, méditez sur la manière dont tout est lié à ce qu’il a appelé « le secret d’un mariage heureux ». À votre avis, pourquoi ce « secret » conduit-il au bonheur ?

    • Dans la partie 3, réfléchissez à ce que le président Benson a dit au sujet des pratiques des familles qui réussissent. Comment ces pratiques fortifient-elles la famille ? Méditez sur ce que vous pouvez faire pour suivre cette recommandation.

    • À votre avis, pourquoi la famille est-elle « le lieu le plus efficace pour inculquer des valeurs durables » ? (Voir la partie 4, en faisant attention aux conseils précis du président Benson sur l’enseignement dans la famille.) Quand avez-vous eu l’occasion de voir des membres de la famille s’aider mutuellement à apprendre des principes de l’Évangile ?

    • Le président Benson a témoigné que la famille peut « se prolonger au-delà du tombeau » (partie 5). Que pensez-vous et que ressentez-vous en méditant sur cette vérité ? Quels sont les « doux souvenirs » qui vous viennent à la mention du foyer et de la famille ?

    Écritures apparentées

    Psaumes 127:3-5 ; 1 Corinthiens 11:11 ; 3 Néphi 18:21 ; D&A 49:15 ; 132:18-19 ; voir également « La Famille : Déclaration au monde », Le Liahona, novembre 2010, p. 129

    Aide à l’étude

    « C’est surtout lorsque le Saint-Esprit vous instruit que votre étude de l’Évangile est efficace. Commencez toujours votre étude de l’Évangile par une prière pour que le Saint-Esprit vous aide à apprendre » (Prêchez mon Évangile, 2004, p. 18).

    Notes

    1. Dans Sheri L. Dew, Ezra Taft Benson : A Biography, 1987, p. 363.

    2. The Teachings of Ezra Taft Benson, 1988, p. 493.

    3. Voir Ezra Taft Benson : A Biography, p. 126.

    4. Dans Derin Head Rodriguez, « Flora Amussen Benson : Handmaiden of the Lord, Helpmeet of a Prophet, Mother in Zion », Ensign, mars 1987, p. 20.

    5. Dans « Flora Amussen Benson : Handmaiden of the Lord, Helpmeet of a Prophet, Mother in Zion », p. 14.

    6. Voir Ezra Taft Benson : A Biography, p. 179.

    7. Barbara Benson Walker, dans Ezra Taft Benson : A Biography, p. 179.

    8. Mark Amussen Benson, dans « Flora Amussen Benson : Handmaiden of the Lord, Helpmeet of a Prophet, Mother in Zion », p. 20.

    9. Reed Amussen Benson, dans Ezra Taft Benson : A Biography, p. 140.

    10. Flora Amussen Benson, dans Ezra Taft Benson : A Biography, p. 133.

    11. Dans Ezra Taft Benson : A Biography, p. 178.

    12. Dans Ezra Taft Benson : A Biography, p. 126.

    13. Dans Ezra Taft Benson : A Biography, p. 327.

    14. The Teachings of Ezra Taft Benson, p. 489.

    15. Conference Report, avr. 1949, p. 198.

    16. Conference Report, oct. 1953, p. 122.

    17. The Teachings of Ezra Taft Benson, p. 521.

    18. « Fondements de relations familiales durables », L’Étoile, avril 1983, p. 121.

    19. The Teachings of Ezra Taft Benson, p. 534.

    20. The Teachings of Ezra Taft Benson, p. 534.

    21. « Fondements de relations familiales durables », p. 123.

    22. Sermons and Writings of President Ezra Taft Benson, 2003, p. 209–210.

    23. « Fondements de relations familiales durables », p. 122.

    24. The Teachings of Ezra Taft Benson, p. 491.

    25. « À ces jeunes gens au noble droit d’aînesse », L’Étoile, juillet 1986, p. 41.

    26. « De grandes choses seront requises de leurs pères », L’Étoile, octobre 1981, p. 61.

    27. « Conseil adressé aux saints », L’Étoile, octobre 1984, p. 11.

    28. « Fondements de relations familiales durables », p. 122.

    29. « Conseil adressé aux saints », p. 11.

    30. « Fondements de relations familiales durables », p. 123-124.

    31. The Teachings of Ezra Taft Benson, p. 528.

    32. « Que le royaume de Dieu aille de l’avant », L’Étoile, octobre 1978, p. 59.

    33. « De grandes choses seront requises de leurs pères », p. 66.

    34. The Teachings of Ezra Taft Benson, p. 492.

    35. The Teachings of Ezra Taft Benson, p. 490.

    36. « Ce jour est un jour de sacrifice », L’Étoile, octobre 1979, p. 59.

    37. The Teachings of Ezra Taft Benson, p. 491-492.